AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374480348
Éditeur : Xo Editions (05/04/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Pauvres âmes déchues.
Il a fallu que je vous tue...

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d'arbres.
Le jeune Martin Servaz, qui vient d'intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s'intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  19 avril 2018
Le nouveau roman de Bernard Minier s'ouvre comme un prequel des enquêtes de Servaz.
1988: première scène et première rencontre d'un drôle de trio - dont les deux soeurs éponymes - dans une forêt sombre.
1989: apparition du jeune Martin Servaz, étudiant en lettres et future grande plume de la littérature. Si ce n'est sa découverte de son père, suicidé.
1993: c'est là que tout commence vraiment avec la première véritable enquête criminelle à laquelle participe un Martin chevelu frais émoulu de l'école de police qu'il a intégrée après l'abandon de ses études et, partant, de ses ambitions littéraires.
Deux jeunes femmes retrouvées mortes, la scène de crime suivant un rituel étrange et dérangeant. Qui va renvoyer les policiers vers un certain Erik Lang, auteur à succès de romans noirs et ultraviolents.
Je n'en dis pas plus pour ne pas déflorer le travail minutieux de Bernard Minier. Juste qu'on se retrouve quelques chapitres plus tard en 2018, avec Servaz rétrogradé après ses démêlés dans Nuit et ses fidèles Samira Cheung et Vincent Espérandieu. Nouveau meurtre, nouvelle enquête et une foultitude de surprises.
J'ai apprécié retrouver cette fine équipe, avec les considérations de plus en plus pessimistes de Martin sur la société actuelle. On le sent de plus en plus perdu dans les développements technologiques, lui qui reste au fond un intellectuel amateur de belles lettres et de musique.
Outre une enquête et une intrigue palpitante, Bernard Minier nous serré une réflexion sur les rapports et considérations des fans ultras envers leur auteur adulé, encensé, divinisé presque. Il y a ici un air qui rappelle le troublant Misery de Stephen King.
Adulé ou honni, il est toujours perturbant de découvrir que pour certains lecteurs fanatiques, il n'y a pas dissociation entre le texte et son auteur, entre la créature et le créateur. Soit dit en passant, c'est ce qu'a confirmé l'écrivain américain Gabriel Tallent lors de sa conférence dans le librairie de ma commune: il constate qu'aux États-Unis, son livre lui a valu de la part de certaines personnes des attaques virulentes quant à sa propre supposée perversité pour avoir écrit My absolute darling. Des rencontres ont même du être annulées à cause de lecteurs trop "enflammés". On croit rêver... Je vais jouer ma Servaz et constater qu'à l'heure des réseaux sociaux et du virtuel galopant, ces confusions fiction-réalité risquent de croître de façon alarmante.
Tout ça pour dire que cette cinquième aventure de Martin Servaz est un crû de grande qualité qui se savoure sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
gruz
  06 avril 2018
Après Nuit qui avait mis tout le monde KO, comment Bernard Minier allait-il pouvoir donner une suite aux aventures de son flic fétiche ? Rassurez-vous, avec Soeurs, le lecteur a droit à tout sauf à une Servaz tiède !
Son nouveau roman est un polar, un vrai de vrai. Une enquête au long cours, loin d'un long fleuve tranquille, entre les années 90 et aujourd'hui. Martin Servaz n'est définitivement plus le même depuis les derniers événements (même son grade a changé)… C'est le bon moment de le découvrir sous un nouvel angle.
Voilà la première belle idée de l'auteur : nous amener aux cotés du Servaz jeune, la vingtaine, lors de sa première enquête.
Riche idée, oui, surtout lorsqu'on a suivi toute la série de romans de Minier. Mais ça n'empêche en rien de lire ce roman individuellement, comme l'excellent polar qu'il est.
Retour vers le passé et plongée dans les ténèbres actuelles, Soeurs est un polar captivant par son intrigue mais aussi par les émotions fortes qui en transpirent. Parce qu'on est attaché à ce personnage-là, avec son caractère bien trempé et tant il est malmené par la vie.
C'était une gageure que de proposer un récit de l'ami Martin sans son ennemi héréditaire Julian Hirtmann. Autant amener quelque chose de différent que le sommet de tension qu'avait été le précédent roman, Nuit.
Pari réussi. le fait de placer notre enquêteur à 25 ans de distance, fait de ce grand écart un polar qu'on ne lâche pas. Une putain d'intrigue, glaçante, à lire toutes lampes allumées, tant qu'on n'a pas joint les deux bouts de son orbe ophidien.
Ce qui démarque cette intrigue de soeurettes de tant d'autres polars ? La proximité du flic (on a même droit à Servaz chez le dentiste, scène intéressante), mais également certaines thématiques. Et l'écriture si prenante de l'auteur.
Il est question d'adulation (pour ne pas parler de fanatisme). D'ailleurs, l'écrivain s'amuse entre la carrière de l'écrivain / personnage mis en scène et la sienne (j'espère juste pour lui que le parallèle s'arrête là).
Et il y a la manière de raconter de Bernard Minier, aussi. Pas étonnant qu'il rencontre un tel succès, tant son écriture est à la fois fluide et suffisamment exigeante pour l'envoyer au dessus de la mêlée, même si l'intrigue est moins ambitieuse que celle du précédent roman. Et on apprend une foultitude de choses dans ses livres, utiles ou ludiques.
Avec Soeurs, Bernard Minier a l'intelligence de se renouveler par rapport à son précédent thriller. le fait de suivre son personnage totem, entre passé lointain et pressant présent, confère à cet excellent polar ce supplément d'âme qui le rend aussi passionnant qu'empoignant. Laissez l'auteur vous prendre par la main à travers ces sombres bois, il est un formidable guide en matière de contes modernes.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Pascalebookine
  09 avril 2018
Page Facebook: Pascale Bookine
Blog: pascalebookine.eklablog.com
« Le cauchemar -qui devait durer vingt-cinq ans- commença donc sous la forme de deux jeunes filles en robe blanche. Ce matin-là, le ciel pluvieux se déployait en nuances de gris, allant du gris perle à des nuées noires qui accouraient par l'ouest, un ciel sans miséricorde, qui ne disait que l'absence d'espoir. » *****
En 1993, deux soeurs, Ambre et Alice, sont retrouvées mortes au bord de la Garonne, vêtues de robes de communiantes, leurs cadavres attachés à deux troncs d'arbre. Cette mise en scène aussi cruelle que macabre n'est pas sans évoquer un roman à succès, La communiante, écrit par un certain Erik Lang : un écrivain connu pour la noirceur et la perversité de ses récits et dont les deux adolescentes étaient des fans inconditionnelles…
Martin Servaz est alors un jeune policier sans expérience et sa première grand affaire criminelle lui laisse un goût amer : la résolution du double meurtre ne le satisfait pas entièrement et il reste convaincu que les pièces ne s'emboîtent pas comme elles le devraient. La mort tragique d'une femme vingt-cinq ans plus tard le confortera dans cette certitude : en effet, la victime n'est autre que l'épouse actuelle d'un certain Erik Lang et son décès est à tout le moins… atypique.

Après l'excellent « Nuit », Bernard Minier poursuit sur sa lancée avec ce dernier opus de la pentalogie Martin Servaz. Le lecteur pourrait craindre un essoufflement mais tel n'est pas le cas ici car l'auteur a l'intelligence de se renouveler tout en conservant les ingrédients qui ont fait le succès de la série : le style littéraire, plus soigné que dans la majeure partie des thrillers, une intrigue complexe, un personnage principal qui se révèle davantage à chaque roman (à cet égard, je vous conseille de les lire dans l'ordre pour un plaisir optimal, même si ce n'est pas indispensable à la compréhension de l'intrigue).
L'idée de revenir sur les débuts de Martin est ingénieuse non seulement parce qu'elle explique le lien entre les deux enquêtes mais également parce qu'elle permet un éclairage complémentaire sur sa personnalité : la mort de son père, les débuts de sa carrière et de son mariage, alors que Margot n'a que deux ans. La seconde enquête permet quant à elle de retrouver Martin tel que nous l'avons quitté dans « Nuit », alors qu'il s'occupe du petit Gustav.
En faisant d'un romancier l'un de ses personnages principaux, Bernard Minier propose également une mise en abyme intéressante et aborde des thèmes aussi variés que la création littéraire, le lien entre fiction et réalité, la relation entre un auteur et ses lecteurs. Ce qu'il écrit à propos de Lang («il devait bien reconnaître à l'écrivain un certain talent pour restituer les atmosphères les plus sinistres, planter un décor, évoquer une forêt, une lande, un crépuscule descendant sur une colline ou sur une ferme en ruine, tout un théâtre d'ombres à la puissance d'envoûtement indéniable») pourrait tout aussi bien s'appliquer à ses propres écrits… même si l'on ne peut qu'espérer que la comparaison s'arrête là ;-)
Enfin, le récit est émaillé çà et là de réflexions pertinentes sur les changements et aberrations de notre société, que ce soient la folie autodestructrice de l'humanité («mille éclairages urbains qui épuisaient généreusement les ressources de la planète au profit de quelques citadins debout»), son attitude face aux animaux exotiques («au lieu de les laisser évoluer peinards dans leur milieu naturel, on les voulait dans son salon, dans sa chambre à coucher, dans son garage, enfermés dans des cages ridicules») ou encore les nouvelles technologies qui rapetissent le monde et en font «un monde livré à l'instantanéité, au jugement des autres, à la pensée unique et à la délation».
Une lecture fluide et un très bon roman policier, dans la lignée des précédents : une pentalogie à découvrir absolument si vous ne la connaissez pas encore.
Je remercie XO Editions pour l'envoi de cet ouvrage en échange d'une critique honnête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
licorne85
  13 avril 2018
Je remercie avec un grand "R" Babelio et la maison des éditions XO pour ce magnifique cadeau ! Cadeau car c'est vraiment ce que j'ai ressenti en lisant ce livre quelques jours avant sa sortie. Savourer d'avance le dernier roman de cet auteur fut un subtil délice ! N'ayons pas peur des mots. J'ai adoré !
Il me tardait de retrouver Servaz, et ayant sauté les deux derniers tomes, j'avais un peu peur d'être à la ramasse. Mais pas du tout, on peut lire "Soeurs" comme un roman à part entière, mais je conseillerai quand même d'aborder cet épisode en ayant au moins lu "glacé" et éventuellement "le Cercle", il y a des évocations de ces histoires précédentes, et on sent mieux de quoi ça parle. Et puis surtout, quand on aime le héros, notre attachement est sans contexte un élément fort, motivant et plus émouvant dans la perception de l'histoire, comme c'est le cas ici.
Dans ce tome, l'approche est originale, l'auteur nous offre une pause en fouillant le passé de notre commandant, on revient à ses débuts dans la police judiciaire de Toulouse, nous sommes dans les années 90 et découvrons un Servaz, jeune et novice en la matière, il est confronté dès sa première enquête à un double meurtre, celui de deux jeunes filles Alice et Ambre. Les circonstances de ce massacre paraissent étranges, et très vite, l'équipe trouve un dénominateur commun, Erik Lang, un auteur à succès controversé, tout l'accuse et comme la résolution de l'enquête n'a pu se faire réellement par manque de preuve, l'ombre et le doute de cette histoire plane désormais sur Servaz. Alors quand une nouvelle victime subit le même sort, quasiment 30 ans plus tard, Servaz se retrouve projeté dans son passé, aurait-il laissé le vrai coupable en liberté ?...
Et revoilà donc Servaz, en questionnement permanent et au commande de cette nouvelle enquête, il a quelques années d'expérience en plus, une maturité évidente et une féroce envie de ne rien laisser passer cette fois-ci. Je ne vous cache pas que le nom de la victime a de quoi surprendre puisqu'elle le ramène directement dans la vie de Lang et de ses démons. Il y aura de nombreux flash-back dans cette histoire, et cela nous permettra de sentir l'évolution psychologique de Martin, on découvre ainsi certains pans de sa vie, son père, et l'enfance de Margot qu'on a appris a apprécier dans la série. Puis d'un point de vue plus professionnel, l'évolution des méthodes de la police et la modernité qui sert au mieux les intérêts des enquêteurs de nos jours. Bref, on sent les époques différentes, le contexte est ciselé et la gageure de nous embarquer est réussie !
L'omniprésence d'Hirtmann est balayé par un nouveau meurtrier qui joue à son tour dans la cour des grands, il va nous donner des rebondissements et de belles suées. Je vous préviens, quand on commence un Minier, on court après l'insomnie et le plaisir de lire une excellente histoire. C'est toujours aussi bien ficelée, l'écriture est fluide et coulante, elle s'insinue en vous jusqu'à la dernière page. Les détails sont là, croustillants et justes, donnant le frisson et la réflexion en même temps. Il a su nous donner une histoire encore originale et palpitante en exploitant d'autres facettes de son personnage fétiche.
Ah ! Les serpents c'est pas mon truc, alors âmes sensibles motivez-vous !... j'ai du me percher sur une chaise ou rentrer mes pieds très vite sous les draps à certains instants ! Il ne nous ménage pas le bougre ! On sourira aussi en étudiant le portrait de Lang, l'auteur écrivain adulé devant des fans prêtes à tout, un comportement que l'auteur peut sans doute ressentir ou commencer à connaître ...
