AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Garnier (Traducteur)
EAN : 9782020374316
284 pages
Éditeur : Seuil (02/05/1999)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Marjorie aime tout ce qui va vite : fast food, fast cars. Lamont, son amoureux, partage son goût pour les bolides ; Natalie, son amante, est serveuse dans un "diner". Lors d'une virée sur la Route 66, ce trio diabolique bascule dans la grande délinquance : un hold-up qui tourne mal, un braquage qui se transforme en tuerie...

Enfermée dans sa cellule, dans le "couloir de la mort", Marjorie attend l'heure de son exécution. Avant de mourir, elle adresse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Stockard
  23 mai 2018
Marjorie, elle a deux trucs pour elle : elle est américaine et elle est blanche. Voilà, c'est à peu près tout. le reste est plutôt merdique : elle est pauvre, elle est sous-éduquée et à l'heure où on fait sa connaissance, elle passe le temps comme elle peut dans le couloir de la mort d'une prison de l'Oklahoma.
Pas grand chose à faire donc à part regarder la télé de temps en temps et espérer que le téléphone sonne. Elle pourrait lire un peu, ça aiderait sûrement mais la littérature c'est pas son truc, ou presque pas, elle n'a lu et ne connait qu'un seul auteur : Stephen King. Mais là attention, quand elle ouvre un de ses chefs-d'oeuvre, pas question de simplement survoler l'histoire, non, par coeur qu'elle connait sa biblio au maître. Bon jusque là, rien de particulier (si on considère qu'attendre de se faire griller la couenne sur du 2000 volts soit quelque chose d'ordinaire) sauf que voilà, un beau jour Stephen King entend parler d'elle et, décidé à écrire son histoire, lui envoie un questionnaire de 114 questions auxquelles Marjorie va s'atteler à répondre du mieux possible tout en surveillant l'horloge, son exécution étant prévue pour la nuit suivante.
Et c'est à travers cette centaine de questions, ou plutôt à travers les réponses qu'elle y apporte qu'on apprend qui elle est, born & raised dans l'Amérique qu'on cache quand on veut l'exporter, le portrait typique de la white trash à la Aileen Wuornos, le nombre de crimes en moins.
Alors, elle nous raconte ses mauvais choix, ceux qu'elle a fait et les autres, ceux que sa position ne lui permettait pas de discuter. Et puis sa rencontre avec Lamont Standiford, mauvais garçon amoureux de petits bolides, qui lui savonne la mauvaise pente sur laquelle elle avait déjà fait quelques pas, et puis c'est parti, la Balade Sauvage, Mickey & Mallory... Avec ces deux-là, ce ne sont pas les références qui manquent. Stewart O'Nan, en plus de rendre hommage au King nous défile tout le catalogue redneck de la vie de combines toujours fumeuses, des fast-foods graisseux, des 7-eleven... L'Amérique qu'il connait sur le bout des doigts et que son talent de conteur nous retransmet intact, tellement qu'en refermant (à regret) ce livre, on cherche d'où peut venir cette odeur d'essence, de graillon et de vie à 200 à l'heure. Une odeur de désolation et de gâchis aussi pour la fictive speed queen parce que, ok, elle a déconné, mais elle méritait pas la chaise Marjorie, non elle méritait pas ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Crazynath
  28 juin 2014
Marjorie est dans le couloir de la mort ... Très vite, on découvre qu'elle répond à des questions ( 114, rien moins que ça !!) de Stephen King ( bah oui , lui !!) qui a l'intention d'écrire un livre sur elle . On va découvrir son histoire, avec comme décor de fond une Amérique de malbouffe et de " fast cars ". Marjorie se raconte sans concession et explique pourquoi on en est arrivé à la surnommer " Speed Queen" et aussi pourquoi elle se retrouve condamnée à mort. J'ai eu un peu de peine à entrer dans l'histoire, mais une fois les différents protagonistes identifiés et surtout après m'être habituée au style très "parlé" de Marjorie, j'avoue que j'ai dévoré ce roman très noir . A noter à la fin du livre, un glossaire " fast-food" assez édifiant....
Commenter  J’apprécie          160
jeanbiscotte
  03 octobre 2013
Quel livre formidable !
C'est l'une des premières fois – si pas la première – que je suis incapable de me replonger directement dans un nouveau livre. C'est dire si Speed Queen m'a marqué !
Pourtant, le thème n'est pas extraordinairement original, mais les chevauchées – virées serait plus exact ici – sauvages à travers les États-Unis, les tueurs en série – les tueurs à la chaîne dans ce cas précis, rien à faire, ça m'attire toujours. Alors si à cela on ajoute le nom de Stephen King, je ne résiste pas. En effet, le récit se présente sous la forme, pour le moins originale, d'une confession enregistrée par une détenue, Marjorie, attendant son exécution. Dans son grand déballage, elle répond aux questions que lui pose Stephen King, lequel a acheté les droits pour écrire un livre sur la vie de Marjorie.
La forme du roman m'a totalement emballé. le fait que la narratrice raconte son histoire de manière totalement ouverte, avec une langue très orale, permet au lecteur de s'immerger complètement dans le récit, de le vivre, de partager les anecdotes, le quotidien – souvent monotone – de Marjorie dans sa petite ville paumée d'Oklahoma. Les nombreuses références aux voitures et surtout aux fast-foods permettent de se représenter parfaitement ces contrées méconnues qui constituent l'Amérique profonde, à mille lieues des images qu'on a l'habitude de voir.
On suit donc une héroïne tout à fait banale, une jeune femme comme il en existe des millions partout dans le monde. Une fille paumée, désoeuvrée à qui son père manque beaucoup – quoi qu'elle en dise – qui tombe amoureuse d'un type comme il en existe des millions partout dans le monde et qui ensemble font quelques bêtises. Et de fil en aiguille, d'accidents en mésaventures, ils se retrouvent pris dans une spirale d'atrocités.
Le récit est construit de main de maître, l'auteur parvenant à rendre les confessions de Marjorie émouvantes, intéressantes, intelligentes, profondes par moments tout en maintenant une part de mystère quant aux événements qui ont conduit la jeune femme dans le couloir de la mort. le calme et la sérénité, au même titre que l'amour sans borne qu'elle a pour son fils et son mari, m'ont beaucoup touché et c'est la gorge nouée que j'ai refermé ce livre bouleversant.
Je tire mon chapeau à Stewart O'Nan pour ce splendide roman, cette fresque tragi-comique de l'Amérique profonde et ce monologue extraordinaire. Un livre poignant et superbe à ne manquer sous aucun prétexte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
MyaRosa
  29 avril 2010
Je ne connaissais pas du tout Stewart O'Nan, mais si tous ses livres sont dans la même veine, ça promet ! Marjorie est condamnée à mort et revient sur son histoire, sur ce qui a fait qu'elle en est là aujourd'hui. Elle ne raconte pas cela à n'importe qui, mais à Stephen King ! Elle a signé un contrat et doit répondre à ses questions afin qu'il fasse de cette histoire un roman, et peut-être même un film. Ses réponses sont numérotées, elle les enregistre sur des cassettes, mais on ne connait pas les questions posées. On les comprend au travers des réponses. C'est un témoignage, une confession qu'elle adresse aussi à son fils, afin que plus tard, il sache ce qui est vraiment arrivé. Les réponses et souvenirs de Marjorie sont assez désordonnés, ça part un peu dans tous les sens, elle passe d'un sujet à un autre à toute vitesse, fait en plus de son histoire, des suggestions à Stephen King sur ce qu'il pourrait enlever ou ajouter (détails, musique, décors,...) et puis, comme elle s'enregistre et que le texte est retranscrit tel quel, le langage utilisé est familier, les phrases ne sont pas toujours bien construites. C'est assez déstabilisant au début, mais c'est finalement ce qui donne tout son sens à l'histoire, ce qui le rend crédible et qui fait qu'on s'attache autant à Marjorie malgré son passé.

Ca parle beaucoup de drogue, de voitures, de fast-food. Ce n'est pas franchement ma tasse de thé, et pourtant, Marjorie a réussi à m'embarquer dans son histoire. Je m'imaginais vraiment traversant les Etats-Unis à toute vitesse en dévorant des hush puppies, des pig-in-a-blanket et des beef jerky. Quoi? Vous ne connaissez pas? le traducteur a inséré un glossaire à la fin du livre. Ouf! Quand j'ai vu ça, je me suis dit, "un glossaire spécial fast-food? Mais comment on peut avoir besoin de faire un glossaire pour deux, trois noms?" Mais j'ai vite compris que le glossaire était bien utile. Marjorie est une spécialiste des fast-food et emploie des noms étranges à tout bout de champs. Bon, je l'avoue, je ne les ai pas tous lus au fur et à mesure, car j'avais quand même compris l'esprit et puis il y en a tellement... Mais une fois le livre terminé, je me suis replongée dans ce glossaire pour faire durer encore un peu le plaisir. Ce qui rejoint mon seul regret concernant ce livre... il est beaucoup trop court! Je l'ai tellement aimé que j'aurais aimé avoir encore plusieurs centaines de pages à lire. C'est un roman noir, pas un thriller ou policier. Il n'y a pas beaucoup de suspense et on se doute de la fin, mais ce n'est de toute façon, pas le but recherché. Tout est dans l'originalité du texte, du style de Stewart O'Nan. J'ai déjà très envie de me plonger dans un autre de ses livres.
Lien : http://mya.books.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Ingannmic
  21 janvier 2015
"Speed Queen" m'a fait penser à un autre roman de Stewart O'Nan : "Le pays des ténèbres". Parce que ces deux titres décrivent la même Amérique. Celle qui, prise d'une frénésie visant à combler un vague désoeuvrement, se jette avec inconscience dans une surconsommation de soi-disant plaisirs, dont on retire des sensations aussi violentes qu'éphémères.
Marjorie en est une digne représentante. Elle aime la vitesse -les fast-foods, les bolides- et les plaisirs intenses mais fugaces que lui procurent la drogue. Marjorie boit beaucoup, aussi. Même dans les snacks ou les stations service où elle enchaîne les petits boulots, elle ne peut s'empêcher de cacher une bouteille dans quelque endroit stratégique...
Mais tout ça, c'était avant. Marjorie, pour l'heure, est en prison. Et pas pour une broutille, puisqu'elle est condamnée à mort. Sauf si son avocat parvient à obtenir un énième report, son exécution est programmée dans quelques heures. En attendant, elle répond, sur un enregistrement, aux questions que lui a posées, par lettre, l'auteur qu'elle admire depuis toujours : Stephen King ; l'écrivain va écrire un roman s'inspirant de son histoire.
Il a pour cela besoin de précisions sur la vie de Marjorie, et sur l'enchainement des événements qui ont abouti à son triste sort. Il en résulte un long monologue, au cours duquel la jeune femme revient sur sa rencontre avec Lamont, dont elle aura un petit garçon, sur ses addictions, sur le manque d'argent qui les a menés peu à peu au crime... Sur tous les mauvais chemins que son enfance sans histoire ne la prédisposait pourtant pas à emprunter, mais qu'elle a pris visiblement sans regrets.
S'exprimant avec familiarité et maladresse, elle déroule les étapes de son existence avec une sorte de froide insouciance qui fait froid dans le dos, rien -ni même la mort qui approche- ne semblant avoir pour elle de réelle importance. Son récit est dévidé de manière hachée, émaillé d'une multitudes de termes relatifs aux fast-cars, aux fast-foods.
C'est très progressivement que nous découvrons tous les éléments de l'intrigue, et je dois avouer que j'ai parfois trouvé que le chemin était long... Peut-être en raison de l'apathie émotionnelle dont semble atteinte l'héroïne. Aussi, malgré une thématique propre à éveiller mon intérêt et une manière originale de dérouler la narration, "Speed Queen" ne me laissera pas un souvenir mémorable...

Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          45
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
StockardStockard   28 juillet 2017
De toutes les façons de tuer les gens, la seule qui me fait peur c'est le peloton d'exécution. Que je vous explique pourquoi. Ils sont composés de cinq personnes, le plus souvent des gardiens. Ils se tiennent derrière cet écran avec une fente dedans, et vous vous êtes sur une chaise avec une cible en tissu accrochée sur le cœur. S'ils vous ont à la bonne, ils ne veulent pas être celui qui va vous tuer. Alors ce que font les gens de l'état c'est qu'ils mettent une balle à blanc dans un des fusils. Si vous avez déjà tiré au fusil, vous savez qu'une balle à blanc ça fait moins de recul que les vraies. C'est pas comme la chaise électrique, où il y a deux interrupteurs, dont un faux. Même chose pour l'injection létale ; il y a deux boutons qui pressent le piston. Avec le peloton, on sait qui le fait.
Ce qui arrive des fois c'est que tout le monde a le condamné à la bonne, et ils tirent tous loin du cœur. C'est arrivé plein de fois dans ce pays, et encore bien plus à la guerre. Tout le monde vous tire dans le côté droit de la poitrine et vous mourez d'hémorragie pendant qu'ils rechargent. Alors c'est mieux s'ils peuvent pas vous blairer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CrazynathCrazynath   28 juin 2014
L'idée c'est de me faire passer pour plus étrange que je suis et du coup les gens peuvent se dire qu'ils sont normaux.
Commenter  J’apprécie          150
StockardStockard   21 juillet 2017
Ce ne sont pas vraiment des fantasmes, mais je n'ai rien d'autre. Tous ces trucs cuir et crème fouettée moi je trouve ça bête.
Commenter  J’apprécie          50
CrazynathCrazynath   28 juin 2014
C'est quoi mon autre choix, être un homme ? J'aime bien les hommes, mais je ne changerais pas pour tout l'or du monde. Pas pour rien qu'ils meurent les premiers.
Commenter  J’apprécie          20
StockardStockard   26 juillet 2017
Des fois l'amour ça tient à pas grand chose. Suffit d'être là quand il s'amène.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Stewart O'Nan (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stewart O'Nan
Chronique du livre "Speed Queen" de Stewart O'Nan pour France 3.
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1864 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..