AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Vincent Ortis (Autre)
EAN : 9782266312431
Pocket (08/10/2020)
3.58/5   183 notes
Résumé :
La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or :
Ensemble,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 183 notes

Jeanfrancoislemoine
  19 octobre 2020
Mon libraire venait à peine de mettre en rayon ce bouquin , qu'aussitôt je m'en emparais , " saisi " par une couverture frappante et ornée d'un bandeau " Grand prix des Enquêteurs " . Un premier roman récompensé par un prix inédit , voilà qui ne manque pas d'intérêt, non ? Quant à la quatrième , peu de mots mais " du lourd " , du mystérieux, l'amorce d'un récit qui ne devrait pas manquer de piquant .
Sitôt de retour à la maison , on achève le livre en cours et on se lance dans la froideur et les neiges du Montana . Sur une route de plus en plus en " mauvais état ", la superbe voiture neuve du juge Mc Carthy tombe en panne ....L'incident , étonnant, très étonnant, aurait pu devenir dramatique d'autant plus que le portable ne " passait pas " ! Par chance , ( par chance , vraiment ? ) ...Ted s'était trouvé à passer quelques minutes plus tard , un miracle en cet endroit ,et avait proposé à Edward MC Carthy de l'héberger pour la nuit ...Et lorsque la porte du chalet se referme sur les deux hommes , c'est un huis clos oppressant , anxiogène qui va débuter , pendant que les policiers , de leur côté, commencent à s'étonner de l'absence de Mac Carthy , injoignable malgré ...l'arrestation de son fils ...Et lorsque les deux hommes , Fred et Edward , sortiront ensemble du refuge , on assistera au début d'une épopée à très hauts risques ...une épopée à l'origine étrange et à l'issue incertaine.....Une épopée à peine croyable mais les ressources humaines sont plus importantes qu'on ne le croit .....
Ce roman possède une force incroyable , met aux prises des comportements humains diamétralement opposés et nous place de façon manichéenne dans des situations particulièrement compliquées dont on doute pouvoir s'extraire . Ajoutez le cadre faussement protecteur d'un chalet et une nature en tous points parfaitement hostile , et le décor est planté pour des protagonistes dont on se doute que tous ne survivront pas . Et , tout au long de la lecture , la question lancinante , obsédante du pourquoi hantera notre esprit au point de nous pousser à tourner les pages pour nous extirper de situations inextricables (et parfois aussi , soyons francs ) , un peu excessives , ce qui n'enlève rien à l'intérêt d'un roman que je vous recommande ....chaudement . Il n'y a tout de même pas de hasard , on peut aimer ou non un roman mais lorsqu'il est ainsi plébiscité , c'est bien qu'un talent s'exprime ...pour notre plus grand plaisir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          695
cardabelle
  07 décembre 2019
.
Le Montana !
Impossible de résister à une aventure dans ces grands espaces sauvages .
Donc , je pars me perdre au fil de ce thriller , quelque part dans la région de Missoula avec une échappée dans le Wyoming .
Très vite , l'intrigue se complique à souhait , le mystère s'épaissit , les secrets de chaque personnage sont égrenés avec parcimonie tout au long du récit . Les liens apparaissent peu à peu , l'ombre du passé se fait menaçante ...
On va voir s'affronter un flic , un juge et un psychopathe dans des relations d'une perversité absolue .
Trois histoires qui vont mener vers un suspense ébouriffant au coeur d'un récit truculent .
Vincent Ortis , auteur français , signe un premier roman . Sans doute se fait -t-il déjà une place très honorable parmi les bons polars du genre qui ,situés dans ces contrées , sont traditionnellement écrits par des auteurs américains . La recette a fait des émules on dirait !
Et , j'ai tout aimé : le style , l'analyse des caractères , la subtilité de l'intrigue , l'immersion dans la nature .
Mais aussi les invraisemblances car je me suis laissé porter par un scénario échevelé , improbable mais tellement bien construit .
Déjanté par moment , et j'aime ça .
Une aventure tout en action , truffée de rebondissements qui offre un bon moment d'évasion et de frisson .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          686
Wyoming
  06 mars 2021
Vincent Ortis a écrit, avec ce roman, un texte qui se veut polar nature et montagne, situé dans les espaces sauvages du Montana et du Wyoming, où beaucoup trop de sentiments humains viennent se mêler sans qu'aucun d'eux soit vraiment approfondi pour donner une puissance à une histoire qui patine sur un scénario invraisemblable, avec une pointe de suspense vers la fin, encore que celle-ci soit bâclée par l'auteur pour un dénouement prévisible depuis le début ou presque.
Aucun personnage vraiment attachant, ni le flic schizophrène, ni le juge malgré une lueur d'humanité qui apparaîtra dans son oeil quelques instants, ni son fils gâté et victime, ni son épouse volage, vraiment pas d'envie d'aimer ou de compatir pour ma part.
Malgré le choix d'installer le déroulement de l'histoire dans le décor grandiose des Rocheuses, l'auteur ne les mérite pas, il ne traduit pas leur gigantisme, leur poésie sauvage, se bornant à accumuler des situations périlleuses certes, mais non abouties la plupart du temps.
Une première partie aux longueurs et répétitions fastidieuses, une deuxième qui arrive bien tard et ne sauve pas ce texte laborieux. On est à des années lumière de Ron Rash, Rick Bass, Doug Peacock, Chris Offutt et bien d'autres qui, ayant vécu au coeur des Rocheuses, ont su rendre dans leurs histoires la richesse et la beauté sauvage de cet univers incomparable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
spleen
  04 novembre 2019
Une déception pour moi que ce roman qui a reçu le Grand Prix des Enquêteurs.
L'intrigue initiale est assez originale , comme on ne sait pas où veut en venir l'auteur, habile à mettre en place les différents éléments de l'histoire, on poursuit sa lecture ,intrigué mais rapidement le scénario se révèle plutôt alambiqué avec , à mon avis, des invraisemblances et mon intérêt a été décroissant au fur et à mesure que l'on retrouve les recettes classiques.
Il faut reconnaitre à Vincent Ortis le courage d'aller piétiner les plate-bandes des auteurs américains en situant son histoire dans la Montana, et ma foi, il s'en sort bien .
Ted, un flic anéanti par la mort violente de sa femme , secoure Edward Mac Carthy, un juge parti aider son fils arrêté pour trafic de drogue et dont le véhicule tombe en panne alors que la neige se met à tomber .
Les deux hommes se retrouvent dans une cabane isolée en pleine montagne : un huis-clos qui n'est que le préambule pour Ted d'une vengeance murie avec patience et obstination.
Pour ceux qui sont des adeptes de la quatrième de couverture : les faits annoncés n'arrivent qu'en deuxième moitié du roman ce qui peut créer une incompréhension ...
Vincent Ortis dépeint dans l'ensemble des hommes et des femmes froids, calculateurs ,sans empathie , ce qui met une certaine distance vis à vis du lecteur .
Je remercie Masse Critique et les Éditions Robert Laffont .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Gaoulette
  30 avril 2020
Pour un premier roman, Vincent Ortiz nous propose du lourd. Un roman palpitant, anxiogiène et qui pousse à réfléchir sur le système judiciaire et les maladies psychiatriques.
Dés le départ, le synopsis m'a conquise. Dés les premières pages, j'étais embarquée. Qu'ont en commun Edward, Alan, Ted et Wallace ?
Tout commence par une simple panne, un appel à l'aide. Et pour Edward rien ne se passera comme prévu et il va devoir faire face à son passé professionnel. Il va devoir rendre des comptes et un jugement.
L'auteur nous propose deux faces à faces angoissants. le lecteur doit cerner le vrai du faux. Il doit se faire sa propre opinion et cela jusqu'à la dernière ligne. Personne ne s'en sort indemne et surtout pas le lecteur.
Vincent Ortiz nous offre un cadre en apparence idyllique qui formera un étau glaçant. Des héros en pleine nature mais se retrouvent oppressés comme le lecteur. Au fur et à mesure un puzzle se forme….
Je trouve un peu dommage que certains protagonistes restent un mystère. L'auteur nous donne pas toutes les réponses attendues… Est-ce voulu de rester dans le flou pour Ted, Alan et Edawrd aussi ?
L'auteur frappe fort et met en avant des problématiques réalistes sur la justice, les conséquences psychologiques, le passé chaotique. J'ai eu dû mal à cadrer l'histoire que j'aurais située au début année 2000.
J'ai eu le coup de coeur pour le message véhiculé par l'auteur même si certains points ne sont pas aboutis. Je reste sur ma faim sur Ted et Alan….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
qu_est_ce_que_je_lisqu_est_ce_que_je_lis   21 juillet 2021
Il y avait le lieutenant Samuel Hallen, grand, sec, le visage émacié, mangé par des tics nerveux, les yeux toujours en mouvement, le sergent Franck Maggio, brun, aussi grand que son supérieur mais enrobé d’un tas de muscles entretenus à la fonte et nourris aux anabolisants, et la stagiaire Walter Anny, vingt-huit ans, un mètre soixante et soixante-douze kilos. Trois conditions éliminatoires pour le concours de Miss Montana, mais elle était sortie major de l’école de police et avait obtenu un stage a la brigade de Missoula. (p.48)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LysetteLysette   20 mai 2022
- Une ordure ? Non ! Je suis un veuf inconsolable. Ca prête à rire, dit comme ça. Ce sont généralement les mots utilisés dans un prétoire. "Le mari de la victime", "les orphelins", "les parents". Rien que des mots sans visage. La douleur ne fait que passer à la barre ! Il y a trois entités dans un procès : la victime, l'accusé et la douleur des proches. La victime à existé, l'accusé existe, la douleur existera. La douleur, on l'associe à la vengeance, intentionnellement. C'est tellement laid, la vengeance. L'assassin a un visage que vous voyez durant tout le procès, il bouge, pleure, se lève, sourit. La victime, on l'a en photo, elle est morte. On ne peut plus la faire bouger, sourire. Quoi qu'on fasse, elle est réduite à de la 2D. Elle à perdu de l'épaisseur. La famille de la victime, dans deux jours, elle aura refait sa vie. C'est ce que vous pensez. Il faut sauver ce qui peut l'être : l'assassin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lettres_et_caractereslettres_et_caracteres   09 décembre 2019
« Le mari de la victime », « les orphelins », « les parents ». Rien que des mots sans visage. La douleur ne fait que passer à la barre ! Il y a trois entités dans un procès : la victime, l’accusé et la douleur des proches. La victime a existé, l’accusé existe, la douleur existera.
Commenter  J’apprécie          40
FoufoubellaFoufoubella   12 novembre 2019
Il y a trois entités dans un procès: la victime, l'accusé et la douleur des proches. La victime a existé, l'accusé existe, la douleur existera.
Commenter  J’apprécie          60
WyomingWyoming   05 mars 2021
Les bûches dans l'âtre achevaient de se consumer : de temps en temps des étincelles fusaient en crépitant, derniers sursauts d'un feu à l'agonie alors qu'une luminosité naissante nimbait la pièce.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Vincent Ortis (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2364 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre