AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226431780
Éditeur : Albin Michel (03/09/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 120 notes)
Résumé :
Maitre incontesté de l'horreur et du fantastique, Stephen King – l'écrivain le plus lu au monde – est un homme remarquablement discret qui s'est toujours caché derrière son œuvre et ses lunettes de myope.

Avec Anatomie de l'horreur, il lève enfin le voile. Ni autobiographie ni essai théorique, ce livre est plutôt une conversation au coin du feu où il évoque – avec humour et simplicité – son enfance, ses terreurs, ses idoles.

Né en 1947,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Pavlik
  09 juillet 2014
Anatomie de l'horreur (je parle ici du tome 1) a une grande force qui est aussi sa faiblesse : Stephen King. le maître nous y livre ses réflexions sur le genre horrifique, ses influences, son enfance et comment il en est venu à aimer ce genre et à faire de la production d'oeuvres qui s'en réclament son métier. C'est n'est donc pas un essai au sens académique qu'il nous propose. La structure est aléatoire, bien que suivant un fils chronologique. L'intérêt tiens donc essentiellement dans la subjectivité de son auteur. Mais parce que c'est King qui le dit c'est (la plupart du temps) passionnant.
Par exemple son analyse de trois archétypes incontournables, le vampire, le loup-garou et le "monstre sans nom" (type Frankenstein) ; ou encore sa vision du processus menant à la terreur et les différents niveaux qui en découlent ; également ses réflexions sur la fonction éminemment conservatrice de l'auteur d'horreur qui serait là pour nous montrer, à un niveau collectif, ce qu'il en coûte de franchir les limites socialement admises.
Anatomie de l'horreur est donc une forme bâtarde entre essai et autobiographie, dont ce dernier aspect existe essentiellement à travers l'évocation des influences de son auteur. Et là on peut dire que nous sommes servi : écrivains, réalisateurs, émissions de télévision et de radio, il y en a pour tous les goûts. Néanmoins,certaines références se révèlent assez obscures, mais sans doute est-ce, en partie, un problème de génération, ce tome traitant des influences les plus anciennes. D'autres sont, sans doutes, assez confidentielles de ce côté ci de l'atlantique. King n'oublie pas, au-delà du simple égrainage de souvenirs personnels, de les contextualiser et de nous révéler à quelles peurs les oeuvres évoquées renvoient dans la réalité.
En résumé, Anatomie de l'horreur se montre tout-à-fait intéressant pour les amateurs du genre, même si on peut lui reprocher un manque de structuration, et certainement indispensable pour tous fan du King qui se respecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Wazlib
  19 août 2016
« Anatomie de l'horreur », c'est une seule oeuvre divisée en deux tomes en français, richement documentée. Je pense que pour commencer, je peux féliciter tout le travail éditorial français derrière King qui a fait un boulot remarquable, où rien n'est laissé en plan. Tout est traité avec passion, cela se sent, et il vous sera toujours possible de trouver les références françaises des oeuvres citées par King grâce aux nombreuses notes de fin de volume.
Je me suis largement surestimé pour la lecture de cet essai. Énormément. On m'a dit (et tout s'est révélé vrai) que c'était Stephen King qui discutait avec le lecture des oeuvres majeures qui l'ont influencé, de ce qu'était pour lui l'horreur, ce qu'elle implique, comment marche-t-elle, et toujours avec Stephen King, des petites histoires autobiographiques qui feront grand plaisir. Mais j'ai eu énormément de mal à finir tout ça.
Quand Stephen King parle de pure théorie, ça se passe globalement bien. Ses idées sont évidemment très bonnes, et le bonhomme s'y connait, personne ne dira jamais le contraire après avoir lu ces pages. C'est avec un silence respectueux que l'on décortique l'horreur avec le maitre, qui a toujours une avance sur nous (et c'est tant mieux). Quelques soucis à relever sur ces passages théoriques néanmoins. On promet dans l'avant-propos que Stephen King ne sera pas enclavé par un souci didactique, par une volonté de rigueur formelle. Ok, c'est enthousiasmant, mais des fois malheureusement cela manque. On a quand même très souvent l'impression que cela part dans tous les sens, à cause d'innombrables digressions et de liens illogiques entre les différentes voies d'exploration du domaine de l'horreur. Que Stephen King décide de faire une ambiance « coin du feu », où il discute simplement avec nous, se laissant porter par le fil de la conversation est un gros point positif, et je n'essaie pas de l'entacher. Mais je le répète, quand il touche la théorie dure, la trame globale de son explication est invisible et le lecteur est très vite confus. C'est cependant assez mineur. le deuxième point est bien ridicule, et je ne vais que vous le souffler : parler de l'horreur sur autant de pages rend fou. J'ai été lassé et parfois dérangé de disséquer ce sentiment paradoxal un peu sacré, que l'on aime de temps en temps, et qu'on aimerait bien maitriser. Là, ça faisait beaucoup. Vraiment.
Certains passages sont très bons, excellemment bons. Je retiendrai particulièrement dans le premier tome, le chapitre autobiographique tout bonnement fantastique, et celui où King parle des trois romans majeurs fondateurs de l'horreur.
Venons-en aux obstacles qui m'ont vraiment posé problème et ont rendu ma lecture bien laborieuse. Stephen King décide d'aborder l'horreur sous toutes ses manifestations, et ne reste pas coincé dans le domaine de la littérature. Il développe donc particulièrement le cinéma, mais aussi la radio, par exemple. Et quand les références sont des bouquins, globalement j'arrive à suivre. Ayant une culture de la littérature d'horreur basique mais suffisante, je savais de quoi il parlait et suivait avec plaisir les avis de King là-dessus, le tout servant bien souvent un propos plus global (je dis bien souvent, car comme je l'ai noté plus haut, on se sent parfois si perdu qu'on ne sait plus bien pourquoi King nous parle de ceci ou de cela). En revanche, quand en vingt pages, King me parle de dix films d'horreur des années 50, qui me sont complètement inconnus, eh bien je relâche, moi. J'ai apprécié il y a quelques années les films d'horreur « modernes » (et les apprécie encore de temps à autre) et les grands classiques, disons, mais là, King parle peu de ceux-là, s'entêtant à nous montrer la validité d'une théorie avec par exemple « The Brain from Planet Arous »... le deuxième tome est bien plus tourné vers la littérature et aura donc peut-être plus d'attaches sur le lecteur, le captivera plus facilement. Mais on est très vite noyé sous les avalanches de références à chaque page, et vous avouerez que les oeuvres pleines de références c'est cool quand on en partage un certain nombre. Ce n'était pas mon cas.
Je n'ai pas mis une note méchante pour cet essai puisqu'il serait ridicule d'infliger au bouquin de King mes propres erreurs (je me suis surestimé). Mais ce que je me dis, c'est que le lectorat visé ici est plus âgé que moi, et peut-être bien plus porté sur l'horreur, ce qui fait, je crois, de ce lectorat un groupe réduit d'individus. J'ai donc mis une note neutre, le 7, car l'essai est clairement un must pour quiconque veut tenter d'approfondir le domaine, et se lancer dans la « danse macabre », comme dit King. Cela donne également un nouvel angle de vue sur le travail de King. Mais c'était un peu trop, là!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
greg320i
  08 avril 2012
Un travail sérieux et complet à été apporter à ce livre qui traite de la genèse de l'horreur par Stephen King. Tout au long de ces pages,il traite,analyse,diagnostique et nous fait partager sa véritable passion : La peur sous toutes ses formes . Il est intérréssant et vraiment prenant de découvrir le point de vue d'un véritable maître en la matière qui sais avec la manière comment nous décrypter ce qui à fait le succès et connaitre au grand public les lettres de noblesse de cet art divin qui est le fantastique. Mieux qu'un simple panorama ou résumé de livres ((et autre forme de terreur) qui auré pu s'avérer monotone au final, c'est aussi avec ses expériences personnelles , son habituel humour froid et sa maéstria de conteur qu'il nous propulse là où l'on exulte de joie en découvrant notre domaine favori et fétiche décrié par un professionel. Bref un livre unique, salutairement bon et recommandable .
Commenter  J’apprécie          130
grm-uzik
  25 septembre 2016
Le Maître n'a pas écrit que des livres d'épouvante, il a également fait des livres qui parle de l'épouvante.
"Anatomie de l'horreur" est un essai où le géant de la littérature disserte sur le genre qui l'a fait connaître et qui l'a notamment rendu riche, aussi bien en matière d'argent qu'en matière intellectuelle.
Ce n'est pas une oeuvre autobiographique. Il n'existe qu'un chapitre où Stephen King parle de lui et de ses souvenirs, ceux-là même qui lui donnent matière à travailler (et à nous des insomnies !). Tout le reste est la place du genre fantastique dans des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, la radio ou la télévision. Parce qu'en Amérique, les auditeurs-radio aussi ont droit à leur lot quotidien de terreur.
Le Maître va nous faire alors comprendre ce qu'est le fantastique et ceux qu'il doit servir, autrement dit des gens qui cherchent à soigner leurs peurs. Il tient cette thérapie à chacun de ses bouquins. On retiendra un passage intéressant où, exemple à l'appuie bien sûr, l'écrivain nous démontre que les seuls monstres qui existent sont ceux qui traitent eux-même les autres de créatures monstrueuses (entendre par là, les laids, les nains, les difformes, les bossus et j'en passe).
Généreusement argumenté de titres de livres, de films ou aussi bien d'émissions radio, ce bouquin se lit facilement sans jamais nous ennuyer malgré le sujet délicat (il donne quand même de bonnes raisons d'existence au fantastique, si on ne dit pas des raisons primordiales). On s'étonnera même de vouloir arriver au plus vite à la fin pour connaître le fin mot de l'histoire alors qu'aucun suspense n'est présent puisque c'est un essai et non un roman. Mais la tenue de route est correcte. Prenant et éducatifs de surcroît. Et bien qu'il n'est pas eu l'intention, au départ, de faire une oeuvre auto-biographique, on apprendra pas mal de choses sur cet auteur grandiose et génial à travers ses émissions, ses films et sa lecture préférés. Un excellent essai Kingien que je recommande a tous les fans de Stephen King.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
syannelle
  01 mai 2012
Après avoir fini "Under the Dome" du même auteur, je me suis dit que j'allais relire ces deux tomes consacrés au fantastique dans la littérature, enfin, c'est ce volet là qui m'intéresse. J'ai toujours aimé les livres "qui font peur", et j'avoue que j'aime bien lorsqu'un auteur lève un peu un coin du voile, et nous explique sa vision des choses quant à ce genre.
Pour lui le fantastique survient lorsque des personnages représentant des gens comme vous et moi sont confrontés à des phénomènes inexplicables. Il explique aussi que d'après lui, la plus grande forme de terreur est celle que l'on ressent lorsque l'on ne sait pas ce qui se cache derrière la porte. C'est là que notre imagination est poussée à gambader et à s'affoler.
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
LaPresse   12 septembre 2018
Dans Anatomie de l'horreur, cet essai paru en 1981 en anglais et en 1995 en français, Stephen King décortique de façon très personnelle les genres de l'horreur et de l'épouvante, à sa manière unique.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   08 juillet 2014
S'il y a bien une vérité concernant la danse macabre c'est la suivante : les romans, les films, les dramatiques télé et radio, et même les bandes dessinées, qui relèvent de l'horreur fonctionnent toujours sur deux niveaux. Le premier est celui du haut-le-cœur pur et simple (...) Mais il existe un autre niveau, beaucoup plus puissant, où l'horreur peut être comparée à une danse, une quête dynamique et cadencée. Et l'objet de cette quête c'est le lieu où vous-même, lecteur ou spectateur, vivez à votre niveau le plus primitif (...) L'oeuvre d'horreur est-elle une oeuvre d'art ? Lorsqu'elle fonctionne à ce second niveau, elle n'est jamais autre chose ; elle accède au statut d'oeuvre d'art tout simplement parce qu'elle est en quête de quelque chose qui transcende l'art, qui est antérieur à l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
grm-uzikgrm-uzik   09 septembre 2018
- "Vous êtes-vous déjà rendu coupable de ce crime (le lecteur qui regarde les trois dernières pages pour voir comment ça finit.) ? Oui, vous ! C'est à vous que je parle ! Ne cherchez pas à vous défiler ! Avouez ! Vous est-il déjà arrivé de rôder dans une librairie, de vérifier que personne ne vous observait, et de regarder les dernières pages d'un bouquin d'Agatha Christie pour savoir qui était le coupable ? Avez-vous déjà regardé la fin d'un roman d'horreur pour voir si le héros réussissait à échapper aux forces ténébreuses ? Si oui, mon sens du devoir m'impose de vous dire trois mots, et ces trois mots sont : HONTE SUR VOUS ! C'est déjà bien lamentable de corner la page d'un bouquin pour la marquer ; mais REGARDER LES DERNIÈRES PAGES POUR VOIR COMMENT ÇA FINIT, c'est encore plus bas. Si jamais vous avez cette manie, je vous ordonne de vous guérir... et tout de suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
grm-uzikgrm-uzik   04 septembre 2018
- "Si les écrivains de fantastique gardent ce visage juvénile, c'est peut-être parce qu'ils aiment bien le gorille. Ils n'ont jamais pris la peine de renforcer sa cage, et en conséquence, ils n'ont jamais eu à subir cette atrophie de l'imagination qui accompagne le passage à l'âge adulte, ce rétrécissement du champ visuel si nécessaire à la réussite de l'adulte. Un des paradoxes du fantastique et de l'horreur, c'est que l'écrivain spécialisé est comparable aux deux petits cochons qui construisent leurs maisons respectives en paille et en bois... sauf qu'au lieu de retenir sa leçon et de se construire une maison en brique comme leur frère aîné et si adulte, l'écrivain se contente de la rebâtir avec de la paille ou du bois. Parce que, si dingue que ça paraisse, il aime voir arriver le loup qui va anéantir sa demeure, tout comme il aime voir le gorille sortir de sa cage.
La plupart des gens ne sont pas des écrivains spécialisés, bien entendu, mais la quasi-totalité d'entre nous a besoin de temps à autre de se nourrir l'imagination avec des mets de ce style. Nous savons confusément que l'imagination a besoin de sa dose de terreur, tout comme le corps peut parfois avoir besoin de vitamines ou de sel iodé. Le fantastique, c'est le sel de l'esprit."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdrasteAdraste   24 août 2011
L'incrédulité n'a rien de léger, croyez-moi. Si Arthur Hailey et H.P.Lovecraft n'ont pas les mêmes tirages, c'est sans doute parce que tout le monde croit aux banques et aux automobiles, alors qu'un effort mental bien plus complexe et bien plus intense est nécessaire si l'on veut croire, ne serait-ce que pour quelques pages, à Nyarlathotep, le Chaos rampant. Et chaque fois que je tombe sur un homme ou une femme qui exprime une opinion du genre: "Je ne lis jamais de fantastique et je ne vais jamais voir de films d'horreur; rien de tout cela n'est réel", j'éprouve à son égard une certaine compassion. Le poids du fantastique est trop lourd pour lui. Ses muscles de l'imagination se sont trop atrophiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EcureuilEcureuil   22 octobre 2011
[...] J'ai jadis commis une grave erreur eu égard à "Robot Monster" [film/navet d'horreur des années 50 ...] Il y a une dizaine d'années, ce film est passé le samedi soir à la télé et j'ai décidé de fumer un joint avant de le visionner. Il est rare que je fume de l'herbe, parce que tout me parait drôle quand je suis défoncé. Ce soir-là, j'ai faillé attraper une hernie. J'avais les larmes aux yeux et je me roulais par terre. Heureusement que le film ne dure que soixante-trois minutes ; vingt minutes de plus à regarder Ro-Man régler sa TSF à faire des bulles dans "une des grottes hollywoodiennes les plus familières", et je crois que je serais tout bonnement mort de rire.
(Chapitre 7 "Du film d'horreur considéré comme malbouffe", p. 284)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stephen King (136) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Extrait de "L'Outsider" de Stephen King lu par Philippe Résimont. Editions Audiolib. Parution le 17 avril 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/loutsider-9782367628547
Dans la catégorie : Moyens de communicationVoir plus
>Interaction sociale>Communication>Moyens de communication (84)
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1170 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre
.. ..