AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Krystyna Straçzek (Éditeur scientifique)Véronique Patte (Traducteur)
EAN : 9782259202992
180 pages
Éditeur : Plon (13/02/2008)
3.85/5   20 notes
Résumé :

Le grand reporter Ryszard Kapuscinski, disparu en janvier 2007, donne ici, en quelque sorte, son testament d'écrivain. Choisies parmi plus de mille pages d'articles et d'interviews, ces quelques dizaines de questions et réponses sont précieuses dans le sens où elles renseignent le lecteur sur la profession exercée par Kapuscinski, mais aussi sur lui-même, sa personnalité, sa passion du voyage, ses reportages exceptionnel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  20 décembre 2017
Petit ouvrage réflexif, reposant sur les extraits d'entrevues d'un reporter décryptant son métier et ses enjeux.
Ryszard Kapuściński (décédé en 2007) témoigne sur la pratique du journalisme, sur ses différentes expériences à travers le monde, tout en élargissant le débat sur le rôle des médias et de l'information...
Un petit livre instructif, objectif et réaliste, emprunt de passion, d'éthique et d'humanisme, d'une probante portée universelle.
J'ai eu, cependant, du mal parfois à accrocher au style (retranscription d'oral).
NB : oeuvre figurant au programme des élèves de 2nde Bac Pro- CAP, servant de base à des séances pluridisciplinaires (dans le cadre des PPCP), mêlant entre autres français et EMI autour de la "construction de l'information".
Commenter  J’apprécie          487
umezzu
  01 mai 2018
Ryszard Kapuscinski, journaliste reporter pendant plus de quarante en Afrique et partout dans le monde pour le compte de l'agence de presse polonaise, du temps du communisme, avait multiplié les articles éclairants sur la vie quotidienne et les sociétés qu'il a côtoyé. Son analyse libre avait donné un chef d'oeuvre, Ébène, récit explicatif de l'Afrique et de son fonctionnement. Autoportrait d'un reporter est une compilation tardive, dernier hommage à ce baroudeur mort en janvier 2007.
L'ouvrage est d'un intérêt moyen, sauf pour ceux que les médias et les règles journalistiques passionnent.
Commenter  J’apprécie          190
Caro29
  09 août 2012
J'ai lu « Autoportrait d'un reporter » pour avoir un aperçu du métier que j'allais exercer à la fin de mes études de journalisme. Je dois dire que la lecture de cette autobiographie professionnelle signée Ryszard Kapuscinski m'a franchement inspirée. Aujourd'hui, je suis journaliste, pas grand reporter, mais je pense souvent à ce grand journaliste lorsqu'il m'arrive de manquer un peu d'audace dans mes reportages. Son expérience de reporter, une vocation, est un modèle pour moi. Ce genre de lecture peut aider les journalistes à appréhender leur métier. Il peut aussi permettre aux lecteurs de comprendre la complexité de ce métier souvent dénigré…
Commenter  J’apprécie          120
Apoapo
  06 février 2016
Ce collage d'entretiens (et fragments de conférences et autres matériaux, mais globalement correspondant à la forme "question-réponse"), a pour vocation de préciser les aspects principaux de la carrière de reporter de Kapuscinski, ainsi qu'il la concevait. R.K. parle donc (avec certaines répétitions et longueurs typiques de l'oral donc de ce genre de livres) de son expérience et de sa vision du métier de reporter dans son déroulement au fil des ans ; de son écriture, c'est-à-dire à la fois de son style dans la spécificité du genre du reportage littéraire et de sa propre manière de s'imprégner de l'information et de la rendre ; de sa vision éthique des qualités requises par le travail, et enfin, de façon très intéressante, du devenir de celui-ci à l'heure où la révolution des médias a créé une différence fondamentale entre journaliste et "media worker".
Du point de vue stylistique-littéraire, j'ai été particulièrement frappé par son idée de la "poétique du fragment" (p. 107) - et pas conséquent la création de "l'oeuvre en cours" (p. 109) - le fragment étant désormais le seul type de prose à même d'aborder la complexité du monde post-moderne.
Du très stimulant chapitre final (ch. V, pp. 133-169) qui est principalement consacré à l'évolution des médias, je retiens une note ténue mais soutenue d'optimisme sur la pérennité du besoin de bons reporters, aujourd'hui aussi, qui contraste avec le fond d'une noirceur effrayante que nous connaissons tous, à l'heure de l'information-marchandise et du remplacement de la censure par la désinformation... Une précision me manquait à ce cadre d'immense désolation :
"De même que naguère existait le comité central du parti communiste, un "comité central" de l'information est en train de voir le jour. On assiste à une centralisation des grands réseaux médiatiques : de plus en plus d'informations se retrouvent entre des mains de moins en moins nombreuses." (p. 160). Ce discours n'est pas très populaire à l'heure de l'enthousiasme pour le potentiel d'Internet et les prouesses de Mediapart. Il est vrai que l'édition originale de cet ouvrage date de 2003, mais il faut aussi tenir compte de la distinction entre information (et réseaux de communication) de masse et "dialogue entre esprits élevés" (p. 163) : Kapuscinski avait déjà eu le temps de faire cette distinction justement dans le contexte de l'information sur Internet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucaria
  05 mars 2017
Un peu déçue par rapport à ma lecture d'un précédent livre du même auteur "Ebène". Il faut dire que c'est vraiment un très bon livre, et qu'à côté "Autoportrait d'un reporter" est un peu distancé. Livre honnête quand même.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   20 décembre 2017
Plus on connaît le monde, plus on a le sentiment de le méconnaître et plus on se rend compte de son immensité, spatiale certes, mais surtout culturelle, une richesse si énorme qu'elle est impossible à inventorier.
Commenter  J’apprécie          260
liberligerliberliger   04 février 2013
La structure de l'humanité est marquée par le sceau de l'inégalité. A l'heure actuelle, nous n'avons pas les moyens - et nous ne sommes pas près de les avoir - de vaincre cette inégalité. Même si personne ne le reconnaît, les hommes ne croient pas que chacun pourrait avoir un niveau de vie relativement convenable. Notre expérience historique montre que seule une partie de l'humanité peut vivre convenablement. Par conséquent, nous savons que nous entrons dans le XXIe siècle avec l'injustice. Et j'estime que celui qui voyage et voit les deux côtés de la médaille a le devoir d'écrire à ce sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
liberligerliberliger   04 février 2013
La curiosité est un trait de caractère du reporter. Il y a des gens que le monde n'intéresse pas du tout. Ils considèrent leur univers comme le centre de la Terre. C'est une vision comme une autre. Confucius dit bien que la meilleure façon de connaître le monde consiste à ne pas sortir de chez soi. Il y a une part de vérité dans ce postulat. Il ne faut pas nécessairement voyager dans l'espace.. On peut voyager à l'intérieur de son âme. le voyage est un concept extensible et varié.
Il existe toutefois des gens qui ont besoin de connaître le monde dans sa diversité ; cela fait partie de leur nature. Ces gens sont peu nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liberligerliberliger   04 février 2013
Pour pratiquer le journalisme, il faut avant tout être bon. Les gens mauvais ne peuvent pas être de bons journalistes. Seul un homme bon essaie de comprendre les autres, leurs intentions, leur foi, leurs intérêts, leurs difficultés, leurs tragédies. Et immédiatement, dès le premier instant, de s'identifier à leur vie.
Commenter  J’apprécie          70
liberligerliberliger   04 février 2013
Les média ont toutefois créé une vision du monde très politique, chaotique et totalement déconnectée de la "longue durée", autrement dit des institutions sociales, des attitudes, des mentalités et des préoccupations des gens simples qui constituent quatre-vingt-dix pour cent de toute société.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Ryszard Kapuscinski (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryszard Kapuscinski
25 octobre 2013
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais. Pendant des années, ce grand reporter doublé d'un écrivain sillonne le continent noir, habite les quartiers des Africains, s'expose à des conditions de vie qu'aucun correspondant occidental n'aurait acceptées. Observateur exceptionnel, il croise des potentats comme Nkrumah, Kenyatta ou Idi Amin, témoigne de coups d'Etat et de guerres civiles ; il essuie des fusillades, affronte des tempêtes de sable et supporte l'indescriptible chaleur africaine. Mais Kapuscinski s'intéresse surtout aux gens et sait gagner leur confiance. le tumulte de la vie quotidienne africaine le passionne davantage que les corruptions, les épidémies et les guerres meurtrières. Ce livre majeur, attendu depuis longtemps, a reçu en 2000 le prestigieux prix littéraire italien Viareggio. "(...) un chef-d'oeuvre hybride et bouleversant ; peu de livres ont fait sentir l'Afrique d'aussi près." Jacques Meunier - "Le Monde"
+ Lire la suite
>Journalisme, édition. Journaux>Activités journalistiques>Recherche et reportage de nouvelle (13)
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2446 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre