AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702441556
Éditeur : Le Masque (03/05/2017)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Il y a sept ans, au Cap, trois écoliers ont été enlevés en plein jour à quelques heures d’intervalle. On ne les a jamais revus. Pour le colonel Vaughn de Vries, c’est un échec personnel qui continue de le hanter depuis toutes ces années, et qui lui a aussi coûté son mariage.
Lorsque les cadavres de deux adolescents sont retrouvés, le mystère de ces disparitions semble pouvoir s’éclaircir. Mais aujourd’hui, le colonel de Vries fait lui-même l’objet d’une inves... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  19 octobre 2017
Le colonel Vaughn de Vries ne s'est jamais remis de la disparition de trois jeunes garçons , enquête qui n'a jamais aboutie .
Aussi lorsque sept ans plus tard , deux des victimes réapparaissent sous forme de cadavres, il ira jusqu'au bout quitte à bousiller sa carrière . Même pas peur , même pas mal ! De toute façon au point où il en est , ça ne peut être pire .
Se heurtant à sa hiérarchie , qui n'aime pas faire de vagues ( car un des suspects n'est autre que le psychiatre qui s'était exprimé dans les médias critiquant la police , sept ans auparavant ), se heurtant à la nouvelle Afrique du Sud qui aimerait plus de diversité colorée au sein de la police , notre colonel se bat contre des montagnes .
C'est un premier tome assez désespérant que nous propose Paul Mendelson sur fond de pédophilie et d' intimidations professionnelles et de héros au bout du rouleau .
le monde est dur et les méchants ne seront pas forcément punis à la fin ... [ un peu comme dans la vraie vie, non ?]
A moins que ?...
Et c'est cette partie là qui m'a "réveillée" , parce que pouvant s'avérer intéressante dans les deux tomes à venir .
Les luttes au sein de la police pour couper l'herbe sous les pieds de notre colonel prennent le pas sur l'enquête, sur le suspens . Certaines questions n'ont pas trouvées de réponses à mes yeux ( le suspect illustrateur ? ) .
C'est un monde d'hommes , un monde brutal, dans lequel on devine le paysage à couper le souffle qu'offre ce pays , à défaut d'offrir un havre d'amour et de paix ...
J'embarquerai pour la suite , en ce moment je suis attirée par la littérature policière de ce pays .
Et puis, je meurs d'envie de savoir si le colonel ( De Vries ) , rencontre une madame Blanche , dans la véranda et laisse tomber la bouteille ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Eroblin
  27 juin 2017
L'histoire de ce roman policier se déroule en Afrique du Sud entre 2007 et 2014. En 2007 au Cap, trois écoliers ont été enlevés en plein jour à quelques heures d'intervalle. On ne les a jamais revus. Les médias mais surtout un homme Nicolas Steinhauer, psychiatre connu, se sont acharnés à expliquer à quel point la police du Cap était incompétente. Pour celui qui dirigeait l'enquête Vaughn de Vries, cette affaire a été un échec personnel qui continue de le hanter depuis toutes ces années, et qui lui a aussi coûté son mariage.
2014 : De Vries est appelé sur le lieu de la découverte d'un crime et, à sa grand horreur, De Vries reconnaît dans les corps abandonnés dans une benne à ordures deux des trois adolescents disparus, aussi décide-t-il de tout mettre en oeuvre pour enfin éclaircir le mystère de ces disparitions et trouver enfin le ou les coupables. Et peut-être que le troisième adolescent est encore en vie quelque part ? Mais il ne va pas être facile pour lui de mener l'enquête car il subit lui-même une investigation menée par un certain David Wertner, qui agissant au nom de ses supérieurs, cherche à mettre sur la touche ces officiers blancs qui rappellent trop l'époque de l'Apartheid. Que de Vries soit compétent, dur à la tâche, importe peu, il faut un renouvellement plus en accord avec la nouvelle réalité du pays. Autant dire que De Vries est seul, il ne peut compter que sur un adjoint Don February pour suivre des pistes. Bientôt un nom apparaît, celui de Marc Steinhauer, le frère de ce psychiatre qui les a tant piétinés il y a sept ans. De Vries est rapidement persuadé que Marc n'est que le pantin de son frère et que l'instigateur des enlèvements est l'oeuvre de Nicolas. Mais l'homme est intelligent et de surcroît protégé. Et tandis que De Vries découvre peu à peu une histoire de violences et d'abus, il comprend que s'il veut faire payer Nicolas Steinhauer, la loi ne suffira peut-être pas. Au-delà d'une intrigue sordide, il faut bien l'avouer, c'est le contexte politico-social d'Afrique du Sud qui est mis en valeur dans ce roman. Même si il n'y a plus d'Apartheid, il n'empêche que, dès lors qu'un blanc est suspecté, et un blanc riche et reconnu socialement, il est très difficile de le mener jusqu'au procès. Nicolas Steinhauer est un être malfaisant mais il a un réseau d'amis bien placés politiquement, ce qui lui permet d'agir en toute impunité. le paradoxe dans cette histoire, c'est que certains s'acharnent contre De Vries, considérant que cet homme est dans la police depuis trop longtemps et qu'il doit laisser la place à une génération plus colorée dirons-nous, et en même temps, ces mêmes gens ferment les yeux sur une vérité bien trop dérangeante pour eux, l'abus sexuel d'enfants. Je vous conseille ce roman intéressant à plus d'un titre.
16/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Natalivre
  18 mars 2018
Le Cap, Afrique du Sud. Vaughn de Vries, colonel dans un service de police du Cap, est obsédé par une enquête remontant à 7 ans en arrière. Trois garçons blancs avaient alors été enlevés. Malgré une enquête menée avec tout son acharnement, De Vries n'a jamais pu retrouver ces enfants. Aujourd'hui, deux cadavres d'adolescents sont retrouvés. Ils s'avèrent être deux des enfants disparus 7 ans plus tôt. L'enquête repart de plus belle, cette fois-ci sans concession.
Premier roman de cet auteur et c'est réussi. Je ne me suis pas ennuyée à voyager à travers les paysages de la région du Cap, à croiser des personnages authentiques sur fond de rivalité raciales, l'Apartheid est encore dans les esprits, dans un contexte politique loin d'être serein et avec en premier plan un colonel en quête de vérité et de justice.
Commenter  J’apprécie          50
vero35
  26 juin 2017
Vaughn de Vries , l'enquêteur principal sud africain est obsédé par une affaire commencée 10 ans avant le début du récit. Trois garçons blancs ont été enlevés, au nez et à la barbe de la police, et aucune trace d'eux depuis, malgré les efforts déployés. Il est parti à la dérive, abandonné par sa femme, de plus en plus alcoolisé et ceci dans un monde qui change de plus en plus, qui lui échappe, et où la compétence et la détermination ne semblent plus les critères principaux de recrutement dans la police. Au bout de dix ans, les corps de deux des enfants devenus entretemps adolescents sont retrouvés et l'enquête redémarre, menant De Vries au bord du gouffre...L'enquête est dense, ne cesse de mettre en évidence le fait que tout est politique dans ce pays d'Afrique du Sud qui se cherche , et dans lequel De Vries avec ses réflexes de vieux flic n'a peut-être plus sa place. L'auteur réussit à maintenir notre attention tout au long de son enquête, pourtant touffue, et fait surgir des paysages variés, qui donnent envie de prendre immédiatement un avion en direction du Cap.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Goewin
  29 août 2017
Dans une Afrique du Sud post-apartheid, une enquête difficile et douloureuse.
Les cadavres de deux jeunes garçons sont découverts dans une benne à ordures. le colonel Vaughn de Vries reconnaît dans l'un d'eux le visage d'un enfant enlevé avec deux autres quelques années auparavant en 2007. L'enquête de 2014 s'annonce tout aussi ardue que celle de 2007 : aucun indice, aucun tuyau, rien.
Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions le Masque pour ce Service Presse qui m'a permis de découvrir Paul Mendelson et son premier roman. Nous suivons l'enquête que vont mener le colonel Vaughn de Vries et l'adjudant February dans un contexte délicat : sept ans auparavant, De Vries et son équipe ont enregistré un échec monumental dans leur incapacité à retrouver les trois enfants kidnappés et ni la presse, ni leurs supérieurs ne sont prêts à l'oublier, leurs moindres faits et gestes vont donc être scrutés à la loupe ; vu que seulement deux corps ont été retrouvés, la troisième victime pourrait encore être en vie et c'est donc une course contre la montre qui va se jouer ; De Vries et son supérieur le commissaire Henrik du Toit sont dans le collimateur du Bureau des Affaires Internes qui cherche par tous les moyens à briser leur carrière et supprimer leur service ; enfin les politiques ne sont pas en leur faveur et du Toit veut en tenir compte alors que pour De Vries, seule compte l'enquête.
Avec Un silence de mort, Paul Mendelson nous fait vivre deux investigations en alternant les chapitres concernant 2007 et 2014. Nous suivons pas à pas le colonel De Vries qui n'a jamais pu oublier ces trois enfants enlevés en 2007. Il se retrouve seul, rongé par cet échec dont il ne s'est jamais remis, son mariage s'est délité, ses filles n'ont plus besoin de lui. De Vries est admirable dans son désir de faire jaillir la vérité à tout prix, quel que soit le prix à payer et même si parfois il frôle les limites de la légalité. Aucune considération politique ne l'empêchera d'avancer coûte que coûte et il joue gros car il peut détruire sa carrière. Alcoolisme, divorce, le tribut est lourd à payer. Il est doué d'un formidable instinct qui ne l'a jamais trompé : il sait avec certitude quand on lui ment ou quand quelque chose cloche.
L'auteur nous offre un thriller âpre et violent. Sa plume est addictive, les mots bien choisis. Il nous plonge dans une réalité très sombre où les malfaiteurs, les assassins peuvent être intouchables. Il nous démontre l'impuissance des forces de l'ordre face à certains criminels, ils savent qu'ils sont coupables mais dans l'impossibilité de le prouver, ils échappent à la justice. Et dans Un silence de mort, le coupable est vraiment odieux et j'ai vraiment enragé devant son arrogance.
J'ai lu qu'il devait y avoir deux autres tomes et j'avoue que je les attends avec impatience. Vaughn de Vries fait partie de ces héros que l'on n'oublie pas et que l'on a envie de suivre.
Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   19 octobre 2017
Dans ce pays, tout est une histoire d'influence. Certes, jalousement gardée, mais sans honte et sans reproche.
- On ne nous avait pas promis mieux ? marmonne Classon.
- L'Afrique est un continent de promesses non tenues, acquiesce Thulani. Et inutile d'espérer autre chose dans un avenir proche.
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   19 octobre 2017
C'est un fait établi : les enfants victimes de maltraitances ont de plus grandes chances que les autres de devenir eux-mêmes maltraitants. Les mauvais traitements renvoient au pouvoir. Un enfant maltraité est comme privé de toute autonomie jusqu'à ce qu'il maltraite à son tour.
Commenter  J’apprécie          162
iris29iris29   17 octobre 2017
A la seconde même où la nouvelle va se répandre, grogne de Vries, plus un parent du Cap ne lâchera la main de son gosse.
Commenter  J’apprécie          210
iris29iris29   18 octobre 2017
" Je l'aime bien.
- Ne lui dis pas, rétorque de Vries.
- Mec, il n'y a pas que le bâton dans la vie. Pense à la carotte."
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   17 octobre 2017
" C'est notre boulot, Vaughn. On découvre ce qui leur est arrivé. On informe les parents et attrape le méchant.
Commenter  J’apprécie          180
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Paul Mendelson (1) Voir plus