AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782869597785
72 pages
Éditeur : Arléa (10/05/2007)
4.14/5   7 notes
Résumé :
Écrire ! À quoi bon une oeuvre, disait Marcel Arland, si elle ne peut se confondre avec l'amour, et si le chant qu'elle ébauche, tandis que je vais sur ma fin, ne peut monter d'un cour plus nu ?

Ces quelques mots illustrent admirablement le talent de Philippe Jaccottet, l'exigence, la rigueur et l'honnêteté de toute une vie consacrée à la poésie et à la traduction des plus grands.

Au cours de cet entretien entre un jeune homme et un poè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lavieestunlongfleuvetranquille
  14 octobre 2020
Avec une humilité que seuls les grands écrivains et poètes peuvent se permettre d'adopter, Philippe Jaccottet nous livre sa vision de la poésie, sa façon naïve et spontanée de l'interpréter, d'une fraîcheur déconcertante, d'un art poétique voué à "concilier" ou à "rapprocher" la limite et l'illimité, le clair et l'obscur, le souffle et la forme.
Adepte de l'éphémère, il répond aux questions de l'excellent Reynald André Chalard, et lève le voile sur son interprétation précoce de la traduction et de la poésie, tellement proche dans l'esprit car si la première doit identifier la volonté d'un auteur, la seconde se prend à transcrire l'irréel. le rêve peut faire illusion, les fleurs, elles, ne mentent pas.
Cette fraîcheur inhabituelle séduit, son franc-parler lève toute équivoque et, finalement, aboutit à la mise en place de merveilleux tableaux ou la simplicité prime et les mots ne sont pas surjoués.
Un style épuré qui en dit long sur une vision peu commune, et surtout un résultat plein de lumière qui reflète les idées d'une époque (Jaccottet ne se corrige quasiment jamais, considérant que l'impulsion créatrice initiale ne doit pas ensuite être dénaturée...).
Le voile se lève mais ne dévoile pas tout, car le doute reste omniprésent, au grand bonheur des lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   23 août 2020
il y a eu comme de petites épiphanies inattendues [...] On n’est pas allé se promener en attendant de rencontre des anciens dieux… C’est sorti du sol comme cela, beaucoup du jeu de la lumière sur les choses
Commenter  J’apprécie          10
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   14 octobre 2020
En vieillissant, le regard intérieur se fait myope.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Philippe Jaccottet (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaccottet
Philippe Jaccottet : Entretien avec Alain Veinstein (2001 - Surpris par la nuit / France Culture). Alain Veinstein nous propose ici l'extrait d'un entretien avec Philippe Jaccottet du 12 février 2001 (c'était dans "Surpris par la nuit"), – et ceci à l'occasion de la sortie en Pléiade Gallimard des "Œuvres" de Philippe Jaccottet... Philippe Jaccottet a lui-même choisi les œuvres rassemblées dans ce volume, y recueillant tout ce qu’on pourrait qualifier d’écriture « de création » et laissant de côté son travail de critique et de traducteur, ainsi que certains textes de circonstance liés à des voyages ou à des hommages ; il a veillé à ce que ses livres apparaissent selon la chronologie de leur publication initiale, qui était jusqu’alors parfois masquée par des regroupements éditoriaux ultérieurs. Recueils de poèmes et livres de prose alternent d’abord, bientôt ponctués à intervalles plus ou moins réguliers par les notes de carnets qu’égrènent les différentes livraisons de "La Semaison". Retrouvant leur titre unique, celles-ci sont ici restaurées dans toute la cohérence de leur projet et complétées par les "Observations, 1951-1956", longtemps inédites et qui sont comme l’amorce de ces semences littéraires rassemblant choses vues, choses lues et choses rêvées. L’évolution des poèmes est frappante : des sonnets rimés de "L’Effraie" (1953) aux pièces brèves et épurées d’"Airs" (1967) se fait sentir l’influence des révélations majeures que furent les paysages de Grignan et les haïkus japonais. Par les chants plus tourmentés des livres de deuil qui se succèdent ensuite, de "Leçons" (1969) à "Pensées sous les nuages" (1983), le poète tente de maintenir le flux des mots malgré la mort qui semble faire vaciller jusqu’au langage. À partir de "Cahier de verdure" (1990), proses poétiques et vers se mêlent au sein d’un même recueil. Une forme éminemment personnelle s’invente, se concentrant sur les éclats de joie épars dont il s’agit de restituer la lumière. Comment embrasser à la fois le clair et le sombre, le grave et le léger, le tout et le rien ? L’œuvre de Jaccottet s’impose par l’exigence de sa quête, la pureté rayonnante et sans affectation de son chant – « L’effacement soit ma façon de resplendir », écrivait-il dès "L’Ignorant" (1957). Sans céder jamais à l’épanchement, se refusant autant au nihilisme qu’à l'exaltation – à « l'écœurant brouillard d’un certain lyrisme » –, elle trouve certes dans la beauté subtile et poignante de la nature – lumière d’hiver, vergers en fleurs – une réponse vitale à la violence du monde et au désenchantement. Mais cette beauté n’a rien d'un refuge éthéré ; elle est comme une lame qui permet de creuser dans l’opaque. Cette poésie, nourrie d’ombre, s’écrit avec le vide et contre lui.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : imagesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre