AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266246316
624 pages
Pocket (13/10/2016)
  Existe en édition audio
3.79/5   257 notes
Résumé :
Un jeu de piste à la recherche d'un mari disparu et d'un tueur en série sur la mythique route 66, à travers les états américains et sur plus de 40 ans.
Juillet 1966. Dans la petite ville perdue de Narcissa, Oklahoma, une maison isolée en bordure de la mythique route 66 est la cible d’un tueur sanguinaire. Une femme enceinte et une fillette sont assassinées, une mère et son fils Desmond grièvement blessés.
Le jeune garçon va grandir à l’ombre de ce doss... >Voir plus
Que lire après Black coffeeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 257 notes
Un très gros coup de coeur pour ce polar de Sophie Loubière. Après avoir lu
"A la mesure de nos silences", un roman initiatique, j'ai eu le même plaisir à lire ce roman policier. En commençant ce livre, on a l'impression d'enfourcher une moto et de suivre cette route mythique, la "Mother road" qu'est la route 66 de Chicago à Los Angeles. D'ailleurs, avant le récit on a une carte avec l'itinéraire, bref on s'y croit...
Le premier chapitre est glaçant. En 1966, en Oklahoma, un homme égorge une femme enceinte et un enfant et blesse grièvement une mère de famille ainsi que son fils, Desmond, 8 ans. Personne n'a rien vu.
45 ans plus tard, une famille française, venue de Nancy, passe leur vacances aux États-Unis et suivent cette route 66, symbole de rêves et de mythes. Pierre, sa femme Lola, leur fils Gaston et la fille de Lola, Annette profitent de ces vacances américaines. Mais au cours du voyage, Pierre disparaît. Panique à bord. Lola le signale aux autorités mais les recherches ne donnent pas de résultats, il est introuvable. Lola et ses enfants rentrent en France.
Trois ans passent, Lola reçoit un coup de fil de Pierre. Elle est surprise et en colère à la fois et lui dit qu'elle veut divorcer. Pierre reste flou sur sa disparition mais lui dit qu'il va lui envoyer le cahier d'un tueur en série et que ce dernier a consigné tous ses meurtres.
Elle retourne avec ses enfants aux États-Unis, emmène le fameux cahier mais surtout les papiers du divorce car elle veut en finir avec lui.
Je ne vous en dirais pas plus car ce voyage est une belle aventure avec beaucoup de suspense.
Ce que j'ai bien aimé : un parcours bien documenté sur l'itinéraire de cette route 66, puisque l'auteure à fait les repérages de Chicago à Los Angeles durant un séjour en juillet 2011. L'ambiance qui m'a rappelé le film "Bagdad Café" mon film mythique que j'ai adoré aussi bien l'histoire, la musique et la prise de vue, le point commun commun de ce livre et du film : une Européenne "perdue" dans l'immensité américaine. La carte des États-Unis édité au début du récit pour se repérer dans les différents parcours. L'ambiance typiquement américaine, je vois bien là, un scénario pour le cinéma.
Voilà un bien beau polar que je vous recommande. J'ai appris par l'auteure qu'il y a une suite "White coffee" que je m'empresserai de lire dès que je le recevrai.
Sophie Loubière fait partie de ces auteures que je vais suivre et auxquelles je fais confiance.
Commenter  J’apprécie          616
C'est la troisième fois que je tente un roman de Sophie Loubières, après "Cinq cartes brûlées" (qui ne m'avait pas vraiment convaincue), et "De cendres et de larmes" (dont je n'avais pas écrit de retour, mais qui me laisse un souvenir assez mitigé). Cette fois, c'était quitte ou double, si celui-ci ne me plaisait toujours pas j'abandonnais l'auteure à son triste sort. Parce que bien sûr, sans moi elle n'a plus de lecteurs ! J'rigole...

Bon, elle est sauvée : j'ai aimé, même si j'ai quand même de petites réserves. Les lieux où se déroulent l'histoire (le parcours de la mythique Route 66 qui traverse les USA d'est en ouest, de Chicago à Los Angeles) sont bien décrits, sans enthousiasme excessif. On voit bien que la plupart des sites sont soit à l'abandon, soit totalement artificiels à destination des touristes : vieilles stations-services, troquets à l'image du célèbre Bagdad Café, avec des décors immuables et caricaturaux. Mais c'est bien sur le tracé de cette route que vont se dérouler deux histoires destinées à se croiser, malgré des temporalités en décalage.

On découvre d'abord celle de Desmond, dont la tante enceinte et la petite soeur ont été victimes d'un tueur dans leur maison isolée à l'écart de cette route. Desmond a tenté de s'interposer, mais il n'avait que huit ans... Sa mère est restée complètement traumatisée depuis, elle-même n'en a réchappé que par miracle. Et le mari, où était-il ? Ben sur la route toute la sainte journée, làlàlà ! Il est représentant en vaisselle, et ne rentre que de plus en plus rarement à la maison. Jusqu'à qu'il ne rentre plus du tout.

Ensuite on va faire la connaissance de Lola Lombard, qui 42 ans après cette sinistre histoire est en vacances avec son mari Pierre et ses deux enfants. Ils essaient tant bien que mal de découvrir l'esprit de la route 66, jusqu'à ce soir où Pierre ne revient pas de la laverie où il était parti faire la lessive.
Lola va revenir trois ans plus tard, toujours avec ses enfants, suite à un coup de fil de Pierre qui prétend avoir reçu les confidences d'un tueur en série et les lui avoir envoyées dans un cahier de notes. Lola va finalement prendre connaissance de ce cahier, et décider de tenter de retrouver son cher et tendre en reprenant le chemin de tous les lieux mentionnés dans le cahier.

Je ne vous raconte pas la suite, mais c'est là que j'ai trouvé que l'histoire devenait en même temps plus passionnante, mais aussi plus difficile à croire. Beaucoup de hasards heureux ou tragiques (trop à mon goût), et parfois un peu de mal à suivre, parce que le roman est construit sur une alternance de chapitres courts entre l'histoire de Desmond, devenu professeur à l'académie de criminologie de Chicago, celle de la quête de Clara, et les différents meurtres du mystérieux tueur de la route 66, qui se sont déroulés sur des décennies. Mais on finit par s'habituer à jongler entre ces différents personnages et époques.

J'avoue que j'ai quand même été tenue en haleine sur presque 550 pages, alors que j'ai deviné certains éléments bien avant qu'ils ne soient dévoilés. Je n'ai pas trop cherché la petite bête quand à la vraisemblance à certains moments, j'étais bien immergée dans l'histoire. Je n'ai pas compris l'intérêt de quelques détails, par exemple les horoscopes en tête de chapitres. Certes un des enquêteurs est féru d'astrologie, mais ça ne joue aucun rôle dans l'histoire, ou alors je n'ai pas tout compris ?

En conclusion, j'ai apprécié ma lecture, j'ai passé un bon moment sur trois jours, mais j'avoue que je l'ai vraiment pris comme un pur divertissement, sans trop de souci de vraisemblance. Si vous avez envie de voyager sur la route 66 en compagnie d'un tueur et de ceux qui le traquent, mais bien calé dans votre canapé ou sous la couette, ce roman fera parfaitement l'affaire.
Commenter  J’apprécie          5024
Second livre de Sophie Loubière que je lis, après L'enfant aux cailloux que j'avais beaucoup aimé.
.
Cette fois, l'auteure nous fait voyager le long de la mythique Route 66, qui relie Chicago à Los Angeles.
.
En juillet 1966, à Narcissa,en Oklahoma, la famille Blur : Nora, la mère de Desmond et Cassie, sa soeur enceinte Mathilda, sa nièce Samantha, et le berger allemand, coule des jours plutôt paisibles sous la chaleur écrasante de la mi-journée.
.
L'homme de la maison, Benjamin Blur, représentant en vaissellle et linge de maison, parcourt les routes. Et c'est justement lors de son absence qu'un inconnu pénètre dans la propriété et massacre Mathilda et la petite Cassie.
Nora s'en sort par miracle, mais ne remontera jamais la pente.
.
Un bond dans le temps nous propulse en 1972 à Chicago, où nous retrouvons ce qu'il reste de la gentille famille, Nora et Desmond. Benjamin parcourt toujours le pays pour refourguer sa vaisselle, tandis que son fils veille sur sa mère.. Jusqu'au jour où Benjamin ne rentre pas.
.
Le récit est découpé en très courts chapitres. Dans la première partie du livre, ceux consacrés à la vie des Blur sont entrecoupés de récits de meurtres se produisant dans les "villes" traversées par la fameuse route 66.
.
En juillet 2007, Desmond devenu journaliste rencontre Lola, mère de deux enfants, qui recherche son mari, Pierre, lequel s'est également volatilisé.
.
Les deux jeunes gens, armés d'informations dont dispose Lola, vont suivre la trace du serial killer de la route 66, qui échappe à la police depuis 50 ans.
.
J'ai bien aimé ce roman, bien loin de L'enfant aux cailloux. L'histoire tient la route (sans mauvais jeu de mots) et je suis restée sur le qui-vive au fil des pages.
.
Le style est remarquable... presque trop même, et on sent nettement les efforts de l'auteure pour construire des phrases originales, qui m'ont parfois fait sourire.
.
Mais bon, un livre très agréable à lire, malgré le côté un peu fouillis de la première partie, quand on navigue entre la vie de la famille Blur et la narration des meurtres perpétrés au fil du temps.
Commenter  J’apprécie          4846

Plus que l'histoire, celle d'un tueur en série impuni pendant 50 ans, Black coffee nous fait voyager le long de la première route transcontinentale, allant de Chicago à Los Angeles : la Mother road, traversant 8 états , appelée la Route 66. Route, puisqu'elle est à la fois street dans les villages, et road dans les campagnes.
Route 66, donc, avec ses panneaux vintages , ses villes fantômes dans le fin fond du désert de Mojave, en un mot immortalisée dans Bagdad café, carrelages noirs et blancs, sièges en plastique, percolateur en panne, vielles voitures rouillées, le tout gardé dans nos mémoires par le film de 1987.
Sophie Loubière égrène une partie de cette route de presque 4000 kilomètres, depuis l'Oklahoma, où a lieu la première scène (le premier meurtre), le grand Canyon, Las Vegas, l'Arizona, elle nous précise que le Bagdad café s'appelait auparavant « « Sidewinder café » .

Recherches, disparition, quiproquos, coïncidences, actes manqués, perte du seul carnet probant, rencontres totalement improbables, malheurs à la pelle et pour finir histoire d'amour.
Le tout assaisonné à chaque chapitre d'un horoscope écrit en anglais, pour resituer l'un ou l'autre des personnages différents. J'avoue, ces horoscopes, je ne les ai pas lus, je ne sais même pas s'ils ont un rapport avec l'histoire de cette chasse à l'homme interposée. le tueur en série s'est en effet épanché et a raconté ses crimes ( en bon petit Raskolnikov), précisément au mari français disparu recherché par sa famille. Méprise, double recherche, rien ne devrait coller, mais imprévus multiples, ça colle finalement . Bon.
Commenter  J’apprécie          3617
Bienvenue sur la mythique Route 66 - environ 4 000 km entre Chicago et Los Angeles. La "'Mother Road" et ses motels, ses stations services, son désert, ses bikers… Et accessoirement un serial killer qui y sévit depuis 1966.
Sur les traces du tueur en 2011 : l'épouse française d'un homme fugueur/disparu, et un professeur américain spécialisé en criminologie, témoin de meurtres dans sa famille à l'âge de dix ans.

Amère déception après 'L'enfant aux cailloux', un roman noir original, poignant, crédible - gros coup de coeur 2012. Aucun de ces atouts ici : l'intrigue est banale, saupoudrée d'une amourette sirupeuse qui n'apporte rien, hormis une touche de rose dont on pourrait aisément se passer. La fin est totalement prévisible et rebattue. Quant aux méthodes d'investigation : un blog ouvert à tous, dont l'auteur est traçable presque heure par heure, où sont restituées les confessions du suspect et les avancées de l'enquête. Heum, est-ce bien raisonnable ? Je demande à voir pour y croire.

Le livre reste très agréable à lire, le cadre est bien sûr magique et rappelle le célèbre film 'Bagdad Café', sa musique... Mais ce thriller trop formaté est bien pâlichon en regard du précédent de l'auteur.

3/5 pour le plaisir de lecture. Pour le reste... moins...
Commenter  J’apprécie          357

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Les affaires criminelles, que l'on soit flic, procureur ou journaliste, ça peut vous mener sur des chemins de solitude profonde, générer des nuits blanches. C'est une lutte permanente contre la violence des sentiments qui envahissent votre inconscient. Très vite, on quitte la normalité et l'on se retrouve devant le cadavre mutilé d'une femme ou d'un enfant sans ressentir la moindre émotion. En cela nous sommes aussi effrayants que le crime, aussi infréquentables que le tueur.
(p. 85-86)
Commenter  J’apprécie          201
- Comment dit-on impasse ? demanda Lola.
- Dead-end.
- ...Le mot français est plus poétique.
Deux plis se formèrent au coin des lèvres de Desmond.
- C'est effectivement plus poétique de penser qu'une route ne mène pas forcément à la mort.
Quoique la définition convienne assez bien à la Route 66.
Commenter  J’apprécie          270
Les affaires criminelles, que l'on soit flic, procureur ou journaliste, ça peut vous mener sur des chemins de solitude profonde, générer des nuits blanches. C'est une lutte permanente contre la violence des sentiments qui envahissent votre inconscient. Très vite, on quitte la normalité et l'on se retrouve devant le cadavre mutilé d'une femme ou d'un enfant sans ressentir la moindre émotion. En cela nous sommes aussi effrayants que le crime, aussi infréquentables que le tueur.
Commenter  J’apprécie          140
Le directeur à tendu mon dossier tout honteux. Je savais à peine lire et écrire. Rien à faire, ça ne voulait pas rentrer dans ma caboche. C'était comme essayer de faire pousser des chaussures sur un arbre. Elle m'a sorti du pensionnat avec des pincettes. J'étais couvert de poux. Généreux en corrections, radin en eau et savon.
Commenter  J’apprécie          170
La forêt était d'un calme remarquable. Aucun frémissement de feuillage, pas le moindre ululement lancé depuis la branche d'un pin. Simplement le lointain charivari des mobiles suspendus le long de la passerelle. La lune déployait son voile blanc sur la nuit, détachant les ombres des branchages, se distrayant de son lustre à la surface des galets bordant le chemin de terre.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Sophie Loubière (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Loubière
Y a-t-il du sexisme dans le monde du polar ? La réponse tout de suite avec Marie Leroy, Sophie Loubière et Sonja Delzongle.
autres livres classés : route 66Voir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (596) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant aux cailloux" de Sophie Loubière.

Comment s’appelle la retraitée de l’histoire ?

Elsa
Laurie
Isabelle

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant aux cailloux de Sophie LoubièreCréer un quiz sur ce livre

{* *}