AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Renée Vavasseur (Traducteur)Marcel Duhamel (Traducteur)
ISBN : 2070376184
Éditeur : Gallimard (11/01/1985)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Un livre précurseur sur la question noire aux États-Unis. Un nègre ne cesse de brailler, or il est jeune, il est fort, il a une Buick, un bon emploi sur un chantier naval, une fiancée à peine noire. Il pourrait être tranquille, heureux même, s'il acceptait de rester à sa place. Mais il veut être reconnu pour un homme comme les autres. Au premier incident qui l'oppose à une Blanche, on l'accuse de viol, il n'échappe au lynchage que pour être envoyé à la guerre: c'éta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Stockard
  11 décembre 2017
Robert Jones est jeune, il a un bon boulot, une petite amie dont il est fou et s'est enfin payé la voiture de ses rêves, bref tout irait pour le mieux si Robert Jones n'avait pas un gros problème. Un seul mais malheureusement, par l'entremise de celui-ci, c'est tous les problèmes du monde qui pèsent lourdement sur ses épaules. Son souci a Bob c'est qu'il est noir. Noir dans une Amérique où la ségrégation ne constituait pas un un problème moral et encore moins un délit, au contraire, aux yeux d'une majorité de blancs.
Malgré cela, Bob Jones peut être heureux d'une chose : il vit en Californie et pas sous la ligne Mason-Dixon mais ça, même s'il en a conscience, ça ne change pas grand chose pour lui, toutes ses rencontres avec les blancs se finissent immanquablement par un sentiment de haine exacerbée et des envies de meurtres qu'il n'est jamais loin de réaliser. Ça l'obsède d'ailleurs tellement que toute sa vie finit par ne plus tourner qu'autour de ça, être un homme noir qui veut garder sa dignité face à des blancs qui ne pensent qu'à l'asservir.
Arrive un moment où on pense fatalement que s'il a raison sur le fond, la paranoïa dont il semble faire preuve à chaque instant aggrave son sentiment d'être traqué, méjugé, rejeté et humilié. Mais la perte de son boulot, les passages à tabac et les "notre seule table libre est malheureusement celle située au fond de la salle entre la cuisine et les WC, voilà, fallait pas faire la réservation par téléphone, si on avait su tout de suite que vous étiez noir, on vous aurait refoulé direct" des restaurants un poil chics dans lesquels il tente d'impressionner celle dont il aimerait faire sa femme nous montre que finalement, tout grande gueule et plein de morgue qu'il est, Bob Jones n'est pas loin du compte quand il nous assure que l'Amérique entière le déteste pour une bête histoire de pigmentation cutanée. Dommage qu'en sachant cela, il n'ait pas su en tirer la leçon et ainsi éviter de se frotter à une blanche aguicheuse qui n'aura aucun mal à faire de sa vie un enfer, pire encore que ce qu'il croyait déjà vivre au quotidien.
Chester Himes qui rejetait l'étiquette d'écrivain noir nous livre pourtant avec S'il braille, lâche-le..., un récit pile dans la grande lignée des prestigieux "écrivains noirs" : Toni Cade Bambara, Iceberg Slim, Ralph Ellison, Richard Wright et autres magnifiques Gil Scott-Heron, et, derrière son personnage de sympathique effronté, c'est tout le racisme des années 40-50 qu'il dépeint (cette précision chronologique uniquement parce que Chester Himes publie ce livre en 1945, mais il aurait pu l'écrire aujourd'hui qu'il n'aurait sûrement pas eu grand chose à retoucher) avec une certaine virtuosité et beaucoup de désespoir, ne se targuant pas de trouver, ni même de proposer une solution à cette haïssable situation à laquelle il semble n'y voir qu'une impasse, il conclut au contraire sur une note encore un peu plus décourageante un livre déjà bien sombre mais si cruellement réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          257
Fx1
  26 août 2014
L'un des livres parmi les plus puissants sur la discrimination . Un ouvrage coup de poing , que ceux qui votent le pen devraient lire pour comprendre ce que l'exclusion d'autrui fait comme mal . Himes est un auteur trés important , qu'il fautdécouvrir dans son intégralité . Sa prose est sans pitié et prend aux tripes le lecteur pour ne plus le lacher durant toute cette histoire que l'on devine trés réaliste . Un chef d'oeuvre .
Commenter  J’apprécie          213
Athouni
  11 avril 2013
C'est en lisant City of Quartz de Mike Davis, classique de la sociologie urbaine que j'ai eu envie de lire "S'il braille, lâche le". Dans une note en bas de page, il est dit du livre de Chester Himes qu'il est une oeuvre littéraire majeure sur la question du racisme aux Etats-Unis. Et ce n'est rien de le dire.
Racontant la vie d'un ouvrier noir américain en Californie pendant la ségrégation, "S'il braille lâche-le" est remarquable de justesse dans son analyse du racisme. L'intériorisation de la domination et la dénigrement de soi y sont rendu sensibles, perceptibles dans toute leur violence. Pour qu'une idée se réalise il faut qu'elle soit accompagnée d'affects : Chester Himes montre ici qu'il est capable de nous faire ressentir (et non pas seulement comprendre) ce qu'est le racisme.
Brillant.
Commenter  J’apprécie          170
EFourn
  14 juillet 2015
1943, beaucoup d'hommes sont partis sur le front, et pour ceux qui restent l'heure est à l'effort de guerre. On manque de main d'oeuvre dans les chantiers navals de Los Angeles. On lève donc le pied sur la ségrégation et on accepte que les moricauds travaillent avec des blancs.
Bob, mécano et chef d'équipe, ne supporte plus les brimades, les injures, les humiliations quotidienne. Il voudrait ne plus constamment penser à sa race. Il ne rêve plus que d'une seule chose : casser du gros-bec, flinguer ce salopard du chantier ou p't-être même violer cette trainée de Madge, qui de toute façon n'attend que ça ! Cette crasseuse aux yeux bleus qui joue de sa blancheur et sa sensualité tout en promettant : “Je vais te faire lyncher sale nègre“.
Mais il y a Alice, l'oasis dans cette océan de ténèbres, il l'aime, elle a la peau clair. Son père est un homme important. Il pense qu'elle fréquente trop les gros-becs et qu'elle n'assume pas sa couleur.
Pour elle, il ne devrait pas prendre tout cela trop à coeur et c'est même la condition de sa survie, quoi qu'il fasse il ne pourra rien y changer. Il devrait se fixer des objectifs. Les blancs ne commandent pas à son coeur, il y a l'amour et le foyer, l'intégrité morale, la vertu et les enfants.
Il n'y avait pas pensé, peut être que tout n'est pas fichu . . .
Bon roman sur la ségrégation, ça se laisse lire tranquillement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
polarKP
  29 janvier 2014
Le meilleur roman littéraire de Chester Himes !
L'auteur ici, nous conte l'histoire d'un jeune noir américain dans les années 40, qui n'a pas d'autre choix que de vivre avec le racisme et la ségrégation dans son propre pays, aux Etats-Unis.
On ressent alors à travers ce personnage, ses propres émotions ( peur, dénonciation, incertitude... ), le climat hostile dans lequel il est plongé et dans lequel il vit, son ambition de se libérer de cet environnement néfaste et pervers, etc...
L'histoire est bien écrite et facile à comprendre, malgré tout il n'égale pas "Un enfant du pays" ou "Native son" de Richard Wright qui lui est supérieur et est un chef d'oeuvre. Néanmojns, "S'il braille, lâche-le..." est un bon roman de littérature américaine.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AthouniAthouni   08 juin 2012
J’ai franchi la porte et me suis arrêté. Le grand blond a relevé la tête au même moment et nos yeux se sont accrochés. Lentement, il a tendu la main vers un marteau à tête ronde sur son établi. C’est à ce moment là que j’ai décidé de le descendre de sang-froid sans lui laisser aucune chance. Qu’est ce que je venais foutre la à le provoquer ? Je songeais. Pourquoi est-ce que je voulais me battre avec lui ? Je voulais crever ce bon dieu d’enfant de salaud et continuer à vivre. Je voulais qu’il se sente aussi épouvanté et impuissant et menacé que moi, chaque vacherie de matin que Dieu fait. Je voulais qu’il sache quel effet ça fait de se voir mourir sans rémission ; ce que ça fait de regarder la mort arriver, de savoir qu’elle arrive et qu’il n’y a rien à faire, rien d’autre qu’à s’asseoir et encaisser, comme il fallait que j’encaisse de Kelly, de Hank, de Mac et de cette salope, parce que personne ne viendra l’aider, personne ne pourrait l’arrêter, personne n’y pourrait rien .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
StockardStockard   01 décembre 2017
Quand je suis arrivé ici, le seul boulot qu'un Noir pouvait trouver, c'était celui d'aide de cuisine chez les Blancs. Mais ce n'est pas tellement ça. C'est la tête que faisaient les gens quand on leur demandait de l'ouvrage. La plupart ne me répondaient pas tout de suite non. Ils avaient simplement l'air sidérés que j'ose le demander. Comme si leur chien avait poussé la porte en disant : « À moi de parler ! » C'est ça qui m'en a foutu un coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
EFournEFourn   30 juin 2015
Ça n'avait rien d'une découverte. C'était l'évidence même. Les Noirs ont toujours vécu dans le malheur, depuis le jour ou Lincoln leur a donné la liberté sans leur donner du pain. Je me rappelais une phrase que j'avais lu une fois dans Tolstoï: " Il n'y a jamais eu assez de pain et de liberté pour tout le monde."
Commenter  J’apprécie          50
StockardStockard   06 décembre 2017
Je pensais que pendant toute ma vie j'avais eu peur des Blancs parce qu'ils étaient blancs et que c'était du plus haut comique de découvrir que les Blancs avaient peur de moi aussi, parce que j'étais noir.
Commenter  J’apprécie          72
StockardStockard   10 décembre 2017
Pour arriver à me mettre en colère aujourd'hui, faudrait au moins que vous vous fourriez une poignée de crottin dans la gueule et que vous me la crachiez à la figure.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Chester Himes (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chester Himes
CHESTER HIMES.
autres livres classés : littérature afro-américaineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les titres des romans de Chester Himes

Quel est le titre correct ?

La Reine de la nuit
La Reine de glace
La Reine des neiges
La Reine des pommes

11 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Chester HimesCréer un quiz sur ce livre