AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221133743
234 pages
Éditeur : Robert Laffont (21/03/2013)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 140 notes)
Résumé :
Délaissant momentanément nos maux contemporains, qui forment son quotidien de médecin urgentiste, Patrick Pelloux se penche ici sur de curieux patients : quasi morts, et tous illustres. Et si leur agonie en disait plus sur l'époque que l'époque elle-même ? Partant de cette intuition, Patrick Pelloux s'est lancé dans une recherche inédite, à la fois médicale et historique : retracer les derniers moments de ces personnalités qui ont fait l'Histoire. Le résultat en est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  23 juillet 2019
Un volume qui est arrivé par hasard dans ma PAL , puisqu'offert pour l'achat de deux livres de poche ...Et dans le choix , peu de titres pour vraiment retenir mon attention ... Il faut dire que j'y puise souvent dans la boîte " des offerts ", j'y passe souvent , à la caisse . Bon , un nom , Pelloux ,un titre , " On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps " . Un titre " engageant " , vous en conviendrez , un titre à vous faire fuir , oui , car la mort , ça fait pas trop envie quand même, non ? Par contre , Pelloux , j'avoue que je l'aime bien ce type , il semble avoir une bonne vision de la réalité du monde , et puis , il faut bien le dire , un médecin urgentiste jouit , je crois , d'une très bonne estime dans la population ... Et puis Charlie , ses larmes...Bon , je prends...Un cadeau , c'est un cadeau et quand le cadeau c'est un livre....
La préface du bouquin est extrêmement intéressante, Patrick Pelloux nous explique l'origine de ses choix : une vieille habitude prise lors de certains cours de médecine et puis , une bibliographie dense en fin de volume nous renseigne sur le sérieux de ce travail , alors , il faut les découvrir " ces derniers jours des grands hommes et grandes femmes ".
J'ai adoré lire toutes " ces agonies " , un véritable reflet des moeurs à différentes époques de notre histoire , avec , du reste , un " balayage " temporel assez large , la description des travers des personnages , des travers souvent liés à la méconnaissance des dangers de l'alcool , de la drogue , de la bonne chère , des malades qui s'ignorent , une médecine balbutiante .....Et puis , Pelloux est médecin et le fil rouge de ces " fins de vie " sera bel et bien une description de la médecine à travers les époques et l'on appréciera, au passage , la chance qui est la nôtre de bénéficier, aujourd'hui , de soins de grande qualité. ....
Je vous l'assure , on " vit " la fin de ces personnages célèbres ( rassurez - vous on n'en meurt pas , faut pas "pousser le bouchon trop loin" quand même... ) et l'on apprend énormément de choses de la " petite et la grande " histoire .Patrick Pelloux se montre un excellent conteur , les textes sont relativement courts , plaisants à lire , bien rythmés et il ne manque ni humour , ni petites " remarques personnelles " bien senties et pleines de bon sens.
C'est un livre qui ne manque pas d'intérêt et présente une sacrée originalité, celle de montrer " des épisodes de vie " ou " plutôt de mort " de personnages connus sous un angle rarement abordé.
Est - ce que ça fait peur ? Ben oui , tiens , mais pour l'instant , ni vous ni moi sommes " le héros ou l'héroïne de la fête " , alors....Et puis la peur n'évite pas le danger....Allez , à bientôt, j'espère....( de toute façon, vu le nombre de livres de ma PAL , pas le temps de gamberger...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Ziliz
  23 juillet 2019
Dans cette trentaine de chroniques, le médecin urgentiste Patrick Pelloux revient sur les décès de célébrités ou sur des morts collectives (batailles). En quatre ou cinq pages, on a ainsi un petit rappel d'Histoire, de géo-politique et de sociologie, et un cours d'anatomie. Les défunts humains évoqués vont de Jésus à Churchill, via quelques rois de France et artistes.
Ces chroniques ont été publiées initialement dans Charlie Hebdo, et ça se voit : le ton est résolument irrévérencieux - notamment sur la religion - et cru. Façon Jean Teulé, sans le souffle narratif.
On y voit que nos chances de survie en cas de maladie dépendent des croyances et de la médecine en vigueur, et que dans certains cas, il est préférable d'être pauvre et pas soigné. Si j'ai bien compris, les saignées et lavements à répétition pratiqués sur les rois leur ont souvent été fatals…
J'ai aimé la dernière chronique, qui nous apprend que les animaux peuvent mourir plusieurs fois, non pas en vertu du principe de réincarnation, mais pour les exigences de séries TV ou ciné :
« Combien d'enfants ont regardé le petit canard Saturnin ! Oh, qu'il était beau et drôle ! Un caneton sans dents ni défense, pas de griffes, juste de ridicules palmes, pas de piquants, que des plumes jaunes. Un caneton n'a aucune exigence, jamais bourré, pas de cocaïne, toujours à l'heure, pas de pute à mettre sur sa paille ! Un acteur idéal en somme, pour 78 épisodes dont le tournage débute en 1964. On verra Saturnin le canard dans toutes les situations, dans toutes les positions, déguisé, dans l'eau, dans le sable, à moto, à vélo ou en voiture... Seulement voilà, le caneton n'a pas la parole. Devant les projecteurs chauffants comme un four, le caneton cuit et meurt. D'arrêt cardiaque, de peur, d'épuisement, de déshydratation, de diarrhée. (...) Plusieurs centaines de canetons sont ainsi morts pour faire rire les petits enfants. Coût ? Nul. Combien ça a rapporté ? Des millions ! »
Livre lu grâce à l'opération 'Offert pour l'achat de 2 Pocket' - le choix était restreint dans le bac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
greg320i
  28 février 2020
Pelloux troque pour nous son statut de médecin urgentiste pour devenir le temps de son bouquin, fervent thanatopracteur de personnalités des siècles passés ,révoqués , et ma foi déchu.
Une lecture dont je ne sort pas déçu : quel aventure !
Pensez-vous,, pour moi le grand lecte(u)r amateur de l'Horreur ( avéc ouné Grandé Hache majouscoule siouplé ! ) ses divertissantes autopsies morbides, à force de détails si précis dans l'agonie,si riches de situations désespérées, devienne un véritable fruit d'investigation où tout est fatal.
