AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791033902003
368 pages
Harper Collins (07/02/2018)
3.34/5   228 notes
Résumé :
Un auteur encensé par la presse, la blogosphère et les lecteurs avec son premier roman Une Fille parfaite.

Chicago, en ville. Esther Vaughan disparaît du jour au lendemain. Inquiète, Quinn, sa colocataire, prend conscience qu'elle ne sait rien d'Esther : celle-ci a toujours refusé de parler de sa famille, et laisse derrière elle un fouillis qui ne lui ressemble pas - en particulier une lettre qui instille le doute dans l'esprit de Quinn "sainte Esthe... >Voir plus
Que lire après Ne pleure pasVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
3,34

sur 228 notes
Ayant découvert Mary Kubica dés son premier livre - et ce, grâce aux opérations masses critiques de Babélio - j'étais avec son 3° roman en territoire connu .... je savais exactement ce que j'allais y trouver et je sais que j'aime ça ...
Mary Kubica écrit des romans à suspens avec délicatesse - Je ne sais pas comment mieux qualifier son style d'écriture .
Je ne sais pas si c'est dû à son style, "sa plume" ou si c'est dû au fait que beaucoup de ses personnages sont de très jeunes gens, voir des adolescents . Je pencherais plutôt pour une thèse psychologique : Mary Kubica écrit des romans qui lui ressemblent . Elle a fait des études d'art , et cela doit la déranger, de décrire la laideur, le malsain, le glauque, le sang , la violence , alors elle aborde cela avec douceur , du bout des doigts , en suggérant , en ne se complaisant pas .
En cela , ces romans peuvent être une excellente introduction au roman policier pour des lecteurs assez jeunes ou réfractaires à ce style .
Cette auteure est gentille et moi de temps en temps, cela ne me déplaît pas .
Et pourtant, j'ai tourné les pages avec fébrilité, survolant des mots pour aller plus vite... pour savoir où était passée Esther .

Esther qui disparaît au cours de la nuit plongeant sa colocataire dans un abîme de perplexité . La fenêtre de sa chambre est ouverte , son sac a disparu et certains indices font dire à Quinn qu'Esther n'était peut-être pas la copine parfaite ...
Une fille a disparu mais à 70 miles de Chicago , une autre apparaît . Pearl, c'est le surnom que lui a donné Alex . Elle est belle, elle est bizarre , elle est mystérieuse et son imagination s'emballe. Et comme il a un coeur en or, il va faire son possible pour l'aider . Mais la "mystérieuse" amie n'est peut-être pas l' âme-soeur idéale ...

Alors voilà, Mary Kubica n'est pas aussi" perverse" qu'une Ingrid Desjours, mais mon rythme cardiaque lui en est reconnaissant .
Je me suis attachée à tous ces jeunes gens et Mary Kubica ne nous épargne pas .
Mais j'ai aimé le dernier geste de Ben ...
Mary Kubica est vraiment une chic fille !
Commenter  J’apprécie          404
Deuxième livre de l'auteure à mon actif, et grosse déception! Le premier" Une fille parfaite" m'avait pourtant plu.

La mayonnaise, au début, a bien pris. L'alternance de deux points de vue intrigue : celui de Quinn, qui ne comprend pas pourquoi sa colocataire, qu'elle aime beaucoup, Esther, a brutalement disparu. Et celui d'Alex, un jeune de dix-huit ans , qui est fasciné par une mystérieuse étrangère arrivée dans sa région, au bord du lac Michigan. Point commun entre Esther et elle: les mêmes cheveux ombrés...

Mais on s'agace vite de certains aspects du livre. Tout d'abord le style: certaines descriptions, notamment des alentours du lac, sont belles. Alors que d'autres sont affligeantes de banalité. Le summum, ce sont les dialogues, d'une platitude remarquable.

Certes, des indices sont donnés, on se doute que les apparences sont trompeuses, cependant la fin est vraiment peu vraisemblable, les agissements des personnages trop tordus, et le suspens retombe comme un soufflé . On se dit alors:" 350 pages pour en arriver là !" Et comme un autre babeliote l'a fait remarquer , ce roman fit partie du groupe " Harlequin France"( eh oui! ). Eh bien, la dernière page est tout à fait dans le style guimauve, très loin des romans noirs, genre auquel ce livre appartient, parait-il.

Même si des lecteurs ont apprécié " L'inconnue du quai", je crois que je vais m'arrêter là dans la découverte de Mary Kubica... Non, non, je ne pleurerai pas pour en lire un troisième !
Commenter  J’apprécie          3211
Pour moi il y a deux options : soit on recherche une lecture détente, sur la plage, sans se poser de questions ... alors ce livre peut éventuellement être une rencontre intéressante.

Soit on est amateur de romans policiers, comme c'est mon cas, et là, hélas, c'est plus difficile. Ce n'est pas que je cherche la petite bête, c'est que les nombreuses petites bêtes m'ont sauté aux yeux sans que j'ai besoin de les chercher. Pourtant l'histoire partait bien.

Quinn vit à Chicago, elle travaille dans un cabinet d'avocats où elle occupe un emploi d'agent administratif, sans qualification, en effet souffrant d'hyperactivité elle n'a pas pris sérieusement son traitement et donc n'a pas pu faire de grandes études ( c'est un détail mais c'est un détail que j'ai retenu pour une raison précise). Elle est amoureuse transie de son collège, Ben, qui travaille 4 étages plus haut. Elle vit une vie de jeune femme moderne ( comprenez elle sort le samedi soir, boit plus que de raison et ramène n'importe qui chez elle ) . Elle vit en colocation avec Esther, une jeune femme qui semble bine sage, qui chante à la paroisse tous les dimanches. Mais un lendemain de beuverie, un dimanche, Quinn s'aperçoit que sa colocataire a disparue.

Alex vit à 70 miles de là ( environ 112 km d'après le convertisseur que j'ai trouvé sur le net), au bord du lac Michigan. Alex vit mal le départ de sa mère quand il avait 6 ans, l'alcoolisme massif de son père et le fait qu'il se soit senti obligé de renoncer à une bourse d'études pour s'occuper de lui. Alex se sent mal dans cette petite ville, où tout le monde se connait, ou tout le monde parle de tout le monde ... et pourtant c'est fou le nombre de choses qu'il ignore, notre brave Alex. On est en automne, la petite ville touristique est presque désertée, aussi Alex remarque t il très vite une jeune fille mystérieuse qui vient d'arriver en ville soudainement ...

Le livre alterne le point de vue de l'un et de l'autre pendant 5 jours.

Hélas, alors que tout est bien parti, la mayonnaise ne monte pas, l'intrigue se délaye et ne prend pas consistance.

Des incohérences dans l'histoire, des contre sens même, des situations invraisemblables, des personnages peu cohérents, et une certaine insensibilité de l'auteur à la fin du livre m'ont rendu la lecture vraiment pénible, voire même désagréable à la toute fin.

Je suis navrée d'écrire une critique aussi peu enthousiasme pour un livre reçu gratuitement.
La jaquette indique un suspens haletant, peut être, si comme je le disais au début de ma critique on le lit comme un roman détente, sur la plage... sans trop réfléchir...
Commenter  J’apprécie          161
Je remercie Babelio de m'avoir sélectionnée pour cette Masse Critique privilégiée et les éditions Harper Collins pour l'envoi de ce roman.

"Ne pleure pas" est le troisième roman de Mary Kubica que je lis, auteure que j'ai découverte avec "Une fille parfaite" son premier roman. On retrouve la plume fluide de l'auteure et une trame similaire où les protagonistes prendront successivement la parole.

Dans la même lignée que les deux précédents, pas de rebondissements à foison, l'histoire avance tranquillement bien qu'on se doute qu'un drame se prépare. Les chapitres courts rendent la lecture agréable et non ennuyeuse, car j'ai trouvé que le rythme était trop lent pour ne s'accélérer que dans les derniers chapitres et nous offrir un dénouement auquel on ne s'attendait pas. Arrivée à la fin de l'histoire, je n'ai pas trouvé le lien avec le titre alors que la couverture, superbe (rappelant celle de "Une fille parfaite"), est plus parlante…

J'ai passé un bon moment de lecture. Par contre, pour les amateurs du genre, je ne dirais pas qu'il s'agit d'un thriller au suspense haletant comme annoncé par l'éditeur, mais je n'en ai pas été déçue puisque je connaissais le style cette auteure. Cependant, ma préférence va pour son second roman "L'inconnue du quai" où la progression du récit et l'évolution des personnages apportaient une certaine tension et un sentiment de malaise qui montaient crescendo.
Commenter  J’apprécie          170
Chicago, un dimanche matin. Quinn s'aperçoit que sa colocataire, Esther, a disparu : sa chambre est vide, la fenêtre qui donne sur l'escalier de secours grande ouverte. Que s'est-il passé ? Comment s'est-elle volatilisée ? A 70 miles de là, Alex, jeune homme de 18 ans vivant avec son père alcoolique, rencontre dans le café où il travaille une jolie jeune femme mystérieuse. Qui est-elle ? Que vient-elle faire dans ce trou perdu ?

J'aime les polars, les romans noirs, les thrillers. Avec une histoire fouillée, des personnages profonds, une vraie atmosphère.
Le roman de Mary Kubica n'offre malheureusement pas cela. L'intrigue est cousue de fil blanc et sans véritable saveur. Certes, il y a une tentative de surprise, mais c'est trop grossier pour être crédible, et ça m'a donné l'impression que l'auteur elle-même ne savait pas trop où emmener le lecteur. le style est assez plat, assez répétitif. Les personnages ne sont pas suffisamment construits, seul le personnage d'Alex m'a paru intéressant.

Lire Ne pleure pas m'a fait penser à un téléfilm de série B qui se laisse regarder un dimanche après-midi, quand on est désoeuvré. On peut le trouver divertissant par moment, mais à la fin , on se dit que bon, c'était sympa, mais pas terrible.

Une petit déception donc. Je remercie néanmoins la masse critique de Babelio et les éditions Harper Collins pour la découverte.
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Aussi, le jour où la banque a menacé de saisir notre maison, j'ai dû travailler à temps partiel . Chez Pridy, parce qu'elle a accepté de fermer les yeux sur le fait que je n'avais que douze ans . J'étais à la plonge, dans la cuisine, pour que ça reste discret, et Pridy me payait sans me déclarer, comme ça , les impôts n'étaient pas au courant . Encore un truc que toute la ville savait, mais que tout le monde faisait mine d'ignorer.
Commenter  J’apprécie          142
" Jeune femme cherche colocataire pour partager deux-pièces à Andersonville . Idéalement situé, proche gare et bus. "
- Mais tu plaisantes ? s'était exclamée ma soeur (...)Tu as pourtant vu le film " JF partagerait appartement " , non ?
Commenter  J’apprécie          180
Mon père et ma mère ne s'embrassait jamais. Ils ne se disputaient pas non plus ; c'est le silence qui les a séparés.
Commenter  J’apprécie          172
" Du calme, maman, lui disais-je. Tu t'inquiétes pour rien."
Mais à présent je n'en suis plus si sûre.
Je veux une bombe lacrymogène.
Et surtout je veux ma maman .
Commenter  J’apprécie          90
Ici, chaque jour ressemble au précédent. Mêmes clients, mêmes conversations, il n'y a que les vêtements qui changent. On sait d'avance que M. Parker, qui promène à l'aube ses deux chiens - un border collie et un bouvier bernois -, sera le premier client. Qu'il attachera ses chiens dehors à un réverbère avant d'entrer, que les semelles de ses chaussures laisseront des débris de feuilles et des traces de boue devant la vitrine de vente, et que c'est à moi qu'incombera ensuite la tâche de nettoyer. Il commandera un café noir à emporter et se laissera tenter par Priddy, qui lui proposera une viennoiserie prétendument "faite maison", offre à laquelle il répondra deux fois "non" avant de dire "oui", humant dans l'air alentour une vague odeur de levure et de beurre qui n'existe que dans son imagination.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Mary Kubica (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Kubica
Découvrir :https://tidd.ly/3qKius3
Il y a toujours deux versions d'une même histoire…
Anna Andrews s'était juré de ne plus jamais remettre les pieds à Blackdown, ce village où elle a grandi et vécu un cauchemar qu'elle n'est pas près d'oublier. Pourtant, c'est précisément à Blackdown qu'on retrouve une femme sauvagement assassinée. Anna, correspondante pour la BBC, n'a d'autre choix que se rendre sur place pour couvrir l'affaire.
Elle est sous le choc en découvrant l'identité de la victime : il s'agit d'une de ses amies d'adolescence. L'inspecteur en charge de l'affaire, Jack Harper, connaît bien la victime, lui aussi, il est même le dernier à l'avoir vue en vie. Jack et Anna vont passer quelques nuits blanches à Blackdown. D'autant plus que le tueur ne s'arrête pas en si bon chemin : les meurtres se multiplient et Anna pourrait bien être la prochaine sur la liste…
Un suspense phénoménal, bientôt adapté en série.
« Stupéfiant, addictif, incontournable. » Samantha Downing
« Vous allez dévorer ces pages délicieusement sombres. » Mary Kubica
« Ce roman n'a rien à envier à Gone Girl, je l'ai lu d'une traite. » Christina Dalcher
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (602) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'inconnue du quai" de Mary Kubica.

Qui est Graham ?

un professeur de Zoé
le voisin de Zoé
un ami d'école de Zoé

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : L'inconnue du quai de Mary KubicaCréer un quiz sur ce livre

{* *}