AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Enquêtes de Vik et Stubo tome 4 sur 4

Alexis Fouillet (Traducteur)
EAN : 9782268069982
576 pages
Le Serpent à plumes (30/11/-1)
3.28/5   34 notes
Résumé :
24 décembre 2008. L'évêque de Bergen est poignardée à mort dans une rue déserte. L'inspecteur principal Ingvar Stubø est chargé de l'enquête. Pour lui, ce crime n'a pas de mobile : pourquoi une femme de soixante-deux ans, mariée, mère de famille aimée, serait-elle prise pour cible ?

Alors qu'Ingvar recherche l'assassin, les crimes se multiplient à Oslo : une jeune femme retrouvée dans le sous-sol d'un hôtel de luxe, un prostitué repêché dans le port... >Voir plus
Que lire après HaineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,28

sur 34 notes
5
3 avis
4
0 avis
3
3 avis
2
3 avis
1
0 avis
Un homme est retrouvé mort la veille de Noël dans le port d'Oslo. Un artiste, Niclas Winter est retrouvé mort chez lui. Une femme semble ne jamais être arrivée à destination et est finalement retrouvée morte dans la cave l'hôtel Continental. Au premier abord, la plupart de ces décès ressemblent à des suicides. Mais lorsque l'évêque de Bergen, Eva Karin Lysgaard est retrouvée poignardée en pleine rue le matin de Noël, l'émotion est grande et le doute s'installe. Cette femme était très appréciée. Yngvar Stubo est chargé de l'enquête et il se rend immédiatement chez le mari de celle-ci. Sa femme, criminologue, juriste et thésarde en psychologie, retrouve une amie d'enfance, Karen, spécialisée dans les crimes haineux aux Etats-Unis. Elle apprend également par son biais que l'évêque était progressiste, sauf en ce qui concerne l'avortement, qu'elle ne tolérait sous aucun prétexte, ce qui était à l'encontre des idées sur ce sujet en Norvège. L'une des fille d'Inger Yohanne, Kristiane, 14 ans, souffrant d'une maladie assimilable à de l'autisme, est abordée par un inconnu qui connaît son prénom. Inger Yohanne voit rouge et pense que sa fille est en danger car, par certains de ses propos, elle semble avoir assisté au meurtre de la femme retrouvée dans la cave de l'hôtel Continental, le jour même où la soeur de Inger Yohanne s'y mariait et le jour même où elle a été sauvé par un inconnu qui a surgi tel Bateman et lui a évité un accident mortel avec un tramway. le fils d'Eva Karin s'aperçoit qu'une photo d'une personne qu'il ne connaît pas mais qui ressemble a disparu de la maison de son père. Il se demande si cette personne n'est pas sa demi-soeur. Grâce à Karen, Inger Yohanne est informée des activités des différents groupes haineux qui sévissent en s'en prenant aux immigrés, aux juifs, aux homosexuels, avec comme seul mobile la haine. L'un d'entre eux, "The 25'ers" sévit en Norvège où les couples homosexuels ont la possibilité de se marier et d'avoir des enfants. Peu à peu, il s'avère que les différents meurtres ont touché cette communauté, hommes ou femmes. Mais cela n'explique pas le meurtre d'Eva Karine. Tout d'abord on pense que le mobile du crime aurait pu être son opposition farouche au droit à l'avortement. Jusqu'au jour où le mari de la défunte de décide à sortir de son mutisme et à livrer le journal intime...

Anne Holt livre un roman complexe en multipliant les intrigues et les détails, les pistes et les personnages à l'envi. le fil conducteur entre les différentes histoires arrive tard dans le récit, après plus d'une centaine de pages. Trop tard pour que j'arrive à vraiment à m'y intéresser et à y trouver du suspense. Je me suis ennuyée et j'ai terminé le livre avec l'impression qu'il était "brouillon", mal agencé, malgré une étude documentée sur la société norvégienne contemporaine. En fin de compte, la thématique des groupes haineux et leurs activités semble noyée sous la masse et par conséquent simplement survolée. C'est le premier roman policier nordique qui me déçoit, alors que je les affectionne particulièrement !

Commenter  J’apprécie          60

Pour les lecteurs non familiers de l'auteur, le quatrième de couverture leur apprend qu'Anne Holt a été inspectrice de police, avocate et ministre de la justice en Norvège. C'est un point important à garder en mémoire durant la lecture du livre et qui explique à la fois la précision des actes policiers et les thèmes abordés.


L'INSPECTRICE DE POLICE nous livre là un roman policier dont on ne peut contester ni le réalisme, ni le sérieux. Oui, le travail de la police n'est pas toujours fait de courses poursuites, de fusillades et d'exploits en tout genre, comme dans tant d'autres romans policiers modernes. On assiste ici dans Haine à de nombreux crimes, apparemment non liés entre eux, puis ensuite au travail méthodique de la police fait d'investigations, de compilation d'informations diverses et de rapprochements, travail un peu déprimant car il n'avance pas très vite. Et la vérité sortira soudain d'une idée d'Inger Johanne Vik, la compagne de l'inspecteur Yngvar Stubo, quand elle se décidera à demander de l'aide à l'inspectrice en retraite Hanne Wilhelmsen. Rappelons qu'on a déjà rencontré Hanne Wilhelmsen, alors inspectrice en poste à Oslo, dans les très bons romans : 'Bienheureux ceux qui ont soif' et 'La déesse aveugle".


L'AVOCATE & MINISTRE DE LA JUSTICE, quant à elle, nous fait un long plaidoyer pour la tolérance, le vivre ensemble et l'acceptation de la différence, en dénonçant tous les groupes de personnes qui se forment autour de l'exclusion d'une catégorie d'individus, quelque soit l'objet qui pourrait justifier cette exclusion. Car on passe vite du rejet des autres à la haine des autres, puis aux meurtres. À ce propos le titre du livre est particulièrement bien choisi, car on parle bien ici de haine et des ravages qu'elle peut causer. Au final on a là un excellent roman qui, en plus de l'intrigue policière, aborde un sujet de société de première importance : l'homophobie.
Commenter  J’apprécie          30
HAINE / Anne Holt
J'avoue humblement, sans vouloir faire avilance à l'auteur, que j'ai eu du mal à parvenir au bout des 570 pages de ce roman peu passionnant et touffu. Je me devais toutefois d'aller jusqu'au dernier mot.
Une kyrielle de descriptions souvent inutiles pour l'intrigue et de situations et de digressions allant tous azimut finit par fatiguer le lecteur au bout de 30 pages et il lui faut alors se reposer un peu avant de poursuivre. On baigne dans une confusion générale avec une intrigue mal cousue.
de surcroît la multitude de personnages qui entrent en scène au fur et à mesure que l'intrigue se noue nécessite de rédiger une petite fiche pour se repérer.
Longueurs et ennui font de ce roman une oeuvre que je ne qualifierai pas d'impérissable. Une manifeste absence d'unité empêche le lecteur de se sentir bien dans cette histoire et je reconnais que je n'ai jamais vraiment adhéré.
Les procrastinations de Stubö et les manoeuvres dilatoires de l'auteur pour retarder le dénouement ont vite usé mon enthousiasme initial de découvrir un polar norvégien.
le style est laborieux, le suspens absent ou presque, sans souffle épique et l'on en vient à trouver même que l'auteur n'est pas très à l'aise dans son histoire : en un mot, j'ai trouvé personnellement un manque de technique. La traduction est-elle à la hauteur ? Je ne saurais le dire.
La seule originalité : la reprise des mots de fin de chapitre dans la première phrase du chapitre suivant. C'est insuffisant pour classer ce roman dans les bons livres.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne connaissais pas Anne Holt, malgré sa biographie particulièrement riche, avant d'avoir entre les mains ce roman. A priori, cela ne devait pas poser de problèmes, quoique…
« Haine » est le quatrième opus d'une série d'enquêtes menées par Yngvar Stubo, inspecteur émérite de la police norvégienne. Dans le cadre de celle-ci, il est aidé, de manière presque fortuite, par sa femme Vik, psychologue en criminologie. Rapidement, je me suis rendue compte que, comme chez Camilla Läckberg, les personnages étaient récurrents et que leurs vies, en dehors des affaires criminelles à résoudre, évoluaient au fil des romans publiés. J'avais l'impression de tomber comme un cheveu sur la soupe ! Tout un pan de l'histoire dans l'histoire allait m'échapper et je n'avais pas les moyens, pour l'instant, de remédier à cette déconvenue. Plus tard peut-être…
Le 24 décembre 2008, une femme de soixante-deux ans est poignardée dans une rue déserte, c'est l'évêque de Bergen. Suit, immédiatement dans le récit, cinq autres meurtres, dont on comprend rapidement que, toutes les victimes, étaient homosexuelles. Les trajectoires de vie de chacun des personnages, vivants ou morts, se mêlent et s'entremêlent de manière habile. Lors du premier tiers du roman, je me suis franchement demandé, si l'auteur parviendrait, au bout du compte, à intégrer tous ces destins dans un tout acceptable et cohérent. Mission accomplie, ce fut du grand art.
Anne Holt n'insiste pas trop sur le coté sanglant des crimes perpétués, mais détaille, surtout, les différents raisonnements, qui permettent aux enquêteurs de comprendre et de résoudre les nombreux assassinats perpétrés. Ce livre dépasse la dimension du simple thriller, dans la mesure où, il semble également être un prétexte à présenter la société norvégienne, autre que celle décrite dans les études sociales européennes. La corruption est présente dans toutes les couches de sa société et notamment dans ses strates les plus élevées, des groupes extrémistes gangrènent sa vie politique et malgré un niveau de vie général élevé, certaines minorités, homosexuelle et juive en particulier, y sont réellement mises à mal.
C'est complexe, fouillé et vraiment bien organisé. Anne Holt traite tout avec sérieux et si les personnages sont attachants de par leur humanité, l'humour n'y a pas vraiment sa place. Ce roman mérite qu'on s'y accroche et assure ainsi un moment de lecture enrichissant.
Commenter  J’apprécie          00
Sous l'étiquette "Policier", ce roman est davantage une enquête sociologique. L'intrigue criminelle est compliquée, tricotant des personnages et des victimes dont on se demande quels liens les rapprochent. La résolution de ces crimes est menée par un couple peu ordinaire, très attachant, et cela est intéressant. La Norvège est montrée sous un regard inhabituel mais qui peut aussi nous rappeler son histoire : haine raciale, homophobie.
Un livre dense, touffu même, parfois insistant (un peu plus de concision m'aurait convenue), mais j'ai été bien prise au jeu de dénouer tous les fils tendus et croisés par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          52

