AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070141519
Éditeur : Gallimard (09/10/2014)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Jim et Tommy ne se sont pas revus depuis plus de trente ans. Tous deux ont grandi dans la même petite commune près d’Oslo : Jim couvé et protégé par une mère très pieuse, Tommy abandonné par sa mère, malmené par un père violent, puis séparé de ses trois sœurs placées dans des familles d’accueil et obligé de travailler dans une scierie. Pourtant, c’est bien Tommy qui fait carrière dans la finance, alors que Jimmy vivote, entre son travail de bibliothécaire et des arr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  23 février 2015
Jim et Tommy étaient amis, il y a bien longtemps, quand ils vivaient encore tous deux dans un hameau près d'Oslo. Mais le temps a passé et quand Tommy tombe nez à nez avec Jim, un peu moins de 40 ans se sont écoulés. de cette apparition remontent les souvenirs...
Premier roman de Petterson pour moi et une belle découverte. Une écriture tout en finesse, des personnages attendrissant et une histoire émouvante. Ce n'est pas juste une amitié qui est racontée dans ce roman, c'est aussi le destin de deux hommes que la vie n'a pas épargné et qui aurait peut être pu être différent si ils étaient restés à deux...
Commenter  J’apprécie          210
Bookycooky
  05 novembre 2014
Un matin de septembre 2006,Jim et Tommy se rencontrent sur un pont près d'Oslo.Jim est en train de pêcher,Tommy y passait en voiture.Ils ne se sont pas revus depuis trente-cinq ans.Dans une petite commune près d'Oslo ,où ils ont grandi ensemble,ils ont tout partagé jusqu'à leur dix-huit ans,ils étaient meilleurs amis.Ce jour sera un tournant dans leur vie.L'auteur nous raméne en arrière sur leur enfances et adolescences en parallèle avec leur parcours de ce jour fatidique.Un récit polyphonique,où d'autres personnages prennent aussi la parole donnant un regard plus ample sur la vie des deux protagonistes et de leur relation.Cette rencontre sur le pont sera aussi le dernier pont avec leur passé,un passé qu'ils ne veulent pas confronter,qu'ils refusent.Ils refusent aussi ce qu'ils sont devenus....Avec une prose très sobre et précise,Pettersen nous décrit des émotions,des sentiments très profonds,c'est magnifique!C'est le troisième livre que je viens de lire de lui après "Pas facile de voler des chevaux" et"Maudit soit le fleuve du temps",j'en sors toujours aussi émue et touchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Jall
  02 janvier 2018
SOS solidarité babelionautes ! J'ai aimé ce roman mais je ne suis pas certaine de l'avoir compris. Est-ce possible ?
Séduite par la couverture représentant la mer de Norvège, j'ai apprécié le ton de ce livre, davantage puzzle que choral. En effet, ce roman nous balade d'un village norvégien à Oslo, des années 60/70 à 2006, à travers le regard de différents narrateurs : Tommy et Jim, 2 adolescents amis d'enfance devenus adultes suivant chacun leur chemin, Siri, la soeur de Tommy, Jorgen, qui a recueilli Tommy, des personnes qui ont rencontré la mère de Tommy et Siri qui a fui le foyer familial.
C'est très prenant, chaque pièce du puzzle venant éclairer une partie de l'histoire.
Mais, j'ai dû omettre ou passer à côté de certaines subtilités : les narrateurs éclairent une partie de l'histoire de Tommy. J'aurais vraiment aimé en savoir plus sur la mère de Jim, étrange prof de religion/mère célibataire, et sur ce prétendu coup de fil passé à Tommy pour séparer les garçons. En savoir plus sur les causes de l'hospitalisation de Jim, l'"accident" du lac glacé me semblant insuffisant à se remettre totalement en cause.
Je trouve que l'éclairage porté sur le parcours des 2 garçons est déséquilibré. La pièce finale, aussi belle soit-elle, me semble mal placée.
Reste que ce livre, c'est la vie, avec ses non-dits, ses passages à côté, ses loupés. Tout cet implicite rend ce roman très beau.
A réserver aux lecteurs amateurs de subtilité, de tableaux aux petites touches dissemblables qui forme un tout qu'ils trouveront cohérents.
Si quelqu'un a compris ce livre autrement, je suis preneuse de toute explication !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
trust_me
  18 octobre 2014
C'est l'histoire de deux hommes sur un pont. L'un est en train de pêcher, l'autre passe en voiture. Tente cinq ans qu'ils ne se sont pas vus et pourtant ils se reconnaissent. Leur échange dure à peine quelques secondes. Dans le temps, ils étaient les meilleurs amis du monde. Aujourd'hui, Jim, le pêcheur, vit seul au nord d'Oslo. Il est en arrêt maladie depuis un an, fume trop et « a mis son existence en berne ». Tommy, lui, au volant de sa belle Mercedes, est un courtier plein aux as. Est-il heureux pour autant ? Vaste question.

Le roman relate une journée de septembre 2006 où ces deux hommes se croisent à nouveau. Une journée où ils vont remonter le temps. Prenant tour à tour la parole, ils laissent affleurer les souvenirs. 1966-1970-1971. Tommy, battu par son père, va être séparé de ses trois soeurs et placé en famille d'accueil. Jim, vivant seul avec une mère bigote, sera le confident, le soutien permanent, le complice indéfectible. L'époque des certitudes, mais aussi des premiers doutes :
- On est amis depuis combien de temps, Tommy ?
- Depuis toujours. On a toujours été amis.
- Autant que je m'en souvienne, oui, dit Jim.
- Je crois que ça durera jusqu'à la fin de notre vie. Tu ne crois pas ?
- On changera tous les deux. Avant, on se ressemblait plus que maintenant.
Tout est dit dans ce dialogue. L'éloignement, inévitable, pointe en sourdine. Un micro-événement, un grain de sable viendra mettre un terme à leur histoire.

Bon, je vais être clair, j'ai adoré ce roman. On navigue entre le passé et le présent et on comprend pourquoi les choses ont pu en arriver là. La trajectoire de chacun a fluctué en fonction des aléas. Comment peut-on tirer un trait sur une telle amitié ? C'est simple, banal, c'est juste la vie, le temps qui nous sépare et nous éloigne les uns des autres, même de ceux avec lesquels on pense rester connecté à jamais. le propos me parle, sans doute parce que je m'y suis retrouvé. le temps passe et fracasse tout sur son passage, « on oublie facilement que les choses sont différentes quand on est jeune ; l'univers est plus beau et on a la vie devant soi. Et puis ça se gâte, tout fout le camp, le monde vole en éclat du jour au lendemain. »

Dans ce récit polyphonique, Per Petterson met en scène des hommes qui s'écroulent. Dans tous les sens du terme. Des hommes seuls, désorientés, en plein doute. Des hommes fragiles, qui pleurent et se cherchent. Des hommes lucides, sachant pertinement qu'il est impossible de regarder en même temps en avant et en arrière si l'on veut avancer. Mais ont-ils encore envie d'avancer ? A un moment, Tommy se demande si le temps n'est pas qu'un sac dans lequel on peut enfouir ce que l'on veut. En cette journée de septembre 2006, il va ouvrir le sac et remonter le fleuve du temps, luttant contre un courant qui l'emporte. C'est beau, fort, poignant. La fin ouverte est parfaite, en suspens, elle nous laisse le choix, un peu comme dans un roman de Modiano. le mien est le plus pessimiste. On ne se refait pas…

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
MarieC
  24 septembre 2015
Un jour de 2006, deux hommes se croisent... L'un est à la dérive, en arrêt maladie pour dépression depuis un an. L'autre, emmitouflé dans un pardessus couteux conduit une voiture luxueuse.
Autrefois, ils ont été amis, des amis d'enfance si proches que leur amitié aurait du durer toujours. Cette rencontre de hasard les plonge tous les deux dans leurs souvenirs, réminiscences d'enfance tour à tour heureuse et malheureuse... des souvenirs racontés à deux voix, alternant le récit de cette journée de 2006, où chacun des deux hommes se voit confronté à son passé ou à son avenir. Une journée ou tout va basculer, entre désespoir pour la vie et espoir de renouer une très vieille amitié et de revenir sur un malentendu.
Ce roman est très noir, pessimiste, par la description d'une rupture et d'un oubli d'amitié vu comme presque inéluctable, et la mise à nu de traumatismes. le ton très factuel, détaché, et l'alternance des points de vue donne aux personnages une profondeur assez peu commune, sans aucune emphase, aucune explication ni aucun jugement. Il en résulte un livre très fort, que j'ai refermé en pensant ne pas avoir aimé... avant de réaliser que j'étais surtout troublée par la fin malheureuse, alors que j'aurais tant aimé que les deux personnages retrouvent leur amitié d'enfance. Une réaction qui est un hommage au talent de l'auteur, qui a su me rendre ses personnages si proches, sans que je m'en aperçoive.
Un beau livre à recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (1)
LesEchos   26 novembre 2014
« Je refuse » est avant tout l’histoire d’une puissante amitié rompue à la fin de l’adolescence et qui resurgit trente-cinq ans après, lors d’une rencontre fortuite à l’aube sur le pont suspendu d’Ulvoya. Bibliothécaire dépressif, en arrêt maladie depuis un an, Jim vient pêcher tous les matins à cet endroit. Tommy, cadre qui a réussi dans la finance, ne fait que passer – dans sa voiture de luxe.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   05 novembre 2014
Parfois,il vous est impossible de vous rappeler ce qui s'est passé à telle période de votre vie;impossible de vous rappeler ce que vous avez fait,ce que vous avez dit et à qui; impossible de vous rappeler le quotidien,les journées d'école ,les anniversaires auxquels vous étiez invité.Mais vous vous rappelez les couleurs de ces jours-là,et les paumes de vos mains se rappellent si tel objet était doux,lisse ou rugueux,elles gardent le souvenir des pierres et des arbres,elles gardent celui de l'eau et de certains vêtements ;vous vous rappelez que tel vêtement était important,mais vous ne savez plus pourquoi,et un numéro de téléphone ressurgit parfois.mais vous ignorez à qui il appartenait 25 00 45 ,c'était qui?Et un phrase vous revient,mais qui la prononçait,lui ou vous?Peu importe peut-être l'avez-vous prononcée en même temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
isabrootisabroot   02 janvier 2016
Comment avais je pu vivre aussi longtemps sans lui ? J'ai fondu en larmes, la tête penchée au dessus de la table. Je pleurais aussi discrètement que possible au-dessus de mon assiette presque vide; il n'y restait plus qu'une tranche de bacon ou deux. Mais ce n'était pas facile ; je serrais les paupières pour empêcher mes larmes de couler, je serrais les lèvres pour m'empêcher de respirer, mais mes épaules étaient secouées de spasmes. J'avais un mouchoir dans une de mes poches. J'ai commencé à y fouiller. D'abord dans celles de mon pantalon. Puis dans celles de ma veste, et enfin dans celles de mon pardessus qui était posé sur le dossier de ma chaise. Comme je ne voulais pas lever la tête, j'ai dû me livrer à des contorsions pour glisser ma main dans la poche intérieure et en extirper enfin ce fameux mouchoir. Je me suis soigneusement essuyé le visage, puis je me suis mouché pour donner le change. Comme si j'étais enrhumé. D'ailleurs je l'étais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AifelleAifelle   02 janvier 2015
Parfois, il vous est impossible de vous rappeler ce qui s'est passé à telle période de votre vie ; impossible de vous rappeler ce que vous avez fait, ce que vous avez dit et à qui ; impossible de vous rappeler le quotidien, les journées d'école, les anniversaires auxquels vous étiez invité. Mais vous vous rappelez les couleurs de ces jours-là, et les paumes de vos mains se rappellent si tel objet était doux, lisse ou rugueux, elles gardent le souvenir des pierres et des arbres, elles gardent celui de l'eau et de certains vêtements ; vous vous rappelez que tel vêtement était important, mais vous ne savez plus pourquoi, et un numéro de téléphone ressurgit parfois, mais vous ignorez à qui il appartenait, 25 00 45, c'était qui ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
claraetlesmotsclaraetlesmots   24 novembre 2014
Ca alors ! Ca fait combien de temps? Vingt-cinq ans? trente ?
- A peu près. Un peu plus, même.
Il a souri :
- A l'époque, on a pris des chemins différents, hein?
C'était dit sans sous-entendus.
- C'est vrai.
Il souriait, il était content de me voir, c'est l'impression que j'ai eue.
- Et maintenant tu es là, sur le pont, en train de pêcher, et moi je me ramène dans cette bagnole. elle m'a coûté un sacré paquet de fric, ça je peux le dire. mais j'en ai les moyens. J'aurais pu m'en acheter plusieurs, si j'avais voulu. En payant cash. C'est bizarre, hein?
Il souriait toujours.
- Qu'est-ce qui est bizarre?
- Que les choses puissent tourner comme ça. En s'inversant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NikozNikoz   28 décembre 2017
- Et maintenant tu es là, sur le pont, en train de pêcher, et moi je me ramène dans cette bagnole. elle m'a coûté un sacré paquet de fric, ça je peux le dire. mais j'en ai les moyens. J'aurais pu m'en acheter plusieurs, si j'avais voulu. En payant cash. C'est bizarre, hein?
Il souriait toujours.
- Qu'est-ce qui est bizarre?
- Que les choses puissent tourner comme ça. En s'inversant.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Per Petterson (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Per Petterson : Dans le sillage]
A la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain, Olivier BARROT présente l'ouvrage de Per PETTERSON : "Dans le sillage".
autres livres classés : norvègeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre
.. ..