AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848051345
Éditeur : Sabine Wespieser (07/02/2013)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 180 notes)
Résumé :
"Puis le ronflement sourd de la rame qui s’approchait à grande vitesse a provoqué un frémissement parmi les rares voyageurs. Le vieil homme s’est tourné vers moi avec toujours ce sourire limpide, j’ai cru qu’il allait me demander quelque chose, mais il a sauté sur les rails comme un enfant qui enjambe un buisson, avec la même légèreté."
Avant que le vieil homme ne se jette sur la voie en lui adressant son dernier sourire, la narratrice partait rejoindre l’ho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  21 janvier 2016
Sur le quai du métro, il n'y avait que quelques voyageurs. Et un vieil homme. Au moment où elle croise son regard, il lui sourit. Avant de se jeter sous la rame du métro qui entrait dans la station. Des cris se sont mêlés au bruit strident des freins. Tétanisée, la jeune femme court vers la sortie puis dans la rue. Elle erre dans Paris, sous la pluie. Elle pense à son amant qui l'attend à l'hôtel des Embruns, sur la côte sauvage, dans la chambre qu'ils louent habituellement. Elle ne peut se résoudre à le rejoindre. Au lieu de cela, elle repense au vieil homme et à son sourire, retournera sur la lieux du drame. Puis, ce seront des souvenirs qui lui reviendront en mémoire: son enfance, des lectures, des instants avec son amant... Elle s'interrogera alors sur l'amour qu'elle lui porte et sur le désir...
Michèle Lesbre nous offre un roman intime et délicat. A partir d'un événement tragique, tout se bouscule pour cette jeune femme qui nous emmène vers cette quête éperdue de prolonger la vie, de la vivre plus intensément. Comme une urgence. Des questions qui se bousculent sous cette pluie orageuse. Ce court roman, ciselé et sobre, est empli de justesse et de poésie et interpelle sur nos propres sentiments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
Eve-Yeshe
  29 août 2017
Comment réagit-on lorsqu'un homme se jette sous le train juste devant soi, après avoir échangé un regard et un sourire? Ce n'est pas évident de réagir à ce type d'effraction et c'est ce que l'auteure tente d'exprimer dans ce roman court et intense.
La narratrice est bouleversée, et ce drame qui la fait fuir et marcher dans la ville sous la pluie, au hasard semble-t-il, au début, va entraîner une remontée de souvenirs enfuis et une réflexion profonde sur sa vie, tel un prisme.
Elle avait rendez-vous dans un hôtel avec l'homme qui partage sa vie, photographe parti s'installer à Nantes, seul, la laissant à Paris, relation qui s'est fragilisée avec le temps, le manque de communication entre eux. Il ne s'agit même plus de cohabitation, mais de deux vies qui évoluent de plus en plus en parallèle.
L'irruption brutale de la mort oblige à se poser les vraies questions: sont ils encore un couple? ont-ils encore un avenir ensemble, et quel avenir?
« Je me persuadais du lien que l'homme avait créé entre nous en me souriant avant de se jeter sous la rame, j'étais incapable de penser à autre chose. Il avait surgi, anonyme et fugace, et sans doute ne sortirait-il jamais de ma mémoire. » P 38
Michèle Lesbre raconte avec beaucoup de sensibilité et de poésie, le choc et la détresse que cette mort provoque dans les certitudes, les choix de vie et les autres morts qui sont survenues dans la vie de cette femme, tel un effet domino.
Déambuler sous la pluie, chasser cette image terrible, pour fuir l'indicible, et tenter de retrouver la paix en soi, et continuer à avancer. Les Tibétains disent de la pluie qu'elle est la bénédiction des Maîtres.
Je l'ai donc suivie et si j'ai aimé le style, la beauté de l'écriture, sa poésie, je suis restée un peu sur ma faim, car j'ai parfois eu l'impression de perdre cette jeune femme en route du fait de son indécision, de sa passivité devant la lente agonie de son couple.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
berni_29
  03 septembre 2018
C'est une pluie intérieure, les pluies font parfois beaucoup de bruit, d'où elles viennent, là où elles vont.
Elles cheminent en nous comme des ruisseaux, comme des torrents.
Ce roman de Michèle Lesbre, Écoute la pluie, est une invitation à écouter les mots de cette pluie, car les pluies parlent, disent le chagrin, l'ailleurs, les blessures en nous, celles qui laissent passer l'eau et la lumière.
La scène fondatrice de ce court récit poétique est terrible. La narratrice est dans le métro, elle s'apprête à rejoindre son amant dans une chambre d'hôtel au bord de l'océan Atlantique. C'est alors qu'un vieil homme se jette sous une rame devant elle, et qui plus est, il accomplit ce geste fatal en la regardant et en lui souriant.
Après ce drame effroyable, la narratrice est en état de choc, elle renonce au rendez-vous amoureux.
Elle déambule alors dans Paris, sous la pluie, au hasard de ses pensées totalement chamboulées, où la vision du vieil homme lui revient, son sourire comme ultime message, comme une déflagration, mais d'autres images surgissent aussi. Et puis des musiques, des voyages, des livres.
Les pluies intérieures sont des fracas, des séismes.
Ce sont les bruits de l'enfance qui reviennent en nous.
De ce fait divers tragique et malheureusement presque ordinaire, la narratrice s'en saisit pour cheminer, différer la rencontre avec celui qu'elle aime, ralentir le temps, mettre le bouton sur pause... Arrêt sur image.
C'est un récit qui touche au plus près, dans l'intime.
Dans ce voyage intérieur, dans cette introspection presque salutaire, elle tire le fil comme une pelote de laine et ce sont d'autres morts qui viennent dans la nuit, sous la pluie, voyageurs égarés comme elle, dans l'histoire de sa vie.
C'est un chant du dedans pour apprendre à retrouver le chemin du dehors.
C'est un chant d'amour avec les souvenirs qui surgissent, les questions et les doutes. Les lendemains où le futur ne s'invente plus. Est-ce devenu un amour impossible ? Où tout ceci nous conduit-il ? se demande-t-elle alors, de trains en chambres d'hôtel ? de villes bruyantes en bords de mer ? Que deviendra notre histoire dans le fracas dérisoire des jours où des personnes se jettent sous des rames de métro dans l'indifférence presque générale ? Est-ce que cet homme aimait ? Était-il aimé, cet homme qui souriait en appelant la mort ?
Malgré la scène tragique fondatrice de ce court roman, c'est un texte sobre, léger, tout en apesanteur, presque inachevé, comme si c'était à nous d'en écrire la suite...
Les pluies intérieures sont des promesses aussi, comme un ultime sourire...
À partir d'un drame dont elle a elle-même été témoin, Michèle Lesbre nous délivre ici un récit poétique, intime et magnifique, qui m'a beaucoup touché. Comme elle l'a confié lors d'interviews à la sortie de ce roman, elle n'a pas pu écrire tout de suite après ce fait divers qui l'a profondément bouleversé. Il a fallu qu'elle attende longtemps. Qu'elle chemine, elle aussi comme la narratrice, pour pouvoir écrire, après la pluie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
Ambages
  22 mai 2016
« Connaissez-vous la pluie intérieure ? »
« Pour moi elle va durer, et j'ai évoqué le vieil homme, toi et l'hôtel des Embruns. »
Je pourrais résumer ce livre avec ces deux citations. En tout cas c'est comme ceci que je l'ai perçu. Un très beau roman d'amour, sur l'attente et les non-dits, pour finir sur un constat : est-ce qu'on se connait ?
Ça fait des années qu'on se retrouve entre deux gares, à mi-chemin, au bord de l'eau. le vague à l'âme ? Oui bien sûr tu le connais mais est-ce que tu me fais partager ton rythme ? Tes instantanés sont réussis car ils disent plus sur toi que toi tu ne le feras jamais. J'aime toujours tes photos, même si j'avoue avoir un faible pour cette balançoire immobile dans le brouillard de Claude Batho.
C'est vrai je devais te rejoindre à la mer ce week-end, et puis ce vieil homme a interrompu le cours de mon temps et je suis plongée depuis dans le brouillard. Je revois son sourire lorsqu'il a sauté dans le vide. Cet « homme qui est entré dans ma vie en perdant la sienne. » Nous aussi nous étions « au bord d'un quai et en danger ». Et je déambule, perdue dans ce Paris que j'aime.
« L'apesanteur d'un corps abandonné au vide est d'une étrange et inquiétante beauté, il apparaît soudain mobilisé et offert, tout entier pris dans un élan dont on ne veut croire qu'il s'enfonce dans la nuit. »
Un très beau roman et une écriture fine, émouvante, incroyablement sensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
LiliGalipette
  10 février 2013
Une jeune femme attend un métro. Au moment où la rame entre en gare, un vieil homme lui sourit et se jette sous les rails. La jeune femme s'enfuit et erre dans la ville, sous la pluie, tourmentée par l'image de cet homme souriant. Ce faisant, elle oublie son rendez-vous avec son amant dans un hôtel près d'une plage. Ce n'est qu'au matin qu'elle raconte sa nuit déambulatoire. Mais l'amant photographe n'est pas sensible aux mots : saura-t-il entendre tout ce que signifie la phrase « Écoute la pluie » ?
Le récit de la marche sous la pluie s'entremêle de souvenirs. On perçoit que le couple a vécu de belles heures et qu'il tente de réchauffer un sentiment qui vacille. « Les voyages nous ont beaucoup portés, les retours nous ont perdus parfois. » (p. 24) La nuit d'amour devenue nuit de mort semble ne jamais finir et la pluie qui balaye la ville n'efface pas l'image macabre du vieil homme. Et pour une fois, la tourmente n'apaise pas le coeur de la narratrice, pourtant habituée à communier avec le ciel. « Des éclairs lointains déchirent le ciel, j'aime l'orage et sa grande colère. » (p. 35)
Le titre de ce roman aussi bref qu'une giboulée est particulièrement charmant : écouter la pluie, je le fais souvent et avec un plaisir intense. Hélas, je n'ai pas retrouvé la beauté du chant du ciel dans ce texte de Michèle Lesbre. Je suis restée sur le quai, ni happée par la mort du vieil homme, ni entraînée dans l'errance nocturne de la narratrice. de très loin, j'ai suivi sa déambulation bouleversée, sans ciller. D'ordinaire, les écrits de cette auteure m'empoignent et me transportent. Pas cette fois. Mais ça ne m'empêchera pas d'écouter la pluie qu'elle reviendra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390

critiques presse (3)
LaPresse   04 octobre 2013
Écoute la pluie : magnifique.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   15 avril 2013
Dans Ecoute la pluie, Michèle Lesbre parcourt les thèmes qui l'obsèdent depuis ses premiers textes et les condense avec un talent de miniaturiste. [...] Mélancolique et pourtant volontaire, Michèle Lesbre écrit des odes minuscules à la vie, sa fragilité et ses mystères.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   13 mars 2013
Il y a des romans, comme celui-ci, qui vous submergent, vous touchent au plus intime, vous soufflent entre les lignes des mots essentiels, font surgir de vieilles images enfouies, et des larmes, comme « une pluie intérieure ».
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   21 janvier 2016
Je me suis souvenue de ces moments où les corps et les visages figés dans une compassion réelle ou feinte pour soutenir le chagrin des proches du mort donnent à ces instants cérémonieux quelque chose d’artificiel, de presque faux, parfois. Mais je me suis souvenue de larmes versées en chœur, de corps rapprochés, de silences émus et profonds où les vies complices ne sont plus qu’un souffle, qu’un hoquet, une dérisoire et bouleversante tentative de résistance au vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
marina53marina53   22 janvier 2016
Depuis que nous ne vivons plus dans la même ville, quelques terrains vagues se faufilent entre nous, ceux de nos imaginaires, qui parfois me font peur. Où es-tu dans l'instant même où je pense à toi, à qui parles-tu? Pourtant j'aime ces zones d'ombre, elles nous permettent de ne pas laisser l'ennui et l'habitude nous grignoter peu à peu.
Commenter  J’apprécie          340
marina53marina53   30 janvier 2016
Tu ne dors peut-être pas, tu as peut-être laissé libre ma place dans le lit, comme les veuves de Noirmoutier dont le souvenir de leur marin disparu flotte dans la moitié du lit qu'elles n'occupent jamais, parait-il, comme si le retour impossible des hommes pouvait ainsi se transformer en résistance éternelle à l'absence. Cette nuit, je suis ton marin perdu.
Commenter  J’apprécie          270
marina53marina53   21 janvier 2016
Lorsqu'il [ mon grand-père ] est mort, longtemps après ces balades initiatiques, j'ai posé un baiser ému sur son front glacé dans le sous-sol d'un hôpital. J'avais atteint l'âge adulte depuis déjà bien des années, mais j'étais la petite-fille aimante de cet homme qui m'avait tant appris en le regardant vivre. Je me demande si ce n'est pas cet amour qui m'a permis tous les autres. Pourquoi est-ce si difficile de te dire cela très simplement? Est-ce que je t'aime assez? Est-ce que l'amour suffit?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
marina53marina53   21 janvier 2016
Ce monde souterrain, les drames qui s'y déroulent, les violences qui s'y commettent me semblaient être la nuit de nos angoisses, où tentent de dormir et de survivre ceux qui n'ont plus de place en haut. La vie ordinaire ne les reconnaît plus, se moque de leur absence. Une histoire sous terre en écho à celle qui se déroule au grand jour.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Michèle Lesbre (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michèle Lesbre
https://www.librairiedialogues.fr/livre/10978327-chere-brigande-lettre-a-marion-du-faouet-michele-lesbre-sabine-wespieser 5 questions posées à Michèle Lesbre qui nous parle de son livre "Chère brigande, lettre à Marion du Faouët" paru aux éditions Sabine Wespieser. Questions posées par Morgane Ollivier. Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3091 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..