AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782356441508
126 pages
Éditeur : Enrick B. Editions (18/11/2016)
4/5   1 notes
Résumé :
« Point n'est besoin de faire violence à la nature, il faut juste la persuader » Epicure.
Nos relations personnelles et professionnelles sont gouvernées par notre capacité à communiquer et transmettre nos idées. Pour ce faire, des moyens plus ou moins « nobles » peuvent être utilisés, comme celui de manipuler l'autre (avec le recours à la tromperie) ou de le convaincre (dans le cadre d'un rapport de force). Au contraire, la persuasion se révèle plus délicat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
kielosa
  28 octobre 2017
Si vous êtes à court de (bons) arguments convaincants, adressez-vous au psychologue et psychothérapeute italien, Giorgio Nardone, en lisant par exemple son ouvrage, "L'art noble de la persuasion". Plus près de chez nous le livre de l'Express Entreprise, élaboré par MM. Noah J. Goldstein, Steve J. Martin et Robert B. Cialdini "Devenez un as de la persuasion" peut également s'avérer fort utile. Mais si vous n'êtes pas né(e) de la dernière pluie, si vous êtes charmant(e) et ne mentez pas effroyablement, peut-être êtes-vous sur la bonne voie pour devenir cet As-de-la-Persuasion !
Cet essai relativement court a quelque chose de paradoxal. Si tout le monde comprend ce que persuader et convaincre signifient, en revanche, je présume que peu d'entre nous se rendent compte de la multitude et de la complexité des aspects liés à ces notions. Pas étonnant donc que l'auteur démarre son voyage chez Platon, Socrate, Protagoras, en passant par Schopenhauer, Kant et Freud, pour arriver chez Marcel Mauss et le grand Claude Lévi-Strauss. Mais il connaît aussi ses écrivains comme Proust et Pessoa et même l'auteur de suspense Gianrico Carofiglio, de qui il mentionne "Les raisons du doute". Sans oublier son grand maître à penser, l'Autrichien Paul Watzlawick (1921-2007), professeur à Palo Alto en Californie et célèbre pour sa "Une logique de communication". Comme lui, Giorgio Nardone, est avant tout thérapeute de famille. Et celui qui définit le terme persuader comme "mener à soi en douceur" et convaincre comme "l'emporter sur l'opinion d'autrui grâce à ses arguments" est donc surtout un homme de pratique. Ainsi, il explique, à titre d'exemple, son traitement d'une jeune fille sérieusement anorexique (33 kilos pour 1,69 m.) par la persuasion.
Bien que la persuasion s'opère évidemment essentiellement par la communication verbale, l'auteur indique que dans plus de 80% des cas, l'émotion, quant à elle, est transmise de manière non verbale. le langage corporel compte pour 55% et la voix pour 38%, "alors que le contenu de ce que nous disons correspond à 7% seulement." Chiffres étonnants ! Son exposé sur le rôle de la voix, le regard, le sourire et les expressions de visage dans ce contexte est intéressant à lire. Tout comme celui sur l'art de parler en public et d'écrire de façon persuasive.
Pour les chroniqueurs babéliens, Giorgio Nardone offre une synthèse comment concevoir au mieux nos billets. Conseils que je ne peux vous retenir et je cite : "
- Débuter par un énoncé percutant ;
- Poursuivre avec une analyse claire et nette du thème abordé et exposer les différents points de vues sur le sujet, citer des faits et indiquer des dates, présenter des exemples ;
- Tirer les ficelles en proposant son propre point de vue comme s'il découlait naturellement des arguments précédents ;
- Et enfin, terminer sur un récit, un aphorisme ou une citation apte à produire un effet écho."
Un passage qui m'a frappé concerne le leader autoritaire, qui, selon lui "n'accorde que peu d'attention à autrui et redoute l'information, exerçant un pouvoir basé sur une menace constante." Je suis sûr que tsar Poutine, Erdogan 'Iznogoud' et 'Dump Trump' sont totalement d'accord avec lui.
Si je peux me permettre une petite parenthèse. L'autre jour je lisais une belle anecdote arrivée à une journaliste flamande : elle était plus qu'un peu enceinte et n'avait qu'une (1) robe présentable pour une importante manifestation, seulement elle nécessitait d'être lavée. Après avoir fait le tour des blanchisseries, en vain, elle faillit abandonner son projet, mais mit à tout hasard une petite annonce dans son journal. le soir, un homme d'un certain âge et très convenable se pointa pour la robe, expliquant que sa fille, diplômée en psychologie à l'université mais sans boulot, faisait des heures sups dans une blanchisserie. À peine 2 heures après, le gentleman ramena une robe impeccable. Aujourd'hui, la fille-psy est propriétaire de 6 blanchisseries ! Comme aurait probablement commenté Giorgio Nardone, le père n'était pas un psy diplômé, mais maîtrisait l'art de persuader.
Et pour montrer que j'ai bien compris la leçon de maître Nardone, tout en pensant à toutes mes amies sur Babelio, je termine par sa citation en fin de volume. La persuasion "cela veut dire qu'un regard langoureux vaut mieux que mille paroles, une voix chaleureuse et enjôleuse vaut mieux que de belles promesses, le contact léger et fugace qui fait frissonner est plus efficace qu'un discours rassurant"
Vous êtes d'accord, chères amies ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4311

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kielosakielosa   27 octobre 2017
" Je vous écris une longue lettre parce que je n'ai pas le temps d'en écrire une courte ".

PASCAL dans une lettre à un de ses amis.

(page 89).
Commenter  J’apprécie          300

autres livres classés : communicationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2183 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre