AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Cotton (Éditeur scientifique)Benoît Eugène (Éditeur scientifique)
EAN : 9782748900729
653 pages
Éditeur : Agone (16/10/2008)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Les médias constituent un système qui sert à communiquer des messages et des symboles à la population. Ils ont vocation à distraire, amuser, informer, et à inculquer aux individus les croyances et codes comportementaux qui les intégreront aux structures sociales au sens large. Dans un monde où les richesses sont fortement concentrées et où les intérêts de classe entrent en conflit, accomplir cette intégration nécessite une propagande systématique. Une modélisation d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  04 décembre 2013
Les médias jouent un rôle capital dans une démocratie, puisqu'ils doivent avertir la population de ce qu'il se passe dans le monde et du sort que leur réservent les politiques, dénoncer les dysfonctionnements et les malversations, et donner à chaque citoyen la capacité de faire des choix éclairés.
Pour Chomsky, ce rôle n'est plus (ou n'a jamais été) assumé, la vision du monde que proposent les médias les plus en vue restant très étroite : tout le monde s'accorde sur les buts à atteindre, il ne reste que quelques pinaillages sur les moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir. L'auteur identifie quatre filtres qui justifient cette situation :
1) les coûts prohibitifs de création et de maintenance d'un média, accessible seulement aux individus ou aux groupes fortunés ;
2) l'importance de la publicité dans les revenus d'un média : on ne vend plus de l'information aux lecteurs, mais du temps de cerveau aux publicitaires. Avoir un message en phase avec leurs attentes est primordial pour la survie financière d'un média ;
3) La course à l'exclusivité impose de diffuser les communiqués officiels rapidement, sans perdre de temps dans des vérifications et recoupements coûteux et lents ;
4) On ne mord pas la main qui nous nourrit : au vu des trois premiers points, on se rend compte qu'on ne peut déjà plus mordre grand monde.
Une fois passée cette introduction, Chomsky repasse en revue quelques événements marquants survenus dans les années 70-80 et de leurs traitements dans les médias américains. La couverture des assassinats, des élections litigieuses, … varie fortement en fonction du fait que le pays traité soit un ami ou un ennemi des États-Unis.
Ce passage entre la structure des médias et la politique américaine m'a un peu déçu. La description que fait Chomsky reste assez basique, et il prend pour acquis dans le reste de l'essai que les médias américains ne relaieront que les faits qui seront favorables au gouvernement. Je m'attendais à une critique plus fouillée du système médiatique, et surtout plus universelle : on reste ici uniquement centré sur la politique américaine des années 80, et même si on repère des similitudes dans d'autres pays et dans d'autres époques, la généralisation ne va pas de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
DocIdoine
  05 avril 2019
Comment la propagande médiatique systématique garantit-elle la domination des vastes institutions de tyrannie privée de la haute finance transnationale qui régissent le processus de la "mondialisation"?
Construites de manière hiérarchique, échappant progressivement à tout contrôle démocratique, ces institutions sont nées selon Chomsky du même sol que le fascisme ou le bolchevisme, ces autres manifestations contemporaines du totalitarisme.
La mondialisation de l'économie marque une phase historique particulière de leur développement visant à accroître leur pouvoir et maximiser leurs profits et pour l'essentiel ne ressemble ainsi en rien à ce qu'on nous assure qu'elle signifie. Examiné de près, le libre échange, dans une substantielle mesure, n'est ni libre ni ne concerne des échanges. le marché du néo-libéralisme n'a à peu près rien à voir avec ce que le libéralisme classique appelait le marché et constitue en fait une façon pour le public de subventionner des tyrannies privées: seuls les pauvres, les travailleurs sont soumis à la discipline du marché pendant que l'État participe au démantèlement des gains, d'inspiration keynésienne, réalisés après la Deuxième Guerre mondiale. Dans cette perspective santé, éducation, protection sociale sont des acquis à démanteler et à privatiser pour accroître le profits des tyrannies privées.
La propagande médiatique est là pour zombifier les populations afin qu'elles consentent "librement" à leur propre mise à mort.
Lien : http://1libertaire.free.fr/N..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Snarkk
  07 juillet 2016
Je me retrouve un peu enquiquiné avec ce grand classique de Noam Chomsky, écrit en collaboration avec Edward S. Herman. Si ce dernier est un inconnu pour moi, j'ai souvent lu le premier, notamment des articles ou des billets d'humeur de sa part. Ce qui m'a donné envie de m'attaquer à son gros morceau - le plus connu - lorsque l'occasion est arrivée.
Autant le dire tout de suite : ce n'est pas pour tout le monde. Je pense que même les personnes les plus enclines à se farcir un essai comme celui-ci (une thèse, en gros) risquent de s'énerver un minimum devant la répétitivité de la démonstration (les médias sont des acteurs majeurs de la propagande) ainsi que l'absence de diversité des situations (grosso modo, les Etats-Unis de la deuxième partie du vingtième siècle). Si ces deux constats ne vous ont pas déjà fait fuir, vous allez probablement vous amuser.
Pourquoi s'amuser ? Et bien, on apprend tellement de choses ! Des noms, des lieux et des anecdotes qui nous sont inconnues... le genre qui nous fait hurler de rire ou de rage (surtout de rage). Malheureusement - et c'est toute la raison d'une note aussi "basse" de ma part - nous sommes également en terrain connu (en ce qui me concerne) au niveau de la thèse appuyée par le livre : les médias sont le relais de la propagande étatique et économique, de façon consciente et/ou par l'auto-censure. Si vous êtes déjà bien à l'aise avec tous les tenants et aboutissants de cette situation, cet ouvrage ne vous apportera qu'un éclairage "universitaire", rien de plus.
Mais bon, par les temps qui courent et la dissolution de l'esprit critique, ce n'est déjà pas si mal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
MagicJoe
  05 février 2020
Un livre éminemment intéressant doublé d'une démonstration édifiante du fonctionnement de nos systèmes médiatiques et informatifs. Assez difficile à lire, surtout quand on n'a pas toutes les références historiques en tête. Un version plus grand public serrait - je pense - d'utilité publique à l'heure des "fake news".
Un livre qu'il faut impérativement avoir lu avant de prétendre décrypter l'information qu'on nous présente quotidiennement.
Commenter  J’apprécie          40
juju2nice
  29 août 2017
Ce livre devrait être étudié au lycée c. il est indispensable pour avoir un regard critique sur tous les phénomènes qui nous entourent et l'apathie générale.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   21 novembre 2013
Avant que la publicité ne prenne la place prépondérante qu'on lui connaît, les coûts de production devaient être couverts par le prix de vente. La publicité prenant de l'importance, les journaux qui l'attiraient furent rapidement à même de proposer des tarifs de vente bien inférieurs aux coûts réels. Les titres n'ayant pas la faveur des publicitaires s'en trouvèrent fortement désavantagés : ils comptaient parmi les plus chers, leurs ventes s'effondraient, leur trésorerie les empêchant de faire face aux investissements qui auraient permis de soutenir les ventes – présentation, format attractif, distribution, etc. Un système médiatique dominé par la publicité tend naturellement à l'élimination ou à la marginalisation des organes financés par leurs seules ventes. De par ce fonctionnement, le libre-échange offre tout sauf un système neutre dans lequel la sélection repose sur la demande finale. Ce sont les préférences des publicitaires qui déterminent la prospérité, voire la survie même d'un média.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
LuniverLuniver   22 novembre 2013
Le public n'est pas souverain dans le domaine des médias. Propriétaires et gestionnaires en quête de publicité décident de l'offre sur laquelle le choix du public devra se porter. Les gens ne lisent et ne regardent généralement que ce qui est directement accessible et bénéficie d'une promotion intensive. Les sondages indiquent régulièrement que le public – bien qu'il écoute et regarde ce qui lui est proposé – souhaiterait davantage de nouvelles, de documentaires et une information différente, moins de sexe et de violence et un autre genre de divertissements. Il semble peu probable qu'il serait réellement indifférent aux citoyens de savoir pourquoi leurs revenus stagnent, voire déclinent, alors qu'ils travaillent de plus en plus dur ; pourquoi les soins médicaux auxquels ils ont accès sont aussi coûteux que médiocres ; ou encore négligent ce qui peut être perpétré en leur nom un peu partout dans le monde. S'ils sont si peu au courant de tels sujets, le modèle de propagande explique pourquoi : ceux qui exercent leur souveraineté sur les médias ont décidé de ne pas aborder ce type de questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marwenmarwen   01 octobre 2014
Il n'aura échappé à personne que le postulat démocratique affirme que les médias sont indépendants, déterminés à découvrir la vérité et à la faire connaitre ; et non qu'ils passent le plus clair de leurs temps à donner l'image d'un monde tel que les puissants souhaitent que nous nous représentions, qu'ils sont en position d'imposer la trame des discours, de décider ce que le bon peuple a le droit de voir, d'entendre ou de penser, et de "gérer" l'opinion à coups de campagne de propagande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
PchabannesPchabannes   09 novembre 2013
Les partis pris les plus flagrants dans le traitement de l’information sont la conséquence de la sélection d’un personnel qui pense ce qu’il faut penser, ayant intériorisé un sens commun de la profession et s’étant adapté aux contraintes des propriétaires, organisationnels, du marché et du pouvoir politique. La censure relèvent ici principalement de l’autocensure des présentateurs et journalistes soumis à leurs sources et aux contraintes organisationnelles des médias, et aussi de leurs collègues plus élevés dans la hiérarchie, sélectionnés pour imposer les contraintes.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MagicJoeMagicJoe   15 mars 2019
Ainsi que nous l'avons montré tout au long de ce livre, nos médias ne fonctionnent pas à la manière du système de propagande des états totalitaires. Au contraire, il permettent - en fait, ils encouragent - les polémiques enflammées, la critique et la contestation, pour autant que celles-ci demeurent confinées dans la foi dans le système de croyances et e principes qui structure tout consensus des élites: un système assez puissant pour qu'on puisse en être imprégné sans véritablement s'en rendre compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Noam Chomsky (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Noam Chomsky
Noam Chomsky - Internet Effects on Society
Dans la catégorie : Moyens de communicationVoir plus
>Interaction sociale>Communication>Moyens de communication (84)
autres livres classés : médiasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
483 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre