AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronique Patte (Traducteur)
EAN : 9782266138093
320 pages
Éditeur : Pocket (01/09/2004)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Une plongée dans l'Afrique et l'Amérique latine des années 1960 et 1970 : une œuvre journalistique exceptionnelle faite d'une mosaïque de textes par un conteur né.

Le 14 juillet 1969, une guerre éclate entre le Honduras et le Salvador. Les forces aériennes bombardent les villes, les armées de terre s'affrontent. Vingt milliers de morts et de blessés. La raison de ces massacres ? Au match retour de qualification pour la coupe du monde, le Salvador a ba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  01 mai 2018
Le titre provient d'un des événements que le journaliste reporter polonais Ryszard Kapuscinski relate dans ce fourre-tout, issu d'années de présence sur le terrain.
En 1969, le Honduras et le Salvador sont entrés en guerre en réaction au résultat d'un match qualificatif pour la coupe du monde de football. Kapuscinski raconte ce qui s'est passé et explique pourquoi les les leaders nationaux ont réagi de cette façon à un simple résultat de foot. Quand on voit le comportement des supporters sur certains matchs cela n'est finalement pas si surprenant que cela.
Le reste du livre est consacré à plein de récits écrits à l'occasion de guerres civiles et de luttes de "libération nationale". Autant de moments où se mêlent ambitions personnelles, claniques ou ethniques. Les portraits des personnes rencontrées sont très réussis et parfois angoissants.
Cet ensemble de « papiers » journalistiques est finalement un bon témoignage de l'histoire de la seconde moitié du vingtième siècle. Ce que fut ce monde durant cinquante ans, entre guerre froide, chute du colonialisme et développement de nationalismes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Aela
  23 janvier 2011
Ryszard Kapuscinski a été un très grand reporter qui a travaillé longtemps pour l'agence de presse polonaise jusqu'en 1981.
Il s'est spécialisé dans l'étude des dérives du tiers-monde et sur l'ex empire soviétique.
Des chroniques sont rassemblées autour de ce qui a fait l'histoire: la guerre de 1969 entre le Honduras et le Salvador, la prise de pouvoir de Boumedienne en Algérie..
Un travail excellent de journaliste-écrivain.
Commenter  J’apprécie          40
DanR
  08 octobre 2014
Quelle existence de baroudeur ! Quel amour des hommes ! Les récits de voyages d'un journaliste intrépide aux 2 coins du monde (Afrique et Amérique Latine) et surtout là où ça pète. Passionnant.
Commenter  J’apprécie          60
Polardesglaces
  25 septembre 2020
Il n'y aura pas de paradis, de Ryszard Kapuscinski est un recueil de divers récits tirés des expériences de journaliste de l'auteur, dans les années 1960–1970. A sa parution, l'ouvrage portait le titre racoleur de la Guerre du foot, en référence à un conflit qui opposa le Honduras au Salvador et dont l'étincelle furent deux matchs de football. Kapuscinski raconte cette histoire, mais elle n'est qu'une parmi tant d'autre. S'il nous fait voyager en Amérique latine ou au Levant, l'essentiel du livre se passe en Afrique.
L'ouvrage est construit sur deux principes :
D'abord, des explications très claires et détaillées sur la situation de certains pays ayant amené l'auteur à couvrir les événements. Ainsi, Kapuscinski traite du Nigeria, de l'Algérie, de l'Afrique du sud… Parfois même, il remonte L Histoire pour mettre en perspective la situation et, ainsi la faire comprendre au lecteur. Ces chapitres sont de passionnants cours de géopolitiques, mis à la portée de tous.
Ensuite, l'auteur nous livre des chapitres plus personnels. Les récits des expériences vécues sont aussi très intéressants et l'on apprend que Ryszard Kapuscinski a souvent flirté avec la mort, que ce soit à des barrages routiers improvisés ou au coeur de combats dans la jungle. le seul bémol, pour moi, concerne les quelques réflexions personnelles qu'il mène et qui, sont parfois confuses et rébarbatives ; c'est le cas, par exemple de ses digressions sur les bureaux (le meuble) ou la solitude.
Il n'y aura pas de paradis est un très bon recueil pour appréhender quelques instantanés des années 1960–1970, en pleine guerre froide et décolonisation.
Lien : http://www.polardesglaces.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ourcq
  09 octobre 2014
Très décevant, un livre très décousu centré sur le rôle du journaliste entrecoupé de quelques anecdotes sur des reportages.
Lire plutôt le chef d'oeuvre de l'auteur : Ebène
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   26 décembre 2016
En Amérique Latine, disait-il, la frontière entre le foot et la politique est extrêmement ténue. La liste des gouvernements qui sont tombés ou ont été renversés par l'armée parce que l'équipe nationale avait essuyé une défaite était longue. Au lendemain de leur défaite, les équipes professionnelles sont dénoncées dans la presse comme des traîtres à la patrie. Lorsque le Brésil remporta la Coupe du monde au Mexique, un de mes collègues, un émigré politique brésilien, fut désespéré : « La droite militaire a au minimum cinq années de calme devant elle. » Lorsque le Brésil élimina l'Angleterre de la Coupe du monde, un article intitulé « Jésus défend le Brésil », dans le quotidien Jornal dos Sportes de Rio de Janeiro, expliquait ainsi les raisons de la victoire de son pays : « Chaque fois que le ballon fonçait vers notre cage et que le but paraissait inévitable, Jésus pointait une jambe hors des nuages et mettait le ballon out. » L'article était accompagné de dessins illustrant le phénomène surnaturel.
En allant au stade, on peut y laisser sa vie. Prenons le match dans lequel le Mexique perdit contre le Pérou 1-2. Plein d'amertume, un supporter mexicain s'écria sur un ton de bravade : « Viva México ! » Il devait périr peu de temps après, massacré par la foule. Mais les émotions suscitées par le foot peuvent se manifester sous d'autres formes. A l'issue d'un match où le Mexique battit la Belgique 1-0, le directeur d'une prison de condamnés à perpétuité à Chilpancingo, fou de joie, se mit à courir, un pistolet à la main, tirant des coups de feu en l'air et criant : « Viva México ! » Puis il ouvrit toutes les cellules, libérant cent quarante-deux dangereux criminels. Le tribunal l'acquitta « car il avait agit dans un élan patriotique », pouvait-on lire dans les conclusions du verdict.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
art-bsurdeart-bsurde   02 décembre 2016
Le passé colonial pèse sur chaque domaine de la réalité africaine. La particularité du colonialisme est de créer dans la vie du pays conquis une série de fractures. Ces factures se sont ouvertes partout : dans l'économie, dans la stratification sociale, dans les mentalités. L'image que donne souvent un pays colonial est celle d'une usine ultra-moderne, et, à côté de cette usine, de cavernes dans lesquelles vivent des hommes se servant encore d'une houe en bois. "Regardez les belles routes que nous leur avons construites", disent les colons. Certes, mais au bord de ces routes il y a des villages dont la population n'est pas encore sortie du paléolithique.
C'est exactement l'image que donne l'Algérie.

"L'Algérie se voile la face"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
anapalaanapala   13 août 2014
Si on veut comprendre l’Afrique, il faut lire Shakespeare. Dans les pièces du dramaturge anglais, tous les héros périssent, les trônes dégoulinent de sang tandis que le peuple horrifié contemple en silence le grand spectacle de la mort.

Ryszard Kapuscinski, Il n’y aura pas de paradis – la guerre du foot et autres guerres et aventures, éd. Pocket, Paris, 2012, p.178.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ryszard Kapuscinski (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryszard Kapuscinski
25 octobre 2013
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais. Pendant des années, ce grand reporter doublé d'un écrivain sillonne le continent noir, habite les quartiers des Africains, s'expose à des conditions de vie qu'aucun correspondant occidental n'aurait acceptées. Observateur exceptionnel, il croise des potentats comme Nkrumah, Kenyatta ou Idi Amin, témoigne de coups d'Etat et de guerres civiles ; il essuie des fusillades, affronte des tempêtes de sable et supporte l'indescriptible chaleur africaine. Mais Kapuscinski s'intéresse surtout aux gens et sait gagner leur confiance. le tumulte de la vie quotidienne africaine le passionne davantage que les corruptions, les épidémies et les guerres meurtrières. Ce livre majeur, attendu depuis longtemps, a reçu en 2000 le prestigieux prix littéraire italien Viareggio. "(...) un chef-d'oeuvre hybride et bouleversant ; peu de livres ont fait sentir l'Afrique d'aussi près." Jacques Meunier - "Le Monde"
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Géographie de l'AfriqueVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Géographie générale>Géographie de l'Afrique (179)
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox