AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacqueline Lenclud (Traducteur)
EAN : 9782266025669
343 pages
Pocket (06/11/1998)
3.27/5   185 notes
Résumé :
Danny, 10 ans, est mort dans un effroyable accident. Et Tina, sa mère, n'a jamais pu identifier son corps. Un an plus tard, des signes prouvent pourtant à Tina que son fils est toujours en vie. Dès lors, elle n'a qu'une obsession : le retrouver et découvrir la vérité. Mais elle dérange et les services secrets tentent de l'assassiner. Qu'ont-ils à cacher ? Et si Danny était celui par qui la fin de l'humanité pouvait arriver ?
Critiques, Analyses et Avis (83) Voir plus Ajouter une critique
3,27

sur 185 notes

Intemperie07
  29 février 2020
Le livre qui a prédit l'épidémie de coronavirus ! (ou pas)
L'histoire suit le parcours de Christina Evans, Américaine au bord du gouffre depuis la mort de son jeune fils, Danny, dans un accident de bus. Les phénomènes surnaturels se multipliant autour d'elle depuis ce tragique événement, elle se refuse de sombrer dans la folie et mène sa propre enquête. le passage qui a rendu ce livre si célèbre est sa fin (spoilers) : Danny a en réalité été capturé par des scientifiques américains qui lui ont inoculé le Wuhan-400, virus mortel et incurable, élaboré artificiellement dans les laboratoires à proximité de la fameuse ville chinoise aux marchés aux poissons. S'ensuit un long descriptif du virus : symptômes se caractérisant par des vertiges, des malaises et des crises d'hystérie, poussant parfois les malades à déchirer les combinaisons d'astronaute des médecins venus les emmener de force (ça vous rappelle quelque chose ? https://youtu.be/rKek0Y30Ctw) ; mort propre et rapide, évitant au gouvernement chinois des pertes de temps et d'argent à chaque utilisation de cette "arme biologique" qu'est le Wuhan-400.
Pour mesurer l'emballement qui s'est déchaîné autour de cette oeuvre, il suffit de regarder du côté commerçant. Les ventes grimpent en flèche, au grand dam des éditeurs qui avaient rapatrié ce petit thriller inconnu loin des têtes de gondole, ce qui a aussitôt fait flamber les prix. Désormais, comptez dans les 350 euros pour acquérir une édition poche de The Eyes of Darkness, d'occasion bien sûr. Sur eBay, les heureux propriétaires s'en donnent à coeur joie, avec des reventes à près de 400 euros. Autrement dit, si vous le possédez, c'est le moment ou jamais pour le lire et le revendre ^^
Pour compliquer le schmilblick, il existe deux éditions bien particulières de ce livre :
- Une première version, vendue de 1981 à 2008 en anglais et en français, qui ne mentionne jamais Wuhan. En effet, l'action y est transposée à Gorki, en Russie.
- Une seconde version révisée, vendue depuis 2008, où toutes les allusions à Gorki et la Russie ont été gommées comme par magie, afin de les remplacer par Wuhan et la Chine (probablement suite à la fin de la guerre froide). C'est donc cette version qui nous intéresse. Note importante, elle n'a pas été traduite en français.
Bien évidemment, selon moi, ce livre n'est rien d'autre qu'un ironique enchaînement de coïncidences, qui transforme un banal thriller en bête de foire des réseaux sociaux. Il n'empêche que ça suffit à pas mal de monde pour hisser Dean Koontz au rang de prophète, venu avertir l'humanité d'un grand péril qui pourrait la mener à sa perte, couplé aux obscures prédictions de Sylvia Browne qui évoquait une "pneumonie" incurable surgissant en 2020, sans plus de précisions. J'admets que Koontz a assurément un grand talent de conteur, il ne faut toutefois pas franchir un pas aussi grand, ce que certains font pourtant allègrement. J'ai même pu lire sur Twitter que The Eyes of Darkness était "le Livre des Illuminati", c'est pour vous dire la psychose qui s'est emballée autour de ce roman d'espionnage. De plus, quelques différences subsistent entre le Wuhan-400 et le Covid-19 : leur période d'incubation (24 heures pour le premier, 14 jours pour le second), le taux de mortalité (100%, 2%), la manière dont le virus s'y prend pour tuer son hôte (attaque du système nerveux, attaque du système respiratoire), et bien sûr leur nature (artificielle et naturelle) !
Et l'histoire en elle-même ? Elle est assez sympathique, même si elle passe malgré elle au second plan dans les circonstances actuelles. Ce thriller flirtant avec l'horreur paranormale est plutôt bien réussi, tient en haleine le lecteur avec une précision toute américaine. En somme, un roman mené tambour battant réussi sur tous les plans. Les similitudes avec l'épidémie qui sévit ces temps-ci, ne peut qu'être la preuve que Koontz sait écrire des histoires aux allures crédibles et réalistes, ce qui est tout à son honneur.
Bonnes lectures ! =)
Update du 11/04 : Bonne nouvelle, la version Wuhan des Yeux des Ténèbres va être traduite en français ! Elle sera disponible sur les étagères des librairies et sur Amazon dès le 20 mai 2020, pour la modique somme de 22 euros. Avec, marketing oblige, un gros bandeau flashy faisant le parallèle avec le Covid-19 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20982
sylviedoc
  03 février 2022
Dean Koontz fait partie de ces auteurs que je suis depuis des décennies, et qui ont tâté un peu de tous les genres, horreur, thriller, un peu de SF, fantastique... Comme pour tout écrivain prolifique, il y a à boire et à manger dans ses écrits, et si j'ai vraiment aimé les premiers livres parus en France sous son nom, ainsi que plus récemment sa série Jane Hawk (en tout cas les trois premiers tomes), j'avoue en avoir sans doute trop attendu avec cette réédition de "Les yeux des ténèbres", que j'avais lu début des années 90, dans sa première version. Il faut dire que les médias l'ont présenté de façon très trompeuse comme le livre qui avait prédit 40 ans à l'avance l'épidémie que nous subissons actuellement.
Mais que nenni ! Oui, il y a bien une histoire d'épidémie là-dedans, mais qui n'a pas grand-chose à voir avec le covid, si ce n'est l'origine du virus (Wuhan), et encore, à l'origine il était russe. Mais l'Histoire (avec un grand H) a fait qu'il était plus pertinent de délocaliser la bestiole, la guerre froide n'étant plus très vendeuse...
L'essentiel de l'histoire est centré sur Tina, organisatrice de revues à Las Vegas, dont le fils Danny est décédé deux ans auparavant lors d'une sortie avec les scouts. Leur bus s'est écrasé dans un ravi en pleine montagne, pas de survivants, et les corps étaient trop abîmés pour qu'on puisse les montrer aux malheureux parents avant l'enterrement. Or voici que Tina est réveillée chaque nuit par des bruits en provenance de la chambre de Danny, et que de mystérieux messages lui sont adressés sur le tableau noir de son fils. Perturbée, elle convainc son nouvel amant, Michael, un riche avocat, ancien des Services Secrets, de l'aider à trouver la provenance de ces manifestations.
Une intrigue assez simpliste, mais efficace, il est juste dommage qu'elle soit diluée avec une romance sirupeuse qui n'était pas vraiment nécessaire. du coup, comme l'on noté nombre d'autres lecteurs, le dénouement est vraiment bâclé, comme si l'auteur s'était brusquement aperçu qu'il ne lui restait que 20 pages pour boucler son histoire. Il y a un gros coup d'accélérateur dans la toute dernière partie, et certains détails sont vraiment à la limite de l'invraisemblance; Je ne me souviens plus si c'était déjà le cas dans la première version...
Les aficionados de Koontz aimeront quand même, mais se diront sans doute comme moi que c'est loin d'être une de ses meilleures productions.
Vite lu, mais qui ne figurera certainement pas dans mes "lectures de l'année". Et surtout ne l'achetez pas pour l'argument marketing du "visionnaire du covid" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5220
tutesvuquandtaslu
  21 décembre 2020
Un roman d'espionnage qui se cherche.
Un peu trop de fantastique à mon  goût pour ce genre de livre.
Et le fantastique excuse beaucoup trop de choses.
Une histoire facile qui a la chance, à mon avis, de se dérouler à l'époque de son écriture soit dans les années 80, ce qui donne un charme sympathique aux décors et situations du livre.
Amis lecteurs, passez votre chemin.
Commenter  J’apprécie          560
Meps
  29 mars 2021
Il faut souvent écouter nos... deuxièmes intuitions. J'avais récupéré instinctivement ce livre de Dean Koontz quand les réseaux sociaux bruissaient de l'information qu'il avait prédit bien des années avant l'épidémie qui allait nous toucher. Dans un deuxième temps, je m'étais dit que lire un livre sur une pandémie en pleine pandémie n'était pas le meilleur moyen de faire fonctionner à plein régime la sensation d'évasion qu'est censé procurer une bonne lecture. Un an après.... l'épidémie est toujours là et je me suis dit que je risquais peut-être de ne jamais le lire si j'attendais la survenue du monde d'après !
Après une trentaine de pages, j'ai été vérifié que je ne m'étais pas trompé ou qu'il n'y avait pas eu de bug dans le téléchargement avec une différence entre le titre et le contenu du ebook. Parce que je ne voyais pas du tout à quel moment un virus allait intervenir et influencer cette histoire d'une mère qui ne parvient pas à se convaincre que son fils est bien mort... dans un accident d'autocar. Mais non, après vérification il s'agissait bien du livre qui avait "enflammé les réseaux sociaux", selon le bandeau promotionnel. Je commençais à sentir pointer l'arnaque éditoriale... Et quand on constate ensuite que les premiers indices sur un possible virus n'arrivent qu'alors qu'il ne reste même pas un tiers du livre... Et que la première mention d'un virus arrive alors que le compteur de pourcentage restant est à un seul chiffre.... Et qu'à part virus et Wuhan, ce qui est décrit n'a vraiment rien à voir avec ce que nous vivons... je suis très heureux de remercier NetGalley et les éditions de l'Archipel de m'avoir permis de ne pas débourser un centime pour cette lecture pour m'éviter une envie de saisir la justice !
Après cette longue introduction contextuelle, quelques mots quand même sur l'histoire en elle-même. Un style plutôt efficace, notamment sur toutes les scènes d'action pure... qui n'arrive malheureusement que vers la moitié du livre. Car si les passages concernant la mère en deuil sont plutôt réussis même si classiques, le long début de romance entre la chorégraphe et l'avocat m'a paru bien fastidieux, sans doute parce que je ne suis pas client des romances et que ce n'est pas du tout ce que je m'attendais à trouver dans un thriller. Ce temps trop long pris au début pour développer ce lien entre les personnages aboutit à une fin bâclée. On a l'impression que l'aspect un peu SF-surnaturel a été surtout exploitée pour permettre aux héros de rusher sur le final faisant fi de toutes les difficultés en travers du chemin, jusqu'à nous économiser même le face à face avec le grand méchant. Et quel dommage également que les interrogations finales de la mère ne puissent se développer qu'en une seule phrase, c'est tout ce que l'auteur lui aura accordé, il lui avait sans doute trop donné avec la belle romance avec le riche avocat.
Je pense qu'une certaine aigreur ressort de cette critique, comme quoi le buzz médiatique peut avoir des effets pervers à long terme même si elle aura forcément permis une belle augmentation illogique des ventes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
musemania
  23 août 2021
Vous avez peut-être déjà vu passer ce livre depuis le début de la crise sanitaire que nous connaissons encore aujourd'hui car il a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Pourquoi, me direz-vous? Peut-être pour le regard visionnaire que l'auteur, Dean Koontz, a eu sur la pandémie mondiale de coronavirus, sans le savoir et ce, il y a plus de quatre décennies !
En effet, la première édition de ce livre date déjà de 1981! Elle était alors parue sous le pseudonyme de Leigh Nichols. Dean Koontz l'a sortie révisée sous son vrai nom en 1996. La première traduction française date – elle – de 1990. Quarante ans avant ce que nous connaissons maintenant depuis presque deux ans, Dean Koontz avait imaginé un virus dangereux et mortel créé dans des laboratoires chinois situés près de la ville de …. Wuhan! Cela ne vous dit-il pas quelque chose ???
Petite remarque, cette présence de la Chine et en particulier de Wuhan est apparue dans la version révisée. En effet, dans la première version, le pays concerné était la Russie. Vu la fin de la Guerre Froide entre cette dernière et les États-Unis, il ne fallait peut-être plus trop froissé les anciens ennemis. Donc, ici, c'est bien la version revisitée que j'ai pu découvrir grâce à la traduction française offerte par les Editions de L'Archipel.
Toutefois, je veux attirer votre attention qu'il ne faut pas cantonner ce livre et cette histoire à ce seul virus car vous vous en trouveriez alors déçu car ce n'est qu'un détail sur la totalité du récit.
Malgré que ce livre date donc du début des années 1980, je n'ai pas trouvé qu'il avait mal vieilli dans sa substance. Parfois, c'est vrai certains dialogues peuvent sembler un brin « niais » mais l'écriture reste très actuelle même si, bien entendu, les technologies actuelles ne sont forcément pas présentes dans l'histoire. Se déroulant sur seulement 4 jours entre le 30 décembre et 2 janvier, le livre est découpé sur ces quatre journées.
Le seul grief que je pourrais trouver est que la fin arrive de façon un peu trop brusque et abrupte par rapport au reste du récit. Alors que, durant près de 300 pages, se déroule tranquillement l'intrigue, tout vient à se clore en très peu de temps et en un nombre limité de pages. Je trouve que l'équilibre entre l'intrigue et le final n'est pas très respecté pour que le lecteur n'en perde pas de la saveur. Dès lors que le début se déroule assez lentement, la fin est donc passée plus vite que ce que je n'aurais aimé.
Malgré ce petit anicroche, cela a été une assez bonne lecture qui m'a donné envie de redécouvrir les livres de Dean Koontz et notamment, ses parutions les plus récentes pour son regard un tantinet visionnaire de notre monde contemporain !
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Intemperie07Intemperie07   29 février 2020
To understand that, Dombey said, you have to go back twenty months. It was around then that a Chinese scientist named Li Chen defected to the United States, carrying a diskette record of China's most important and dangerous : new biological weapon in a decade. They call the stuff "Wuhan-400" because it was developped at their RDNA labs outside the city of Wuhan, and it was the four-hundredth viable strain of man-made microorganisms created at that research center.
Wuhan-400 is a perfect weapon. It afflicts only humans being. No other living creatures can carry it. And like syphilis, Wuhan-400 can't survive outside a living human body for longer than a minute, which means it can't permeanently contaminate objects or entire places the way anthrax and others virulent microorganisms can. And when the host expires, the Wuhan-400 within him perishes a short while later, as soon as the temperature of the corpse drops below eighty-six degrees Farenheit. Do you see the advantage of all this ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MasaMasa   18 septembre 2013
C'est là que le paradoxe lui sauta à la figure comme un diable qui sort d'une boîte : d'un côté elle se comportait comme si elle ignorait la vérité, de l'autre elle cherchait à l'obtenir par l'intermédiaire de Stryker que l'on rouvrît la tombe de son fils, ce qui semblait indiquer qu'elle savait quelque chose. A en croire Stryker, ses motivations étaient innocentes : elle entretenait des remords pour n'avoir pas eu le courage de voir le corps mutilé de son fils avant la mise en bière. Elle avait l'impression d'avoir manqué aux égards les plus élémentaires vis-à-vis du défunt et ce sentiment de culpabilité avait engendré, toujours aux dires de l'avocat, des troubles psychologiques sérieux, cauchemars, etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MepsMeps   28 mars 2021
Apparemment, quand un enfant meurt, la pire chose que les parents puissent faire c'est de refuser de le voir dans son cercueil. Il faut passer un certain temps avec le défunt pour être en mesure d'accepter de ne jamais le revoir vivant.
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   19 juin 2020
On lui avait inoculé une maladie fabriquée artificiellement en laboratoire, et il est le seul à avoir survécu : car il possède un anticorps naturel qui l’aide à lutter contre ce virus très particulier puisque synthétique. Le docteur Tamaguchi, qui est à la tête de ce Centre, a fait pression sur nous, je dirais même qu’il ne nous a pas laissé une seconde de répit jusqu’à ce que nous ayons réussi à isoler cet anticorps et à comprendre comment l’enfant avait réussi à détruire le virus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BVIALLETBVIALLET   19 juin 2020
Quantité de gens sur la planète croient à la guerre bactériologique. Ils ne voient là-dedans rien d’immoral. S’ils pensent avoir un virus, un truc nouveau inconnu de nous, contre lequel nous ne pourrions rien, alors ils n’hésiteront pas à s’en servir. 
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Dean Koontz (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dean Koontz
Comme chaque année, les équipes de la Griffe Noire vous proposent leurs coffrets de Noël. Une sélection de livres accompagnée de goodies. Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent les contenus...
COFFRET JEUNESSE 7-10 ANS (45,80 €) : - Mortelle Adèle au pays des contes défaits, Mr Tran et Diane le Feyer, Tourbillon - le journal de Gurty, mes bébés dinosaures, Bertrand Santini, Sarbacane - Charlie se change en poulet, Sam Copeland, R. Laffont https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-coffret-histoire.html
COFFRETS JEUNESSE ALBUM (45,70€) : - Jules et le renard, Joe Todd-Stanton, Ecole des loisirs - Maman noel, Ryan T. Higgins, Albin-Michel jeunesse - Il était une fois la corne des licornes, Béatrice Blue, Little Urban https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-coffret-histoire-poche.html
COFFRET ADO (50,70€): - Cogito, Victor Dixen, R. Laffont - Les pluies, Vincent Villeminot, le Livre de Poche jeunesse - La maison des oiseaux, Allan Stratton, Milan https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-coffret-litterature.html
COFFRET SCIENCE FICTION (55,90€): - Métaquine indications, François Rouiller, Atalante - Chiens de guerre, Adrian Tchaikovsky, Denoel - Chevauche-brumes, Thibaud Latil-Nicolas, Mnémos https://www.lagriffenoire.com/100776-coffret-coffret-detente.html
COFFRET MANGAS (37,80€) : - L'atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama, Pika - Bip-Bip Boy 1, Rensuke Oshikiri, Omaké - Dr Stone 1, Riichiro Inagaki et Boichi, Glénat - Heart Gear 1, Tsuyochi Takaki, Kioon https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-coffret-polar.html
COFFRET BD SCIENCE FICTION (57,85€) : - le château des animaux : Miss Bengalore, Delep & Dorison, Castermann - Nathanaelle, Charles Berberian & Fred Beltran, Glénat - The kong crew : Manhattan jungle, Eric Hérenguel, Ankama
COFFRET BD ADULTE (53,85€) : - Monsieur Jules, Aurélien Ducoudray & Arno Monin, Bamboo - Bruno Brazil : Black Program, Aymond & Bollée, Lombard - Lecio Patria Nostra : le tambour, Yerles & Boidin, Glénat
COFFRET BD JEUNESSE (54,95€) : - le royaume de Blanche fleur, Benoit Feroumont, Dupuis - Les quatre de BakerStreet : Les maitres de Limehouse, Dijian & Etien & Legrand, Vents d'Ouest - Raowl : La belle et l'Affreux, Tebo, Dupuis
COFFRET LITTERATURE FRANÇAISE (71,30€) : - Murène, Valentine Goby, Actes Sud - Les simples, Yannick Grennec, Anne Carrière - Rien n'est noir, Claire Berest, Stock https://www.lagriffenoire.com/100783-coffret-coffret-detente-poche.html
COFFRET LITTERATURE ETRANGERE (73,40€) : - Dévorer le ciel, Paolo Giord
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ne crains rien" de Dean Koontz.

Qui est Orson ?

Le chat de Chris
La meilleure amie de Chris
Le chien de Chris

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Ne crains rien de Dean KoontzCréer un quiz sur ce livre