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
C’était simple de se protéger soi-même, avait-il toujours cru. A l’entrée de son fils dans sa vie, il remarqua combien il pouvait parfois se sentir démuni au contact des préjugés auxquels il avait tourné le dos jusqu’alors et qu’il avait considérés comme les vestiges d’une époque révolue. A l’arrivée du petit Marcus, il eut de temps à autre la sensation que l’évolution de la société décrivait plutôt une courbe asymétrique et imprévisible qu’il avait du mal à suivre. La joie et l’amour qu’il éprouvait vis-à-vis de son fils étaient omniprésents. La peur de ne pas réussir à la protéger contre la méchanceté du monde extérieur et les préjugés finit par le tailler en pièces.
Commenter  J’apprécie          30
Le téléphone sonna. Beate Krohn le regarda avec étonnement, comme si le rédacteur adjoint venait de lui faire un tour de prestidigitation. "Ici Sølve, aboya-t-il en lâchant son mégot dans une bouteille de Farris. Très bien. C'est ça." […] Il attrapa un stylo et prit quelques notes illisibles en marge d'une page de journal. "Merci, reprit-il enfin. Merci Jonas. Owe you big time, OK?". […]
"L'évêque Lysgaard a été assassinée, énonça-t-il d'une voix lente. Bordel, elle a été butée le soir même de Noël".
- Comment… commença Beate Krohn en s'affaissant dans un fauteuil. Comment sais-tu… Avec qui as-tu discuté?"
Le rédacteur adjoint se renversa dans son fauteuil de bureau et la regarda bien en face.
"J'espère que tu auras appris quelque chose, ce soir, murmura-t-il. Et la chose la plus importante de toutes qu'il faut que tu retiennes, c'est ceci : en tant que journaliste, tu n'es rien sans de bonnes sources. Travaille dur et longtemps pour les avoir, et ne les perds jamais. Jamais."
Commenter  J’apprécie          10
Marcus Koll Jr. mettait toute son âme dans chaque don. Distribuer de beaux cadeaux, c'était sa façon à lui de s'offrir quelque chose pour Noël. Ça lui faisait toujours du bien, et ça lui rappelait son grand père. Le vieil homme, qui avait été la plus proche représentation de Dieu pour le jeune Marcus, lui avait posé un jour la question suivante : Un homme aide dix personnes dans le besoin, et il s'en vante. Un autre homme aide une seule personne dans le besoin, mais le garde pour lui et n'est jamais remercié. Lequel des deux est le meilleur? Le gamin de dix ans répondit l'homme numéro un, et dut défendre sa position. Marcus n'en démordait pas : le but du donateur n'était pas déterminant. C'était le résultat qui comptait. Dix, c'était mieux qu'un. Le vieil homme avait longtemps argumenté pour le contraire. Jusqu'à ce que Marcus change d'avis à l'âge de quinze ans. Le grand père avait fait de même. La discussion s'était poursuivie jusqu'à la mort de Marcus Koll Sr.
Commenter  J’apprécie          10
"Aujourd'hui, nous pensons avoir recensé neuf cent vingt-six groupes haineux à travers tous les États-Unis. Ils sont très actifs, pour certains."
Elle insista sur le 'très'.
"Ils ne sont pas tous dirigés contre les Afro-Américains, je suppose?
- Oh non. Nous avons par exemple des mouvements séparatistes noirs qui veulent faire disparaître tous les autres de la circulation! Les juifs aussi ont leurs ennemis partout. Y compris chez nous." […]
"De leur côté, les juifs ont la Jewish Defense League, qu'il faut sans aucun doute possible qualifier d'organisation haineuse. De toute façon : There is hate enough to go around in this world. Nous avons des groupes contre les Sud-Américains, contre les native Americans, contre tous les immigrés sur une base plus générale et dénuée de préjugé…" [...]
"Et puis tu as tous ceux qui détestent les homosexuels", reprit Karen.
Commenter  J’apprécie          10
En principe, on définit un groupe haineux comme une organisation plus ou moins durable qui incite d’une manière ou d’une autre à la haine envers certaines communautés. Ils ne commettent aucun crime avant de dépasser les limites de la liberté d’expression admises dans la plupart des autres pays, d’encourager à des actes répréhensibles ou d’en être eux-mêmes les auteurs, quand la cible individuelle de cette criminalité est choisie à cause de son appartenance à un assez gros groupe de personnes présentant des signes distinctifs spéciaux et remarquables.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Anne Holt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Holt
Bande annonce de la série Modus, adaptation d'un roman d'Anne Holt
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (122) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature LGBT Young Adult

Comment s'appelle le premier roman de Benjamin Alire Saenz !?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
L'insaisissable logique de ma vie
Autoboyographie
Sous le même ciel

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeune adulte , lgbt , lgbtq+Créer un quiz sur ce livre

{* *}