AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264063696
Éditeur : 10-18 (03/03/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 674 notes)
Résumé :
Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message: "Vous devez tuer pour vivre." Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (226) Voir plus Ajouter une critique
Yassleo
  21 mai 2016
Plouf plouf, ce-se-ra-toi-qui-sur-vi-vra. Mais-comme-le-roi-et-la-reine-ne-le-veulent.. Stop. Y a pas de roi, y a pas de reine. Hey! Soyez pas naïfs les z'amis. On parle d'un thriller là, pas de l'après-midi dînette des cinq ans de la petite dernière.
Donc on couche les gosses, on ouvre Am stram gram, et go, on cherche tous ensemble le nouveau tueur en série, pas gentil-gentil qui fait des misères à la police. Elle (oui le tueur est une tueuse, no spoil, rassurez-vous on l'apprend dès le début) kidnappe des couples : amants, potes, collègues, pas trop regardante, du moment qu'ils sont deux, ça fera l'affaire. Pour les enfermer ensuite dans un lieu isolé d'où il est impossible de s'évader, et attendre tranquillou que ça pète les plombs là-dedans. Pour les victimes, option 1 : mourir à deux, lentement, de faim et/ou de folie. Option 2 : sauver sa petite peau en tuant l'autre grâce au revolver généreusement laissé par madame la tordue.
L'enquête menée par Hélène, la fliquette solide sans peur ni états d'âme, évidemment piétine. Sinon on n'en fait pas un roman de 350 pages. Les rapts s'enchaînent donc, les survivants traumatisés défilent, les scènes de crime se succèdent, et pas moyen de mettre la main sur la tordue.
Intrigue classique mais la mise en scène diabolique des séquestrations et les longs moments de dilemme des victimes sont assez originaux. Malgré le côté répétitif des kidnappings, Arlidge maîtrise plutôt bien l'art du suspense et la rythmique trépidante orchestrée par des chapitres courts fonctionne à merveille.
 
Alors pourquoi tu ronchonnes Yass? Juste parce que cette équipe d'enquêteurs, ben elle ne me plaît pô trop. Comme souvent dans les thrillers, le besoin de créer des enquêteurs blessés, en proie à toutes sortes de maux sous leurs airs de dur, a titillé M. J. Arlidge. Car flics ok, téméraires et intrépides ok, mais avec leurs faiblesses, sensibles et fragiles. Et on le serait à moins avec ce qu'ils subissent (toute ressemblance avec des faits réels existant ou ayant existé, ou avec une actualité aussi brûlante qu'une voiture un jour de manif ne serait que pure et fortuite coïncidence indépendante de ma volonté).
Oui mais pourquoi M. J. sombres-tu donc dans une telle caricature du flic instable et vulnérable ici? Des failles why not, mais un minimum de crédibilité ne serait peut-être pas du luxe non? Car perso je n'ai rien contre le sado-masochisme ou l'alcoolisme par exemple, mais à petite dose, surtout dans un thriller. Sinon j'aurai lu machin Grey et ses nuances de fouet, ou un bon vieux Buko avec une bière dans chaque main.
Allez pas grave M. J., en faisant abstraction du manque de réalisme de certains protagonistes (au passage, la psy et la journaliste valent aussi leur pesant de clichés) et en gardant juste l'enquête, ça ne m'a pas tant déplu. Avec notamment l'aspect psychologique des survivants plutôt bien travaillé : culpabilité, remords, honte, colère, dépit, ou comment surmonter ce cauchemar et assumer d'avoir tué un proche pour sauver sa petite personne.
Plouf plouf, ce-se-ra-toi-qui-li-ra-quand-même-le-pro-chain-Ar-lidge. Sauf si le roi et la reine s'en mêlent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          714
marina53
  07 octobre 2015
Deux adolescents se retrouvent prisonniers dans le fond d'une piscine désaffectée. Aucun moyen de sortir de là. Rien à manger ni à boire. Juste un flingue, une seule balle et un portable qui délivre un message on ne peut plus clair: "Vous devez tuer pour vivre. C'est le prix de votre liberté". La jeune fille, Amy, s'en sortira au prix de la vie de son compagnon d'infortune. Une bien sombre histoire, à peine croyable tant le scénario ne tient pas debout et dépasse tout ce que la police, notamment Helen Grace, chef de la brigade criminelle de Southampton, chargée du dossier, a pu voir jusque-là. Amy a bien du mal à se remettre de ce traumatisme et peine à croire qu'elle a tué son ami. Malheureusement, peu de temps après, l'histoire se répète. En effet, deux avocats d'un même cabinet seront soumis à la même terrible loi: tuer ou être tué. Pour Helen, l'affaire se complique d'autant plus qu'il s'avère que le ravisseur est une femme. Quel est le rapport entre toutes ces victimes? Comment les victimes sont-elles kidnappées?

