AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791033903543
360 pages
Éditeur : Harper Collins (05/06/2019)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Après le décès de sa mère, Eden, Jessica Sloane essaye de reconstruire sa vie. Elle loue un nouvel appartement, s’inscrit à la fac. Mais lorsque l’université l’informe que son numéro de sécurité sociale n’est apparemment pas valide et correspond à une autre Jessie Sloane, toutes ses certitudes volent en éclats. Pire : lorsqu’elle fouille dans les papiers d’Eden, elle se rend compte que celle-ci ne l’a jamais déclarée à charge dans ses revenus…Les jours passent et le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  01 septembre 2019
Grosse fatigue...
jessica Sloane vient de perdre sa mère d'un cancer . Pour son inscription à la fac, la secrétaire lui demande son numéro de sécurité sociale, et c'est le drame : son numéro correspond à une morte : Jessica Sloane n'existe pas !
Au plus loin que remonte ses souvenirs, ce n'est pas la première fois que Jessica, se heurte à des questions sans réponses de la part de sa mère . Qui est- elle ? Et pourquoi sa mère lui a t'elle tout caché ?
Et pendant qu'on suit la vie de Jessie, qui s'enfonce dans le manque de sommeil, les hallucinations, les couches de mystère et une très, très grosse fatigue, on suit également les pas de sa mère , Eden, en 1996, dans sa quête désespérée de maternité.
Manque cruel de sommeil et deuil impossible chez Jessie .
Basculement vers la folie en pente douce pour Eden, ce roman a vraiment une " gueule d'atmosphère", un climat unique qui étreint le lecteur dans un lent suspens.
Mais à la fin, on se repasse le " film" dans notre tête en se disant " Ah , oui d'accord, tout ça pour ça... Est-ce que tout se tient ?
Une fin , un peu moins "folle" que le reste du roman qui fait qu'on ressort de cette histoire en se disant qu'on en aurait peut- être préférée une autre, plus compliquée...
Mais bon, l'auteur a le " final cut", et cette fin est comme une pirouette. une pirouette à laquelle on n'avait pas pensée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Ziliz
  30 juin 2020
Jessie vient de perdre sa mère 'des suites d'une longue maladie', selon la formule consacrée. Désormais sans famille, la jeune fille envisage de s'inscrire à l'université. Au cours des formalités administratives, elle découvre que son numéro de sécurité sociale est celui d'une fillette décédée à l'âge de trois ans, et que son propre acte de naissance est introuvable. La gestion de l'état civil serait-elle moins rigoureuse aux USA qu'en France ? 😉
Ou y a-t-il un vrai mystère autour des origines de Jessie ? Elle n'a jamais connu son père, et sa mère est toujours restée évasive à son sujet.
Terrassée par le deuil, exténuée par les insomnies, Jessie cherche à comprendre.
Le lecteur a une longueur d'avance, grâce aux confidences d'une autre femme, jeune épouse en mal d'enfant. Ce qui n'empêche pas l'auteur de le rouler copieusement dans la farine, pipant les dés avec un procédé à la c** qui permet de faire tout et n'importe quoi dans une intrigue.
Long, crispant, agaçant, décevant, malgré un rebondissement plutôt intéressant.
Lu & aimé de cette auteur : 'Une fille parfaite', 'L'inconnue du quai'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Elodieuniverse
  17 juin 2019
On a une alternance de point de vue entre Jessie et sa mère Eden. On tourne alors les pages avidement afin de comprendre l'histoire et voir où l'auteure veut nous mener. Jessie est meurtrie, hantée par la mort de sa mère et elle se retrouve sans identité.. Elle va partir, alors, dans une quête d'identité afin de savoir qui elle est vraiment. Ce n'est pas un livre où vous trouverez énormément d'actions mais nous sommes dans un thriller psychologique dont le suspense est bien présent. La tension monte peu à peu autant pour Jessie que pour le lecteur. Imaginez que vous n'existiez pas? Que vous n'apparaissiez nul part...C'est plus que perturbant! Mais alors, qui est Jessie? Qui est son père? Qui est Eden? Les recherches de Jessie seront troublantes, la vérité douloureuse. Bref, ce thriller psychologique m'a beaucoup plu. (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          340
Gaoulette
  22 juillet 2019
Je n'ai pas retrouvé le même engouement que sur mes autres lectures de Mary Kubica. En fait dés le premier chapitre je sentais la déception pondre le bout de son nez. J'ai fini ma lecture avec difficulté et amertume. J'en ressors avec pleins de ressentiments : " alambiqué" "tiré par les cheveux" "tout ce tintouin pour ça"... A vouloir créer le suspense coûte que coûte, à chercher une idée rocambolesque on peut se brûler les ailes.
L'idée de Mary Kubica est géniale sur le papier. Une jeune femme vient de perdre sa mère. Se retrouvant seule du jour au lendemain, elle cherche à reconstruire sa vie. Et tout bascule le jour où elle apprend que son numéro de sécurité sociale est celui d'une fille morte. Bilan, Jessie n'existe pas, elle serait morte à l'âge de 3 ans. Et commence pour elle, une perte d'identité absolue avec tout ce que cela entraine administrativement. Et pour obtenir ses réponses à tout prix, il lui faut enquêter avec le peu qu'elle a. le lecteur se retrouve avec tout un tas de questions : qui est Jessie, qui est Eden, qu'a t'elle fait, qui est son père, comment va t'elle survivre au décès de sa mère et surtout pourquoi le lecteur a l'impression que Jessie perd la boule.
J'ai presque lu 60% du roman et je n'en pouvais plus. Je me suis lancée dans le dernier chapitre qui m'a donné envie de lire l'avant dernier et puis c'est tout. J'ai eu mes réponses et je ne voulais pas perdre plus mon temps. ET puis quand on connait le fin mot de tout ce mystère j'ai eu cette impression que l'auteure s'était foutue de moi royalement. Une idée saugrenue qui perdre toute la puissance du roman sachant que l'histoire d'Eden est intense.
Alors oui je comprends que le but de l'auteure était de nous induire en erreur et créer un effet de surprise avec son avant dernier couperet final. Pour moi il laissera un gout très amer. J'aime en tant normal ce genre de roman qui vous retourne comme une crêpe mais il faut que cela soit bien amenée. Ce qui n'est pas le cas ici. Des moments longs et soporifiques qui tardent cruellement l'action. D'ailleurs il n'y en a pas tant que ça.
Un retour de Mary Kubica qui ne fera pas d'adepte cette fois-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
delcyfaro
  08 août 2019
J'avais beaucoup aimé Une fille parfaite, du coup j'ai demandé ce roman sur NetGalley afin de poursuivre ma découverte de cette auteure.
Si l'histoire est intéressante j'avoue avoir été un peu déçue par la façon dont l'auteure nous l'a racontée.
Jessica Sloane vient de perdre sa mère Eden. Elle essaie de se reconstruire et change radicalement de lieu de vie et souhaite reprendre ses études.
C'est lors de l'inscription à la faculté que les difficultés vont apparaitre. Son numéro de sécurité sociale correspond à celui d'une petite fille portant le même nom mais morte à l'âge de 3 ans.
Déboussolée par cette découverte elle se lance dans la recherche de sa véritable identité. Qui est-elle? Qui est son père? Pourquoi sa mère lui a-t-elle menti toute sa vie?
Beaucoup de questions, trouvera-t-elle les réponses.
L'histoire est scindée en deux parties qui s'alternent. L'histoire de Jessica et sa recherche d'identité et celle d'Eden sa mère.
A partir de là on remonte le passé de la mère pour tenter de comprendre le présent de la fille.
L'histoire est effectivement intéressante, originale, la fin est surprenante mais je suis restée sur ma faim concernant les personnages.
En fait ils ne dégagent pas grand-chose, aucune empathie avec eux, ce qui me gêne toujours dans un roman, j'aime ressentir une émotion positive ou négative mais l'indifférence envers les personnages me gâche souvent ma lecture.
L'écriture est agréable, fluide et l'intrigue plutôt bien menée mais elle reste un peu confuse par moment et surtout pas toujours très réaliste.
Du coup, ça se lit bien mais en ce qui me concerne c'est tout de même une lecture en demi-teinte.

