AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070410994
Éditeur : Gallimard (05/10/1999)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 745 notes)
Résumé :
"L'imagination ce n'est pas le mensonge," tel est le leitmotiv que Crastaing assène inlassablement à ses élèves, qui ne l'écoutent guère. Si peu même que trois d'entre eux, les plus frondeurs, Igor Laforgue, Joseph Pritsky et Nourdine Kader vont écoper, en guise de punition, du devoir suivant: Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que vous avez été transformé en adulte. Complètement affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents. Ils ont été t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
21 août 2013
Un livre drôle, frais. Une histoire totalement loufoque. J'ai retrouvé avec plaisir l'agréable plume de Pennac, et une atmosphère proche de celle que l'on trouve dans la saga Malaussène. Que du plaisir dans cette lecture et du rire. Un bon roman.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          430
MissSherlock
20 février 2017
J'aime beaucoup Daniel Pennac, j'ai adoré la saga Malaussène aussi je partais conquise d'avance. Surtout que la quatrième de couverture était alléchante.
Je n'ai pas été déçue du voyage. C'est un vrai bonheur à lire. Ce livre est totalement loufoque, drôle et plein de bonne humeur. D'ailleurs, j'avais un grand sourire à la fin de ma lecture et je me suis sentie joyeuse toute la journée.
Il faudrait songer à faire rembourser les bouquins de Pennac par la Sécu.
Commenter  J’apprécie          170
JulyF
19 mars 2013
"L'imagination, ce n'est pas le mensonge". Quand trois collégiens doivent écrire une rédaction décrivant leur vie comme adultes alors que leurs parents sont retombés en enfance, ils comprennent ce que signifie cette ritournelle infligée par leur prof de français, l'atroce M. Crastaing : cela arrive vraiment.
Le temps de retrouver le professeur, gérer les enfants de six ans qui vivent chez eux et rédiger la rédaction, ils retrouveront leur vie, presque comme avant.
Un roman de Pennac très sympathique, qui nous fait réfléchir sur l'imagination bien sûr, mais aussi sur le sens de notre vie en tant qu'adultes : faisons-nous ce dont nous rêvions enfant ?
Commenter  J’apprécie          140
Aristed_
11 avril 2014
Après Chagrin d'école, mon premier Pennac, qui n'était pas vraiment un roman, mais plus une étude sur le milieu scolaire, voici enfin une vraie histoire qui m'a permis d'évaluer cet auteur à sa juste valeur.
On s'en rend compte dès la lecture du résumé au dos, ce roman s'annonce bien comme une lecture à l'histoire bien trouvée. En effet, en plus d'original, ce thème offre des possibilités multiples et intéressantes à exploiter. En fait, l'histoire est organisée en deux parties : premièrement, l'histoire des trois personnages principaux et de leur environnement, et puis, en second, quand on entre dans le vif du sujet.
Intéressons-nous d'abord à la première partie : ce sont trois amis, dont un qui souhaiterait plus s'intégrer, et un professeur de français. Un professeur intransigeant, droit, strict. Toute l'histoire commence avec un dessin compromettant. Quand Crastaing, le professeur, tombe dessus, les trois amis se dénoncent. En punition, Crastaing leur donnera ce sujet à faire pour le lendemain. Il y aura donc d'abord pas mal d'aventures autour de ces trois personnages avant l'étrange métamorphose. Une des grandes forces du livre réside dans la description de l'environnement de nos trois adolescentes. Chacun à son histoire particulière, et l'auteur ne lésine aucunement sur les descriptions supplémentaires, les détails, les anecdotes. le début, même s'il peut paraître long, a toute son importance. Importance qui sera justifiée par la suite.
Effectivement, comment rendre tout cela crédible sans s'appuyer sur la vie passée de chacun ? le fait que cet évènement totalement imprévu et impossible se déroule dans un livre de ce genre ne pose aucun problème. Les concernés se posent juste ce qu'ils faut de questions, et adoptent les comportements les plus crédibles dans ce genre de situation. Dans le sujet, ce qui pourrait paraître amusant au comique au début prendra par la suite des allures de drame ou d'enquête policière. L'auteur fera passer nos pauvres cobayes par tous les états d'esprit. le livre se fera très rarement redondant ou lent. Evidemment, dans ce genre de situation, il sera normal de trouver dans ce livre une alternance de situation drôles (si si, je vous assure), surprenants ou larmoyants.
Mais par le style de l'auteur, la lecture peut parafois se révéler pénible ou difficile. C'est un style bien particulier, impression déjà ressentie dans Chagrin d'école. Il affectionne particulièrement les longs discours au discours indirect, en changeant parfois la personne qui parle, sans pour autant le préciser, sans mettre de points sur des lignes et des lignes de dialogue. Avec surprise, j'ai plusieurs fois surpris des discours ayant la même forme que dans un scénario de théâtre, ce qui est assez incongru dans un roman. On comprend tout de même que c'est pour éviter les répétitions, mais le mieux, c'est de faire comme tout le monde : des efforts. Et ce n'est pas uniquement pour ces deux exemples que je peux dire ceci : quand il écrit, Pennac prend des libertés. Alors oui, c'est original, parfois agréable, mais cela rend malheureusement la lecture plus fastidieuse.
Toute l'histoire finit par trouver son explication (mais qui n'est pas plus réaliste, si je vous l'expliquais maintenant vous me prendrez pour un fou... ^^), et cela fait du bien. On a droit à un beau happy end, mais comme le dit Crastaing, expliquant sa fin heureuse à un élève : "Parce que tu finiras mal, mon petit bonhomme [...], et moi aussi, il suffit de le savoir, ce n'est pas la peine d'en ajouter". On a la classe ou on ne l'a pas...
Lien : http://aristed.canalblog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pilou62200
23 août 2014
Dans ce roman, Daniel Pennac se penche non seulement sur le pouvoir de la fiction mais aussi sur l'éducation, et sur l'enfance.
Comme tous les Pennac, il est rempli de fraicheur et d'humour....
Pour l'histoire : ce livre est parti d'un pari entre le cinéaste Pierre Boutron et Daniel Pennac : à partir du même scénario, l'un devait aboutir à un film, l'autre à un livre.
Commenter  J’apprécie          111
Citations & extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria20 août 2013
Soyons lucides, messieurs les enfants, je ne suis ps plus retombé en enfance que vous n'avez gagné en maturité, dans ce devoir. Nous sommes, comment dire... les caricatures de ce que nous fûmes tout en demeurant ce que nous étions : trois pré-adolescents irresponsables, flanqués d'un vieux pédagogue passionné. Les circonstances étant ce qu'elles sont, je ne vois qu'une alliance résolue entre votre imagination et mon expérience résolue pour nous tirer, s'il est possible, de ce mauvais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
araucariaaraucaria18 août 2013
Sujet :
Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que, dans la nuit, vous avez été transformé en adulte. Complètement affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents. Ils ont été transformés en enfants.
Racontez la suite.
Commenter  J’apprécie          270
araucariaaraucaria18 août 2013
Dehors, on entendait M. Foiriez, le conseiller d'éducation, beugler à tue-tête : "On ne court pas dans les couloirs!" M. Lanval, le principal, essayait de tempérer ses ardeurs gyrophares : "Laissez, Foiriez... ça fait trente ans que je... autant pisser dans une épuisette..."
Commenter  J’apprécie          111
RoggyRoggy15 décembre 2013
Depuis qu'Ismaël a remplacé la prière par la peinture, le garage est devenu l'endroit le plus paisible de la maison, de la rue même, de Belleville peut-être, de la France, va savoir, du monde, de l'univers! Comme si Ismaël arrêtait le monde entier ici, oui, dans le secret de ce garage, armistice général, plus rien ne bouge, on se calme, on respire... ainsi murmurent les pinceaux d'Ismaël...
Commenter  J’apprécie          72
AireLibreAireLibre25 janvier 2008
Sujet :
Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que, dans la nuit, vous avez été transformé en adulte. Complètement affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents. Ils ont été transformés en enfants.
Racontez la suite.
Commenter  J’apprécie          110
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle