AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954507543
Éditeur : ImaJn'ère (21/05/2016)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Après Histoires d’aulx, U-chroniques, Riposte Apo, Total Chaos, Rétro-fictions et Star Ouest, l’association imaJn’ère vous propose une nouvelle anthologie thématique !

Réalisée à l’occasion du sixième salon ImaJn’ère, le salon de la Science-Fiction et du Policier d’Angers où de plus en de plus d’auteurs de l’imaginaire francophone se réunissent chaque année, l’anthologie Antiqu’idées explore tous les aspects bien connus de l’Antiquité, par le biais de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  02 août 2016
J'avais une envie de peplum, et l'ami Dionysos89, alias Denis Piel, actif blogueur et éminent babeliote, me propose de me lancer dans le nouveau recueil du Salon ImaJn'ère d'Angers. Vous imaginez bien que j'ai sauté sur l'occasion… blink

Estelle Faye, "La Maison des Vignes"

Eva Simonin, "Rivages"

Fabien Clavel, "Deux fois vainqueur traverser l'Achéron"

Olivier Boile, "Le Rêve du pont Milvius"

Justin Hurle, "Ponce, Pilate, ponce !"

Brice Tarvel, "Le Tombeau de Calypso"

Myrtille Bastard, "Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies"

Isa3elle Arnoult, "Âheli ou la mémoire enfouie"

Jean-Hughes Villacampa, "Quid Novi Medice"

Arnaud Cuidet, "Carthage !"

Pierre-Marie Soncarieu, "Boadicée"

Patrice Verry, "Discorde"

Romuald Herbreteau, "Une Histoire Tauride"

Jérôme Vershueren, "L'Immortel et l'Assassin"

Lionel Davoust, "Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse"


Dans un recueil de nouvelles, il y a des récits auxquels on accroche et des récits auxquels on n'accroche pas, et c'est d'autant plus vrai quand chaque récit est l'oeuvre d'un auteur différent. Bref les goûts et les couleurs, mais comme le signale Denis Piel dans la préface, le recueil balaie tous les lieux et toutes les époques de l'Antiquité dans un joli mélange des genres même si humour et science-fiction se taillent la part du lion. Et malgré la variété des situations et la diversité des tons, l'ensemble est étonnamment homogène donc je ne peux que féliciter toute l'équipe d'ImaJn'ère pour leur travail de sélection des textes. Pour ne rien gâcher, l'ouvrage est d'un bon rapport qualité prix et l'illustration de couverture de TBOY est cool et fun !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
Apophis
  14 juillet 2016
Un bon niveau général, encore rehaussé par la présence de trois perles
Créée en 2010, l'Association ImaJ'nère s'est donnée pour sacerdoce de promouvoir les littératures de genre, SFFF, horreur et polar. En parallèle avec d'autres activités (comme l'édition de fanzines), elle organise depuis cette date tous les ans en sa bonne ville d'Angers, sur deux jours complets, un salon de la Science-Fiction et du policier. Comme tout salon qui se respecte, celui-ci édite son anthologie. le cru 2016 a pour thème l'antiquité, ses héros, son panthéon et ses peuples, tout ça revu au travers d'un prisme SFFF ou polar. L'anthologie se nomme donc Antiqu'idées. Elle réunit quinze nouvelles, dont celles d'auteurs connus comme Estelle Faye (SF / Fantasy), Fabien Clavel (SF, Fantasy, Uchronie, etc) ou Lionel Davoust (Fantastique / Fantasy). Il s'agit de courts textes, moins de 25 pages chacun. Sept d'entre eux ont été publiés auparavant chez d'autres éditeurs, les autres sont totalement inédits. Parmi ces derniers, cinq émanent de membres de l'Association ImaJ'nère, et trois des lauréats de l'appel à textes lancé en 2015. Signalons pour terminer la bonne qualité de la présentation (couverture superbe et sympathiques illustrations intérieures, dans un style un peu naïf qui colle parfaitement avec l'humour très présent dans l'anthologie).
- Les nouvelles
Je vais donc vous présenter un court résumé accompagné de mes impressions pour chacun de ces textes. Vous trouverez en introduction le ou les genre(s) au(x)quel(s) le texte appartient (SF, Fantasy, Fantastique, Polar, etc), ainsi que l'époque / civilisation abordée.
* La maison des vignes – Estelle Faye
Genre(s) : Fantastique ; Cadre : France contemporaine (en lien avec l'antiquité grecque).
Nous suivons l'amie de Jo, jeune écrivain qui a été chargé de rédiger l'histoire d'une région viticole des Causses. Il vit au milieu des vignes, dans une maison qui lui a été prêtée. Il reste en contact avec sa bande d'amis parisiens via le téléphone et Skype, mais devient de plus en plus distant et exalté. Ses amis s'inquiètent pour lui, et dépêchent l'une d'entre eux pour comprendre ses étranges déclarations à propos d'une jeune femme locale, d'un homme prodigieux du coin, et d'anciens cultes à mystères.
L'auteure a une belle écriture, elle sait installer une atmosphère, faire monter le rythme crescendo, on la lit avec plaisir, mais d'une part l'intrigue est téléphonée, et d'autre part la fin n'est qu'assez moyennement satisfaisante (du moins dans ma perspective personnelle, qui veut qu'une nouvelle ait une chute percutante). Bref, j'ai passé un bon moment, mais je ne suis pas spécialement convaincu (sans compter que je trouve le côté SFFF et Antiquité très nébuleux sur ce coup là).
* Rivages – Eva Simonin
Genre(s) : SF ; Cadre : futur proche / Guerre de Troie.
Nous suivons Callia, qui travaille pour une société qui conçoit des simulations en réalité virtuelle de grands événements historiques (elle fait visiblement partie du contrôle qualité). Alors qu'elle se trouve dans celle de la Guerre de Troie, tout se met à dérailler : personnages, environnement, et surtout l'interface de commandes, qui refuse de la laisser sortir de la simulation.
Cette nouvelle est une des trois issues de l'appel à textes, et force est de constater qu'on est sur du haut niveau, avec une fin surprenante et très réussie, ainsi qu'une écriture solide, avec des dialogues rondement menés. Bref, c'est une grande réussite.
* Deux fois vainqueur traverser l'Achéron – Fabien Clavel
Genre(s) : Fantasy Historique ; Cadre : Mythes grecs.
Dans ce texte très étrange, à la fois sur le fond et la forme (un poème), l'auteur mêle le mythe d'Orphée et d'Eurydice à une sorte d'apocalypse des zombies de Fantasy. Je ne suis jamais parvenu à entrer dans cette histoire, qui manque à la fois d'impact et de clarté et se révèle pénible à lire du fait du mode de narration particulier choisi.
* le rêve du pont Milvius – Olivier Boile
Genre(s) : Uchronie ; Cadre : Paris, quatorzième siècle de l'Hégire (vingtième siècle du calendrier grégorien).
Cette nouvelle, la seconde issue de l'appel à textes 2015, est une réussite encore plus spectaculaire que la première. Nous suivons un journaliste parisien, qui interviewe l'auteur d'un livre uchronique qui pose la question suivante : que se serait-il passé si, loin de rester une obscure secte juive, le christianisme avait pris la place de l'Islam, qui domine le monde en ce quatorzième siècle de l'Hégire ? Vous l'aurez compris, il s'agit d'une mise en abyme, celle d'un auteur d'uchronie dont l'histoire parle de l'auteur d'une uchronie de son propre monde de fiction. Ou si vous préférez, d'une uchronie dans l'uchronie. le procédé ramène à certaines des oeuvres les plus prestigieuses du genre, comme le Maître du haut Château de P.K. Dick ou La porte des mondes de Robert Silverberg.
Si les procédés utilisés ne sont pas à proprement parler originaux, en revanche ils sont employés avec une rare maîtrise du début à la fin du récit, fin qui se révèle absolument vertigineuse. Au final, un vrai joyau, une totale réussite qui justifie quasiment à elle-seule l'achat de l'anthologie. L'auteur a publié (entre autres) un recueil de nouvelles mettant en scène des personnages historiques ou légendaires, auquel je compte bien m'intéresser dès que mon programme de lecture très chargé m'en laissera l'occasion.
* Ponce, Pilate, ponce ! – Justin Hurle
Genre(s) : SF ; Cadre : Égypte de Ramses II / Moïse.
L'auteur tente de nous expliquer les dix plaies d'Égypte dans une veine beaucoup plus humoristique que Ridley Scott dans son film Exodus : en fait, on se retrouve avec un mélange de Kaamelott des sables et de Deadpool (pour le côté Metaréférence et l'humour très sexuel), tout ça mâtiné de références au Trône de Fer, Alien (et Alien Theory) et autres private jokes. Les dialogues sont absolument irrésistibles tant ils sont drôles.
Au final, un texte mêlant histoire antique, religion, culture populaire, SF et humour en un irrésistible mélange. Il faut cependant avoir un solide sens de l'humour, justement, pour l'apprécier, faute de quoi vous ne parviendrez pas à entrer dedans. Pour ma part, cependant, j'ai passé un excellent moment en lisant cette nouvelle.
* le tombeau de Calypso – Brice Tarvel
Genre(s) : Voyage dans le temps ? ; Cadre : Contemporain, en relation avec l'Odyssée.
Dans cette nouvelle, Ulysse, celui des mythes grecs, se retrouve sur une île au large de Gibraltar, à notre époque, et noue une relation avec la femme qui exploite à des fins touristiques la croyance selon laquelle s'y trouve le tombeau de Calypso. Une femme étrange, qui semble vieille au début de leur relation, puis paraît de plus en plus jeune et séduisante au fur et à mesure du passage du temps (à ce sujet, M. Tarvel confond allègrement les dieux Cronos -l'équivalent du Saturne romain- et Chronos : pour information, ce sont deux divinités distinctes).
Du style de l'auteur, pompeux, à l'absence de toute forme d'explication sur les tenants et les aboutissants de l'histoire (oh, il y a bien une vague théorie ébauchée, mais sa crédibilité est douteuse), par exemple sur le rajeunissement apparent de la gardienne des lieux, jusqu'à la fin, en queue de poisson, absolument rien ne m'a séduit dans cette nouvelle.
* Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies – Myrtille Bastard
Genre(s) : Uchronie de Fantasy ; Cadre : Rome uchronique.
Cette nouvelle est la troisième (et dernière) issue de l'appel à textes 2015. Elle nous présente une uchronie dans laquelle l'empire romain d'occident semble être passé sous le contrôle de celui d'orient (l'empereur est Constantin XV), et avoir engendré deux « franchises » en Orient et en Asie. Sans parler de la découverte des Amériques et de l'établissement de relations avec les Aztèques. On suit une sorte de reporter / blogueur qui interviewe un commerçant de Rome, qui tient la maison-mère d'une franchise inter-empire faisant commerce de… dieux. Ou plutôt d'embryons de dieux entièrement personnalisables en fonction des besoins de l'utilisateur. Bien entendu, plus celui-ci a besoin d'une divinité puissante, plus c'est cher. Au passage, le commerçant en question a un très fort parfum de Venec (mais c'est mon côté Fan inconditionnel de Kaamelott qui doit distordre ma vision des choses…).
Il se trouve que l'intervieweur a un souci : il n'arrive pas à mettre Madame enceinte. Pas de problème, à tout problème sa solution, ou plutôt son dieu : en échange de sesterces sonnants et trébuchants, on lui fournit donc son parchemin de création de divinité (le plus cher du magasin, forcément, parce que pour de la stérilité causée par l'ire de Junon en personne, le niveau de puissance d'une divinité des champs ne suffira pas, hein).
Autant vous le dire, l'intervieweur est sceptique. Mais bon, il joue le jeu. La narration, en mode interview jusque là (logique) bascule donc en mode journal de bord. Alors, arnaque ou miracle ? Lisez-le et vous le saurez ! Personnellement, j'ai passé un excellent moment à la lecture de ce texte, qui mêle une solide uchronie, à la manière du texte d'Olivier Boile, et l'humour (même s'il est moins délirant), à la manière de celui de Justin Hurle. Cette nouvelle confirme l'excellente impression laissée par les deux autres issues de l'appel à textes, ainsi que la solidité des choix faits par le jury concerné.
Franchement, cet univers a un énorme potentiel, et si j'étais l'auteure, je m'empresserais de le développer sous forme de roman.
* Aheli ou la mémoire enfouie – Isa3elle Arnoult
Genre(s) : SF ; Cadre : Inde antique / contemporain.
L'histoire commence en 1920, à la frontière indo-pakistanaise, où un archéologue anglais étudie les vestiges d'une culture disparue. La narration nous projette ensuite au sein de cette dernière, au second millénaire avant notre ère. Je ne vais pas spoiler en en dévoilant plus, mais il s'agit d'une fort sympathique histoire, narrée via une belle écriture. Et ceci même si elle sera, dès les premiers paragraphes, prévisible pour les vieux routards de la SF. On appréciera toutefois la belle liaison entre son début et sa fin (je suis à-peu-près persuadé que l'intrigue a été inspirée par un album bien précis de Yoko Tsuno, et si l'auteure passe par ici, je serais ravi d'avoir confirmation ou infirmation de cette supposition).
* Quid Novi Medice ? – Jean-Hugues Villacampa
Genre(s) : SF rétrofuturiste ; Cadre : Guerre des Gaules.
Nous nous retrouvons en pleine Guerre des Gaules, et on nous explique comment César a pu vaincre Vercingétorix, ce général loin d'être idiot et à la tête d'une immense et redoutable armée. L'explication, telle qu'on nous la dévoile, met en fait en jeu un renfort romain d'un genre plutôt inattendu (mais jouissif pour le lecteur !). L'écriture est étonnante, mélange d'histoire militaire rédigée par un érudit de la discipline et d'humour ravageur, frôlant parfois le style Astérix : par exemple, le protagoniste s'appelle Gaïus Trésobtus, et il est secondé par deux centurions complètement abrutis nommés Lucius Falus et Octavius Culingus…
C'est un texte assez jouissif, à la fois sur l'aspect humoristique et sur le mélange des genres. Je l'ai personnellement particulièrement savouré, étant en plus un amateur d'histoire militaire, particulièrement celle de l'armée Romaine.
* Carthage ! – Arnaud Cuidet
Genre(s) : Uchronie / SF rétrofuturiste ; Cadre : Guerres Puniques.
Cette nouvelle nous montre le siège de Carthage par les troupes romaines, au cours de la dernière Guerre Punique. Sauf que… les Carthaginois, serviteurs des Baals, seigneurs de la Lune, combattent leurs ennemis à l'aide d'une biotechnologie extrêmement avancée, tandis que les romains, serviteurs du Soleil et des Jupiters, emploient une « Mecatronique » autorisant chars antigravitationnels, exosquelettes de combat et canons à particules.
Je n'ai personnellement pas du tout accroché à l'ambiance de ce texte, à mi-chemin entre Warhammer 40 000, Iron Man et le manga. Je n'ai rien contre la SF de pur divertissement, bien au contraire, mais il y a quand-même des limites, là le fond est tout de même très pauvre. Sans compter que l'univers est trop flou pour emporter mon adhésion. le seul aspect qui m'a vaguement accroché a été la technologie biotech employée (en grand fan du biopunk que je suis).
* Boadicée – Pierre-Marie Soncarrieu
Genre(s) : Fantasy / Uchronie ; Cadre : (Grande-)Bretagne, premier siècle de notre ère.
Dans cette nouvelle, nous voyons de quelle manière un mystérieux magicien montre à Boadicée les différentes vies qu'elle est susceptible de mener en fonction des choix qu'elle effectuera à un moment crucial de son existence. Une fois encore, le procédé rappelle La Porte des mondes de Robert Silverberg.
J'ai passé un très bon moment en lisant ce texte. L'écriture est solide, la chute intéressante, la reconstitution historique sonne juste. Et puis bon, Boadicée étant une de mes héroïnes historiques préférées…
* Discorde – Patrice Verry
Genre(s) : SF ; Cadre : Mythes Grecs, Troie.
Il s'agit d'une intéressante relecture, au travers d'un prisme SF, du jugement de Pâris (devant départager les déesses Athéna, Héra et Aphrodite). Des dialogues, savoureux, à la chute, excellente, en passant par l'idée de départ, tout dans cette nouvelle est de qualité.
* Une histoire Tauride – Romuald Herbreteau
Genre(s) : SF / Fantasy ; Cadre : Futur très proche (mention du film Interstellar 2 de Christopher Nolan), en lien avec l'Antiquité.
Je dois d'abord dire que je trouve le jeu de mot dans le titre excellent. Concernant la nouvelle proprement dite, il s'agit d'un texte assez étonnant, mêlant Conan le Barbare et les frères Strougatski, ton sérieux et gros délire en lien avec Tchernobyl, la distorsion de réalité, la théorie du complot, le voyage dans le temps, Vladimir Poutine, les réseaux sociaux, des chats très Lovecraftiens et les films d'action des années 80.
Je suis assez perplexe devant ce texte. Je ne peux pas dire l'avoir trouvé mauvais, mais il ne me laissera pas le même souvenir grandiose que certains des autres.
* L'Immortel et l'Assassin – Jérôme Verschueren
Genre(s) : Fantasy très, très inspirée par une certaine oeuvre de SF ; Cadre : Chine, aux alentours de 221 avant J.-C.
Ce texte est une parodie Fantasy (et Wuxia) d'un des plus célèbres univers de SF, dotée de dialogues assez savoureux. Personnellement, j'ai deviné dès que j'ai vu le nom et la profession d'un des protagonistes. Malgré un humour bien dosé, le procédé m'a semblé trop peu original pour réellement me captiver. A signaler tout de même une fin assez hilarante.
* Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse – Lionel Davoust
Genre(s) : Science-Fantasy ; Cadre : moderne, en relation avec l'Odyssée et Circé.
Il s'agit d'une relecture très particulière du mythe de Circé dans le cadre des enjeux alimentaires du monde d'aujourd'hui, mythe revu selon un prisme science-fantasy. Tout le texte est rédigé selon le ton pince-sans-rire d'un rapport d'activité ou d'un article scientifique soumis à un comité de lecture, mais pourtant renferme un nombre incalculable de perles relevant d'un humour à la fois fin et ravageur. L'improbable mélange entre tout cela fonctionne à merveille, et la grande qualité de la plume de l'auteur n'y est certainement pas étrangère.
Son originalité et ses qualités d'écriture font sans conteste possible de ce texte le meilleur de l'anthologie. Je n'ai pas encore lu de roman écrit par l'auteur, mais je vais clairement m'y intéresser beaucoup plus dès à présent.
- En conclusion
Lorsqu'on m'a proposé de lire cette anthologie, j'ai immédiatement accepté, car elle réunit trois aspects qui m'intéressent beaucoup : l'histoire, le format court (nouvelles) et la SFFF. Malgré tout, il y a toujours un risque, avec les anthologies, de tomber sur un niveau très inégal (ou sur des nouvelles avec lesquelles on va avoir peu d'affinité, même si elles sont techniquement solides), particulièrement lorsqu'elles mélangent les textes d'auteurs confirmés avec ceux d'écrivains n'ayant pas encore été publiés par les maisons d'édition phares du marché.
Je dois dire que j'ai été ravi du bon niveau général atteint par Antiqu'idées, niveau encore rehaussé par les 3 perles qui, selon moi, dépassent largement les autres textes : le rêve du pont Milvius (par Olivier Boile), Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies (par Myrtille Bastard) et Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse (par Lionel Davoust). Vous remarquerez, au passage, que les nouvelles issues de l'appel à textes 2015 n'ont absolument rien à envier à celles rédigées par les auteurs les plus publiés de l'anthologie.
Bien entendu, j'ai moins accroché à certains textes, ce qui ne veut pas dire qu'ils soient forcément mauvais, peut-être juste qu'ils ne correspondent pas à ma sensibilité. le fait que vous accrochiez ou pas à certaines nouvelles dépendra également de votre sens de l'humour, car cet aspect est finalement très présent dans cette anthologie.
Au final, cette anthologie est parfaitement recommandable, que ce soit pour l'amateur de textes courts, celui de SFFF (seul l'amateur de polar restera sur sa faim, vu que ce genre semble ne pas avoir inspiré les auteurs cette année) ou celui d'histoire. J'ai lu la grande majorité des textes avec plaisir, et ai découvert certains auteurs de qualité dont je ne connaissais pas l'oeuvre, une lacune que je compte bien combler.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
Dionysos89
  18 août 2016
Même sans prendre part à la sélection des nouvelles du concours, il devient très difficile de critiquer les anthologies ImaJn'ère tout en étant aussi impliqué dans l'organisation du salon éponyme. Il n'empêche, lançons-nous et donc, pour sa 6e édition, le salon de la science-fiction et du roman policier d'Angers propose une anthologie sur le thème des « Antiqu'idées ». En effet, l'Antiquité a été décortiquée à travers mythes, influences, péplums et personnages historiques pour établir un sommaire intéressant d'une petite vingtaine de nouvelles de science-fiction, de fantasy, de fantastique et de polar.
Comme dans certaines autres anthologies, Estelle Faye ouvre la danse grâce à « La Maison des Vignes » où elle met en scène la vie simple d'un groupe d'amis dans un cadre contemporain et champêtre ; en leur sein va s'immiscer la fameuse divinité romaine du vin et de l'ivresse, Dionysos. C'est une nouvelle rafraîchissante qui lance parfaitement cette anthologie dans l'idée que l'Antiquité est utile n'importe où, n'importe quand, même et surtout de nos jours.
Lauréate du concours de nouvelles, Eva Simonin nous lance sur les « Rivages » troyens grâce à un système d'immersion bien mis en scène. C'est un texte suffisamment bien construit et son scénario se défend très bien.
Fabien Clavel a choisi, de son côté, de prendre le risque de proposer carrément un poème ! Et pas n'importe lequel, puisque « Deux fois vainqueur traverser l'Achéron » se permet de revisiter le mythe d'Orphée et Eurydice en y mêlant les thématiques zombies et en rendant hommage au poète Gérard de Nerval, rien que ça ! Une fois pris le coup (pas forcément simple) de la rythmique choisi, c'est une nouvelle de belle facture, à multiples sens.
Deuxième lauréat du concours de nouvelles, Olivier Boile a fait un rêve, « le Rêve du pont Milvius ». En s'aventurant sur le terrain de l'uchronie, l'auteur tente une belle aventure puisque nous sommes dans un monde contemporain dominé par l'islam, sans connaissance chrétienne, où Mohammed Jassim écrit une uchronie sur l'empereur Constantin. La construction façon « le Maître du Haut Château » était peut-être un peu trop ambitieuse pour une simple nouvelle, ce qui rend la conclusion abrupte.
Comme à son habitude, Justin Hurle opte lui pour un texte aussi barré dans son contenu que son titre est recherché. Ainsi, après son « Regarde au coin de la rue, fiston, si le clebs à trois pattes cavale à reculons » dans l'anthologie Star Ouest, il s'est lancé dans un « Ponce, Pilate, ponce-le, ce colosse, des fois qu'il se lèverait » (finalement réduit en un « Ponce, Pilate, ponce ! »), nouvelle qui mérite son pesant de cacahouètes, puisqu'il y mêle l'exode des Hébreux, les intrigues de palais du temps de Ramsès II et une approche légère et déridante de la science-fiction. Outre que c'est le seul texte égyptien de l'anthologie, cette nouvelle est clairement fun à lire, avec des passages narratifs très fluides (quasiment lisibles à haute voix) et des dialogues très majoritaires qui permettent forcément d'avancer très vite dans la lecture.
Le dénommé Brice Tarvel, notamment repreneur de Harry Dickson et de Bob Morane, nous a concoctés une courte reprise contemporaine de la rencontre entre Ulysse et Oumaya, gardienne du « Tombeau de Calypso » que le roi d'Ithaque avait finalement quittée.
Troisième lauréate du concours de nouvelles, Myrtille Bastard nous fait entrer dans l'échoppe « Chez Lucius », où sont proposés « Dieux, Lares et Génies ». L'attrait de cette nouvelle réside dans sa construction sous forme de chronique économique réussie et détendue.
Isabelle Arnoult conte « Âheli ou la mémoire enfouie », une plongée indusienne très rapide avec des références intéressantes et des allers-retours éclairs entre le temps présent, l'année 1920 et le IIe millénaire av. J.-C.
Comment expliquer la défaite de Vercingétorix devant Jules César ? Jean-Hugues Villacampa propose un « Quid Novi Medice ? » qui apporte une réponse. Dans cette évocation antique, les casques à ailes de piaf et les nomini romains décalés sont bien présents et leur appréciation aiguillera votre lecture.
Comme à son habitude, Arnaud Cuidet distille son approche du roman d'action et du jeu de rôle dans ses nouvelles ; « Carthage » ne fait pas exception, car on y retrouve les Romains en train d'assiéger pour l'ultime fois la grande Carthage, mais au coeur de la bataille se découvrent deux créatures titanesques, deux « champions » face-à-face qui vont s'affronter dans d'âpres phases de combat.
De son côté, Pierre-Marie Soncarrieu tente de nous narrer le récit d'une « Boadicée » très portée sur l'onirisme.
Dans « Discorde », Patrice Verry laisse parler sa fibre « Piments et Muscades » et réinterprète, SF à l'appui, le si tragique mythe du jugement de Pâris : sur le mont Ida, le jeune Pâris doit arbitrer la compétition entre Héra, Athéna et Aphrodite, la « pomme de la discorde » étant censée mener à la guerre de Troie. Ici, le jeu de mots et les allusions piquantes sont de rigueur ; le jugement ne sera pas tragique pour tout le monde...
Ensuite, c'est au tour de Romuald Herbreteau de nous raconter « Une histoire Tauride ». À partir d'un joli jeu de mot, le lecteur part dans un récit centré sur les Cimmériens et l'espionnage archéologique, cocktail sûrement trop rempli pour être tout à fait bien calibré.
Avec « L'Immortel et l'Assassin », Jérôme Verschueren mêle aussi habilement que d'habitude (mais je ne suis pas objectif, j'ai toujours apprécié ses nouvelles) son univers personnel avec un environnement historique : ici, la Chine antique percute les fortes allusions à Star Wars et le résultat est intéressant.
Pour finir, Lionel Davoust clôt cet ouvrage avec une nouvelle non inédite, car déjà publiée dans l'anthologie Fragments d'une fantasy antique (chez les éditions Mnémos). Avec « Faisabilité et intérêt zoomorphiques de la métamorphose de masse », il reprend habilement le mythe de Circé dans un pseudo-article scientifique aussi ingénieux que jouissif tant le fond antique est joliment retourné.
Quasiment toutes les nouvelles sont accompagnées d'une illustration réalisée par Candice Roger, une jeune artiste angevine qui use habilement du lien entre l'animal, l'humanité et l'environnement. Il faut dire que, finalement, chaque nouvelle concernée s'est accordée facilement à cette vision hybride de notre réalité.
Antiqu'idées est donc une anthologie encore inégale (comme très souvent dans les anthologies officielles de salons ou festivals), qui s'appuie sur des textes solides d'auteurs reconnus et quelques belles trouvailles parmi les membres de l'association éditrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
BlackWolf
  23 juillet 2016
En 2015, on m'a proposé de découvrir l'anthologie du festival ImaJn'ère, Star Ouest, qui m'avait offert un assez sympathique moment de lecture, même si j'avoue le recueil manquait de textes marquants (ma chronique ici). Pour cette nouvelle édition 2016 du salon de l'Imaginaire et du Polar d'Angers, il m'a de nouveau été proposé de découvrir l'anthologie dont le thème était l'antiquité et j'avoue m'être assez facilement laissé tenter. Il faudrait par contre qu'un jour j'aille un jour faire un tour à ce festival, mais le manque de temps n'aide pas beaucoup. A noter que ce recueil comporte 15 nouvelles.
La Maison des Vignes d'Estelle Faye : On suit ici une jeune femme qui voit un de ses amis complètement changer et s'éloigner suite à sa mutation. L'auteur décide ici de travailler le mythe de Dionysos, déjà un peu présenté dans sa série La Voie des Oracles, et elle fait de façon très réussie offrant un texte efficace, captivante et plein d'émotions. La plume de l'auteur est toujours aussi prenante et envoûtante, plongeant facilement le lecteur dans ce récit étrange et surprenant. Mon seul regret est une fin que j'ai trouvé un peu convenu, mais rien de bien dérangeant.
Rivages d'Eva Simonin : Cette nouvelle nous fait suivre une jeune femme qui teste pour son entreprise une simulation de réalité virtuelle sur la guerre de Troie. le texte en soit se lit facilement, il y a une certaine fluidité dans la construction et dans la plume, mais voilà il est loin de se révéler marquant. Il lui manque un petit quelque-chose je trouve qui le ferait gagner en intensité. de plus, il s'agit d'une nouvelle à chute et autant, j'avoue, je ne l'avais pas complètement venu venir, autant elle a eue du mal à vraiment me convaincre. Je ne vais pas spoiler la conclusion, ce serait dommage, mais j'ai lu d'autre nouvelles sur le même thèmes qui m'ont beaucoup plus touché, mon ressenti vient peut-être aussi de là.
Deux fois vainqueur traverser l'Achéron de Fabien Clavel : Cette nouvelle se présente sous la forme d'un poème qui revisite le mythe d'Orphée avec une petite touche de Fantastique vraiment intéressante. Un texte que j'ai trouvé réussi sur la forme, qui se laisse lire avec plaisir sur le fond, mais qui m'a paru un peu froid. Je ne sais pas, c'est peut-être moi, mais j'ai trouvé que ça manquait d'un peu d'émotions. Ce récit reste tout de même très sympathique à lire et à découvrir.
Le rêve du pont Milvius d'Olivier Boile : Cette nouvelle, je ne vais pas trop en dévoiler pour éviter de spoiler, mais il s'agit d'une uchronie dans la tradition de Philip K. Dick et de son Maître du Haut Château. Je dois bien avouer qu'il s'agit ici d'une belle réussite, que ce soit dans son background que dans son récit j'ai trouvé ce texte marquant et intelligent. Il nous offre aussi de nombreux axes de réflexions sur notre société avec cette idée, certes classique, du Et si…? Une excellente nouvelle qui, je pense mérite d'être découvert et m'a donné envie d'en découvrir plus sur l'auteur..
Ponce, Pilate, ponce ! de Justin Hurle : Cette nouvelle nous plonge dans l'humour et le burlesque, nous proposant de revisiter les dix plaies d'Egypte. Bon, j'avoue je suis passé à côté de ce texte. L'humour dépend vraiment de chacun et je pense ne pas être obligatoirement fait pour ce genre d'humour, tout du moins dans ce format de nouvelles. Sur l'ensemble le texte est pourtant fluide, entrainant et les idées sont là bien porté par une plume efficace, mais voilà je ne pense pas être le public adéquat.
Le tombeau de Calypso de Brice Tarvel : L'auteur nous propose ici de revisiter l'épisode de Calypso dans l'odyssée d'Ulysse. J'avoue cette nouvelle est loin de m'avoir marqué. L'histoire donne l'impression de partir dans tous les sens manquant d'explications, on ne sait pas trop ou l'auteur nous emmène malgré pourtant des personnages intéressants. Au final, je suis peut-être passé à côté de certains éléments de compréhension, mais pour ma part au final une nouvelle qui me laisse un sentiment plus que mitigé.
Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies de Myrtille Bastard : Cette nouvelle nous fait suivre un reporter qui décide, dans un univers uchronique, de faire découvrir à son public une nouvelle échoppe qui annonce vendre des dieux, déesses et autres divinités. J'ai bien aimé cette nouvelle, l'idée de départ est vraiment intéressante et offre de nombreuses possibilités avec cet aspect de pouvoir acheter son embryon divin et le faire grandir. L'idée d'utiliser un membre de la presse offre aussi une bonne dose d'ironie ainsi que quelques réflexions intéressantes. Par contre, l'ensemble reste finalement assez linéaire, mais rien de non plus trop dérangeant. Une très bonne nouvelle, très intéressante.
Aheli ou la mémoire enfouie d'Isa3elle Arnoult : Une nouvelle assez surprenante, jouant sur plusieurs époques et dont il est difficile de la présenter sans trop en dévoiler. J'ai plutôt bien aimé cette nouvelle, écrite de façon efficace, mystérieuse et entraînante, jouant avec le lecteur pour mieux tenter de le surprendre sur la fin, même si certains points sont facilement devinables. Mon seul léger regret est que la nouvelle est très courte, ce qui fait que certains points sont à peine esquissés, mais rien de non plus trop gênant. Au final une nouvelle plus que sympathique, fluide et agréable.
Quid Novi Medice ? de Jean-Hugues Villacampa : Cette nouvelle tente de répondre à la question de savoir comment César a pu battre Vercingétorix malgré un rapport de force les déclarant perdant. L'idée de départ se révèle intéressante, de plus l'auteur l'amène de façon plutôt efficace et intéressante. le texte ne révolutionne pas le genre, mais se révèle efficace, divertissante et facile à lire. Là où par contre je suis resté bloqué c'est sur le choix des noms des personnages, l'auteur paraît proposer une certaine ironie qui m'a laissé perplexe.
Carthage ! d'Arnaud Cuidet : Cette nouvelle nous offre une relecture de la bataille de Carthage entre les romains adeptes du dieu de la lumière et les adeptes de Baal, sauf que l'auteur plonge sont récit dans un univers différent mélange de technologies avancées et de bio-technologies. Clairement le texte en lui-même n'a rien de révolutionnaire, nous proposant une simple bataille, sauf que voilà il y a une certaine flamboyance qui se dégage de ce récit ainsi qu'un sentiment épique. Un texte qui en met plein les yeux et que j'ai trouvé divertissant et percutant.
Boadicée de Pierre-Marie Soncarrieu : Cette nouvelle nous fait découvrir un devin qui va lire l'avenir d'une futur reine. le texte en soit ne manque pas d'attrait que ce soit dans les personnages qu'il développe, comme dans le traitement que propose l'auteur. On suit avec un minimum d'intérêt le destin de cette reine qui va être loin de se révéler idyllique et dont elle va devoir faire des choix pas toujours facile. Sauf que voilà j'ai trouvé l'ensemble trop court, ce qui fait que les développements proposés vont trop vite et rendent ainsi la chute un peu convenu et trop rapide. Cela reste un texte agréable à lire, mais qui avait le potentiel pour être plus.
Discorde de Patrice Verry : L'auteur nous propose de revisiter le mythe de Pâris et de la fameuse pomme de la discorde. L'idée de départ est intéressante, mais voilà j'ai trouvé que le traitement du texte se révélait un peu simpliste et surtout beaucoup trop prévisible pour vraiment m'emballer. Je ne vais pas dire que le texte est mauvais, mais il rentre dans ma catégorie vite lu, un minimum apprécié et vite oublié.
Une histoire Tauride de Romuald Herbreteau : L'auteur propose avec cette nouvelle de se servir du lient de Tchernobyl pour amener le monde de Conan le Barbare dans notre univers. Franchement l'idée de départ est accrocheuse, j'aurais aimé apprécier ce texte, sauf que voilà j'ai trouvé que l'auteur en faisait trop ce qui fait que le récit bascule trop rapidement d'un récit dense vers un récit trop lourd avec beaucoup trop d'idées qui se télescopent. Peut-être sur un format plus long ce texte aurait marché, en tout cas là je suis sorti de ma lecture avec un sentiment mitigé de trouver de bonnes idées, mais qui auraient mérité un autre traitement.
L'Immortel et l'Assassin de Jérôme Verschueren : Cette nouvelle nous propose de revisiter un des plus célèbres mythes du cinéma de science-fiction, tout en y ajoutant une pointe d'ironie et de Fantasy. Je dois bien avouer que ce texte se révèle plutôt amusant et divertissant. Il se lit d'ailleurs assez facilement, sauf que voilà il n'a rien de non plus très marquant à mon goût et manque peut-être aussi d'un peu d'originalité, ce qui est le soucis des reprises. L'idée de base n'est pourtant pas mauvaise, la chute se révèle surprenante, mais voilà je trouve qu'il manque un petit quelque chose pour vraiment élever ce texte.
Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse de Lionel Davoust : Cette nouvelle a déjà été publiée dans un autre recueil qui est dans ma PAL : Fragments d'une Fantasy Antique. Elle nous propose ainsi de découvrir une étude très intéressante qui revisite le mythe de Circée et lui offre de nouvelles applications. Une très bonne nouvelle qui nous offre quelque chose de différent, plein d'ironie et de second degré et que j'ai trouvé vraiment réussie et efficace. L'auteur construit son récit comme une étude scientifique rend l'ensemble plus concret et aussi un peu plus décalé. Un récit qui clôture de fort belle manière ce recueil et qui m'a offert un très bon moment de lecture.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Oliv
  06 juillet 2016
Chaque année, l'association ImaJn'ère publie une anthologie de nouvelles dans le cadre du festival qu'elle organise à Angers. Ayant eu la chance de voir l'un de mes textes retenu pour figurer au sommaire, j'ai enfin pu découvrir ceux qui ont été proposés par mes quatorze petits camarades. Antiquité + SFFF : voilà un cocktail qui a tout pour me plaire... Qu'en est-il au final ? Voici mes impressions de lecture sur chacun des textes.
*La maison des vignes*
Une très bonne entrée en matière avec une nouvelle au style impeccable, une écriture parfaitement maîtrisée qui ne surprendra pas ceux qui ont déjà eu affaire à l'auteur. Voilà un excellent exemple de ce que doit être un texte relevant du genre fantastique : on ne sait sur quel pied danser, s'il faut pencher pour une explication rationnelle (hallucination, folie...) ou d'ordre surnaturel.
*Rivages*
Le début m'a agréablement surpris et a tout de suite su capter mon attention. Il faut dire que la guerre de Troie, je suis bon client ! En revanche j'ai peu à peu décroché en voyant venir de loin l'exercice de la nouvelle à chute... Chute qui, en outre, m'a déçu. À l'inverse du texte précédent qui laisse au lecteur la possibilité de choisir entre une explication rationnelle ou irrationnelle, ici l'auteur impose sa solution, à peine plus satisfaisante qu'un "en fait tout ceci n'était qu'un rêve !" Je retiendrais toutefois la première moitié, qui m'a bien plu.
*Deux fois vainqueur traverser l'Achéron*
Quand j'ai vu qu'il s'agissait d'un texte en vers, j'ai cru ne pas pouvoir le lire, étant généralement allergique à cette forme d'écriture. J'ai donc été plutôt étonné de ne pas détester ce texte, qui doit être le plus authentiquement antique de cette anthologie, car proche de ce que pouvaient déclamer les aèdes et autres rhapsodes. Un exercice intéressant, donc.
*Ponce, Pilate, ponce !*
Voici la nouvelle la plus ostensiblement humoristique de cette anthologie. Comme souvent avec ce type de texte, il y a à boire et à manger, et si je n'ai pas forcément goûté toutes les outrances de l'auteur, j'ai plusieurs fois souri à certaines saillies bien trouvées et passé un bon moment de lecture, ce qui est bien l'essentiel.
*Le tombeau de Calypso*
J'ai bien aimé l'écriture de ce texte, qui bénéficie de l'un des styles les plus littéraires de cette anthologie. J'aurais également bien aimé croire à cette histoire de naufragé... Mais là où "Rivages" donne trop d'explications et n'offre qu'une seule solution au lecteur, cette nouvelle-là pèche par excès inverse : je n'ai décelé aucune piste, aucune indice permettant de donner du sens à cette aventure... Si bien que l'ensemble me paraît au bout du compte un peu vain, malgré une jolie plume.
*Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies*
Cet empire romain uchronique m'a rappelé le "Roma Aeterna" de Silverberg, ce qui pour moi est un très bon point. Le ton adopté est original et plaisant, et l'idée à la base du texte (une boutique vendant des dieux) est magnifique. J'ai été un peu moins emballé par le déroulement du récit en lui-même. La fin, notamment, m'a paru assez peu satisfaisante. Ce texte a malgré tout suffisamment de qualités pour faire partie des très bons moments offerts par cette anthologie.
*Ahêli ou la mémoire enfouie*
Je suis assez partagé sur cette nouvelle, qui me semble avoir un énorme potentiel (ne serait-ce que par son sujet : la civilisation harappéenne) mais qui me laisse un sentiment d'inachevé / inabouti. Il s'agit du texte le plus court de cette anthologie, alors que l'histoire racontée aurait certainement mérité plus de développements pour donner sa pleine mesure.
(Chipotage historique : le Pakistan est un état créé en 1947, la mention de "frontière du Pakistan" en 1920 est donc anachronique.)
*Quid Novi Medice ?*
Le seul texte que je n'ai pas du tout aimé dans cette anthologie. Pour tout dire, j'ai rapidement été amené à le lire en diagonale. L'élément qui m'a éjecté du récit avant même d'avoir pu y entrer est la multiplication des notes de bas de page, qu'il s'agisse d'ajouts plus ou moins humoristiques ou de précisions strictement historiques. À ma connaissance, seul Terry Pratchett arrive à rendre acceptable l'emploi de notes de bas de page dans un texte littéraire. Je le regrette d'autant plus que l'élément central de cette nouvelle (une équipe de super-héros antiques, si ma lecture en diagonale ne m'a pas trompé) avait tout pour me parler.
*Carthage !*
La transposition d'un fait historique dans un univers de space opéra militariste est le genre de délire qui me botte bien en ce moment. J'ai donc pris plaisir à la lecture de cette nouvelle... Même si le duel entre les deux protagonistes principaux aurait peut-être gagné à être raccourci pour que l'ensemble soit plus percutant, car au final, hormis ce "choc de titans" il ne se passe pas grand-chose tout au long de ces vingt pages.
*Boadicée*
Une nouvelle agréable, à défaut d'être vraiment mémorable. L'auteur nous offre une belle évocation du monde celtique au premier siècle de notre ère. En revanche la conclusion m'a laissé perplexe, au point de ne pas être certain d'avoir saisi les tenants et aboutissants de cette nouvelle : comment et pourquoi le narrateur se retrouve-t-il transporté à la veille de la bataille de Gergovie, soit un siècle avant Boadicée ?
*Discorde*
Cette réécriture toute personnelle du mythe du jugement de Pâris (qui débouchera sur la guerre de Troie et léguera à la langue française la fameuse pomme de discorde) m'a beaucoup plu. L'auteur ne cherche pas à en faire des tonnes, mais l'humour omniprésent a parfaitement fonctionné sur moi.
*Une histoire Tauride*
L'une des nouvelles les plus longues de l'anthologie, pourtant on ne s'y ennuie pas un seul instant. Il ne faut pas se laisser abuser par le calembour du titre qui peut faire croire à une pochade. Malgré des chats qui parlent, le président Poutine en kimono et une intrigue tournant autour du "Conan" de John Milius, les turbines de l'imagination et de la réflexion fonctionnent à plein chez l'auteur comme chez le lecteur. Cette histoire d'énigme archéologique aux implications vertigineuses pourrait, à mon sens, être développée par son auteur pour servir de base à un roman.
*L'Immortel et l’Assassin*
En parcourant l'anthologie avant de la lire pour de bon, j'avais tout spécialement noté cette nouvelle dont le cadre m'attirait plus que tout autre. J'ai au final été un peu déçu. Il m'a manqué certaines choses pour me croire transporté dans la Chine du Premier Empereur. J'ai bien compris que le but de l'auteur était de transposer certains éléments de Star Wars dans un contexte antique... Sauf que je dois être le seul geek de l'univers à n'avoir jamais vu un seul des sept films de la série, si bien que je suis certainement passé à côté de pas mal de références. Et au vu du titre de la nouvelle et de son contexte historique, il y a sans doute également des références à "L'empereur et l'assassin"... film que je n'ai pas encore vu non plus.
*Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse*
Je salue le talent de l'auteur, qui a su parfaitement reprendre les codes du rapport technique ou de la "littérature" administrative, le tout saupoudré d'un humour discret et de bon aloi. Mais la force de ce texte est aussi sa faiblesse : par définition, le style ici pastiché est à la limite du lisible... Cette nouvelle d'une originalité indiscutable constitue toutefois une parfaite conclusion à cette anthologie.
Au final, "Antiqu'idées" ne renferme pour moi aucun véritable coup de cœur, mais hormis une seule nouvelle que je n'ai pas réussi à lire pour des raisons très particulières, toutes m'ont plu d'une manière ou d'une autre. C'est une anthologie qui m'a semblé très homogène dans la qualité des textes : la moyenne générale y est supérieure à d'autres publications du même genre où l'excellent côtoie le médiocre. Enfin, pour ne rien gâcher, de jolies illustrations intérieures viennent agrémenter l'ensemble après chaque texte. Une lecture hautement recommandable, donc ! L'amateur d'histoire et de mythologies antiques aurait tort de passer à côté.
À l'année prochaine, peut-être, avec la thématique de l'eau...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   03 août 2016
L’avantage d’être un fantassin lourd bien entraîné est que, face à des guerriers justes armés d’un bouclier et d’une armure de cuir, c’est plus simple. Le défaut réside dans les vingt-cinq kilogrammes de matériel que l’on porte sur soi lorsqu’il faut fuir devant les mêmes guerriers gaulois. Moralité, les motivations pour ne pas avoir à fuir sont plus fortes. (Jean-Hugues Villacampa dans "Quid novi medice")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   04 août 2016
Les Gaulois sont des barbares ignares… Bien sûr. Les personnes qui prononcent de telles absurdités n’ont jamais eu affaire à Vercingétorix et à ses acolytes. En quelques mois, ils sont devenus le pire cauchemar de César. (Jean-Hugues Villacampa dans "Quid novi medice")
Commenter  J’apprécie          170
AlfaricAlfaric   02 août 2016
Le partage du pouvoir avait été une erreur funeste, la tétrarchie annonçait la mort de Rome. Le grand corps de l’Empire devait obéir à une tête unique. Entre Constantin, César d’Occident, et son beau-frère Maxence, tyran d’Italie, l’un était de trop. (Olivier Boile dans "Le rêve du pont Milvius")
Commenter  J’apprécie          110
Dionysos89Dionysos89   21 août 2016
- Les moustiques, Grand Pharaon… les moustiques vont nous envahir.
- Quelle plaie ! hurla de nouveau le seigneur du Nil.

[dans « Ponce, Pilate, ponce ! » de Justin Hurle]

Commenter  J’apprécie          171
AlfaricAlfaric   04 août 2016
Entre balancer d’un drone un missile sur un hôpital et se farcir une montagne de muscles armée d’une hache au corps à corps il y a un abîme… (Jean-Hugues Villacampa dans "Quid novi medice")
Commenter  J’apprécie          150
autres livres classés : antiquitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
379 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre