AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 202005972X
Éditeur : Seuil (01/10/1981)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Albert Jacquard
Eloge de la différence
La génétique et les hommes
Les extraordinaires progrès de la biologie nous permettent de comprendre les mécanismes de la transmission de la vie. Lhumanité va-t-elle dès lors pouvoir prendre en charge la gestion consciente de son patrimoine génétique?
N'est-il pas temps d'améliorer l'espèce humaine?
La science déjà est invoquée pour justifier l'inégalité des races, l'hérédité de l'intelligence,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Hugo
  22 mai 2013
Dire que je ne connais absolument rien en Génétique serait un doux euphémisme, quelques cours de biologie au collège, et vue qu'à cette époque j'étais plus concentré sur la notation du derrière des mes congénères femelles (là ce n'est plus un euphémisme), bah autant dire que je n'ai rien retenu.
Donc je démarre de zéro, pour être sincère j'ai sauté les passages mathématiques avec les formules pompeuses que seul les matheux peuvent comprendre. Peut-être que si je faisais des efforts, j'arriverais à piger 2, 3 trucs un peu chiés mais franchement je préfère saisir l'ensemble plutôt que rester frustré sur des détails trop scientifiques.
Il n'y a pas de sous race les amis, en fait il est même impossible de déterminer une véritable race par la génétique, les facteurs sont trop nombreux et les possibilités de classification illimitées : noirs, jaunes, blancs, pas de différence notable, ça se joue à quelques gènes, l'auteur démontre la bêtise humaine qui cherche absolument à prouver qu'un noir est meilleur esclave que chirurgien. Prouver que les hommes sont égaux mais différents est le cheval de bataille de l'auteur, préserver nos différences culturelles et génétiques est primordial pour notre survie, modifier notre patrimoine génétique pour créer une race supérieure est une belle illusion qui causerait notre perte.
Je pourrais continuer comme ça pendant quelques pages, mais il est tard et franchement on s'en fou, le principal c'est que vous lisiez ce bouquin juste par curiosité, c'est pas long et c'est très enrichissant culturellement parlant.
L'auteur explique le racisme avec tous les stéréotypes à vomir qui le caractérise , notre peur face à la différence mais surtout due à notre ignorance, il parle d'intelligence en déterminant ce qu'elle est, d'ou elle vient, une fois de plus il démontre à quel point nous sommes loin de toute vérité.
Je suis incapable de vous expliquer réellement la portée et la complexité de cet ouvrage, mais une chose est sure l'auteur le fait bien, enfin je crois mais bon je suis pas un spécialiste, je vous l'ai dit mon domaine est tout autre.
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
scaalaire68
  04 mars 2013
C'est probablement mon tout 1er ouvrage de vulgarisation lu sur la génétique. Albert Jacquard nous initie à l'évolution darwinienne via la sélection naturelle et aux raisonnements sur la génétique via les statistiques. Il s'en prend avec raison à l'eugénisme et ses dangers. Il nous explique en quoi nos gènes sont une richesse pour nous et le collectif et non pas une fatalité.
Commenter  J’apprécie          220
elisala
  24 août 2014
Un document de vulgarisation bien intéressant sur l'évolution de l'homme, des populations, en relation avec la génétique. Albert Jacquard montre les idées fausses qu'on peut s'en faire, et la manière dont ça a pu être réinterprété, mal interprété, ou pas interprété du tout pour expliquer des théories plus ou moins sympathiques sur les "races" chez l'homme, et toutes ces idées fausses sont démontées une par une, démonstration à l'appui.
C'est peut-être parfois un rien trop didactique (mais oui), mais ça reste rudement intéressant, et ça m'a ouvert les yeux sur certaines vérités très bonnes à dire...
Commenter  J’apprécie          90
Gary
  21 août 2014
Un livre à mettre en toutes les mains de nos collégiens et étudiants (car j'ai bien peur que les plus obtus d'esprits ayant pris de l'âge n'y entrevoient qu'un message incompréhensible et/ou insupportable contrecarrant leur idéaux enfermés et enfermants). Scientifique humaniste, Albert Jacquard démontre avec éloquence l'absurdité de hiérarchiser les gênes et par delà les Hommes. Une leçon d'intelligence de l'esprit et du coeur qui résonnera au lecteur ouvert sur le monde.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gaillard1gaillard1   30 septembre 2010
Tolérer, c'est accepter du bout des lèvres, c'est bien vouloir, c'est, de façon négative, ne pas interdire. Celui qui tolère, se sent bon de tolérer, celui qui est toléré se sent doublement méprisé pour le contenu de ce qu'il représente ou de ce qu'il professe et pour son incapacité à l'imposer. L'intolérance, auto défense du faible ou de l'imbécile, est certes une marque d'infantilisme, mais la tolérance, concession accordée par le puissant sur de lui, n'est que le premier pas vers la reconnaissance de l'autre ; d'autres pas sont nécessaires qui aboutissent à "l'amour des différences".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
HugoHugo   22 mai 2013
"Si je diffère de toi, loin de te léser, je t'augmente", saint-Exupéry, "Lettre à un otage".
Cette évidence, tous nos réflexes la nient. Notre besoin superficiel de confort intellectuel nous pousse à tout ramener à des types et à juger selon la conformité aux types ; mais la richesse est dans la différence.
Commenter  J’apprécie          250
scaalaire68scaalaire68   16 septembre 2013
Il est dans la nature même de notre espèce de vivre artificiellement : dès que nous en avons eu le pouvoir, nous n'avons pas accepté de subir passivement la sélection imposée par le milieu ; nous avons donné aux agressions et aux contraintes venant du milieu extérieur une réponse culturelle, et non pas, comme les autres espèces, une réponse génétique ; le progrès médical n'est rien d'autre que la poursuite de cette réponse culturelle ; l'invention d'un antibiotique n'est pas plus « dysgénique » que l'invention du feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gaillard1gaillard1   30 septembre 2010
Ce qu'exprime le racisme est essentiellement un mépris; mépris envers telle personne justifié, non par ses caractéristiques, mais par son appartenance à un groupe: l'origine de ce mépris est une absence de confiance en soi; son aboutissement est une destruction de soi-même.
Commenter  J’apprécie          100
gaillard1gaillard1   30 septembre 2010
Celui qui tolère, se sent bon de tolérer, celui qui est toléré se sent doublement méprisé pour le contenu de ce qu'il représente ou de ce qu'il professe et pour son incapacité à l'imposer.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Albert Jacquard (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Jacquard
De l’Humanité à l’Humanitude, déterminisme et liberté par Albert Jacquard.
Chef du Service de génétique de l’Institut français d’études démographiques et professeur dans diverses universités, Albert Jacquard donne sa conception de la nature humaine, soit un être doué d’un étonnant potentiel de développement.
Avec simplicité, Albert Jacquard commence son exposé en confiant trois « émotions » au public : une discussion avec Chevènement sur l’éducation, sa visite du tombeau Ming en Chine, et une discussion sur la définition de l’homme au sein du Comité français d’éthique. Dialoguant autour de ces trois anecdotes, Albert Jacquard explique la genèse de la vie sur Terre pour montrer que les êtres vivants sont une succession infinie de possibles. Aux concepts de l’inné et de l’acquis, il ajoute celui de l’autostructuration. Il explique la loi centrale de la génétique humaine qui est selon lui la complexification par la complexité. Un des secrets du prodigieux développement du cerveau humain est le sommeil paradoxal, « moment où l’on se fabrique soi-même ». Ce qui l’amène à définir son concept d’humanitude. Si l’humanité est la base biologique naturelle de l’être humain, l’humanitude est ce que l’homme y a ajouté de lui-même : les concepts (le beau par exemple), les inquiétudes (la notion du futur et de la mort) et les exigences (l’égalité, la justice…).
En conclusion, Albert Jacquard parle des grandes tendances autodestructices de l’humanitude, l’arme nucléaire, le mépris de l’autre (qui est selon lui une forme d’acné juvénile vieillissante !) et le goût du pouvoir. Il donne sa définition de ce que devrait être l’éducation : une aide à l’éclosion de l’individu. Il termine sur la révolution que les Terriens sont en train de vivre : la planète n’est plus une terre infinie à conquérir mais un espace saturé par l’augmentation démographique. Il est salué par de longs applaudissements. Lors du débat, Albert Jacquard parle de la soif d’apprendre, qui devrait être un des moteurs encouragés par l’école. Le public l’interroge sur les manipulations génétiques et le clonage entre autres.
Conférence du 23.05.1985.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : GénétiqueVoir plus
>Sciences de la vie, biologie>Evolution. Génétique. Hérédité>Génétique (7)
autres livres classés : génétiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Hommage à Albert Jacquard, décédé le 11/09/2013

Albert Jacquard est né à Lyon en ...

1915
1925
1935
1945

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Albert JacquardCréer un quiz sur ce livre