Un enrichissement certain sur les derniers instants des plus grands .
Passant élégamment en revue les différentes maladies et autres maux de jadis , Patrick , -fier de sa trique à donner froid dans le dos- , nous relate avec grâce ces immondes effusions d'hémoglobine, ces virus perfides et rongeurs , comme tous les malheurs d'être né dans ces siècles où les saignées étaient alors légion en statut de décontamination pour (tenter de) sauver un pauvre bougre déjà agonisant .
Bref, beaucoup de rois bien gras, des soldats dans l'effroi de Waterloo : un véritable massacre ! Et deux-trois comiques plus ou moins 'mort de rire' si vous me permettez cette fameuse expression ici post-mortem.
Vous pensiez ainsi que la gloire, la fortune ou la richesse des têtes couronnées ont amoindris leur souffrances ?
Que nenni ! Entre puanteur atroce et lente décomposition de leurs corps,
ils n'en sont -au final- que bel et bien finalement & lamentablement morts..
Et que dire du pire de la tentative de suicide de Sébastien Roch Nicolas (dit de ) 'Chamfort ' ?
Je me suis cru dans un livre de ce cher Graham Masterton hon-hon , ,
Ô oui Patrick, du talent tu en as, et je t'en félicite.
Comme sans doute tous les spécialistes du domaine médical ( je pense à Robin Cook :référence en la matière) pour amener cette dose d'intensité et de cruauté sur l'acte à trépasser dans les pires conditions possibles .
Remontant jusqu'à Jésus et son dernier cri ( il fallait oser ,,) ,
nous régalant de l'ironie de la mort de Staline face aux médecins dont il fit lui-même exécuter ( par souci de suspicion ) les meilleurs ,
sans oublier les souffrances de Jean Moulin soumis à la barbarie nazi et son hideux Klaus Barbie -dit le Boucher de Lyon- dont le nom restera à jamais célèbre grâce à toutes ces jolies poupées portant l'horrible patronyme ..
On-Ne-Meurt-Qu-Une-Fois-Et-C-Est-Pour-Si-Longtemps .
- Ha bon ? James Bond lui proférait "On Ne Vit Que Deux Fois" .
A force d'équation sur la durée et le nombre de fois ou la vie nous quitte , j'en suis quitte à croire que c'est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins .. pour y passer !
Moralité: lisons des choses horribles et "vivons heureux en attendant la Mort" comme disait Pierre Desproges . . .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
wiggybis
  17 mai 2013
De Jésus à Marie Curie en passant par Louis XV et Beethoven, Patrick Pelloux nous retrace les dernières heures d'une trentaine de grandes figures historiques.
Le principe fait penser à Complètement malades de Michel Cymes. Si les deux ouvrages donnent une vue intéressante des moyens de l'époque, ce qui les différencie est que celui de Pelloux se concentre plus sur la souffrance qu'ont enduré ces hommes et femmes plutôt que sur la maladie.
Bien que l'auteur n'ai pas oublié d'ajouter quelques pinçées d'humour, je vous déconseille ce livre si vous êtes déprimé ou si vous voulez lire quelque-chose de léger ! J'ai encore en mémoire l'atroce agonie de Molière dont le sang sortait à flot de sa bouche...
Commenter  J’apprécie          200
GrandGousierGuerin
  26 octobre 2013
L'objectif de cet ouvrage m'a au premier abord fait craindre le pire : encore une resucée des morts célèbres ! Premier bon point : on oublie ce brave Eschyle sur les pentes de l'Etna et on laisse la tortue et l'aigle vaquer à leurs vies propres et non mélangées. Si ce livre ne m'avait pas été prété, le premier chapitre m'aurait fait courir loin de ces pages : on s'attaque à Jésus-Christ, rien de moins ! Mais la tome fraîche se marie à la purée de pommes de terre : l'aligot prend et on suit le fil (note : un bon aligot file, file et s'effile ...) du trépas de JC en précisant et décrivant chronologiquement et anatomiquement les étapes de son supplice. Et là réside l'intérêt de ce livre qui traite d'un sujet dont les publications trop nombreuses sont dommageables à la diversité des écosystèmes tropicaux en raison de l'exploitation effrénée de ses grumes tentatrices ... Et ainsi de chapitre en chapitre, on se rapproche doucement de notre époque avec des descriptions "gore" comme la fin de Louis XIII ou complètement bidon comme celle de Jean-Baptiste Botul. Ici Pelloux m'a déçu en prenant le lecteur pour un béotien à la petite semaine en croyant qu'on avalerait comme cela que le botulisme aurait été inventé par un certain monsieur Botul... Dans ce cas, Saturne aurait découvert le saturnisme etc ...
Passons donc ...
Ce livre est donc finalement une bonne surprise où l'auteur met en valeur ses compétences d'urgentiste pour revisiter les derniers jours de certains grands noms de l'histoire ou encore moments comme le D-Day ..
Mention spéciale pour les derniers jours pour les héros animaux de séries TV comme Saturnin le canard, Flipper le dauphin ... que je découvre et qui m'empêcheront je pense de les regarder sereinement à nouveau ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   13 juillet 2019
Les révolutionnaires voulaient réformer la peine de mort, non pas pour être agréables à la victime mais parce que la décapitation était, elle aussi, appliquée en fonction de la richesse du condamné. Un noble était décapité à l'épée bien aiguisée, les roturiers à la hache, les pauvres perdaient lentement la tête avec une lame émoussée. Le 1er décembre 1789, devant l'Assemblée constituante, le docteur Guillotin, médecin, explique devant les députés, au nom du principe de l'égalité même dans le geste du bourreau : « Le couperet tombe comme la foudre, la tête vole, le sang jaillit, l'homme n'est plus. »
(p. 88)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ZilizZiliz   21 juillet 2019
A vingt ans, [Fréhel*] entre dans une dépression sévère, avec une anxiété chronique qui s'entend dans ses chansons. A l'époque, il n'y a aucun médicament ni accès aux psychiatres, alors elle assomme ses angoisses à coups de champagne et de vin blanc. Elle chante les misères physiques, morales, sociales, avec des tonalités en mineur et bémol : l'amour, les michetons et les gigolos, les filles de rue, les cocus, les bals musettes… Et ça colle à l'air du temps, ravagé par la crise de 1929. Elle n'hésite pas à chanter : 'Je prends de la coco, ça trouble mon cerveau. L'esprit s'envole, je deviens folle.' Ode à la cocaïne et à la folie qu'elle engendre. La chnouf est déjà présente dans Paris et fait des ravages.

* interprète de 'La Java bleue'
https://www.youtube.com/watch?v=ajNXqo-zZDY
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   15 juillet 2019
1940. Pétain fait le dictateur paillasson des nazis, et ses premiers décrets contre les malades psychiatriques sont radicaux : les restrictions font qu'ils recevront moins de 500 kilocalories par jour.
En 6 ans, près de 50 000 aliénés seront exterminés par la faim. Les asiles commencent par ne plus recevoir d'argent pour nourrir les malades. Puis les rationnements ne donnent pas aux établissements ce qui leur est dû. Les Français de la collaboration vont laisser mourir ces malades psychiatriques, comme le recommandaient les nazis. (…)
Les malades se battent pour bouffer et le personnel leur vole leur maigre pitance pour leur propre famille.

(p. 152-153, chapitre sur Camille Claudel)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   17 juillet 2019
■ Jean de La Fontaine.
(…)
Depuis trois ans que son agonie dure, la porte de l'imaginaire du maître a été close par l'abbé Pouget. Cet intégriste a saisi l'opportunité de la maladie de l'académicien pour le convertir à la religion. Torture psychologique et morale, afin de lui faire expier son œuvre.
(…)
La Fontaine est terrorisé par la mort, d'autant plus que sa douce amie, Mme de La Sablière, s'éteint le 6 février 1693. (…) L'état d'esprit de Jean change alors et il demande un prêtre, lui qui s'est toujours tant moqué de la religion ! Comme il est un auteur impie, l'Eglise s'empresse d'envoyer une sorte de laveur de cerveau afin de ramener le conteur pécheur à la chrétienté.

(p. 55-57)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   11 juillet 2019
[ 1574 ]
Charles IX est maigre, les yeux creusés, le teint pâle, il respire très mal, crache du sang. Le chirurgien Ambroise Paré ne peut s'occuper de lui, car c'est le domaine de la médecine. Déjà médecins et chirurgiens se livrent une guerre communautaire totalement stupide - qui se poursuit encore parfois de nos jours ! C'est un décret du roi, qui a séparé leurs métiers, et si jamais Paré donnait son avis, il risquerait d'être en infraction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Patrick Pelloux (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Pelloux
Intégrale 6 à la maison - 11 novembre 2020 François Morel, Camille Lelouche, Patrick Pelloux, Renaud Capuçon Artistes, humoristes, intellectuels, acteurs de l'actualité : chaque soir, quatre invités se réunissent autour d'Anne-Elisabeth Lemoine et Patrick Cohen pour proposer aux téléspectateurs une émission à la fois sérieuse et légère autour de la culture et de l'actualité, dans une ambiance chaleureuse et moderne.
autres livres classés : médecineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Patrick Pelloux ?

Quel est la profession de Patrick Pelloux ?

Médecin anesthésiste
Médecin régulateur
Médecin urgentiste

6 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick PellouxCréer un quiz sur ce livre

.. ..