#ALaTombéeDuJour #NetGalleyFrance
Lien : https://delcyfaro.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   28 juin 2020
[ lorsque l'enfant tarde à paraître... ]
Ces temps-ci, nous faisons l'amour par obligation et non par envie. On fait l'impasse sur les préliminaires pour se plonger directement dans le vif du sujet, ce qui rend l'acte aussi agréable que de se brosser les dents ou faire la vaisselle. Tout comme nous accomplissons n'importe quelle autre tâche quotidienne, nous faisons l'amour de mauvaise grâce trois jours par mois, soulagés d'en avoir vingt-sept de répit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
iris29iris29   31 août 2019
Ces temps- ci, je remarque les enfants de plus en plus fréquemment. Les petits, les grands. Les bébés. Les enfants au parc. Au marché. Ceux qui se promènent dans la rue, main dans la main avec leur père, leur mère. Il me semble soudain que tout le monde a des enfants , tout le monde sauf Aaron et moi.
Commenter  J’apprécie          190
mimo26mimo26   14 juin 2019
La ville m’encercle, comme un panorama. Les bras tendus, je ne peux m’empêcher de tourner sur moi-même pour embrasser la vue. Je profite du spectacle, bien consciente que c’est peut-être la dernière chose que je verrai jamais.

Je fixe les quatre marches métalliques devant moi, qui m’ont l’air bien fragiles et délabrées avec leur rouille, leur peinture écaillée et leurs lattes mal fixées. Je pose le pied sur la première, elle cède et je tombe.

Pourtant, je n’ai pas le choix, je dois monter.

Je me relève, pose les mains sur les rampes et je reprends. Mes paumes, moites et glissantes, m’empêchent de me cramponner. Je trébuche sur la deuxième marche, recommence. J’appelle à l’aide, d’une voix brisée, que je ne reconnais pas.

Lorsque j’atteins la corniche du toit, mes genoux flanchent. Au prix d’un ultime effort, j’évite de basculer dans le vide et d’atterrir sur le trottoir. Seize étages plus bas.

L’immeuble est si haut que je pourrais toucher les nuages. Une sensation de vertige s’empare de moi. Le sol se rapproche à toute allure, les immeubles et les arbres se mettent à se balancer au point que je ne sais plus ce qui bouge : eux ou moi. Des petites boîtes d’allumettes jaunes filent dans les rues de la ville. Des taxis.

Si je me tenais au rez-de-chaussée, la corniche me ferait l’effet d’un boulevard. Mais ici, c’est tout le contraire. Ici, ce n’est qu’un fil sur lequel j’essaie de tenir en équilibre malgré mes jambes qui flageolent.

J’ai peur. Mais j’ai déjà fait tout ce chemin. Je ne peux pas reculer.

Une accalmie survient et s’achève si vite que je ne la remarque presque pas. L’espace d’une seconde, le monde est immobile. Je suis en paix. Le soleil monte toujours plus haut dans le ciel, ses rayons jaune orangé qui percent à travers les immeubles m’éblouissent, m’apaisent et me réchauffent. Mes mains s’élèvent tandis qu’un oiseau passe à tire-d’aile. Les bras tendus de part et d’autre de mon corps, j’imagine quel effet ça ferait de voler.

Puis tout me revient.

Je suis désespérément seule. Mon corps entier me fait souffrir. Je n’ai plus toute ma tête, je n’y vois plus clair, je ne peux plus parler. Je ne sais plus qui je suis. À compter que je sois encore quelqu’un.

Et j’en ai alors l’intime conviction : je ne suis personne.

J’imagine ce que ça ferait de tomber. Plonger en apesanteur, laisser la gravité prendre le relais, lâcher prise. Renoncer, s’abandonner à l’univers.

Je perçois un mouvement plus bas. Un éclair brun, et je sais que si j’attends encore il sera trop tard. La décision ne m’appartiendra plus. J’appelle une dernière fois.

Puis je me lance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Avant, maman me racontait des histoires. On se serrait toutes les deux sous les couvertures de mon lit une place et elle me parlait de son enfance. De son éducation. De ses parents. Elle racontait sa vie comme un conte de fées, qui commençait par il était une fois, sauf que ce n’était pas vraiment son histoire, mais celle d’une jeune fille qui épousait un prince et devenait reine.
Sauf que son prince à elle l’a quittée. Mais ça, elle ne le racontait jamais. Je n’ai jamais su si ça c’était passé comme cela, ou s’il n’avait simplement jamais fait partie du paysage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
iris29iris29   31 août 2019
Toute ma vie, j'ai vécu avec maman. On était comme Batman et Robin, Laurel et Hardy, Sammy et Scoubidou.On faisait équipe.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Mary Kubica (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Kubica
À la tombée du jour - Mary Kubica - LTL # 177
autres livres classés : désir d'enfantVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'inconnue du quai" de Mary Kubica.

Qui est Graham ?

un professeur de Zoé
le voisin de Zoé
un ami d'école de Zoé

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : L'inconnue du quai de Mary KubicaCréer un quiz sur ce livre