AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2278081608
Éditeur : Didier Jeunesse (23/09/2015)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Elwyn est fils d’immigrés irlandais, Minnie, fille d’un chanteur itinérant noir. Ils se rencontrent dans une plantation, et tombent amoureux. Ils ont 13 ans, et ne savent pas que leur vie est sur le point de basculer. Quelques jours plus tard, en effet, Minnie assiste au passage à tabac de son père par des hommes du Ku Klux Klan. Effondrée, elle saute dans le premier train, en partance pour Chicago.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
LoupAlunettes
  18 novembre 2015
Comme dans le conte de la vieille Irina, la voisine russe avec qui elle aimait prendre le thé, Minnie se sentait tel un oiseau de  feu, prête à déployer ses ailes, à chanter son air nouveau quand la chance monterait les marches quatre à quatre pour frapper à sa porte.
La voisine avait doucement corrigé en agitant son doigt noueux de vieille femme aux merles. Sa petite invitée de 17 ans à la voix bleue et à la peau noire avait tout du prince Ivan du conte de ses ancêtres, celui là même à la recherche de l'oiseau de feu fabuleux.
Minnie était tout aussi égarée que lui dans sa forêt sombre et n'attendait que l'arrivée du loup gris de sa propre histoire, celui qui devait lui permettre de se retrouver en entier.
Minnie se prenait à rêvasser un peu. Elle songeait à Curtis son père qui lui avait donné le goût de la musique sur leur vie de grands chemins, à  Elwyn le jeune irlandais qui lui posait des sucres d'orge sur le pas de sa porte et lui jouait des airs de violon.
Le blues s'était posé sur son coeur, vibrait par sa voix mais depuis qu'elle avait pris la fuite en train, qu'elle échappa à l'incendie de l'église, l'oiseau s'était doucement endormi. Trop de bleus sur le blues. Chicago lui offrait une nouvelle vie.
Guère plus exaltante pour les gens de leur condition mais certainement moins cruelle que celle que promettait les chapeaux blancs du Sud. Ayant quitté ses ménages avec Lucille pour un boulot mieux payé à l'usine de construction automobile, Minnie n'eût plus peur de chanter sur le chemin, ici à Chicago, loin de la dureté du Sud, grâce à Irina, Sam, Lucille et la petite Mae. Elle avait beaucoup perdu et de bonnes âmes l'avaient trouvé.
Au creux de sa jeune âme, le blues avait encore de la joie à témoigner parmi toutes ses rivières de larmes bleues, au travers de ses belles histoires d'harmonica pour quelques sous, de champs de coton du Mississippi, de muet indien aux "gros poings" et de romance irlandaise au clair de lune.  
Cela ne faisait plus un plis. Minnie passa une main sur sa robe et remit ses cheveux en ordre. La vieille Irina eût encore le temps de voir ça de son vivant et de son balcon. Minnie avait ressorti ses petits carnets à chansons et là, sur le trottoir, prêtait sa voix d'oiseau bleu à qui voulait bien l'entendre. "Vous pouvez  me jouer ça?", avait-elle dit à des guitaristes qui faisaient glisser des     notes sur leurs instruments.
Comme il n'y a pas de fumée sans feu, pas de ce feu destructeur qui brûle les églises, mais de celui chaud, beau et miraculeux des oiseaux de légendes, Minnie retrouva dans un club son ami Leroy, un mécanicien pianiste qui se sauva tout autant et lui promettait dans le Sud un disque possible.
Il était là, son loup gris.
Pour son père, pour elle, pour son cher Elwyn, la petite Minnie était enfin prête à tenter sa chance et faire un disque.
 
: On ne saurait résumer l'histoire de Bluebird au seul destin de la jeune Minnie. Il y a aussi Elwyn "l'irlandais", Nashoba l'indien et Leroy le pianiste aussi. L'auteur choisit en tout cas trois voix principales pour faire entendre toutes les autres, celles de ceux qui triment et courbent l'échine jour après jour, chantant pour se donner du courage et être entendu quelque part.