Voilà un véritable page-turner avec ses presque 120 chapitres avec 2 à 3 pages chacun. L'auteur réussit donc parfaitement à entrainer le lecteur dans cette descente aux enfers. L'on est plongé directement dans le sordide dès le premier chapitre dans lequel on sait que l'un des deux adolescents kidnappés va forcément mourir. La tension va crescendo au fil des pages avec d'autres enlèvements. L'auteur alterne habilement l'enquête confiée à Helen Grace, fliquette un tantinet borderline, les enlèvements, les retours à la vie pour ceux qui s'en sortent et les vies tourmentées et chaotiques des enquêteurs, notamment Helen, être solitaire et masochiste au lourd passé, ou Mark, son collègue qui se noie dans l'alcool suite à un divorce douloureux. L'intrigue est originale de par ces meurtres indirectement perpétrés. Par contre, il est fort dommage que l'auteur n'ait pas plus approfondi les passages de séquestration et fait dans la surenchère pour les personnages principaux. La fin, quant à elle, m'a quelque peu gênée. Il n'en reste pas moins que ce polar mouvementé et violent ne nous laisse aucun répit.
Am stram gram... pic et pic...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
sandrine57
  24 juin 2015
Un jeune couple enlevé, enfermé dans le bassin d'une piscine désaffectée, affamé, assoiffé. Pour sortir de cet enfer, une arme. Celui qui tuera l'autre sera libéré. Un scénario difficile à croire pour les policiers de Southampton qui regardent le survivant avec suspicion. Pourtant quand l'histoire se répète, le commandant Helen Grace et son équipe doivent se rendre à l'évidence. Ils ont bel et bien affaire à un tueur en série particulièrement pervers qui ne tue pas directement ses victimes mais les met dans une situation si extrême qu'elles deviennent des meurtriers. Et, encore plus étrange -les victimes sont unanimes- : le kidnappeur est une femme ! C'est suffisamment inhabituel pour égarer les enquêteurs qui, de plus, ne trouvent pas le lien qui punit toutes les victimes. A priori, elles n'ont rien en commun...
Un thriller qui commence très bien avec un scénario suffisamment original et machiavélique pour tenir en haleine. On se retrouve au fond d'une piscine avec un jeune couple désorienté et terrorisé qui ne comprend pas ce qui lui arrive. le drame psychologique qui se noue alors est très bien rendu et les questions se multiplient. le temps passant, sauront-ils conserver le brin d'humanité qui les empêchera d'appuyer sur la gâchette ? L'amour sera-t-il plus fort que l'instinct de survie ? La perversité du kidnappeur est telle qu'il a planifié de condamner deux personnes : celui qui prend la balle et celui qui tire, coupable à jamais d'avoir sauvé sa peau au détriment de l'autre. Tout cela est donc fort effrayant, fort intrigant et parfaitement maîtrisé par un M.J. ARLIDGE qui sait faire monter le suspens et appâter son lecteur. Et puis, puisque crime il a, il faut des flics pour enquêter. Et c'est là que le bât blesse. L'auteur crée une belle équipe de clichés ambulants. On a le capitaine Mark Fuller, excellent policier par le passé, mais qui, sous le coup d'un divorce difficile, passe son temps à s'alcooliser tout en espionnant les fenêtres de son ex-femme. Sa collègue, Charlie, est, quant à elle, son pendant positif, toujours de bonne humeur, consciencieuse et appliquée. Mais la cerise sur le gâteau est le commandant Helen Grace, si peu nuancée qu'elle en est presque comique. Pas de famille, pas de mari, pas d'enfants, pas de sentiments (ou si peu), une enfance malheureuse, une moto pour parcourir à toute blinde les rues de la ville et une ''sexualité'' déviante. Un peu trop pour une seule personne même quand on connait la prédilection des auteurs pour les flics cabossés par la vie...
Un thriller prenant donc, mais qui souffre de vouloir trop en faire. Une lecture de plage divertissante mais décevante si on exige un peu plus de style et de nuances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
cannibalector
  06 janvier 2017
Vous prenez deux personnes , un couple, une mère et sa fille ou deux collègues et vous les placez dans un lieu clos, sans pouvoir manger ni boire. Un message: " vous devrez tuer pour survivre" et un pistolet avec une seule balle.
Où sont les limites de notre morale, peut-on tuer par néssécité et qu'est ce que la nécessité de tuer? Et, lorsque vous avez tués, quel est le poids de votre culpabilité, êtes vous toujours vivant?
C'est le thème central de ce trhiller, fort intéressant et bien mené. Suspens, rebondissements, il est bien difficile de trouver le coupable.
Malheureusement, l'auteur tombe dans le piège classique du thriller: une bonne idée, du gore mais pas trop, et des retournements de situation bien vus. Mais un tueur doit être pris en chasse, pour cela il faut des flics et une enquête, et c'est là que tout foire! plus d'imagination! alors l'auteur nous sort un flic alcolo et une chef flic sans peur et sans reproche, evidemment très belle , mais ayant sacrifié toute sa vie pour la "chasse aux tueurs", elle expédie ses besoins sexuels dans une paraphilie bien glauque et surtout sans intéret
Bref, un thriller qui atteint son objectif: page turner efficace et plutôt intelligent. Dommage que les" gentils" ne soient pas à la hauteur du" méchant"
Mais ce n'est que mon humble avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
kuroineko
  12 avril 2018
Am stram gram... En commençant ce roman, toute ressemblance avec le film Saw est... obligée. Surtout le tout début : un couple dans un espace carrelé, un pistolet. Et une règle du jeu: la personne qui tuera l'autre aura droit de sortir. Sinon il reste aussi la possibilité enchanteresse de se laisser mourir de faim et de soif. A Southampton, il y a des gens qui cultivent des rosiers, d'autres se pochtronnent dans les bars. Et puis il y a cette possibilité de mettre en place un jeu démoniaque. On s'occupe comme on peut, hein...
En tout cas, c'est la brigade de la commandant Helen Grace qui va être bien occupée avec cette drôle d'affaire. Enfin, drôle... ça dépend pour qui...
Arlidge mène son roman tambour battant avec de très courts chapitres. Il a une construction narrative quasi cinématographique. Côté style, c'est correct mais sans plus, assez banal.
Côté personnage, sachant que Miss Grace se retrouve dans deux suites, l'auteur s'attelle à dévoiler peu à peu sa personnalité pour le moins singulière. Rigide, ne vivant que pour son travail (on se demande d'ailleurs quand dort cette superwoman), intègre, elle semble au départ presque trop parfaite.
L'histoire est assez prenante. Tordue, ça c'est clair. Pas le thriller de l'année mais qui se lit bien et suscite suffisamment d'enthousiasme pour avoir envie de découvrir le second tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390

critiques presse (2)
LePoint   03 avril 2017
Arlidge, avec cette intrigue nourrissante, confirme qu'il est le maître du thriller pervers !
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress   12 mai 2015
Un premier polar inouï, où la meurtrière laisse ses victimes s'entre-tuer.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
Rose81Rose81   08 octobre 2015
Elle n'avait que le goût du vomi. Du vomi et du sang caillé. Sa bouche était desséchée, sa gorge en feu et une sourde douleur lancinante lui martelait la tête. N'ayant pas mangé depuis des jours, elle sentait des ulcères se former dans son estomac.





Commenter  J’apprécie          410
brinvilliersbrinvilliers   06 septembre 2015
Toujours rien. Pour la première fois, l'impatience s'immisça dans la voix d' Helen. "Il y a deux heures, j'ai dû annoncer à la mère de Sam qu'on avait tiré sur son fils et qu'il était mort. Ce dont elle a besoin, ce dont ses petits frères et soeurs ont besoin, c'est de quelqu'un qu'ils puissent tenir responsable de ce meurtre. Et là, tout de suite, tu es la seule personne dans le tableau. Alors pour ton bien autant que pour le leur, arrête tes bobards et dis-moi la vérité. Pourquoi as-tu fait çà, Amy ? Pourquoi ?
Il y eut un long silence, puis la jeune fille leva la tête, ses yeux lançaient des éclairs à travers ses larmes.
"C'est elle qui m'a forcée"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
manue14manue14   13 décembre 2016
- Est-ce que tu veux vivre ? »
Pendant une minute, impossible de répondre. Ma langue refuse de m’obéir. Ensuite :
« Oui.
- Par terre, à côté du téléphone, tu trouveras un flingue. Il y a une balle dedans. Pour Sam ou pour toi. C’est le prix de votre liberté. Vous devez tuer pour vivre. Est-ce que tu veux vivre, Amy ? »
Impossible de parler. J’ai envie de vomir.
« Alors, oui ou non ? »
On raccroche. Et là Sam demande :
« Qu’est-ce qu’ils ont dit ? »

Sam dort à côté de moi. Je pourrai le faire. Là, maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
amanlineamanline   25 septembre 2016
Sam dort. Je pourrais le tuer là, maintenant. Son visage n'est pas tourné vers moi : ce ne serait pas difficile. Se réveillerait-il si je bougeais ? Essaierait-il de m’arrêter ? ou serait-il simplement soulagé que ce cauchemar finisse ?
Je ne peux pas penser des choses pareilles. Il faut que j'essaie de me rappeler ce qui est vrai, ce qui est bon. Mais quand on est prisonnier, les jours paraissent sans fin et l'espoir est le premier à mourir. Je me creuse la tête en quête de souvenirs joyeux susceptibles de repousser les idées noires : ils sont de plus en plus durs à convoquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
frgifrgi   09 mai 2017
"On n'était pas du genre cultivés et les connaissances en géographie de ma mère s'arrêtaient au débit de boissons le plus proche." (p.142)
Commenter  J’apprécie          210
Videos de M. J. Arlidge (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de M. J. Arlidge
Le dimanche 2 juin 2017, le libraire Jean-Edgar Casel et le journaliste David Medioni recevait sur la scène de la Griffe Noire l'auteur britannique M. J. Arlige pour nous parler de ses deniers livres...
Il court, il court, le furet de Matthew. J. Arlidge aux éditions 10-18
Après le succès d'Am stram gram, Il court, il court, le furet est le nouveau thriller électrisant de la nouvelle star du thriller anglais M.J. Arlidge.
Southampton, quartier rouge. le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le c?ur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son c?ur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville. Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. le commandant Helen Grace est chargée de l'enquête. le tueur est déchaîné. À elle de l'arrêter avant qu'il ne frappe de nouveau.
https://www.lagriffenoire.com/72379-divers-polar-il-court--il-court--le-furet.html
Am Stram Gram de Matthew. J. Arlidge aux éditions 10-18
Un thriller phénomène dans lequel des victimes prises au piège d'un tortionnaire retors doivent choisir entre tuer ou être tuées.
Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d'une piscine vide dont il est impossible de s'échapper. À côté d'eux, un pistolet chargé d'une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : " Vous devez tuer pour vivre. " Les jours passent, la faim et la soif s'intensifient, l'angoisse monte. Jusqu'à l'issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n'avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.
https://www.lagriffenoire.com/6304-divers-polar-am-stram-gram.html
Vous pouvez commander Il court, il court, le furet et Am Stram Gram sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Am stram gram..." de M.J. Arlidge.

Où le corps de Sam est-il retrouvé ?

dans une salle de cinéma
dans une piscine
dans un immeuble désaffecté

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Am stram gram... de M. J. ArlidgeCréer un quiz sur ce livre
.. ..