AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226435002
208 pages
Albin Michel (05/01/2022)
2.51/5   48 notes
Résumé :
« Pierre et Claire sont éditeurs en ce début de XXIe siècle. Un grand groupe s'intéresse à leur maison.
La vendront-ils ? Et à qui ?
Ils sortent beaucoup, voient tout le temps Mathieu, leur ami écrivain.
Autour d'eux, Paris est en train de changer.
Leur génération vieillit. Cela meurt. Cela divorce.
Heureusement, les prix d'automne vont toujours à de mauvais livres.
Rentrée littéraire est un roman nostalgique. C'est aussi u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
2,51

sur 48 notes
5
4 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
7 avis

ODP31
  24 avril 2022
Un roman blinis.
Ce roman ressemble à tous les livres et films qu'Eric Neuhoff étrillent avec talent dans les pages du Figaro ou dans le Masque et la Plume. J'ai trouvé dans son livre les défauts qu'il reproche souvent à des films dont il interroge la raison d'être et aux livres qu'il juge tourner trop souvent en orbite autour du nombril de leur auteur.
C'est dommage, car le romancier n'a pas gardé son style dans sa poche. Les dialogues sont savoureux et les sentences impitoyables. L'écriture incisive d'Eric Neuhoff est reconnaissable dès les premières phrases. Inutile d'être apnéiste quand on ouvre un de ses livres. Pas un mot en trop.
Mais ici, j'ai eu l'impression d'assister à une soirée mondaine interminable, peuplée de « faux gens », d'intelligences vraiment artificielles qui se fréquentent pour le seul plaisir de parler dans le vide et faire tamponner leur passeport au pays des gens de bonne compagnie. Il faut en être à défaut d'être.
Roman à conseiller à ceux qui dorment avec le Guide Michelin sur la table de chevet car cette histoire d'un vieux couple d'éditeurs en manque de succès et qui s'interroge sur l'opportunité de céder leur maison à un grand groupe, squatte les restaurants et les « place to be » de la capitale. C'est vrai que la cuenta n'est pas la même à la sortie de chez le libraire et qu'il faut sortir un télescope long comme la suffisance des personnages pour apercevoir quelques étoiles dans ce récit, mais au moins, les bonnes adresses pour entretenir son cholestérol ne manquent pas.
Eric Neuhoff est aussi gourmand que son personnage mais j'ai trouvé ce roman aussi savoureux qu'une galette de riz flottant sur une soupe au tofu.
Pourtant, l'idée de s'intéresser à un éditeur à l'ancienne paraissait séduisante et originale. Cela changeait des romans... qui parlent de romanciers... qui écrivent des romans face au miroir, façon poupées gigognes qui se regardent écrire. L'auteur maîtrise son sujet, fréquente assidument ce milieu, mais il laisse son lecteur sur les côtés, bloqué à l'entrée du carré VIP.
Comme son titre l'indique (avec une mention très bien pour la couverture), il est question de prix littéraires, de transhumance à la foire de Brive, de romanciers hors sol et Eric Neuhoff démasquent très bien les turpitudes de cet entre-soi littéraire. Hélas, ses pérégrinations dans Paris pour regretter son bon vieux temps, où les auteurs restaient fidèles à leur éditeur, où les agents littéraires n'existaient pas, où la passion des livres justifiait toutes les audaces, où le dilettantisme était une vertu, sont gâchées par une overdose de pince-fesses. Ours dans mon genre, s'abstenir.
Allergique aux mondanités, ce livre s'est trompé de lecteur avec moi. Désolé, je ne reçois pas, j'invite. Je ne fréquente pas, j'aime. C'est peut-être pour cela que je trouve que la plus belle réussite de ce roman tient dans la description des sentiments profonds qui unissent le couple d'éditeurs. C'est la seule relation qui sonne juste dans un concert d'artifices, le petit rayon de sincérité qui fait pétiller des coupes de champagne qui tintent si faux dans des diners ambiancés comme des vernissages.
Chic mais toc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          975
Annette55
  27 avril 2022
«  Ils sortaient encore. Ils sortaient toujours, Il y avait toutes ces invitations à rendre , le rythme était impossible à suivre » ..
«  Aux Épées , on ne lisait pas les manuscrits envoyés par mail……———Il n'y avait pas de compte Twitter . On ignorait les réseaux sociaux . Pas d'édition numérique ——-Un seul critère : le plaisir » .
Deux extraits de ce roman léger , nostalgique , très PARISIEN ….
Pierre , né en 1959 , dirige la maison d'édition les «  Épées » maison d'édition un peu dépassée avec Claire , l'amour de sa vie, en ce début de vingt et unième siècle , un grand groupe s'intéresse à leur maison .
La vendront- ils ? Et à qui ? .
Ils sortent beaucoup , voient sans cesse leur ami Mathieu , écrivain,, auteur «  des kamikazes » toujours à la recherche d'un prix ….
Mais ils vieillissent ,Paris n'a plus l'attrait d'antan , rempli de traîtrises et de déceptions ,de couples qui n'ont plus rien à se dire .
Il y a eu des décès , des divorces , des valses de divorces , des séparations douloureuses , des cohortes d'avocats, des larmes, des procès , des mensonges et une haine nouvelle …
Loin du fameux romantisme de leur amour conjugal , leur fidélité fait d'eux , malgré eux des originaux .
L'édition est en train de changer , «  les ÉPÉES » s'avère tout à fait démodée …inutile ?
Cette petite maison d'édition connaît quelques difficultés financières …..
L'auteure décrit à merveille ce petit monde fermé parisien , un monde qui s'étiole , nombre de boutiques disparaissent, un univers en train de disparaître , à bas bruit ..
La vie des protagonistes s'écoule entre plaisirs gustatifs et intellectuels , voyages en amoureux, histoire forte d'un grand amour résistant à l'usure du temps ,ils ne se lassent jamais de se retrouver , à la fois les mêmes et à chaque fois différents ! .
Cette plongée vertigineuse dans le milieu littéraire parisien ne m'aurait pas intéressée en temps normal mais vu mon état d'esprit actuel , ces expressions désuètes ou ironiques ont piqué ma curiosité , des gens qui se baladent de cocktails en soirées littéraires , ce ton mélancolique , parfois cruel, léger , tendre et pétri d'humour vachard : potins mondains , rires éphémères , fêtes , sexe , conquêtes , jurys , bla bla, repas , détails croustillants , dérision , moqueries , déroulés de journées occupées au plaisir de la flânerie, références à la filmographie ou au plaisir du théâtre apportent un plaisir anodin , une détente certaine .
Les portraits vachards , savoureux , au vitriol ajoutent au piquant , une nostalgie , visant l'époque actuelle au sein de l'édition , où l'on croise une très célèbre écrivaine belge ,l'école de Brive , Jack Nicholson , Woody Allen , les héros de Harry Potter en butant sur le Seigneur des anneaux , sachant qu'Édouard et Victoire , les enfants de Claire et Pierre ne lisent plus …
Un petit plaisir simple , anodin en passant , une chronique bien tournée , «  il n'y a pas de mal à ça » comme dirait l'auteur.
«  Écrire est facile ; il suffit de fixer la feuille blanche devant vous jusqu'à ce que des gouttes de sang perlent sur votre front » …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
QUILESR
  04 mai 2022
ERIC NEUHOFF. RENTREE LITTERAIRE.200 PAGES.