"Bluebird" est le chant d'une époque qui nous ramène aux racines du Blues. Les trois personnages racontent leur vie, au même endroit, nous percevons l'envers du décor (et les apparences sont nombreuses) et les espoirs de ces gens partis de rien . Cette histoire imaginée par Tristan Koëgel est ordinaire et incroyable à la fois, faite d'hommes et de femmes qui dansent et joue le Boogie dans les clubs lorsque le travail est fini, qui grattent le banjo sur les bateaux à vapeur et pleurent le Blues sur les chemins. Nous sommes à l'aube de la Seconde Guerre Mondiale, on le sait, l'esclavage est loin dans son histoire du Sud mais le racisme a pourtant la dent dure. du Mississippi jusqu'à Chicago, Minnie va se frotter aux réminiscences vives d'un passé ségrégationniste encore bien ancré et celui d'un racisme ordinaire ambiant à Chicago. Noirs et blancs vivent ensemble mais certains sont encore stigmatisés dans les chairs ou les habitudes, parfois hantés.
La musique est omniprésente dans le roman, elle panse les plaies, donne du coeur à l'ouvrage, c'est un petit moteur de vie. Beaucoup rêvent de marcher dans le soleil droit devant, comme Minnie et tout son entourage. Les histoires inventées par Tristan Köegel deviennent par cette force et cette résistance à la résiliation simplement incroyables. Cela allant de la famille de Elwyn, immigrés irlandais faux tortionnaire d'employés sur la plantation de coton, à celui de Nashoba l'indien se faisant passer sur leur idée pour une brute épaisse muette proche de la bête de foire pour faire filer droit et juste intimider, jusqu'à celui de la jeune Minnie voyageant sur les routes avec son père en Hobo et qui croisera leur chemin.
Certains jouent un rôle, d'autres peinent à trouver leur place.  La rencontre  d'Elwyn et de Minnie allumera une étoile de plus dans le ciel. le geste d'Elwyn qui ne sait où se trouve Minnie et qui rédige lui-même les retours aux courriers du père est touchante.
La deuxième arnaque de la famille d'Elwyn pour sauver les employés et cacher la disparition du propriétaire, véritable diable de l'histoire, est croustillante. Dans la tragédie il y a de la comédie. L'envol de Minnie est passionnante. Elle en a de la passion à revendre la gamine et on attend jusqu'aux dernières pages, espérerant les retrouvailles du père et de la fille. Va t-elle le rendre fier et faire son disque?
L''auteur décrit à la fois une époque encore sombre, sans complaisance aucune et dresse également sans déplaisir un beau tableau restituant un foisonnement culturel et musical formidable de richesse. le récit est entrecoupé de titres de Jazz, de Blues pour nous baigner de cette magie qui faisait danser, tourner les robes, chanter sous l'arbre et qui par ses élans du coeur arrivait quelques temps à faire oublier le reste.
 Les titres empruntés se trouve listés à la fin, dont l'emblématique « Bluebird Blues » de notre jeune Minnie.
C'est fort, fraternel, chouette, envoûtant, cela dépasse les clivages de toutes sortes.
Une belle lecture pour les grands ados qui devrait faire voyager sur les sens et émouvoir.
 
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MMChretien
  06 octobre 2016
Dans le sud des Etats-Unis dans les années 40, Bluebird raconte le parcours d'une jeune fille à la voix d'or qui va suivre son destin, par delà l'adversité, les intolérances et les doutes. du delta du Mississippi à Chicago, des champs de cotons aux clubs de blues, ce roman fait voyager le lecteur sur des rythmes passionnés et habités, et lui fait rencontrer des hommes et des femmes au grand coeur.
Minnie est la fille d'un musicien qui chante le blues sur les routes du Mississippi, de Louisiane et d'Alabama. Ensemble ils parcourent les campagnes et gagnent un peu d'argent avec leur musique, lui à la guitare, elle à l'harmonica, dans les plantations et les bals populaires. Lorsque Minnie se blesse à la cheville, père et fille décident de s'arrêter quelques temps dans une plantation où des ouvriers noirs travaillent au service d'un cruel propriétaire blanc. L'esclavage a été aboli depuis longtemps, mais les noirs demeurent bien souvent au service des blancs et sont opprimés, humiliés, niés. Blancs et noirs ne se mélangent pas.
Minnie et son père font alors la connaissance de la petite communauté d'ouvriers et de paysans qui travaillent dur pour gagner un maigre salaire, et sont dirigés d'une main de fer par un contremaître irlandais impitoyable, secondé par une brute d'indien. Mais aux cotés de Papy, Dinah et tous les autres, ils découvrent aussi la solidarité et l'entraide, le partage d'un repas chaud, la douceur d'une mélodie le soir sur le perron. Hélas, à cause de la folie des hommes, du racisme et de l'intolérance, Minnie sera bientôt séparée des siens et partira seule vers le nord en direction de Chicago, où d'autres lui ouvriront leur porte et lui permettront de réaliser son rêve : chanter le blues. Pourtant, elle n'oubliera jamais Elwyn, le garçon irlandais rencontré sur la plantation, qui semblait si différent des autres blancs. Lui non plus ne l'a pas oubliée...
Bluebird offre d'abord au lecteur un éblouissant voyage social et culturel au coeur des Etats-Unis, entre ville et campagne. Couleurs, sons, odeurs, bruits, voix, paysages, restitués avec soin, concourent à une immersion totale dans l'Amérique du milieu du 20e siècle. Deux atmosphères très différentes sont recrées au fur et à mesure du périple de l'héroïne, qui rendent compte du fossé qui sépare deux univers aux modes de vie opposés : la campagne agricole et archaïque, et la jungle urbaine du progrès technologique. Dans le Delta rural, le lecteur traverse les bois en empruntant ses sentiers, longe le fleuve, puis gagne les terres cultivées et les champs labourés, jalonnés ici et là de grandes fermes de propriétaires terriens, de granges et des habitations modestes des ouvriers. Dans les plantations de coton, dont le parfum des fleurs enivre, les chants de travail s'élèvent dans l'air, témoignant de la dureté du labeur, entrecoupés des chocs des outils. Aux abords des petites baraques de bois flotte l'odeur du repas que l'on prépare, tandis que les enfants rient et dansent devant les maisons.
Mais l'auteur sait aussi reconstituer fidèlement l'ambiance urbaine. Lorsque Minnie arrive à Chicago, elle est accueillie, et le lecteur avec elle, par les odeurs de hot-dog provenant des marchands ambulants, le souffle des bouches de métro, les klaxons des voitures. La hauteur des gratte-ciel lui donne le vertige, les néons des clubs de nuit l'éblouissent, les passants la bousculent, tandis que des échoppes de disquaires s'échappent les derniers sons à la mode, et des bars la rumeur d'humeurs bagarreuses. Dans les ruelles plus reculées, des musiciens improvisent assis devant l'entrée des immeubles, des habitants nourrissent les pigeons.
Ainsi ce roman est un vrai bonheur sensoriel pour le lecteur, une visite spacio-temporelle inoubliable et une invitation au voyage sur les traces des musiciens du blues.
Les aventures de Minnie et de ses compagnons dispensent aussi une belle histoire de fraternité et de tolérance, même si l'issue juridique du roman est moyennement crédible, les ordures de cette époque là restant généralement toujours des ordures ! A travers des personnages tous plus attachants les uns que les autres, Tristan Koëgel travaille les relations humaines et raconte des histoires de rencontres entre des personnes dont les coeurs et les esprits auraient pu ne jamais se rencontrer. Des êtres qui auraient pu rester chacun sur des trottoirs opposés, crispés sur des à priori arriérés, mais qui ont accepté de faire un pas vers l'autre et d'abattre les cloisons de l'intolérance. Au fil du roman, les masques protecteurs, effrayants ou dissuasifs tombent, les préjugés se dissipent, qui bien souvent sont la cause du rejet de l'autre par méconnaissance, et les rencontres sont permises, même les plus improbables : « C'est drôle ce qu'on apprend quand on entre chez quelqu'un » (p. 174).
Les liens de solidarité et la fraternité entre les petits groupes sociaux sont vraiment réjouissants, et une grande allégresse envahi le lecteur au fur et à mesure de sa progression dans le roman. Il faut reconnaître que l'auteur n'a pas multiplié abusivement les scènes d'injustices et les épisodes tire-larme : même si la mort, le deuil, la haine et le manque sont présents, ce sont le partage, l'entraide, le rire, et la camaraderie qui prennent le dessus.
Enfin, on n'oubliera pas que le blues est au coeur du roman. Ses accents musicaux, tantôt endiablés ou amoureux, tantôt nostalgiques ou douloureux, enveloppent tout le récit, rythment les rencontres, bercent les sommeils, portent les joies et les tristesses, impulsent les élans, soulèvent les bagarres, entraînent les talents, enflamment les amours... Violon, tambour, fifre, guitare, harmonica, piano dispensent leurs mélodies et se mêlent aux voix, dont l'auteur rapportent les complaintes par extraits de textes référencés, dans un grand tourbillon d'énergie sauvage.
Le roman donne aussi un aperçu du circuit éditorial parcouru par les artistes noirs américains dans ces années là, qui conduisait leur voix, au gré de rencontres plus ou moins honnêtes, et après de longues années de persévérance, des champs de coton jusqu'aux bacs des disquaires, en passant par les trottoirs des métropoles, les tapis des soirées privées et les scènes des clubs alcoolisés. La suggestion musicale proposée par l'auteur pour accompagner la lecture du roman est excellente, et permettra aux jeunes lecteurs de découvrir quelques morceaux de grands artistes blues du sud des Etats-Unis des années 40, comme Robert Johnson, Big Bill broonzy ou Big Mama Thornton. Superbe découverte de lectrice et de mélomane !
Playlist à écouter sur : http://www.deezer.com/playlist/1313610235
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
QueLire
  25 novembre 2015
La marche d'un père et de sa fille, dans le sud des États-Unis en pleine période de ségrégation.
Une recherche du bonheur qui passe par la musique, de grands espoirs pour elle, de simples besoins pour lui. Quand ils sont accueillis par les esclaves d'une exploitation de coton, Minnie et son père y trouvent vite leur place, même si le cruel maître des lieux, raciste et violent, les effraye. Celui-ci, entouré de son contremaître irlandais, du fils de celui-ci et d'un indien, font régner l'ordre et la terreur sur la plantation. Minnie, 13 ans, éprouve des sentiments qu'elle a pourtant du mal à définir pour Elwyn, le jeune irlandais. Pour le duo père-fille, vient le moment de repartir sur les routes, vient aussi le temps du malheur qui les séparera. Lui enlevé par des partisans du KuKluxKlan, elle fuyant la violence s'en va à Chicago. Tous les deux devront survivre.
Un très bon roman dont la lecture est rythmée par le son du blues. Un récit qui respire la joie malgré le sujet ultra sensible, des personnages obligés de jouer un rôle pour pouvoir survivre ou échapper à leur sort, des situations cocasses qui prêtent à sourire tant la crédulité de certaines personnes est assez forte, une même histoire racontée par Minnie et parallèlement par Elwyn et Nashoba, l'indien. Des points de vue différents, d'agréables surprises et un énorme élan de solidarité font de ce roman une lecture incontournable.
J'ai également lu « Sweet sixteen » d'Annelise Heurtier sur le même sujet, j'ai trouvé Bluebird beaucoup plus romanesque, car cette histoire, imaginée par Tristan Koegel, va plus loin qu'un simple récit sur la ségrégation. Alliant aventure, humour et courage, ce roman porté par des personnages très forts, fait que Bluebird est l'un de mes coups de coeur de cette année en littérature pour adolescents.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
4e6_clauzades2016
  06 novembre 2016
C'est une très belle histoire dont je vais vous parler ; triste peut-être, mais aussi belle.
Une fille appelée Minnie voyage avec son père nommé Curtis sur les routes du Mississipi en jouant du blues aux personnes qui désirent entendre leurs chansons. C'est de cette façon qu'ils gagnent leur vie : en se faisant payer pour jouer du blues. Mais après tout se complique : Minnie et son père arrivent dans une plantation et décident d'y rester ; ils s'y font de nouveaux amis mais l'endroit est tenu par un chef très raciste nommé Silas. Or, tout le personnel de la plantation est de couleur noire, Minnie et son père compris. Ce n'est que le début des problèmes que vont rencontrer Minnie, son père et Elwin, amoureux de la jeune fille.
Dans ce livre il y a un changement de narrateur dans certains chapitres, ce qui rend l'histoire encore plus intéressante. Je pense que ce changement de narrateur nous rapporoche encore plus de l'histoire, c'est-à-dire que l'on se sent plus proche du personnage. Et quand je vous dis que l'histoire est triste, c'est parce qu'il y a des séparations. Les personnages vont alors tout faire pour rester ensemble et ainsi faire preuve de beaucoup de courage. En lisant ce livre vous découvrirez qu'il y a de nombreuses aventures, de l'action et des rebondissements, mais aussi de la joie car les personnages s'amusent beaucoup. Bref, c'est une histoire qui m'a étonnée et qui vaut la peine d'être lue ; en tout cas, je ne regrette pas d'avoir découvert ce magnifique récit.
Léo.
------------------------------------------------------------------------------------
Cet ouvrage parle de Minnie, une petite fille noire qui, depuis la mort de sa mère sillonne les routes avec son père dénommé Curtis. Tous deux jouent du blues en traversant les plantations pour gagner leur vie, mais un jour Minnie se tord la cheville ; pour se faire soigner, elle est obligée de se rendre pour quelques temps dans la prochaine plantation. En arrivant là bas et en voyant l'accueil des esclaves résidant dans celle-ci, ils décident de rester pour les aider un peu, surtout après avoir fait la connaissance du chef des lieux : Silas un tyran impitoyable faisant partie du terrible Klu Klux Klan .
J'ai été choqué par le traitement fait aux Noirs, les Blancs sont impitoyables avec eux. J' ai adoré ce récit car il était frappant de vérité historique et il est comme une claque à notre confort actuel. de plus ce livre est très beau : un parfait mixage entre action, amour et gaité. Je conseille de lire ce livre, c' est une belle expérience.
Arthur
-------------------------------------------------------------------------------------
Minnie,13 ans,accompagne son père Curtis faisant du blues sur les routes du Mississippi dans les années 40 (ségrégation)
Un jour,Minnie se blesse alors le père et la fille noirs se font héberger dans une plantation par un vieil homme appelé de tous "Papy".Sur cette plantation,Minnie rencontre Elwyn,un garçon blanc de son âge et tombe vite amoureuse de lui. En échange de la générosité des esclaves de la plantation, Curtis décide de rester aider.Mais un jour,après une attaque du Ku Klux Klan menée par Silas, propriétaire sadique et raciste de la plantation,Minnie pense que Curtis a été tué, alors elle fuit pour Chicago, laissant Elwyn et les ouvriers de la plantation seuls.
Cette sublime et émouvante histoire m'a vraiment plu ! le récit est bien raconté et le vocabulaire est facile à comprendre.Ce qui m'a plu? c'est qu'il y a beaucoup de surprises et de rebondissements grâce au fait que le narrateur change (c'est à dire qu'on peut mieux comprendre le point de vue de certains personnages).Et ce qu'il m'a malheureusement déçu c'est que ce livre est beaucoup trop court malgré ses 314 pages !!!
Ce roman m'a beaucoup appris sur l'époque de la ségrégation aux États-Unis et sur ce que les noirs devaient subir. Ce livre est très triste bien qu'il y ait parfois un peu d'humour venant la plupart du temps par l'incroyable Minnie. Bref cette histoire m'a vraiment ému, c'est l'une de mes lectures préférées et je vous invite grandement à la lire !
Iyad-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dans l'Amérique des années 1940 nous suivons les aventures de Minnie fille d'un songster nommé Curtis qui voyagent sur les routes du mississipi pour jouer du blues aux gens qui le veulent et d'Elwyn le fils d'un contremaître Irlandais d'une plantation de coton.
MInnie et son père arrivent dans une plantation où ils se font très vite une place et de nombreux amis.
Dans cette Amérique déchirée par la ségrégation raciale c'est difficile voit même impossible mais Minni et Elwyn tombent amoureux mais ils ne savent pas que leur vie est sur le point de basculer.
Curtis se fait enlever et battre violemment par des membres du Ku Klux Klan sous les yeux de sa fille , cette dernière effondrée par son chagrin saute dans le premier train en partenance pour Chicago.
Un livre époustoufflant que j'ai adoré qui met de la lumière dans l'obscurité !
Une histoire d'amour merveilleuse entre deux jeunes de couleurs de peaux différentes au plein milieu de la ségrégation raciale.
Ce roman m'a fait découvrir ce que vivait les noirs lors de cette période abominable. On s'attache énormément aux personnages tout au long de l'aventure palpitante de ce bouquin !
Le point de vue des différents héros de l'histoire m'a laissé bouche bée suite aux nombreuses réponses qui vous frappent si soudainement ! L'auteur joue sur cela et ça donne un suspense insoutenable.
Certainement l'un de mes livres préférés, je vous le conseille avec grand sourire !
Pierre-Marie
----------------------------------------------------------------------------------------------
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CL-ENIMIE
  24 janvier 2017
Minnie, 13 ans, est une jeune fille qui vit avec son père dans le sud des Etats Unis. Ils voyagent sans arrêt et ils ne restent jamais longtemps au même endroit. Ils sont tous les deux animés par la même passion: la musique. Et même si c'est son père qui chante principalement lors de leurs représentations , Minnie possède un grand talent pour le chant: mais elle se contente d'accompagner le spectacle avec son harmonica.
Pendant une halte dans une plantation de coton, la jeune fille rencontre Elwyn, le fils d'un des patrons. Les adolescents vont alors tomber amoureux. Mais dans l'Amérique des années 1940, l'amour d'une fille de couleur et d'un garçon "blanc" sera t-il accepté ?
J'ai beaucoup aimé ce roman!
A travers l'histoire de Minnie, on décrit le racisme de la société dans les années 1940. C'était très touchant et émouvant de lire ce témoignage de la ségrégation en Amérique. C'est l'occasion d'apprendre un peu d'histoire à travers celle des personnages et personnellement j'ai trouvé ça très intéressant et instructif !
Le point de vue varie en fonction des chapitres: Minnie, Elwyn ou d'autres personnages nous offrent leurs visions au cours de l'histoire. J'ai vraiment trouvé ça captivant, car on nous raconte plusieurs fois la même scène mais on apprend beaucoup de choses nouvelles et importantes pour l'histoire quand la vision change ! Cette alternance nous permet de nous attacher également plus aux personnages.
Malheureusement je trouve que l'histoire se perd un peu vers la fin: on ne comprend pas trop comment tout ça a pu arriver et j'ai perdu le coté réaliste qui me plaisait bien au début. Plusieurs choses se mélangent et s'empilent. Je trouve que trop d'histoires se mélangent et ça a un peu ralenti ma lecture.
De plus le texte se complexifie; je pense que c'est un roman plus facilement accessible et compréhensible pour les plus de 12 ans.
Un beau roman assez complexe mais à découvrir pour sa diversité d'informations et son témoignage bouleversant.
Apolline (4e)

Bluebird, c'est l'histoire de Minnie et de son père Songster, partis sur les routes depuis que sa mère est morte. Elle joue de l'harmonica et lui de la guitare, à eux deux ils forment un duo qui marche plutôt bien. Mais un jour Minnie se fait mal à la cheville, alors son père décide de rester quelques temps dans la plantation qu'ils traversent. Accueillis par papy et ses amies, ils vont commencer à être apprécié de tous ,et Minnie ne veut plus partir , mais est-ce la seule raison ? Ou est-ce à cause d'Elwyn le fils du contremaître ? Minnie veut devenir une grande chanteuse de Blues: pourra-t-elle y arriver ?..
J'ai beaucoup aimé ce livre car on s'attache énormément aux personnages, on y dénonce aussi le racisme qui fait rage en pleine ségrégation...Par contre je suis un peu déçu en ce qui concerne la fin, j'aurais aimé connaître les détails de la suite des événements...
Nina (3e)

Minnie est la fille d'un bluesman joueur de guitare. Elle et son père sillonnent les routes du Sud des États Unis. Un jour, elle se tord la cheville. Ils trouvent refuge chez Papy, un ouvrier d'une plantation de coton. Là-bas il y a Elwin: le fils du contremaitre de la plantation, un Irlandais sévère et méchant.
Minnie est noire, Elwin est blanc. C'est le coup de foudre.
Mais, à cette époque, il y a la ségrégation raciale...
Mon avis:
Quel magnifique roman, ce livre!
Il m'a beaucoup touché et m'a ému.
Je n'ai pas vécu à cette époque, mais ce livre m'a fait comprendre à quel point elle a été dure, avec Charley Silas, le maitre de la plantation, mais aussi avec le shérif: leur façon de traiter les personnes de couleur Noire est horrible et sans pitié.
Ce livre est bourré de rencontres, de séparations, de joie et de tristesse. Je me suis attaché à tous les personnages, j'ai même eu pitié de Charley Silas à la fin! C'est pour dire!
