AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070392704
318 pages
Éditeur : Gallimard (24/01/1995)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 177 notes)
Résumé :
Le "petit garçon" a grandi. Lycéen à Paris, il a quinze ans. C'est l'âge de la solitude, des rêves, de l'attente. Un inconnu, Alexandre, entre alors dans sa vie. Le charme slave, la grâce, l'élégance font de lui un être à part. Le narrateur réussit à devenir son ami intime et gagne le droit d'aller prendre le thé avec lui au sortir du lycée, chez la vieille et curieuse "Madame Ku". Alexandre a une sueur. Et peut-être le merveilleux jeune homme n'est-il qu'une pâle c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
dame_katia
  18 août 2014
Pour remmettre le bouquin dans son contexte, il faut savoir que ce livre est le 2nd de la trilogie suivante :
- le petit garçon (1990)
- Quinze ans (1992)
- Un début à Paris (1994)
Cette trilogie complète les 5 romans d'apprentissage de P. Labro (lire L'étudiant étranger (1986) et Un été dans l'Ouest (1988)).
Personnellement, je n'ai pas lu le 1er tome et je n'ai pas ressenti d'incompréhension majeure dans l'histoire. Il me semble donc que les 3 livres peuvent se lire indépendamment (contrairement à L'étudiant étranger et Un été dans l'Ouest où il me semble important de lire les deux tomes).
En ce qui concerne l'histoire, nous suivont l'année scolaire d'un lycéen de 15 ans qui fait la rencontre d'un nouvel élève dans sa classe : Alexande Vichnievsky-Louveciennes. Ce nouvel élève sait s'entourer de mystère et il en joue, ce qui attise la curiosité de la classe. Notre héros parvient à se faire d'Alexandre un ami et accède donc à la sphère proche d'Alexandre et notamment sa soeur, Anna, dont il tombe fou amoureux.
Concrètement, il ne se passe pas grand choses dans le livre : on en apprend plus sur le mystère d'Alexande et Anna à la fin du livre, mais il faut du temps pour y arriver. Ce qui m'a beaucoup plu, c'est la description des sentiments de ce jeune homme de 15 ans (amour envers Anna, amitié et jalousie envers Alexandre).
Encore une fois, P. Labro a bien su retranscrire les émotions de ses personnages qui en deviennent réèllement attachants. J'ai hate de lire la suite :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Loutre_des_Rivieres
  09 novembre 2012
A 15 ans, "le petit garçon" parisien est désormais au lycée. Il y fait une rencontre, celle d'Alexandre, un jeune homme un peu différent des autres, peut être plus raffiné, qui exerce sur lui une certaine fascination. Peu à peu, les deux adolescents se rapprochent et Alexandre lui fait découvrir sa culture slave durant leurs visite à l'heure du thé à la Babouchka "Madame Ku". "Le petit garçon" va ensuite découvrir qu' Alexandre n'est qu'une pâle copie de sa grande soeur dont il tombe éperdument amoureux.
Roman d'initiation dans le Paris des années 50. Lu à mes quinze ans, je suis vite tombée moi même sous le charme de ce jeune slave, Alexandre, qui me paraissait terriblement fascinant.
Commenter  J’apprécie          60
luis1952
  01 novembre 2012
Paris, au siècle passé vers 1950.
La personne qui raconte est un garçon d'une quinzaine d'années. Sa vie d'écolier, tout se passe bien jusqu'au jour où Alexandre Vichnievsky-Louveciennes, un russe arrive comme élève dans la classe. Un nouvel ami ? Peut-être ? Seulement le nouvel ami a une soeur.
On revit une époque révolue, l'apparition de la télévision, la guerre de Corée, les voyages en Suisse,...
Commenter  J’apprécie          80
Poulpe40
  07 septembre 2013
Le XVIème arrondissement de Paris. C'est dans ce principal et plus important arrondissement de Paris que se déroule principalement cette histoire pendant les années cinquante où la guerre froide est très présente.
J'ai beaucoup aimé découvrir par cette histoire, la vie que menaient les jeunes, leur relations plus ordonnées et réglementées qu'aujourd'hui, suivant leurs principes de vie et leurs valeurs strictes imposés par leurs parents et par la moralité. Cette vie de ce jeune adolescent nous autorise à la comparer à la nôtre à son même âge, et à voir les différences qu'il y a entre avant et aujourd'hui. C'est en faisant cela qu'on peut se rendre compte de l'évolution des principes de vie, de la liberté de pensée et d'action qui nous est offerte de nos jours. Sans pour autant critiquer ce mode de vie, chaque époque a eu ses avantages et ses inconvénients, mais la vie n'était pas plus simple dans les années cinquante, que soixante ans plus tard. Cependant les relations personnelles ont beaucoup évolué. En un sens, elles se sont facilitées. Mais malheureusement, je pense qu'aujourd'hui les valeurs qui existaient à cette époque n'existe que rarement aujourd'hui, comme le Respect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
plumpface
  09 juillet 2019
J'ai dévoré ce livre, chaque fois que je le lisais je ne pouvais plus m'arrêter. L'auteur arrive vraiment à captiver le lecteur avec ces personnages atypiques. Ils ont tous une personnalité assez complexe et j'ai eu l'impression d'apprendre à les connaître durant cette aventure.
Je recommande
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
SilenaSilena   27 mai 2015
Le lendemain, et cela me parut d'abord étrange mais je m'y accoutumai vite, le jour ne ressemblait pas aux autres jours. La lumière dans la rue n'était plus la même. Il faisait plus clairet plus gai malgré le froid qui s'était abattu depuis quelques temps sur la ville.
Il n'y avait plus rien de gris autour de moi. Le lycée vers lequel je me dirigeais m'apparaissait dans le jour qui se levait, comme nimbé de rayons bleu et argent et je remarquais les rouges et les jaunes, les verts et les oranges aux vitrines des magasins, sur les foulards des femmes, ou à travers les carreaux des deux bistrots qui jalonnaient mon parcours. Même les arbres, nus en cette période hivernal, me faisaient des signes de complicité. Sur les visages de mes camarades comme des professeurs, ou des inconnus que je croisais dans la rue, je croyais lire un sourire, de la sympathie et de la bonté, ou la simple adhésion au sentiment euphorique qui m'habitait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SilenaSilena   27 mai 2015
Fasciné par Alexandre et sa précocité, conquis imperceptiblement par l'atmosphère de "chez Ku" j'étais envoûté et incapable, comme il est fréquent à cet âge, de me projeter dans l'avenir. L'idée que quelque chose ou quelqu'un puisse un jour venir troubler cette nouvelle situation n'avait pas traversé mon esprit. Rien ne m'avait préparé à Anna.

Elle arriva, tranchant dans la chair fraîche de ma petite vie d'adolescent, pour y apporter la séduction et la souffrance, l'insomnie, les ravages du cœur et les tenailles de l'amour. Elle n'était pas attendue mais secrètement désirée, et, dès l'instant où j'entrevis sa flamme, je fus pris, happé, par ce feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JaneLaneJaneLane   22 avril 2015
Je m'interroge : c'est donc cela, être amoureux ?
C'est cela, oui : subir en une journée d'incompréhensibles assauts, être la proie d'émotions contraires, n'avoir aucune prise sur soi, aucune maîtrise de ses sens, et s'être imaginé que la journée était exceptionnelle et belle, alors que, à nouveau, je la trouve sans joie.
Le ciel s'assombrit, les rues se rétrécissent, le soir tombe, il tombe vite, c'est l'hiver...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
luis1952luis1952   01 novembre 2012
Le moindre mouvement des orteils d'Anna augmentait un désir si précis que j'en avais du mal.
-Qu'avez-vous, me dit-elle, vous êtes souffrant ?
-Ce n'est rien, lui dis-je.
-Si, si, dites-moi, insista la jeune fille, voulez-vous que nous nous arrêtions un instant ?
Commenter  J’apprécie          80
marine2134marine2134   27 juin 2017
Le grotesque de nos agissements, le dérisoire de nos gestes ne se mesurent jamais au moment où ils ont cours, sinon nous n'agirions pas, et notre vie ne serait qu'immobilisme. La plupart du temps, nous ne nous voyons pas en train de faire. Et c'est seulement après - parfois le lendemain, parfois bien plus tard - que nous sommes capables de nous regarder, les yeux dessillés. Cet aveuglement, indispensable, cependant, à la progression dans la connaissance des choses, est d'autant plus grand en période de mutation, quand le corps et l'âme sont les jouets d'énergies inintelligibles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Philippe Labro (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Labro
17.05.18 - INTEGRALE - É. Louis, P. Kramer, G. Brisac, P. Labro, V. Huisman et M. Dorsan.
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des cornichons au chocolat

Comment s'appelle le chat de Stéphanie

Garfield
Garffy
Garfunkel

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Des cornichons au chocolat de Philippe LabroCréer un quiz sur ce livre