J'ai dû insister pour le lire en entier. Avec beaucoup d'auto discipline,j'ai lu les 200 pages en quatre jours. En même temps j'ai appris des choses,j'ai reconnu des adresses,comme 'Chez l'Ami Louis' une brasserie haut de gamme dans le 3 eme où j'ai habité 17 ans ' la Brasserie Lipp' à St Germain où j'adorais le salé de lentille ' L'Atlas' pas le cinéma X mais le restaurant, et on rit parfois sur des bons mots,mais globalement il n'y a pas de véritable histoire .Un couple d'éditeurs ,bobos parisiens qui vit avec des bobos parisiens,et vont dans les endroits fréquentés par les bobos parisiens . Quand un bobo rencontre un autre bobo.....Le vin,l'alcool, coule à flots. On boit du matin au soir ,je me demande dans quel état doit être leur foie. C'est une avalanche de boissons. J'ai été sidéré moi qui ne bois en termes d'alcool qu'un verre de vin par jour de savoir qu'on pouvait boire autant . Ils sont toujours au restaurant à manger des plats comme souvent cuisiné dans des petites cuisines sans air en sous-sol à côté des toilettes en compagnie des cafards qui marchent sur le piano ou sur les murs,des plats préparés par des immigrés africains ,main d'oeuvre pas chère. On tourne les pages,emporté dans ce tourbillon de bouffes de boissons,de voyages. Tout est prétexte à voyager,ils ne savent pas rester chez eux,jamais heureux il leur faut toujours partir ,c'est mieux ailleurs, mais ailleurs d'ailleurs c'est peut-être encore mieux . le livre m'a remémoré les cigarettes à l'eucalyptus trés à la mode je ne sais plus quand. J'en ai fumé pas mal ,comme disait la chanson ' j'ai fumé de l'eucalyptus, je m'suis piqué à l'eau d'javel' . Par contre je ne savais pas que les monitrices d'auto-école avaient un physique spécial ' Elle ressemblait à une monitrice d'auto-école' .Oui. Bon. J'ai appris aussi qu'il fallait se laver les dents de haut en bas et que Cary Grant n'était mort dans aucun de ses films.Vous voyez on en sort un peu plus intelligent à la fin du livre. J'ai apprécie la phrase dans laquelle l'auteur glisse le titre de deux de ses livres,'Un bien fou 'et surtout 'La petite Française' que j'avais adoré. Il existe une parution où sont regroupés trois livres dont 'La petite Française ' que je vous conseille,en plus la photo de couverture est jolie. le livre n'a pas été chroniqué,ni conseillé au masque et la plume, pourtant peuplé de bobos qui s'écoutent parler.
Lien : https://www.youtube.com/chan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
vratajczak257
  30 janvier 2022
Je suis restée sur ma fin! il n'y a pas grand chose à en dire ! c'est un couple d'éditeurs qui vont en vacances, sont mélancoliques de leur vie Parisienne d'antan, s'aiment, travaillent ensemble … et c'est à peu près tout ! pas d'émotion, que du narratif, rien qui ne vous touche ! ou alors je suis carrément passée à côté ce qui est une possibilité, soit je ne suis pas la seule ! Mais le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas transcendant !
Commenter  J’apprécie          193
mariecloclo
  20 juin 2022
Quelle déception ! Pourtant j'aime lire ou écouter les critiques de cinéma d'Eric Neuhoff. Il me fait rire avec ses jeux de mots et formules qui font mouche en général.
Mais ce roman m'a profondément ennuyée. Je me suis forcée pour le finir. Heureusement que je ne l'ai pas acheté !!!
C'est l'histoire d'un couple d'éditeurs qui vivent dans le 6 ème arrondissement de Paris et passent leur temps à aller au restaurant ou partir en weekend. Pierre cherche le futur prix Goncourt, il voit souvent son ami Matthieu qui est écrivain. Il est toujours amoureux de sa femme, Claire. Mais il ne se passe strictement rien d'intéressant et on s'ennuie. Enfin moi en tout cas. le style est plat, des phrases courtes, descriptives. Une punition !!
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (5)
FocusLeVif   21 mars 2022
Éric Neuhoff tombe le masque et prend la plume pour décrire dans Rentrée littéraire un milieu de l'édition parisienne en train de disparaître, et dégaine en interview sa nostalgie réactionnaire pour flinguer l'époque actuelle.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
LePoint   31 janvier 2022
L’écrivain compose un cocktail stylé et sympathique sur le monde de l’édition et ses à-cotés : mœurs, fric, sexe, jury, blabla… Cruel et amusant.
Lire la critique sur le site : LePoint
LaLibreBelgique   07 janvier 2022
Un couple d’éditeurs parisiens, protagonistes d’un nostalgique et tendre roman d’Éric Neuhoff.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
SudOuestPresse   07 janvier 2022
Le romancier signe un récit nostalgique et plein d’humour sur le monde de l’édition et l’histoire d’amour de Claire et Pierre, 60 ans et des poussières « ‘‘Rentrée littéraire’’ est un roman nostalgique.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
LeFigaro   06 janvier 2022
Des phrases qui claquent comme un moteur pétaradant, des mots qui enfourchent un scooter, des expressions désuètes ou ironiques, l’auteur de La Petite Française manie une langue à la fois familière et très travaillée.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Annette55Annette55   26 avril 2022
«  Cette petite gourde de Sylvaine Renouart ne se mouchait pas du coude.
Un seul livre, et elle était déjà gâteuse d’elle même .

Le succès n’en avait fait qu’une bouchée . Elle avait pris un agent .En face de lui dans son bureau , elle le toisait .Elle aurait mieux fait de repenser à tous les auteurs qui s’étaient assis dans ce fauteuil.
Il y avait eu des prédécesseurs illustres . Il ne savait plus trop quoi lui dire .
Quand elle crachait le mot «  Goncourt » , c’était une acrimonie .
Comment lui expliquer qu’elle n’avait aucune chance ? …. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Annette55Annette55   25 avril 2022
«  Écrire est facile; il suffit de fixer la feuille blanche devant vous jusqu’à ce que des gouttes de sang perlent sur votre front » …
GENE FOWLER .
Commenter  J’apprécie          100
omarechalomarechal   06 février 2022
Pauvre, chère Daphné, avec son visage d’avant-guerre. Elle avait perdu la bataille de l’avenir.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Éric Neuhoff (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Neuhoff
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • The Rangoon Sisters : Recettes familiales birmanes de Amy Chung et Emily Chung aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/the-rangoon-sisters-recettes-birmanes-tous-les-secrets-de-cuisine-de-notre-famille.html • Summer kitchens de Olia Hercules aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/summer-kitchens.html • Islas : Ce qu'on mange dans les îles espagnoles de Emma Warren aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/islas-ce-qu-on-mange-dans-les-iles-espagnoles.html • Gabrielle ou les infortunes de la vertu de Catherine Delors aux éditions Héloïse d'Ormesson https://www.lagriffenoire.com/gabrielle-ou-les-infortunes-de-la-vertu.html • le Maître et l'assassin de Sophie Bonnet aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/le-maitre-et-l-assassin.html • Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-narcisses-blancs.html • Jackie et Lee de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/jackie-et-lee-1.html • Les Heureux du monde de Stéphanie des Horts aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-heureux-du-monde.html • Doris, le secret de Churchill de Stéphanie des Horts aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/doris-le-secret-de-churchill.html • Pamela de Stéphanie des Horts aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/pamela.html • Petits Maires de Didier Loiseau aux éditions le Pythagore https://www.lagriffenoire.com/petits-maires.html • Mémoires de Errol Flynn, Eric Neuhoff aux éditions Tempus https://www.lagriffenoire.com/memoires-8.html • L'Embuscade de Emilie Guillaumin aux éditions HarperCollins https://www.lagriffenoire.com/l-embuscade.html • Les Petits Personnages de Marie Sizun aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-petits-personnages.html • La maison de Bretagne de Marie Sizun aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-maison-de-bretagne-1.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoar
+ Lire la suite
autres livres classés : monde de l'éditionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les petites filles modèles

Camille et Madeleine de...?

Fleurville
Réan
Roseboug
Ségur

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Les petites filles modèles de Comtesse de SégurCréer un quiz sur ce livre