AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Youssef Seddik (Traducteur)Muhammad Mawhub (Traducteur)
EAN : 9782264031976
169 pages
10-18 (30/01/2001)
3.69/5   21 notes
Résumé :
Dans la chaleur moite d'un pays blessé à vif, en Cisjordanie occupée, soldats et jeunes Palestiniens s'affrontent à combat ouvert dans les rues. Les femmes, dans la pénombre des maisons embaumées de jasmin et de myrte, s'attardent devant le narguilé. Une nuit, le couvre-feu contraint Samar, universitaire de vingt-six ans, à se réfugier chez Nouzha. Mais la jeune prostituée n'est pas seule : elle a recueilli Houssam, un résistant du quartier, grièvement blessé. Tandi... >Voir plus
Que lire après L'impasse de Bab EssahaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Je devais lire ce livre pour le travail et franchement 'Cisjordanie', 'Intifada' pas vraiment emballée. Grossière erreur ! C'est dur et drôle à la fois, tout en subtilité. L'Intifada est en toile de fond mais on vit surtout avec ces femmes qui n'ont pas leur langue dans leur poche : tradition, machisme, thé et narguilé. Ce livre est plein de vie !
(Mention spéciale à la la qualité de la couverture de la nouvelle édition chez Elyzad)
Commenter  J’apprécie          130
Sahar Khalifa nous emmène à Naplouse dans ces territoires occupés où les hommes partent à la guerre à l‘âge de douze ans. Mais ce sont les voix des femmes qui résonnent dans L'Impasse de Bab Essaha, pour dire leur oppression. Celle de l'occupant israélien, mais aussi celle des combattants palestiniens qui luttent pour la liberté tout en asservissant leurs épouses.
Lien : http://www.arte.tv/fr/mille-..
Commenter  J’apprécie          180
L'histoire se situe à Naplouse, ville sur un territoire très sensible, pendant l'Intifada. Autant vous dire que je ne connaissais rien de tout cela avant cette lecture. L'auteure nous plonge dans le quotidien de femmes très différentes les unes des autres, nous permettant ainsi d'avoir un aperçu (peu reluisant) de la situation de la femme là-bas. Malgré leurs conditions compliquées, elles se serrent les coudes et s'entraident. Nous voyons également la très grande importance de la religion pour le peuple palestinien.
J'ai aimé la façon dont les femmes se retrouvent petit à petit dans cette fameuse maison.
La lecture a été agréable même si j'ai mis un tout petit peu de temps à rentrer dans l'histoire, faute de connaissances sur le sujet. J'ai également été un peu perdue dans la narration et notamment dans le passage du temps : quand a lieu telle scène, combien de temps s'est écoulé etc.
Une mention toute particulière aux éditions Elyzad qui font un travail magnifique ! Je ne peux m'empêcher de me dire haut et fort à chaque fois que j'ai un livre de chez eux, leurs couvertures sont tellement belles et le format agréable ! Félicitations !
Commenter  J’apprécie          86
Sahar Khalifa et les éditions Elyzad (dont les parutions sont vraiment qualitatives) nous emmènent dans l'impasse de Bab Essaha de Naplouse, en Cisjordanie (comprenez la Palestine).

Ce court roman traite de deux sujets importants : l'oppression des palestiniens par les israéliens (comment passer à côté de ce sujet..) et la condition de la femme.

Ces deux sujets sont très bien traités, en tout cas pour ma part. J'ai tout ressenti : l'oppression, la crainte, l'ambiance sombre, la nuit, l'obscurité des pièces, le calme inquiétant, puis les bruits inquiétants. Enfin tout y est !

Et puis c'est court, mais intense ! Et disponible en poche donc à petit prix, avec en plus une couverture magnifique ! Bref, il faut le lire !
Commenter  J’apprécie          50
c'était une lecture particulière - très différente de ce dont je peux avoir l'habitude. Je ne me suis pas attachée aux personnages. Je pense que la plume un peu froide, bien que très belle par moment, m'en a empêché. La plume est par moment très poétique (la langue arabe en même temps!) mais par moment, j'avais du mal à comprendre la situation décrite. C'est un récit où il y a beaucoup de réflexion sur la condition des femmes, sur la Palestine mais assez peu d'actions au final. Normalement, cela m'ennuierait. Ici, j'étais comme envoûtée par la plume, par l'ambiance décrite.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
le soleil rougeoyait au dessus des oliviers. Les paysannes apeurées rejoignirent leurs sacs... Nouzha regardait les jeunes sauter de partout, attaquer d'un côté, bondir de l'autre, courir, s'élancer d'un rocher à un autre... Quelques minutes plus tard un premier jeune trébucha.
Commenter  J’apprécie          40
Il arrive qu'on se relâche et qu'on se mette à méditer, on perd alors la tête et l'on devient comme un animal blessé. Qu'avons-nous obtenu ? Qu'avons-nous perdu ? Où étions-nous et où sommes-nous maintenant ? Jusqu'où irons-nous ? Y aura-t-il une fin, un espoir ? Assez de divagation ! Tout cela n'est que divagations et jeux de l'esprit. Le doute, l'ennui, la solitude, nous n'avons pas de temps pour ces futilités. Galope, fuis, cogne, avertis, appelle, siffle, grave des mots d'ordre, prévois, expédie des messages, enterre, creuse, subis, supporte, ris, ris encore au plus haut de ton chagrin, tu es le bâtisseur et le destructeur, tu es l monde et l'immortalité du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Dépiuille-toi de ton corps comme d'un vêtement, lui avait dit Samih. Seul ton corps est en prison, ton esprit ne peut être prisonnier, on ne peut pas attraper le vent.
Commenter  J’apprécie          10
Les collines de Zawata, le mont Rubeen, les vallées qui s’inclinaient pour accueillir le soleil, et l’amour d’une fille dont les yeux sont les ailes du crépuscule, un plumage d’hirondelle, l’or des épis. La femme était l’image et le symbole de la terre, ou plutôt c’est la terre qui était la femme.
Commenter  J’apprécie          00
Dans cet amour-là, la tendresse de mêlait aux étincelles de la tête et aux frissons du corps. Le soleil en était devenu plus éclatant, la terre plus somptueuse et la vieille ville un enchantement.
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : Littérature arabeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature arabe (151)
autres livres classés : palestineVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (71) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
561 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..