AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Vincent Debaene (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070118021
2128 pages
Gallimard (02/05/2008)
4.09/5   11 notes
Résumé :
Alliant le classicisme du style et la modernité de la méthode, l'œuvre de Claude Lévi-Strauss est à la fois pensée du monde, expérience de soi, et expérience sur soi. «Pourquoi et comment devient-on ethnologue?» «Qu'est-ce qu'un style?» «Que peut-il y avoir de commun entre un oiseau – l'Engoulevent –, l'art de la poterie, et la jalousie conjugale?» En quoi la mythologie indienne a-t-elle favorisé la conquête de l'Amérique par l'homme blanc?... Questions surprenantes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
chartel
  08 juillet 2021
Ce volume de la Pléiade a été conçu avec l'aide de l'auteur avec pour premier objectif de s'adresser à un large public et permettre ainsi à Lévi-Strauss de n'être pas uniquement l'auteur de Tristes tropiques mais l'ethnologue de renom qui secoua et renouvela les sciences de l'homme au XXe siècle à travers ses nombreuses études sur les mythes des sociétés sans écriture. Bien entendu Tristes tropiques introduit "naturellement " le recueil, comme une présentation de l'homme et de l'intellectuel et se poursuit par des études qui retracent en quelque sorte toute la démarche et les méthodes de Lévi-Strauss pour révéler les richesses pour la compréhension de la pensée des hommes à travers la structure des mythes, pensée sauvage commune à toute l'humanité qui cherche principalement à opposer nature et culture.
Cette entreprise de vulgarisation est un vrai bonheur pour celui qui sera tout de même prêt à une certaine "ascèse ", comme le dit l'auteur lui-même, pour cheminer dans ces longues et innombrables voies des mythes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gthouroude
  07 janvier 2022
Ce livre de la Pléiade donne envie d'entonner un chant d'amour à la prose de Claude Lévi-Strauss.
J'ai passé un temps infini à lire cet ouvrage, lorsque je faisais ma thèse sur la théorie du récit de voyage. Il faut rendre hommage aux jeunes universitaires qui ont édité ce volume de la Pléiade (Vincent Debaene, assisté de Frédéric Keck, Marie Mauzé et Martin Rueff) car grâce à eux, c'est un vrai et profond bonheur que de s'y promener. le choix des oeuvres est très judicieux et renouvelle l'image que l'on se fait de Lévi-Strauss. Mais aussi les introductions, les notices et les notes sont d'une richesse admirable, et opèrent des passages, des rappels, des retours en arrière prodigieux. Cela ouvre à un art de la lecture hautement ludique et stimulant.
Cela permet, entre autre, de lire Tristes tropiques en relation constante avec les autres ouvrages de l'ethnologue. Plutôt que d'être isolé comme le seul livre « non-scientifique » de l'auteur, il est ici branché sur les théories philosophiques de la Pensée sauvage, sur les analyses de mythes que l'on suit dans La voie des masques ou Histoire de Lynx, ainsi bien sûr (mais c'est moins étonnant, peut-être) que sur les méditations esthétiques de Regarder, Ecouter, Lire.
En ce qui me concerne, je reste ébloui par le fait que la structure du récit de voyage, Tristes tropiques, puisse être à ce point éclairée par la théorie de la pensée telle qu'elle se développe dans La Pensée sauvage. En effet, Tristes tropiques est selon moi une expérience d'écriture qui cherche à reproduire dans le champs de l'esthétique ce que les groupes humains mettent en place dans l'ordre du sens pour organiser et classifier le réel.
Exemple extraordinaire d'un lien entre deux livres, qui me donne des frissons : deuxième chapitre de Tristes tropiques, page 12, Lévi-Strauss raconte son exil de 1941, et sa traversée en bateau de Marseille à la Martinique. À bord, il rencontre André Breton, qu'il admirait depuis longtemps : « Entre nous, une durable amitié allait commencer par un échange de lettres qui se prolongea assez longtemps au cours de cet interminable voyage, et où nous discutions des rapports entre beauté esthétique et originalité absolue. » Cela, on le savait, mais le lecteur se dit qu'il aimerait en savoir davantage sur ces échanges entre le grand surréaliste et le jeune chercheur. Or, à la fin du volume, dans Regarder, Ecouter, Lire, aux pages 1580-5, Lévi-Strauss revient sur ces conversations et publie les lettres qu'il a échangées avec Breton. le lecteur se sent alors privilégié, il a le sentiment de faire partie des Happy few mis dans la confidence d'une conversation entre deux grands esprits.
Il y a beaucoup d'autres occurrences, d'échos et de reprises, aussi plaisantes qu'excitantes. Quand il parle de Rousseau ici et quand il relit Diderot là-bas. Quand il rappelle l'exploration de Villegaignon au Brésil en 1556 et qu'il intitule un chapitre d' Histoire de Lynx : « En relisant Montaigne », dont un paragraphe renvoie encore à une autre page d'un autre chapitre d'un autre livre du même volume. On est en plein hypertexte, en pleine promenade.
Lévi-Strauss est un grand rêveur, un grand joueur qui s'amuse avec les mots, les idées, les théories. Mais c'est un joueur grave, un peu triste, dont l'humour est noir. Il manie l'humour juif des Marx Brothers quand il montre l'absurdité de notre monde. Il joue au pessimiste et au vieux réactionnaire, mais il est toujours à fleur d'émotion, et aime par dessus tout la tendresse dont est capable l'humanité. le chapitre sur les Nambikwara est à ce titre un chant à la tendresse humaine.
C'est tout cela que j'admire tant chez Lévi-Strauss.
Ce livre de la Pléiade me suit partout dans tous mes déménagement. Une fois, je l'ai perdue, ou quelqu'un me l'a volée. Cela m'a fait beaucoup de peine, du coup je l'ai rachetée.
Lien : https://gthouroude.com/2010/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
neophyte332
  12 juin 2010
Ouvrage très instructif mais pas toujours facile à lire,surtout les passages très scientifiques concernant la vision structuraliste de l'auteur, hormis "Tristes tropiques" qui s'adresse à un plus grand public.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
chartelchartel   08 juillet 2021
Si vous prenez un kaléidoscope et que vous le tournez longtemps, vous aurez le sentiment que des arrangements se font et se défont, mais au bout de cent déplacements l'impression que, somme toute, il ne s'est rien passé, malgré la rigueur logique de toutes ces menues genèses. Si vous êtes spécialiste, vous entrerez dans le détail, tenant compte de la nature, de la forme, de la couleur de chaque petit objet inclus dans l'instrument pour comprendre comment certaines secousses entraînent d'autres dispositions : c'est un travail lent et minutieux, aussi difficile pour le lecteur que pour l'auteur. Si vous n'êtes pas spécialiste, je pense que, de cette série de manipulations, quelque chose se dégagera tout de même : la puissance de la notion de symétrie, une certaine connivence entre la satisfaction esthétique que vous apporte le spectacle de ce que vous voyez à travers la vitre, et le sentiment que chaque arrangement est régi par des lois. S'il s'agit des structures de l'esprit humain au lieu de débris de verre, votre manière d'appréhender les mécanismes de la pensée s'en trouvera transformée. Mais cela exige une sorte d'ascèse, car le déchiffrement est long et pénible. J'aimerais cependant croire que celui qui se laisse imprégner par cette dialectique en ressort plus ou moins modifié dans son être mental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Claude Lévi-Strauss (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Lévi-Strauss
Sophie CARATINI présente son livre Les Enfants des nuages. Une ethnologue dans la tourmente saharienne (version revue et augmentée, éditions Thierry Marchaisse, 2022).
« Vous avez un don rare, même parmi les ethnologues : vous savez voir. J'ai aimé votre livre auquel je souhaite tout le succès qu'il mérite. Il est vivant, il sonne vrai, ce qui n'exclut pas la réflexion, qui nous vaut des remarques très fines, des pensées pénétrantes et de grands moments d'émotion. » Claude LÉVI-STRAUSS
Près de cinquante ans après son premier voyage en Mauritanie, Sophie Caratini revient sur cette expérience fondatrice de sa carrière d'anthropologue et de sa vie de femme.
Cette nouvelle version de son récit autobiographique, largement remaniée et complétée, en accentue la valeur de témoignage historique. Elle éclaire en particulier l'effondrement du grand nomadisme chamelier et les débuts du combat pour l'indépendance des révolutionnaires sahraouis. C'est donc l'histoire d'une jeune fille inexpérimentée qui s'enfonce dans le désert à la recherche des bédouins Rgaybat « enfants des nuages », et qui finira par y trouver des guerilleros. le lecteur y découvre une civilisation fascinante, un art de vivre, une culture raffinée, en même temps qu'un monde en plein naufrage.
"Au-delà de l'expérience de ce qui fut mon premier terrain d'enquête, je voudrais donner ainsi à comprendre toute la complexité de ce moment de déchirure de la société des grands nomades ouest-sahariens, accablée par des années de sécheresse, et qui basculera quelques mois plus tard dans la guerre." Sophie Caratini (Avant-propos de la dernière édition)
Sophie CARATINI est une anthropologue française et mauritanienne, directrice émérite au CNRS, et spécialiste des sociétés de l'Ouest saharien. Elle a écrit plusieurs ouvrages qui allient avec talent l'anthropologie et la littérature. Notamment Les non-dits de l'anthropologie suivi de Dialogue avec Maurice Godelier, et une grande saga en trois volumes indépendants sur le choc de la rencontre coloniale : Antinéa mon amour ; Les Sept Cercles ; La Fille du chasseur (editions Thierry Marchaisse).
+ Lire la suite
autres livres classés : ethnologieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Lévi-Strauss et son œuvre

Lévi-Strauss est mort à l'âge de...

90 ans
95 ans
100 ans
105 ans

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Claude Lévi-StraussCréer un quiz sur ce livre