On suit le point de vue de plusieurs personnes: Minnie (bien sur!), Elwin (évidemment!), Nashoa l'indien, et quelques autres.
Tristan Koëgel sait admirablement bien narrer et on voit tout de suite, dès les premiers mots, que cette histoire mérite d'être lue et appréciée.
Je sais bien que l'on n'est pas censé juger un livre d'après sa couverture, mais la sienne est vraiment magnifique et c'est elle qui m'a attiré.
Pour conclure, ce livre est vraiment à lire, et j'espère qu'il vous touchera autant qu'il m'a touché.
Anaïs (4e)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (2)
Telerama   03 décembre 2015
Le texte est lumineux comme la couverture, porté par cette musique qui vous accroche le coeur, le blues, auquel ce roman est une formidable introduction.
Lire la critique sur le site : Telerama
Ricochet   25 novembre 2015
Ce blues lancinant presque audible entre les lignes (...) est partout dans le roman, que ce soient des extraits de chansons, un couteau émoussé sur des cordes de guitare, ou une description inspirée et presque violente. Superbe.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
magalielmmagalielm   17 octobre 2017
Le blues, c'est comme un tout petit nuage dans un beau ciel d'après-midi. Un tout petit nuage, tout fin, tout blanc, mais qui te serre le ventre, sans que tu saches trop pourquoi. Tu comprends ? Mais le blues, c'est aussi comme une éclaircie qui traverse un orage ou comme une cerise juteuse sur un gâteau trop sec. Ca... Ca peut te faire rire aux éclats quand tu devrais tomber, les genoux dans la boue. Tu vois ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
QueLireQueLire   25 novembre 2015
Agenouillé au bord de son lit, McKinley marmonnait une petite prière. C'est lui qui avait tiré. Il m'a entendu pousser la porte et, avant même que je ne demande quoi que ce soit, il m'a dit, en étouffant un sanglot, la tête posée sur la poitrine de Papy : "Il a rejoint sa dame, petit. Il a rejoint sa dame..."
Puis McKinley s'est redressé et, même s'il était de dos, j'ai vu qu'il essuyait ses larmes du revers de la main. Il a rajusté sa cravate et a ajouté : "On ne pleure pas un homme heureux. Va prévenir le pasteur, Elwyn."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
StellabloggeuseStellabloggeuse   06 octobre 2015
Il était né esclave, Papy, les fers aux pieds. Il avait vu la guerre, aussi, entre les Etats du Nord et ceux du Sud. Et quand elle s’était terminée, il avait cru, comme les autres, que les choses iraient mieux. Mais il s’était retrouvé interdit de toilettes, de trottoirs, de fontaines publiques, de restaurants. Il n’avait plus de chaines aux pieds, mais les maillons de celle qui le liait aux champs étaient encore plus difficiles à supporter. En plus de lui lier les chevilles, ils lui faisaient saigner le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
milamiragemilamirage   10 janvier 2016
Sous un arbre, allongés l'un contre l'autre, Elwyn et la jeune fille à l'harmonica étaient endormis. Ils se tenaient la main. Ils n'avaient pas de masques, eux, et cette mascarade, ils ne la jouaient pas. N'importe qui pouvait les trouver là. J'ai pleuré, à nouveau, pas devant l'horreur cette fois, mais devant l'innocence de ces enfants. Je me suis avancé, doucement : je n'avais plus envie de brûler quoi que ce soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
StellabloggeuseStellabloggeuse   06 octobre 2015
On y est, on y est… mais où ? Par réflexe, j’ai reculé. Tout nous est tombé dessus. Les voitures, les immeubles, la chaleur, tout. Moi qui croyais que le Delta Queen était grand… Bon sang, mais ces immeubles ! On en voyait pas le bout. Qui avait pu construire ça ? On pouvait loger toute la plantation dans un seul de ces bâtiments ! […] Là, on ne pouvait que se rendre compte qu’on était complètement écrasés par la ville. Et le pire, c’est que ça ne choquait que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Tristan Koëgel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tristan Koëgel

Le Grillon, de Tristan Koëgel, aux éditions Didier Jeunesse
"Ce matin, Mostéfa a cassé le nez de son meilleur ami. Il a du mal à comprendre les règles de l'institut parfois, Mostéfa ; c'est pas vraiment de sa faute, ç...
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .