AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353151299
Éditeur : Balland (18/08/2011)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Paul-Emile Bramont vit de petits boulots. Un jour, il décide de partir pour Jérusalem, en compagnie de son copain Momo et de sa maîtresse, Bérangère, qui est mariée à un chirurgien plastique.

Ils espèrent y trouver un endroit où toute forme de loi du marché serait bannie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Sando
  19 avril 2013
Difficile d'affirmer, comme le prétend Frédéric Beigbeder sur le bandeau publicitaire de l'édition en poche, qu'il s'agit du « roman le plus drôle de l'année 2011 », néanmoins « Les lumières du ciel » est incontestablement un roman drôle, délirant et complètement déjanté !
On suit l'histoire de Paul-Emile Bramont, dit Mimile, un looser de première, pas bien méchant, mais dont le quotidien consiste à vivoter de droite à gauche, aux crochets des autres ou grâce à de petites magouilles. Car le travail, c'est fatiguant et souvent ingrat, et puis « les patrons sont des enculés », alors mieux vaut se ménager… Jusqu'au jour où, après une bonne affaire, Mimile décide de prendre des vacances bien méritées sur la Côte d'Azur et embarque avec lui Bérangère, une femme au foyer sans enfants, dépressive mais pleine aux as et Momo, son pote et ex-DJ dans une patinoire… Les voilà partis sur les routes, à bord de leur Fiat panda qui n'excède pas les 17 km/h… Bref, c'est pas gagné, d'autant plus qu'une rencontre fortuite va les conduire tout droit à Jérusalem, un petit hameau du sud de la France, dans lequel vivent en autarcie une dizaine d'habitants, loin du monde moderne et de sa technologie assujettissante. L'occasion pour nos trois compères de découvrir un nouveau mode de vie avant d'aller rejoindre le monde branché de la jet-set…
Avec ce roman social drôle et déjanté, Olivier Maulin nous offre un vrai bon moment de lecture ! On s'attache à ces personnages un peu paumés, un brin marginaux, mais plein de ressource et qui ne cherchent qu'à jouir de la vie, comme tout un chacun. le style de l'auteur est franc, moderne, plein d'énergie et d'entrain et embarque le lecteur dans une ronde grisante. Derrière la comédie apparente se cache aussi une réflexion sur le monde moderne, la technologie et les nouvelles valeurs qui tournent davantage autour de l'individualisme, de la notion de propriété et de rendement, au détriment d'un mode de vie plus simple et moins annihilant. Néanmoins, l'auteur n'entre pas dans un débat qui aurait alourdit le texte et se contente d'exposer différents modes de vie, ce qui est tout aussi bien ! Bref, un petit roman idéal pour se changer les idées et passer un bon moment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
saphoo
  05 octobre 2017
Un roman drôle, oui, mais pas au point à se tordre de rire. C'est un peu une image d'une partie de notre société, qui vit de combine les plus louches au plus tordues, de petits boulots à la sauvette, bref, la comédie commence pour notre Paul Emile.
Après ses déboires avec ses sapins, le voilà parti sur les routes pour rejoindre le sud avec ses acolytes, mais ils feront une halte à Jérusalem, et oui et oui, ce n'est pas là où l'on pense !
Trêve de plaisanterie, Jérusalem, petit village sauvage regroupant un ensemble de personnes qui restent optimistes et futuristes ou non, retour vers les origines de l'homo-sapiens et vivent donc en autarcie. Paul-Emile, son ami Momo et sa compagne Bérengère, tâtent donc un peu de ce paradis, bah, il y a du bon et du mauvais comme toute idéologie.
Un roman moyen à mon goût même si j'ai souri parfois, que j'ai apprécié aussi les clins d'oeil que l'auteur par cette histoire pouvait donner, ou dénoncer quelques travers de notre société, mais bon, c'est une lecture détente c'est déjà ça n'est ce pas ! C'est certain que je vais vite l'oublier ou presque, car à Noël j'aurai une tendre pensée pour Paul-Emile ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ziliz
  18 août 2011
Glandeur et vaguement combinard, Paul-Emile Bramont cherche du travail lorsque, vraiment, il n'a plus ni sou en poche ni copains volontaires pour l'héberger. Dernier boulot trouvé : vendeur de sapins de Noël sur un parking de centre commercial. Les mérites comparés des épicéa et des nordmann n'auront plus de secrets pour lui, et bientôt, l'agriculture bio, la vie en autarcie, le néolithique, la chirurgie esthétique non plus.
Quelle excellente surprise avec ce roman dont je ne connaissais pas l'auteur ! Deux-trois losers pas plaintifs mais au contraire punchy, drôles et sympathiques, une folle équipée, des propos sages et amusants sur différents travers de la société de consommation. Un vrai régal de lecture ! C'est hilarant sans (trop) tomber dans le loufoque, l'auteur égratigne gentiment nos modes de vie occidentaux sans se prendre au sérieux et sans aigreur.
Commenter  J’apprécie          60
MarcoPolo85
  26 février 2013
C'est le troisième bouquin que je lis de Olivier Maulin, et çà n'a pas raté, j'ai encore beaucoup ri. Même si j'ai préféré "Derrière l'horizon" ou "En attendant le roi du monde", je ne me suis pas ennuyé.
Dans "les lumières du ciel", on va retrouver comme dans les autres, une bande de marginaux, des losers à qui il leur arrive des histoires incroyables, des rencontres invraisemblables.
Ici, nous suivons Paul Emile Bramont, fainéant comme il n'y a pas, et petit truand à ses heures. Avec son pote Momo (DJ de patinoire) et Bérangère (sa maîtresse), ils filent en Fiat Panda dans le sud pour échapper aux nombreuses histoires qui les pourchassent dans la grisaille de Paris.
En chemin, ils rencontrent Paul Simonot, qui va les conduire vers son eldorado : Jérusalem. Mais pas le Jérusalem biblique que nous connaissons bien mais un petit trou perdu des Cévennes où vivent une bande de barjots, bien éloignés des codes de notre société.
Bon, l'histoire ne se termine pas là puisque nos compères vont prendre aussi l'air Méditerranéen du côté de Menton.
Sur la fin, j'ai trouvé que le livre se cherchait un peu. J'ai eu l'impression que Olivier Maulin nous l'avait un peu bâclé. Mais, je ne lui en veux pas. J'aime quand même bien ce qu'il fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Apikrus
  30 août 2011
Le ton du livre, vif et amusant, est donné dès le début, et même avec la couverture. J'ai dévoré la première partie du roman, pleine de dialogues amusants et de cocasseries. Malgré une réflexion critique intéressante sur nos modes de vie et la société de consommation, la suite de l'ouvrage m'a moins plu : des exagérations dans certaines situations gâchent en effet la légèreté et la subtilité qui faisaient jusqu'alors tout le charme.
Un roman malgré tout agréable à lire et amusant, il m'a rappelé "Cantique de la racaille" de Vincent Ravalec, que j'avais apprécié pour des raisons similaires.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (2)
Lexpress   10 octobre 2011
Un vendeur de sapins, sa maîtresse et un ami DJ en vadrouille chez des hippies des Cévennes. Olivier Maulin réussit avec Les lumières du ciel la une comédie de la rentrée.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   23 septembre 2011
Quand la misère contemporaine engendre des développements étranges et poétiques […] Quand bien même il a placé la galère au centre de son propos, l'art de Maulin mérite un franc succès.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SandrineDPSandrineDP   15 juin 2013
Je commençais à piger bien des choses tout à coup ! Métro, boulot, dodo, quelle vie de con ! Les cinglés qui sortent dans la rue pour tirer sur tout ce qui bouge, un geste surréaliste ? mon oeil ! un geste tout ce qu'il y a de réaliste ! un geste cartésien ! je pense donc je tire sur la foule ! Je pense donc je pète les plombs ! C'était comme si on me faisait couler du Destop dans la cervelle ! Toutes les certitudes d’aliénés qui se dissolvent soudain...le nœud crasseux installé depuis l'école ! Ah ! Saloperie en effet ! Passer ses journées à courir, à bouffer de la merde, à être assailli d'informations absurdes, à produire de l'inutile et à consommer de l'encore plus inutile ! Les nerfs en pelote, le bruit, la fatigue, le travail imbécile, le réveil-matin, le rap, les boîtes de nuit ! Adieu poésie ! Appendre devant l'écran, travailler devant un écran, s'informer devant un écran, communiquer devant un écran, se divertir devant un écran, se branler devant un écran, mourir devant un écran ! Au secours ! J'ai décidé de faire part de mes considérations philosophiques !
-Au fond, ce qui me gêne dans notre société, c'est qu'elle est devenue laide, j'ai annoncé à voix basse.
Ils sont restés bouche bée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
StefEleaneStefEleane   11 avril 2013
Jérusalem avait un ennemi : Le Natoufien. Le curé et Maurice l’accusaient de venir leur piquer des navets et des choux pendant la nuit et de saccager les clôtures. D’après eux, il aurait même volé une poule à la fin de l’automne, et pissé contre la porte du curé. Malheureusement, ils n’avaient aucune preuve. Mais le Natoufien détestait ceux de Jérusalem, ça, c’était sûr. Il les trouvait dégénérés, technolâtres, compromis avec l’époque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
StefEleaneStefEleane   12 avril 2013
On est montés au second. C'était Beyrouth, là-haut. Papiers peints arrachés, fils électriques dénudés, ampoules pendantes, taches d'humidité au plafond. Et puis il faisait froid, il n'y avait pas de chauffage. On soufflait de la buée en expirant.
Commenter  J’apprécie          60
MarcoPolo85MarcoPolo85   25 février 2013
La technique est devenue une fatalité de notre époque, disait-il. Poser la question de sa nécessité, c'est passer pour un farfelu. Dire qu'elle a des effets négatifs plus importants que ses effets positifs, c'est sombrer dans la réaction impardonnable.[...]. Elle est dotée d'une telle force de conviction qu'il est devenu parfaitement incongru de poser la simple question de son utilité sociale, et donc parfaitement impossible d'y résister.[...]. La seule manière de lui échapper, c'est de tout abandonner pour vivre selon une autre mesure du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Philes67Philes67   02 novembre 2014
Entre la vulgarité des riches et celle des pauvres, la société ne laisse décidément que peu de place à la beauté.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Olivier Maulin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Maulin
"Quelle littérature pour les âges sombres ?"
autres livres classés : losersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14890 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..