AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020044882
372 pages
Seuil (01/01/1976)
3.77/5   26 notes
Résumé :

La mort est ce qui identifie l'homme à l'animal et ce qui l'en différencie. Comme tout être vivant, l'homme subit la mort. A la différence de tout être vivant, il nie la mort dans ses croyances en un au-delà. Edgar Morin dégage les attitudes fondamentales des hommes et des cultures à l'égard de la mort. Il examine l'horreur de la mort, le risque de mort, le meurtre, et les deux grands mythes originaires de la m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
polarjazz
  10 février 2018
Edgar Morin convoque les mythes afin de disserter sur les pratiques et les rituels de l'homme face à la mort. Comment l'homme fait face à la perte. L'auteur illustre ses propos en comparant le monde animal à celui de l'homme en soulignant qu'à partir du moment où l'homme a marché sur ses deux jambes, il a regardé vers le ciel et son horizon s'est agrandi.
Edgar Morin a développé la notion d'espèce qui est immortelle (sauf accident) et celle de l'humain qui a une existence finie. Il a aussi démontré comment la société contemporaine "cache ses vieux" et repousse la mort (médecine et économie) en dehors du cycle de la vie, un non-sens.
C'est un essai complet et très dense ce qui rend sa lecture difficilement accessible.
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   12 novembre 2012
L'homme et la mort , le sujet n'est pas facile car il touche pour beaucoup au domaine de la foi , mais aussi à d'innombrables tabous immémoriaux . Aucun humain n'aime en effet imaginer l'idée de la mort et en particulier celle de sa propre disparition .
Dans son ouvrage "l'homme et la mort" , Edgar Morin montre que la mort est ce qui identifie l'homme à l'animal et ce qui l'en diffère aussi . Comme tout être vivant , écrit-il , l'homme subit la mort . A la différence de tout être vivant , il nie la mort dans ses croyances en un au-delà .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
polarjazzpolarjazz   10 février 2018
Il existe donc une participation intellectuelle capable, en elle-même, de refouler ou supprimer la crainte de la mort. La philosophie est à ce point possédée par le démon de la connaissance, la libido sciendi (que les théologiens dénonce avec un flair sûr, non seulement parce qu'elle détruit la magie et le mythe religieux, mais parce qu'elle est le grand obstacle à la pénétration de l'angoisse), qu'elle lève à peine un regard myope sur la mort. (P. 297)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WyomeWyome   24 octobre 2019
L'homme cache sa mort comme il cache son sexe, comme il cache ses excréments. Il se présente bien boutonné, semblant ignorer toutes souillures. On dirait un ange. Il fait l'ange pour refuser la bête. Il a honte de son espèce : elle lui est obscène.
Commenter  J’apprécie          20
PascalmasiPascalmasi   20 février 2019
" A trente ans, quarante ans, cinquante ans, commencent seulement à se défaire les nœuds les plus élémentaires, les plus enfouis qui nous empêchaient de bien respirer, bien regarder, bien jouir, bien aimer..." p. 414
Commenter  J’apprécie          10
JBClamenceJBClamence   13 août 2021
L’opposition entre l’incinération et l’ensevelissement s’efface quand on remarque que l’incinération ne vise pas à détruire tout le cadavre ; les cendres sont conservées. (…) La crémation joue le même rôle que la décomposition naturelle. Elle ne fait que hâter la libération du double afin d’éliminer le stade impur du pourrissement où le ghost n’est pas encore lui-même.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Edgar Morin (101) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Morin
« Mon coeur (organe biologique) a vieilli, mais mon coeur (organe affectif) reste jeune. C'est bien ici que se tient le paradoxe fondateur de toute la magie de cet organe et son fonctionnement fascinant », écrivait Edgar Morin.
Symbole de l'amour, le coeur est souvent réduit à une pompe sans intelligence. Les mythes populaires n'ont cependant pas tort d'en faire l'acteur principal des sentiments car il est en interaction permanente avec le cerveau et nous permet de vivre, de courir, de ressentir, d'aimer…
Le Dr Emmanuelle Berthelot nous explique le fonctionnement du coeur en suivant l'histoire de Catherine, une femme atteinte d'une maladie cardiaque. Elle nous emmène à la découverte de cet organe fascinant : de son fonctionnement normal à ses pathologies, sa formation, ses interactions avec les autres organes. À travers l'expérience de la vie de cette femme, elle nous fait comprendre les sensations cardiaques normales et anormales, les maladies (des premiers symptômes à l'insuffisance cardiaque), les traitements (médicaments et chirurgie) jusqu'à la possibilité ultime, pour sauver une vie : la transplantation cardiaque… Cet ouvrage nous dévoile la vie secrète de ce muscle extraordinaire et nous explique comment en prendre soin.
Le Dr Emmanuelle Berthelot est cardiologue, médecin hospitalier et responsable d'une unité clinique dans le service de cardiologie d'un hôpital de région parisienne. Spécialisée dans l'insuffisance cardiaque et l'éducation thérapeutique des patients, passionnée par son métier, elle est très investie dans la recherche et dans la diffusion de l'information en cardiologie.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : MortVoir plus
>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain>Mort (17)
autres livres classés : anthropologieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
386 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre