AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Valérie Rosier (Traducteur)Brian Gallagher (Illustrateur)
ISBN : 2709634589
Éditeur : J.-C. Lattès (06/01/2010)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 68 notes)
Résumé :
La Grande Guerre a fauché toute une génération, tué net tant de futurs. Dans le cas de Freddie Watson, jeune Anglais du Sussex, elle lui a pris son frère bien-aimé et ce faisant, lui a volé la paix de l’esprit. Hanté par cette disparition, craignant pour sa santé mentale, il erre sans savoir comment échapper à cette douleur qui le paralyse.
Durant l’hiver 1928, Freddie voyage dans le Sud de la France, une autre région qui a vu couler trop de sang au cours des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Elamia
30 décembre 2015
Fantômes d'hiver est un court roman fort sympathique à lire durant la période hivernale et surtout, à l'approche des fêtes. Les illustrations, ainsi que la longueur assez réduite du récit, nous donnent l'impression de lire un conte de Noël.
En revanche, ce n'est pas un ouvrage très représentatif de la catégorie thriller. Il est peut-être catégorisé ainsi, mais je trouve qu'il n'en n'a ni le côté haletant, ni le suspense insoutenable.
De l'action il y en a d'ailleurs assez peu, et l'intrigue à proprement parler met d'ailleurs du temps à se mettre en place. Au départ, j'ai cru que je n'arriverais jamais à rentrer dans le roman, peut-être à cause du style de Kate Mosse, pourtant assez agréable et simple, ou parce que tout simplement, je n'étais pas vraiment touchée par le sort de Freddie et son triste passé. J'avais tendance à trouver qu'il s'apitoyait un peu trop sur son sort, le pathos étant assez exagéré au début de l'histoire. Bien heureusement, son arrivée à Néans va changer la donne puisqu'il va alors vivre des expériences inédites qui vont un peu lui faire oublier son chagrin et le sortir de sa torpeur. Plus j'avançais dans le texte, plus mon impression s'améliorait. Il vaut mieux un départ hésitant, maladroit, mais une fin réussie plutôt que l'inverse.
Si le lecteur devine d'emblée de quoi il est question puisque le titre et le résumé sont de précieux indices, Freddie en revanche, va être perdu plus d'une fois. A plusieurs reprise, il ne parvient pas à distinguer la réalité de ses visions. Cette relation, furtive, éphémère, avec le fantôme de Fabrissa n'a beau durer qu'une soirée, elle reste jolie et émouvante. Freddie est une figure principale assez attachante, il est naïf, paumé, mais son rôle est primordial. Il porte le douloureux souvenir de son frère tombé à la guerre mais il va aussi, par le biais de Fabrissa, être celui qui libèrera Néans de sa tristesse. Une belle morale se profile entre les pages. On y apprend à ne jamais renoncer à la vie, malgré toutes les épreuves qu'elle nous inflige, mais aussi et surtout, à ne pas toujours regarder vers le passé.
C'est le premier roman de Kate Mosse que je lis mais en voyant à quel point elle semble attacher à l'histoire cathare et au sud de la France j'ai vraiment envie de découvrir ses autres écrits. Notamment Labyrinthe, adapté en téléfilm, qui revient également sur l'époque cathare.
Les quelques vers en occitan glissés au début de ce livre m'ont fait sourire et m'ont, je crois, fait apprécier encore plus cette histoire. Un récit empli d'émotion et de nostalgie, qui revient sur les horreurs et les vies brisées causées par les guerres. Car, que ce soit au Moyen-Âge pour une jeune méridionale ou en plein XXème siècle pour un jeune anglais, les ravages sont les mêmes, et les coeurs, lourds de chagrin, inconsolables. Un thriller peut-être bien, mais avant tout un roman historique, mélancolique à souhait, qui nous entraine sur les traces de deux êtres aux destins si différents et pourtant intimement liés.
Une découverte qui vaut le détour.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fee-tish
29 janvier 2010
Un coup de coeur pour ce petit livre de 264 pages !
Quand je suis attirée par un livre, cela commence par 'aspect général. Ici, j'ai aimé le petit format choisit par les éditions JC Lattès : entre le gros livre et le livre de poche. Et puis la couverture : douce, brillante, bleu nuit. Rien que là, j'ai réellement aimé le livre ! Un bon travail de la maison d'édition !
Quant au contenu, j'ai apprécié le travail d'illustration de Brian Gallagher. Des dessins correspondants parfaitement à l'ambiance : légers, avec des traits visibles.
Le roman nous conte l'histoire de Freddie, qui ne se remet pas de la mort de son frère aîné à la guerre. Il est envahi par la culpabilité, par la colère et n'accepte pas de ne pas connaître les circonstances exactes de la mort de George. Depuis dix ans, le deuil ne se fait pas, malgré lui. Puis, lors d'un voyage en France, il rencontre Fabrissa qui elle aussi a perdu des propres à cause de la guerre. Mais qui est réellement Fabrissa ? Comment, au final, va-t-elle réussir à guérir Freddie ?
J'ai été chamboulée par ce livre. Beaucoup de choses à en dire. Une réflexion sur les méfaits des guerres, sur ce qui reste, qu'ils soient combattants ou non. Leur caractère absurde est ce qui détruit les esprits : pourquoi sont-ils morts, pour qui, qu'elle cause mérite qu'on tue des milliers de gens ? Et puis, la volonté finale : plus jamais ça. Sauf que... sauf que ça recommence, toujours. Notamment à la fin du livre où on se dit "Si seulement Freddie savait que dix ans plus tard une autre grande guerre tuerait encore et encore !
Il y a aussi une morale dans ce livre qui nous encourage à ne pas oublier les morts, mais à tirer de leur mort un enseignement qui nous permette d'avancer.
Sur l'auteur, j'ai aimé son écriture, l'émotion qu'elle nous transmet par sa simplicité ; mais aussi sa connaissance de l'histoire et ses recherches importantes pour ce livre (on l'apprend à la fin de l'ouvrage dans la "Note de l'auteur").
Un grand bravo pour cette lecture que je n'oublierais pas de si tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
helvetius
16 janvier 2016
Une après-midi pluvieuse, un plaid bien chaud et un roman comme Fantômes d'hiver, rien de tel pour passer un agréable moment!
Je ressors frissonnante de cette lecture, pas tant pour l'histoire et pour les fantômes mais plutôt à cause du climat glacial qui nous retranscrit Kate Mosse. Des montagnes, de la neige, du vent, une forêt, une tempête et un petit village perdu, voilà un décor que j'aime. de plus, l'histoire de Freddy et celle de Fabrissa sont très intéressantes et les thèmes abordés sont de ceux qui me fascine le plus, fantôme et catharisme, duo parfait.
Freddy est perdu, dans tous les sens du terme. En ayant perdu son frère quelques années plus tôt, c'est une partie de lui qui est morte en même temps. Depuis, Freddy survit plus qu'il ne vit, il laisse sa vie défiler sans ressentir aucune joie, aucune passion, aucune envie. Alors quand il croise le chemin de la belle Fabrissa à un repas de fête au village où il a dû faire une halte, Freddy pense enfin avoir trouvé une raison d'avancer et se met en tête de la retrouver à tous prix. Mais voilà, le lendemain, personne ne semble connaître la jeune femme et même pire, il n'aurait lui-même pas été présent à ce repas la veille...
L'histoire est assez courte et se lit relativement vite. J'ai enfin découvert un roman de Kate Mosse et je ne suis pas déçue, Labyrinthe et Sépulcre sont dans ma PAL depuis un moment mais je pense les lire rapidement du coup. J'ai adoré le style de cette auteure et le fait qu'elle traite d'un sujet qui me tient particulièrement à coeur, à savoir les Cathares, fait d'elle une auteure que je risque de suivre de près. Passionnée par cette religion, c'est toujours un plaisir de lire des livres où ils apparaissent, quelque soit la façon dont ils sont traités. Car ici, Kate Mosse relate l'horreur de leur lente agonie dans ces montagnes, qui ont pourtant été leur refuge au départ. L'histoire de Fabrissa m'a beaucoup touché, beaucoup plus que celle de Freddy. Et le personnage de cette jeune fille a réussi à totalement me déconnecter du reste du monde, comme Freddy j'ai été envoûtée par son récit. On frissonne d'ailleurs pas mal en l'écoutant raconter son histoire...
Fantômes d'hiver est donc une lecture passionnante, douce et violente à la fois, qui met en avant les destins brisés de personnes ne demandant rien mais qui doivent pourtant vivre avec les conséquences, parfois extrêmement lourdes, de certaines décisions irrévocables...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emi13
13 août 2016
Je fus attirée par la couverture de Fantôme en hivers, petit livre de 292 pages qui nous raconte l'histoire de Freddie Watson un jeune anglais du Sussex, ce jeune homme et anéanti par la disparition de son frère. Depuis ce moment Freddie n'a plus aucun répit, son esprit n'est plus en paix, il entend des voix .Hivers 1928 notre ami voyage dans la France, une région ou la guerre a fait beaucoup de dégât parmi les hommes. Sa voiture vient de quitter la route, ayant pu sortir de l'auto notre ami se décide de marcher en chancelant dans le bois proche, il trouve refuge dans un refuge isolé. Qui va-t-il rencontre, que va-t-il faire lui qui pleure une génération perdue. Très beau roman.

Commenter  J’apprécie          100
AliceFee
24 juin 2012
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Fantômes d'Hiver?

"J'ai lu Sépulcre et Labyrinthe avec plaisir. Ce sont des romans souvent fascinants, plein de mystères, d'Histoire et d'ésotérisme. J'avais très envie de lire ce nouveau roman qui, contrairement aux autres, est très court. "

Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

"Plus de six ans après, Freddie Watson ne se remet toujours pas de la mort de son frère aîné durant la première guerre mondiale. A la mort de ses parents, il entreprend un voyage dans le Sud-Ouest de la France durant lequel il va faire une rencontre étonnante..."

Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

"On retrouve tous les thèmes que l'auteur affectionne: le Sud-Ouest de la France, son Histoire, l'ésotérisme, les âmes soeurs à travers les époques... Pourtant la construction est très différente de ses autres livres. Ici, tout se passe au même moment et l'histoire nous est racontée par Freddie, ce jeune anglais dépressif. Autant dire que c'est quelque peu morose! Il y a beaucoup de réflexions, de descriptions et assez peu d'action finalement. Tout semble immobilisé sous une chape de tristesse. Tout paraît irréel!"

Et comment cela s'est-il fini?

"La fin apporte les réponses que l'on attend, comme toujours dans les romans de Kate Mosse. On est également soulagé que celui-ci ne fasse pas 800 pages comme les précédents, parce que je ne suis pas sûre que je serais allée jusqu'au bout!"

Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko103 mars 2011
Toulouse passait pour l'une des plus belles villes du sud de la France. Et Freddie était sensible à cette beauté, à l'élégance de ses édifices du XIXe siècle, au passé médiéval qui dormait sous ses pavés et colonnades, aux clochers et aux cloîtres de Saint-Étienne, au large fleuve qui divisait la cité en deux. La ville rose... C'était à ses façades de brique rose dont la couleur chantait sous le soleil d'avril que Toulouse devait son surnom
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1missmolko105 mars 2011
Les morts laissent une ombre derrière eux, l'espace où ils vécurent résonne encore de leur écho. Ils nous hantent, sans jamais s'effacer ni vieillir comme nous le faisons. Ce n'est pas seulement leur futur que nous pleurons, c'est aussi le nôtre.
Commenter  J’apprécie          90
missmolko1missmolko103 mars 2011
Au contraire, au fil du temps et des saisons allant du vert intense à l'or pourpre, j'étais de moins en moins capable d'accepter la mort de mon frère, et je me refusais à croire en sa disparition. J'avais eu beau passer par toutes les phases attendues, incrédulité, déni, colère, regret, le chagrin n'avait pas desserré son emprise. J méprisais l'être misérable que j'étais devenu, mais semblais incapable d'y remédier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dupuisjlucdupuisjluc01 mars 2013
Le temps est élastique, il se dilate, se contracte, mais ne s'arrête pas quand on en aurait le plus besoin. (p.32)
Commenter  J’apprécie          110
missmolko1missmolko103 mars 2011
La coupure ne me faisait pas mal, mais George m'avais appris que les blessures font rarement souffrir sur le coup. Le choc est par essence anesthésique. La douleur vient plus tard.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Kate Mosse (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Mosse
Kate Mosse interviewée dans l'émission The Book Show sur Sky Arts (en anglais)
autres livres classés : catharesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre