AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090648626
Éditeur : Critic (04/05/2016)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Il y a fort longtemps, une civilisation a créé la planète Sitrinjêta, une oeuvre d'art à l'échelle d'un monde, qui satisfait tous les sens de n'importe quelle espèce. Mais aujourd'hui, nul ne sait où elle se trouve. Prétextant une mission de fret, le capitaine terrien Hénar Log Korson parvient à convaincre la toute-puissante Transtell de lui confier une astronef et un équipage. Pourtant, c'est bel et bien en quête de la mythique planète perdue qu'il se lance... Sitr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
20 décembre 2016
3/4 Oui, 1/4 Non.
Hénar Log Korson est un Solarien (entendez Terrien), l'espèce humaine, une parmi tant d'autres, ni la meilleure, ni la pire, mais en tout cas pas la principale. Après négociations, il arrive à réunir vaisseau et équipage pour se lancer dans une chasse au trésor à travers l'espace dont l'Alpha et L'Omega semblent être une race, LA race la plus mythique de l'univers connu. Mais s'il se croyait seul sur le coup, Hénar s'est lourdement trompé. Ne serait-il que le jouet de forces qui le dépassent ?
Il y a des livres où dès les toutes premières pages, on sait qu'on va aimer un livre. Populaire (dixit la quatrième de couverture) ne veut pas dire mauvaise qualité. Bien écrit, et pas pour un gamin de 8 ans.
L'auteur nous offre, nous plonge dans un univers complexe multi race vaguement organisé ( à base d'Instance suprême de coordination galactique, de Confédération) fondé par des races à squelettes interne, à squelette externe, à pas de squelette.
Réellement très alléchant. Mais hélas, le roman ne fait que 290 pages. Exit donc les passages qui auraient pu être jouissifs sur l'organisation galactique, les descriptions des races. (Bon Léourier, n'est pas le premier et sûrement pas le dernier à faire l'impasse sur un background développé et détaillé).
Donc on passe les trois quarts du roman dans une ambiance, Star Wars – Mass effect (j'ai été la chercher loin cette référence, vu que les autres commentateurs ont épuisé mes autres choix) très sympathique et Paf, on vire dans le mystico-ésotérique en fin de roman. Mais WTF ? L'auteur s'est trompé de roman, il en avait écrit deux et il a mélangé les feuilles ? La jeunesse du héros, aussi intéressante soit-elle qui ne cadre pas du tout avec le ton général du livre.
Je n'ai rien contre la sf, glauque, noire et même mystique. Mais il faut faire un choix. Soit on donne dans le Space Opera « populaire » et on assume jusqu'à la fin, soit on fait dans le « ambiance fin du monde » « la torture c'est fun » et nous, on change de grille de lecture. Mais 3/4 1/4, de surcroît l'un après l'autre, non !
Bref, et j'en revient au titre, et martèle ma conclusion : 3/4 Oui, 1/4 Non. Trois étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          768
Alfaric
10 décembre 2016
Merci Babelio, merci Masse Critique, et surtout merci Critic ! (grâce aux productions Critic, je souffre moins quand je songe à la défunte collection Présence du Futur, euthanasiée par qui on sait…)

Avec "Sitrinjêta" de Christain Leourier, nous un petit space opera qui entre pulp et quête métaphysique rend un hommage presque vintage à ces bons vieux Stefan Wul et Jack Vance : on aurait pu avoir un "Farscape" à la française, mais au final on se contentera d'un anti "Star Strek"*, l'auteur prenant plaisir à prendre le contre-pied de l'univers culte de Gene Roddenberry
Après une mise en place qui semble avoir eu lieu quelque part dans l'univers de "Star Wars", on se retrouve dans une bonne vieille course au trésor. Sauf qu'avant d'arriver à destination le capitaine se garde bien d'expliquer à son équipage en quoi il consiste (parce que l'auteur veut bien se garder d'expliquer à ses lecteurs en quoi il consiste). A la limite, la destination importe moins que le voyage et on n'est pas très loin d'un MacGuffin ^^
On a diverses menaces intérieures :
- la mystérieux contenu de la soute Z
- l'invitée de dernière minute qui s'avère être une invitée de marque
- le capitaine ayant subi une mnémotonie qui ne sait plus lesquels de ses souvenir sont les vrais
- le second métamorphe qui semble prendre son indépendance, et change d'humeur et de sexe ^^
- l'équipage entre grève et mutinerie, donc chacun des membres pourraient être un espion / saboteur
On a diverses menaces extérieures :
- des Pirates de l'Espâce en veux-tu en voilà…
- les interventions de l'Instance Suprême de la galaxie
- la guerre entre les Kongloïm arachnoïdes et la Ligue des Cinq Sphères
On devine que la quête du Solarien Hénar Log Korson est l'enjeu de lutte de pouvoirs galactiques (qui sont ses véritables commanditaires ?), mais c'est moins une opposition entre ceux qui veulent qu'ils échouent et ceux qu'ils veulent qu'ils réussissent qu'une opposition entre ceux qui veulent tirer les marrons du feu en étant les premiers à remporter le pactole une fois qu'il aura mis la fin dessus… Parce qu'il est la clé dudit trésor, et que ceux qui échouent à ouvrir le coffre au trésor meurent !!!
J'ai bien aimé la course au trésor, mais pas trop voire pas du tout son dénouement… le problème c'est que ce dernier occupe un bon tiers du roman !
Ledit dénouement est en 2 temps : Achtung spoilers

Plutôt que de consacrer des dizaines de pages à cela, on aurait pu avoir de meilleures descriptions de tous les aliens sortis de la classification xénologique que l'auteur met en avant en prélude, développer les personnages comme la dualité Hénar/Ullinn par exemple), et étoffer les péripéties du récit histoire de clarifier les tenants et aboutissant de l'intrigue… Parce qu'au final ça manque quand même un peu de véritable fun…
Je reste sur un sentiment mitigé, mais l'imagination et le style de Christian Léourier qui font le pont entre différentes époques de la Science-Fiction me plaisent bien… J'irais bien refaire un petit tour dans ses univers à l'occasion !

* Déjà le second Svaun, c'est clairement un Vulcain métamorphe et hermaphrodite : on ne pouvait être autrement plus clair sur la référence et la volonté de la détourner ^^
Dans "Star Strek", on avait développé une civilisation galactique sans argent basé sur la solidarité et qui avait pour la résolution de tous les conflits…
Dans "Sitrinjêta", on a développé une civilisation galactique basé sur l'argent et sur le chacun pour soi et qui a pour but d'utiliser les conflits en cours pour faire encore plus de pognon… du coup on se retrouve dans une transposition intersidérale du monde actuel qui se gargarise d'être en paix parce personne n'utilise d'ADM, mais où les grandes nations en n'ont rien à secouer qu'on s'entretue sauvagement ici ou là tant que cela ne dérange pas trop le big business (Zaïre, Soudan, Yémen, Syrie, ou le génocide au Laos dont les médias n'ont pas envie de parler… Monde de Merde)
OMG Adam Smith, Freidrich Hayek et Margaret Thatcher dans l'Espâce, mais quelle horreur !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          426
OumG
06 mai 2017
Sitrinjêta. On dirait un nom de fruit exotique. Un fruit bizarre. Saveurs et textures contrastées. Assemblage déroutant. Cohérent ? Faut-il en recracher certains parties ?
Son noyau parle d'art. De création. De liberté. L'âme de l'artiste, celui qui n'a pas choisi - comme celle du poète de Rilke - se nourrit d'une plongée au fond de soi, de l'enfance. De solitude et de souffrance.
Je crois que c'est ce qui justifie les filaments amers de souvenirs sordides qui sont attachés au noyau. Et qui paraissent sinon un peu incongrus.
Dans un cadre de science fiction et d'univers. Une mystique de la création, la conception de l'univers en question : beauté ou souffrance ? équilibre ou dynamique orientale ? Science ? « Une dure tâche l'attendait: faire jaillir du chaos non pas des lois mais la possibilité d'y distinguer des lois. » Ambitieux, mais se donne-t-il les moyens de cette ambition ?
La pulpe du fruit est un récit d'aventure… pulp. Hommage au space opera, à une science fiction naïve, assumée. A la limite du pastiche et sans grande épaisseur. Un univers syncrétique qui me rappelle Star Wars par moments. Babylon 5 à d'autres. Mais surtout David Brin. Ecrit avec un plaisir communicatif. Ce sont les trois quarts du fruit.
Tout ça me paraît étrangement cousu. Contenant peut-être plus d'ironie que je n'en ai vu. J'ai du mal à décider si l'ensemble me plaît. Donc autant décider que oui !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Lutin82
19 octobre 2016
Sitrinjêta est quasiment un space opera classique, à la limite du pulp et du NSO. Nous avons tous les ingrédients nécessaires à un roman d'aventure spatiale mené tambour battant : une princesse en détresse, un gentil voyou, des forces intergalactiques, un trésor fabuleux, des ennemis patibulaires, une amitié solide et virile ainsi que des batailles spatiales. le panache et la plume très agréable de Christian Léourier animent le tout.
Nous avons Hénar, un jeune capitaine de vaisseau effronté, déterminé à dénicher un magnifique trésor oublié : Sitrinjêta. Il embarque un équipage pour mener à bien sa chasse au trésor, accueillant à son bord une jeune femme troublante et arrogante. Leur caractère respectif nous promet déjà un bel affrontement. Bien évidemment, cette quête ne se bornera pas à un long voyage tranquille…
Je tiens à souligner que lire un auteur français avec une prose à la fois rythmée et emplie d'humour, fut pour moi un régal. Les dialogues sont savoureux, et je me suis prise à rire (ou à sourire) plus d'une fois. Christian Léourier dose parfaitement ce levier de l'humour sans en faire trop et alors tomber dans le pastiche, la parodie ou l'humour potache. Cet équilibre met en relief les moments sombres du récit et la tragédie vécue par Hénar. le lecteur découvre un roman plus nuancé et du coup plus sérieux que mon introducton pourrait le laisser paraître.
De plus les personnages sont réussis, notamment Hénar, son navigateur ainsi que la mystérieuse prêtesse. le lecteur découvrira un capitaine intrépide qui ressemble un peu trop à Han Solo pour être tout à fait original, seules les révélations sur son passé l'éloignent de l'illustre et séduisant contrebandier de Star Wars. Ces révélations ne sont pas des plus surprenantes, mais sont intelligemment agencées à un moment crucial du récit et cela fonctionne plutôt bien. le Navigateur – un être surprenant qui s'est attaché à notre héros en raison d'une équation mathématque – est à la recherche du « sens de la vie » et donc de la résolution de l'équation cosmique parfaite – comme tout son peuple. Notre prêtresse, la linfangolà, gardienne de l'Harmonie est de son côté arrogante, manipulatrice et secrète, alors que quelques moments de doutes parviennent à nous la rendre sympathique.
En ce qui concerne les protagonistes de second plan, ils sont stéréoptypés et sans beaucoup d'originalité. Cette sensation est partiellement comblée par le bestiaire de Christian Léourier : cela va des aliens proches du mollusque et assez agressifs, à des êtres possédant des caractérisques tenant de l'insecte, en passant par des humanoïdes longilignes ou rabougris et aussi les « sages » de l'univers… Cet aspect ainsi que la richesse de la galaxie en terme de « faune », de factions et de relations conflictuelles fait penser au cycle de L'Elévation de David Brin, notamment à Marée Stellaire. On y croise de nombreuses espèces, souvent des « va-t-en guerre » assez binaires, mais nous découvrons également des aliens avec des compétences si avancées qu'elles tutoient l'art dans sa plus pure expression (les géographes). Les recherches des Ghors sur une race ancienne omnisciente et disparue renforcent ce parallèle avec l’œuvre de l'auteur américain.

Lien : https://albdoblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
lechristophe
09 décembre 2016
Je viens de terminer de lire "Sitrinjêta" de Christian Léourier et je suis assez partagé.
Le roman débute comme un space-opera classique avec extraterrestres, vaisseaux spatiaux, technologies futuristes, voyages intergalactiques, combats, aventure. En gros, le héros a une mission, une quête à accomplir et on le suit dans son cheminement.
Mon problème provient du style de l'auteur qui a décidé de créer de nombreux termes sans les expliciter, notamment ceux relatifs aux unités (de temps, de distance, de masse) me rendant la lecture plus difficile.
De même, Christian Léourier fait intervenir de multiples races extraterrestres en ne fournissant qu'un minimum de détails dans ses descriptions. J'ai donc eu du mal à me les représenter et pire, je ne sais toujours pas à quoi ressemble Svaun le second et ami du personnage principal. Mais, n'ayant pas lu les précédents ouvrages de l'auteur, peut-être y fait-il déjà intervenir ces races extraterrestres.
Enfin, on arrive au gros point noir : la seconde partie du roman qui transforme un récit de SF en un délire onirico-ésotérique mêlé à des souvenirs d'enfance glauques. Mais est-ce mes vrais souvenirs ou des souvenirs implantés ? Et puis, mes faux souvenirs ne sont-ils pas plutôt les vrais ? Et d'abord, c'est quoi la réalité ? Tiens, je me suis dédoublé et je vois mon corps en bas qui agit tout seul ! Oooh, je suis sur une plage paradisiaque, mais je sais que tout n'est qu'illusion ! Tiens, si on recréé tout l'univers !
Beurk, beurk, beurk ! Qu'est-ce que c'est que cette diarrhée incompréhensible qui m'a gâché la fin du roman ?
Je tenais à remercier Babelio et sa Masse Critique de m'avoir sélectionné ainsi que les Éditions Critic de m'avoir envoyé ce roman mais surtout pas son auteur qui en a massacré la fin. Ce n'est que mon avis et j'espère pour lui que de nombreux lecteurs ont su l'apprécier.
Petites remarques : 1) : le snekkja (nom du vaisseau spatial du héros) est le bateau viking que l'on nomme improprement drakkar en français.
2) : Sur la magnifique illustration de la couverture, le dessinateur s'est trompé et a malheureusement nommé le vaisseau spatial Sekkja.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric15 décembre 2016
- Vous autres, Solariens, êtes tout juste bon à fournir des mercenaires pour des fins qui vous dépassent. Vous savez utiliser toutes les armes, y compris celles issues d’une science dont les concepts les plus élémentaires demeureront à jamais hors de portée de votre entendement borné, uniquement parce que le sentiment de puissance qu’elles procurent vous enivre. Peu importe qui vous la met dans les mains. La justesse d’une cause est une notion trop abstraite pour vous, car vous êtes incapables de vous projeter sur le long terme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fnitterfnitter23 décembre 2016
Korso avait fait fortune en vendant la mort sous toutes ses espèces. Les armes. La drogue. La nostalgie. L'illusion. Tout ce qui détruisait les corps et les esprits.
Commenter  J’apprécie          410
fnitterfnitter22 décembre 2016
On a beau être une déesse, on a ses fragilités. Celle-ci, à l'évidence, ne supportait pas d'être violemment projetée au sol la face la première.
Commenter  J’apprécie          430
fnitterfnitter21 décembre 2016
Même les Mjök supportent mal de voir leurs organes internes s'éparpiller dans des dimensions spatiales pour lesquelles ils ne sont pas prévus.
Commenter  J’apprécie          421
OumGOumG03 mai 2017
Qu’est-ce qui [lui] a pris de tenter une évasion alors que la négociation venait tout juste de commencer ? Si je pouvais parler, je le lui demanderais. Mais auquel des quatre devrais-je m’adresser ? Tiens, c’est vrai, il est quatre, maintenant. Toi aussi d’ailleurs. Amusant : lequel des quatre toi es-tu vraiment ? Quel est celui qui pense ? Tous, peut-être, en mode parallèle, et c’est pour ça que tu réfléchis si vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Christian Léourier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Léourier
Avec Victor Dixen, Christian Léourier, Laurent Genefort et Olivier Paquet Écoutez l'intégralité de la conférence sur : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2017-Conference-A-nous.html
autres livres classés : extra-terrestresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les évadés

comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Momo
Jean Ricard
Robert Brémont
Le Bhihan

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les évadés de Christian LéourierCréer un quiz sur ce livre