AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Frederik Peeters (Illustrateur)
EAN : 9782413030171
80 pages
Éditeur : Delcourt (13/10/2021)
4.08/5   50 notes
Résumé :
Le détective Franck Sangaré, accompagné de son assistante, l'étrange madame Dombre, débarquent à Saint-Elme, une petite ville de montagne réputée pour son eau de source. Ils sont sur les traces d'un fugueur disparu depuis trois mois : enquête apparemment facile. Sauf qu'à Saint-Elme, tout le monde vous le dira : « Ici, c'est spécial. »
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 50 notes
5
12 avis
4
11 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

BurjBabil
  17 octobre 2021
Reçu dans le cadre d'une opération masse critique. Merci à tous ceux qui permettent ainsi de découvrir des oeuvres vers lesquelles on n'aurait pas forcément porté le regard.
Parlons en du regard : cette bande dessinée est très travaillée graphiquement. Peeters signe des planches aux couleurs inhabituelles : sombres entrecoupées de couleurs éclatantes : du noir troué de bleu, de mauve, de rouge. C'est déstabilisant visuellement et il m'a fallu des pages pour m'habituer. le découpage est fluide, les plans serrés des actions succèdent aux plans d'ambiance très stylisés.
Le scénario de Lehman semble un peu compliqué de prime abord : beaucoup de personnages, quelques difficultés à les identifier au début lorsqu'on passe d'un bout de narration à l'autre (l'histoire semble découpée pour converger) et beaucoup de mystère autour de chaque trajectoire décrite. Heureusement, les 80 pages permettent de se familiariser progressivement. Je l'ai lu en plusieurs fois en reprenant quasiment à la moitié de ma précédente lecture et j'ai pu apprécier encore mieux la consistance de l'ensemble.
C'est franchement du polar noir comme on peut les aimer, et j'ai refermé ce volume en me promettant de poursuivre l'aventure.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Bdotaku
  18 novembre 2021
Le tandem de l'inclassable et intrigant « L'homme Gribouillé » : le parisien Serge Lehman, maître es-étrange, et l'éclectique dessinateur suisse Frederik Peeters se reforme pour nous concocter une nouvelle aventure intitulée « Saint-Elme » dont le premier tome « la vache brûlée » vient de paraître aux éditions Delcourt. Ce premier volet, s'il reprend les codes du polar, lorgne également du côté de séries télévisuelles plus décalées telles « Fargo » ou « Twin Peaks » en nous présentant une petite ville isolée, ses habitants surprenants et ses secrets enfouis en l'accommodant d'une pointe d'humour très franco-suisse mais la situe dans un cadre européen et familier. Ils nous proposent ainsi une ouverture grandiose pour ce qui s'annonce être une pentalogie.
*
Un privé, Franck Sangaré, débarque à Saint-Elme, une petite bourgade de montagne réputée pour son eau de source, car il a été engagé par une mère éplorée pour retrouver la trace d'un jeune bourgeois fugueur de la vallée qu'on aurait aperçu dans cette ville thermale. L'énigmatique madame Dombre l'accueille. Elle connaît bien le coin, c'est elle qui va l'épauler sur cette affaire. Cette enquête devrait être rondement menée car le duo apprend rapidement que le jeune homme a ses habitudes dans une boîte de nuit, « le Mirage », où il deale avec un certain Red Dog… Mais voilà comme le répètent les habitants « Ici, c'est spécial » et les choses à Saint Elme ne se passent jamais comme prévu …
D'emblée le lecteur se trouve ainsi surpris par une longue première séquence qui ne semble pas se rattacher au reste du récit. On peut rapidement dégager trois arcs narratifs cependant : l'enquête policière de Sangaré et Dombre, une histoire de rapt d'enfant et une saga familiale celle des Sax, famille dysfonctionnelle mafieuse et puissante qui a mis la ville sous sa coupe. A cela s'ajoute toute une galerie de personnages mystérieux qui ne devraient pas manquer d'avoir un rôle à jouer dans les prochains opus : Paco un berge mutilé, Romane une jeune touriste fascinée par celui-ci, un affable aubergiste qui remet au goût du jour des traditions bizarres (dont celle qui donne son titre au volume) et j'oubliais bien sur une invasion de grenouilles ….
Ce dernier détail, qui peut avoir une valeur symbolique (l'invasion de grenouilles accompagnait celle des sauterelles et des taons dans l'épisode biblique des dix plaies d'Egypte) fait basculer le polar classique dans l'étrange et le décalé en lui conférant une originalité. Ce détail paraît d'autant plus frappant (et même parfois comique) au lecteur que le cadre est très réaliste. Si l'on retrouve sans peine dans la ville inventée de Saint-Elme le cadre géographique dans lequel vit le dessinateur et les paysages grandioses du sud des Alpes, l'épisode des batraciens lui confère une dimension mythologique. Il alerte sur un aspect de parabole qui sera sans doute détaillé dans les tomes à venir. Saint-Elme ça peut être l'alliance contre nature de l'eau et du feu …et l'annonce de la foudre qui va s'abattre comme les feux du même nom.
*
Le glissement vers le fantastique se poursuit aussi avec l'utilisation particulièrement tranchée des couleurs. Frederik Peeters a souvent dit qu'il n'aimait pas se répéter et qu'il changeait de style à chaque nouvelle oeuvre pour ne pas s'ennuyer ni lasser son lecteur. Et là il pousse l'exploration stylistique très loin ! On a immédiatement un choc visuel : les planches sont en aplats de couleurs flashy sans effets de volume ni de dégradés et ceux-ci rehaussent les noirs profonds de l'encrage. Cela crée à la fois une impression de malaise et d'irréel. La palette de couleurs psychédéliques est très antinaturaliste et vient amoindrir la précision réaliste du cadre et de l'enquête de ce polar très noir. Deux ambiances colorées dominent : l'ambiance nocturne mise en place dès la couverture et la première séquence où dominent le rouge, le bleu et le violet parfois striés d'un vert pomme figurant une lumière au néon et une ambiance diurne : celle de la lumière hivernale qui baigne la ville dans un camaïeu de jaune orangé et d'ombres mauves.
*
Nous sommes donc déconcertés, joués et bousculés. le rythme est conféré par une savante alternance entre grandes vignettes muettes qui font office de pause narrative et plantent le décor et gaufriers serrés voire éclatés dans les moments d'action. Les angles de prise de vue sont étonnants parfois (certaines scènes ne sont perçues qu'en reflet dans un rétroviseur ou le galbe d'une ampoule par exemple ) et toujours recherchés. le découpage est ciselé et Peeters joue sa partition avec maestria, les dialogues de Lehman sont percutants et réduits au strict nécessaire ; on rit parfois, on s'interroge souvent …. Mais on plonge sans hésiter dans ce monde glauque et interlope … Et on en redemande !
*
Ce premier opus se referme sur une cascade de cliffhangers. C'est peu dire que nous sommes bien « ferrés » et qu'il nous tarde de découvrir la suite de cet étrange récit choral afin de voir comment les différents arcs narratifs vont se rejoindre, comment seront exploités des personnages dont on pressent l'importance, et comment l'intrigue se dénouera. L'attente ne sera pas bien longue puisque le deuxième tome de "Saint-Elme", intitulé "L'avenir de la famille" est annoncé pour le 12 janvier 2022.
Je remercie Babelio et les éditions Delcourt de m'avoir permis de découvrir et de savourer cet album dans le cadre d'une masse critique privilégiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Luria
  06 octobre 2021

"If frogs had side pockets, they'd carry hand guns"
Dan Rather
Je ne sais pas vous mais moi j'aime humer les livres.
L'odeur de la BD neuve qu'on est le premier à ouvrir avec la reliure qui craque et les pages un peu raides sont pour moi un pur plaisir.
Et dans ce bonheur olfactif, on plonge dans un univers au beau jeu de couleurs bleu, rouge, violet. Pas forcément très lisible, j'ai dû faire quelques retours en arrière pour bien comprendre ce que me montraient les premières cases.
Et puis il fait jour, et on se prend au trait, à l'intrigue de ce polar dont on semble parachuté au milieu d'un beau bazar. En quête. Je me suis mise à chercher des indices (moi j'ai vu Terry Pratchett en page 29) en observant ces phénomènes plus ou moins étranges. Ce premier tome pose les bases de ce qui sera révélé plus tard, j'espère. Oui parce qu'il n'est peut-être pas encore sorti que j'ai envie de lire la suite. Après tout l'aperçu était chouette et aguicheur et il est passé trop vite.
[Masse Critique]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MonsieurHyacinthe
  09 octobre 2021
Le moins que l'on puisse dire, c'est que les compères Serge Lehman et Frederik Peeters savent allécher le lecteur et poser une ambiance ! Ce premier tome de « Saint-Elme » promet, promet, promet… un hameçon bien lancé !
Tout en violence teintée de polar, l'atmosphère de « Saint-Elme, tome 1 : La vache brûlée »  est diluvienne, sous le signe de la pluie qui s'abat visiblement sur tous les protagonistes. Tout le monde en prend pour son grade, alors même que le duo d'auteurs pose les bases de leur historiette. Je ne m'attendais pas à autant de tempêtes musclées, de passages à tabac, d'armes à feu. C'est virevoltant, cinématographique, vif et inquiétant. La maîtrise de Frederik Peeters pour suggérer le mouvement, la vivacité d'une action et la surprise, est certaine et efficace ! J'aime également son choix des couleurs, particulièrement brillant en nocturne, qui colle à ce récit éclairé de ténèbres et participe au climat général. A titre d'exemple, se permettre des personnages verts pour évoquer l'éclairage d'un feu de camp, d'autres violets pour simuler la nuit, fonctionne à merveille et dénote d'une habilité acquise au long cours, d'un savoir-faire fichtrement virtuose. Ça n'a l'air de rien et peut passer inaperçu, mais quand on s'attache vraiment au dessin, ce genre de plus-value est un régal pour les pupilles.
Au scénario, Serge Lehman ne semble pas en reste. Il pose ici bien des petits cailloux pour plus tard. Les dialogues sentent bon le naturel, ça chante juste, et se permet même des grossièretés, injures et insultes qui puent le vrai. Je ne lui ai pas toujours trouvé ce naturel et appuie donc fortement sur ce point : la prose fonctionne à merveille, ose le vulgaire. En règle général, je raffole des jargons, baragouins, patois et autres déviances langagières, Lehman est à deux doigts d'y sombrer avec allégresse. Il se dégage même un léger sadisme dans le ton et les situations, qui porte un humour inattendu et les personnages plus mordants encore. On sent que l'étonnement sera légion dès le prochain tome, les retournements de situation nombreux, le ravissement en ligne de mire. J'apprécie le retour des crapauds et grenouilles martyrisées, clin d'oeil à « L'homme gribouillé » ou nouvelle marque de fabrique des deux loustics ? On le verra au fil des oeuvres. En tout cas, je n'ai qu'une conclusion : vivement la suite ! Et je remercie vivement Babelio et les éditions Delcourt pour la masse critique privée qui m'a permis de participer au tirage au sort ciblé sur des auteurs que j'apprécie de longue date. Ce site est décidément un bienfait pour l'humanité, une mine d'or pour la curiosité de l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Le_chien_critique
  03 novembre 2021
Dans un lieu reculé, de louches individus semblent travailler à un trafic pas très légal. Et puis...
Un début étrange, rien ne nous ai donné comme piste. On passe de cette intro à une riche famille ainsi que dans les pas d'un détective à la recherche d'un fugueur.
Les événements s'enchaînent sans lien apparent. le dessin n'aide pas à s'immerger dans le récit. C'est rouge, violet, bleu, c'est sale et glauque. Je me demande sur quoi je suis tombé.
Mais je suis intrigué. Alors une page de plus et une autre jusqu'à ce que tous les fils se rejoignent, la compréhension se fait. Et nous sommes face à un bon thriller. Qu'une envie, lire jusqu'à la fin qui arrive bien entendu trop rapidement. Et au final, le dessin s'accorde parfaitement à l'intrigue.
Tome 1 oblige, tout s'arrête au pire moment. J'ai lu que le tome deux sortait fin janvier 2022. Par contre je n'ai vu nulle part une indication sur le nombre de tomes totales...
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (6)
LesInrocks   29 novembre 2021
La narration éclatée, la répétition de motifs quasi musicaux et les cadrages, conçus pour conférer à chaque action le plus d’impact, rendent ce puzzle fascinant. Derrière, des émotions fortes et des concepts surprenants nous attendent – Lehman reste adepte de la “psychogéographie” poétique des philosophes situationnistes.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
BDGest   19 octobre 2021
Premier tome emballant et intrigant, La vache brûlée est une entame particulièrement réussie, réalisée de mains de maître par deux artistes au sommet de leur art. Vivement la suite.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   19 octobre 2021
On est immédiatement happé par cette enquête de plus en plus étrange au fil des pages, comme un délicieux mix entre les univers des frères Coen (époque Fargo) et de David Lynch (époque Twin Peaks), mais à la sauce européenne, mention suisse. Le scénario de Serge Lehman (La Brigade Chimérique, Masqué…) trouve le bon équilibre entre le bizarre et le classique, avec une trame pour l’instant très lisible, simplement distordue par des petits clins d’oeil étranges et des personnages hauts en couleurs. C’est justement là que Frederik Peeters (Aâma, Oleg…) fait des merveilles, en proposant des « gueules » à la fois réalistes et très marquées pour ces protagonistes tantôt repoussants, tantôt attachants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   15 octobre 2021
Premier tome emballant et intrigant, La vache brûlée est une entame particulièrement réussie, réalisée de mains de maître par deux artistes au sommet de leur art. Vivement la suite.
Lire la critique sur le site : BDGest
LigneClaire   15 octobre 2021
Torturé et emberlificotée cette affaire mais c’est un compliment. Va y avoir conflit d’intérêt et à Saint-Elme c’est spécial comme ils disent. Pas tiré des embrouilles le Frank et la suite devrait faire dans le nerveux déjanté. Du soigné apprécié. Un trait souligné, précis, réaliste sans excès, efficace et direct.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BDZoom   11 octobre 2021
D’emblée, on est frappé par le découpage rythmé du récit, par les dialogues aussi ciselés que percutants, mais également par le graphisme fort et détaillé de l’artiste helvète. Un trait pimenté par des couleurs tranchées qui contribuent à l’étrangeté de cette ambiance pour le moins étouffante.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   17 octobre 2021
- Putain mais il est où?
- Patience! La nuit est encore jeune.
- C'est une phrase de vieux ça.
Commenter  J’apprécie          140
LuriaLuria   06 octobre 2021
Je pensais en avoir fini avec vous et votre frère, mais quand il m'a appelée hier soir, je n'ai pas su lui dire non.
Commenter  J’apprécie          60
YokayYokay   01 novembre 2021
- C'est pas avec le gros Fred que tu bosses, d'habitude ?
- Il y a eu un problème... je te raconterai... et Curzon et à l'hôpital. Il ne restait que Morba... le seul mec qui donne l'impression d'être en taule à l'extérieur !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Serge Lehman (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Lehman
La librairie Point Virgule vous propose cette semaine de faire le point sur les nouveautés sorties cet automne en matière de BD. Du polar au récit intimiste en passant par l'humour, il y en aura pour tous les goûts.
- La saga des Bojeffries, Alan Moore & Steve Parkhouse, Komics initiative, 22€ - Mes mauvaises filles, Zelba, Futuropolis, 21€ - Saint-Elme, t1 La vache brûlée, Serge Lehman & Frederik Peeters, Delcourt, 16,95€ - Ouagadougou pressé, Roukiata Ouedraogo & Aude Massot, Sarbacane, 24€ - Quelqu'un à qui parler, Grégory Panaccione (roman de Cyril Massarotto), Le Lombard, 22,50€
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4176 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..