Il serait intéressant d'avoir son opinion à ce sujet ! ( je note la question pour le salon de Montaigu ! )
J'ai des éloges plein mon panier, et j'ai eu beaucoup de plaisir en retrouvant la fine équipe qui gravite et s'étoffe autour de Martin Servaz, fan inconditionnelle de ce héros récurrent, je recommande !
"Nuit" rejoindra ma pal ce week-end car j'ai l'intention de recroiser Bernard Minier, présent encore une fois au printemps du livre de Montaigu, pour mon plus grand bonheur et celui de ses fans ! et ma deuxième question sera ... Alors à quand les prochaines aventures de Servaz ? ...
Lien : https://fanfanlatulipe85.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
veronic68
  09 avril 2018
En 1993, Alice et Ambre, deux soeurs, sont retrouvées mortes en tenue de communiante. Elles étaient de grandes fans de l'écrivain Erik lang. Ce même auteur qui a écrit un livre intitulé Communiante. L'équipe en charge de cette enquête, dont le tout jeune Martin Servaz fait partie, fait le lien, mais l'histoire va connaître un autre dénouement.
Février 2018, une nouvelle femme est retrouvée morte en tenue de communiante. Mais cette fois-ci, elle est retrouvée chez elle et son mari était présent. Son mari qui n'est autre qu'Erik Lang ! Et s'il y avait eu une erreur en 1993 ? L'enquête est confiée à Servaz.
Cette nouvelle enquête nous fait faire dans allers-retours dans le temps, et nous permet de découvrir un Servaz en début de carrière.
Cet opus est plus centré sur Martin Servaz, on voit assez peu ses acolytes. Cette enquête, il l'a commencée en 1993, lui seul peut mettre le doigt sur les erreurs commises en 1993.
Exit Julian Hirtmann, Servaz retrouve ici un nouvel "ennemi" à sa hauteur.
Des personnages acérés, des rebondissements : une très bonne histoire, un livre lu quasiment d'une traite. Un détail à la fin qui nous laisse espérer une suite...
Encore un très bon Minier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LeslecturesdeMaudLeslecturesdeMaud   21 avril 2018
En sortant de la pharmacie, il (Servaz) roula vers le centre-ville et utilisa son pare-soleil « POLICE » pour se garer en double file sur le boulevard Lazare-Carnot, devant la FNAC.
Commenter  J’apprécie          00
kuroinekokuroineko   17 avril 2018
(...) l'empathie n'est souvent qu'une forme détournée de l'autoapitoiement.
Commenter  J’apprécie          100
JoyeuxDrilleJoyeuxDrille   11 avril 2018
Les romanciers sont des menteurs, capitaine, ils enjolivent, ils extrapolent, ils finissent par prendre leurs mensonges pour la réalité.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2018
Elle s’écarta et vit avec satisfaction la façon dont son regard devenait noir, une noirceur qu’elle avait aperçue dans bien d’autres regards. Une noirceur qu’elle aimait susciter. Elle devina son tumulte intérieur. C’était tellement facile de manipuler les hommes. C’en était presque décevant. Il n’y avait nul besoin d’être belle ni très intelligente. Il suffisait juste de leur donner ce qu’ils voulaient – mais pas trop vite.
Ni trop souvent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   09 avril 2018
— Nous sommes tes plus grandes fans, dit Ambre ingénument, en montrant le livre et en serrant sa main chaude.
— Tes plus grandes fans, fit écho Alice avec conviction en étreignant son autre main.
Elles étaient sincères. Elles avaient commencé à le lire à douze ans – des romans pour adultes pleins d’une violence quasi insoutenable, de scènes choquantes et révoltantes, de meurtres, de mutilations. Ce qu’elles aimaient, c’est que les coupables s’en tiraient souvent et que les victimes n’étaient jamais complètement innocentes. Surtout, il régnait dans ses romans une atmosphère décadente ; tous ses personnages étaient mus par des pulsions morbides, des mobiles sordides et des perversions très créatives. Et, bien entendu, il y avait le sexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Bernard Minier (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Minier
SISTERS by Bernard Minier ? http://www.xoeditions.com/en/livres/soeurs
A nightmare written in black ink.
autres livres classés : fansVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

N'éteins pas la lumière

A quelle saison se déroule l'intrigue ?

Printemps
Eté
Automne
Hiver

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : N'éteins pas la lumière de Bernard MinierCréer un quiz sur ce livre
. .