AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702166208
432 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (21/04/2021)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Pour le nouvel an 1995, Madeline, 17 ans, passe la soirée avec sa meilleure amie, Estrella. Cette dernière décède tragiquement sans autre témoin que l'adolescente, qui plaide coupable et doit purger une peine de vingt ans de prison. A sa sortie, elle cherche à recoller les morceaux de sa vie interrompue si brutalement.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  09 mai 2021
*****
A 17 ans, Madeline a commis l'irréparable : elle a tué sa meilleure amie. Aucun doute possible, elles étaient toutes les deux enfermées dans la salle de bain de leur ami, Dylan. Que s'est-il passé cette nuit là ? Madeline restera muette sur les raisons de son geste. Coupable, Madeline va écoper de 20 ans de prison. Enfermée au centre de détention de Bedford Hills, elle rejètera toutes les demandes de conditionnelles proposées par son avocat. Elle veut purger sa peine, payer de sa jeunesse la mort d'Estrella... Quand à 37 elle revient à la vie, le monde extérieur ne l'a pas attendu. Elle a tant de choses à découvrir, qui l'attirent autant qui la terrifient...
Je l'ai toujours clamé haut et fort, depuis Zelda Zonk qui m'accompagne chaque jour, que si vous n'avez jamais lu Laurence Peyrin c'est qu'il manque quelque chose à votre histoire de lecteur...
Ici, dans cette toute petite minute, Laurence Peyrin excelle encore. Totalement conquise par son écriture, elle nous entraîne dans son univers, aux côtés d'une héroïne bouleversante. Madeline est une adolescente au début du roman mais ses 20 ans de prison en font un être à part.
Si elle connaît la dure vie des incarcérées, les cohabitations hasardeuses en cellule, les détenues et leur passé, le monde extérieur est une découverte. Mais Madeline va s'accrocher, se protéger et enfin accepter d'être en vie...
Une toute petite minute prouve, même si cela n'était plus nécessaire, l'immense talent de conteuse de Laurence Peyrin. Un roman aux mots justes, forts et émouvants... À cette rédemption fragile et nécessaire pour avancer, pour se pardonner et pour briller encore un peu dans le ciel étoilé...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2021..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
YsaM
  12 mai 2021
Madeline a 17 ans, le bel âge, celui où on est encore insouciant et où tout est possible. Elle est issue d'une famille aisée et vit dans un bel appartement de Park Avenue avec Sarah, sa soeur de trois ans sa cadette, Miranda sa mère qui n'est pas très démonstrative, -sauf en société où elle brille- et un père souvent absent, parce qu'il travaille énormément. Si elle appelle tendrement son père papa, quand elle s'adresse à sa mère elle la nomme Mira et jamais maman, les rapports entre les deux femmes sont un peu tendus et de toutes façons Mira préfère Sarah.
Peu importe, Madeline a trouvé son âme soeur. Elle s'appelle Estrella, ça veut dire étoile en espagnol et Estrella en est une dans les yeux de Madeline, cette amie représente tout pour elle et peu importe si elle n'est pas du même milieu et qu'elle habite dans le Bronx, d'ailleurs ce soir, dernier jour de l'année 1995, elles vont se faire tatouer chacune une étoile sous le sein gauche, une façon de sceller cette merveilleuse amitié. C'est le bonheur d'avoir une meilleure amie, avec qui on peut tout partager, elles ont de grands projets, des rêves d'évasion, un ailleurs, ensemble, amies pour la vie.
Dans le quartier de Hell's kitchen ce soir c'est la fête, les filles sont dans la salle de bains de Dylan, elles se préparent pour les dernières heures de l'année mais l'espace d'une minute, une toute petite minute c'est le drame, Madeline hurle et quand Dylan ouvre la porte, Estrella gît sur le sol, elle est morte, Madeline l'a tuée !
Ses parents s'offrent les services du meilleur avocat de New-York mais Madeline se mure dans le silence, elle n'explique pas son geste, personne ne saura jamais ce qui s'est passé dans cette salle de bains. Elle ne veut pas de remise en liberté sous caution en attendant son procès, elle est coupable, elle ne veut rien d'autre que purger sa peine parce qu'elle a tué sa meilleure amie, son autre, celle qui compte plus que tout.
60 petites secondes, sa vie vient de basculer, entraînant indirectement celle des membres de sa famille qui vont devoir affronter les autres, expliquer l'inexplicable et vivre avec. Elle pense à Estrella qui ne verra plus jamais la lumière du jour, à cette étoile qui brille maintenant dans le ciel et à sa maman qui vient de perdre sa fille unique et qui ne vivra plus jamais comme avant.
Madeline prend 20 ans, avec les remises de peine elle pourra sortir avant…. si elle le veut….Mais Madeline ne veut rien, ni remise de peine, ni privilèges que son avocat pourrait lui obtenir. Elle mérite sa punition et elle compte bien faire sa peine jusqu'au bout, elle en a besoin pour avancer, pour se pardonner à elle même. En prison elle fait profil bas, elle continue de se punir, comme si 20 ans d'enfermement ce n'était pas assez. Elle étudie et passe des diplômes, ça lui servira quand elle sortira, mais l'idée de sortir ne l'enchante pas plus que ça.
Quand elle est libérée elle a presque 38 ans, elle a payé sa dette à la société et il va falloir se reconstruire, mais 20 ans enfermée ça laisse des traces, des peurs, des incertitudes et le poids de la culpabilité est toujours là, il faudra vivre avec, toute sa vie et Madeline le sait. Estrella est toujours là.
Laurence Peyrin nous livre un merveilleux récit où l'on s'attache tout de suite à Madeline. Elle a tué et pourtant on a plein d'empathie pour elle, pour sa résilience et sa recherche perpétuelle du pardon. le pardon des autres mais surtout se pardonner à elle-même, parce que Madeline se punit continuellement, ne s'autorise rien, rongée par la honte et la culpabilité. On a tout de suite envie de la protéger, de la prendre dans nos bras et lui dire « tout ira bien » peut-être parce que sa mère n'a pas été capable de le faire, qu'elle n'a pas décelé cette sensibilité chez sa fille, cette solitude et qu'elle n'a cessé de complimenter sa soeur sans se soucier d'elle. On essaie de comprendre. le portrait de Madeline est superbement dressé, on est admiratif de son courage, de sa détermination à expier sa faute, elle ne lâche rien, ne se plaint jamais. Elle s'excuserait presque d'exister.
On accompagne Madeline durant ses 20 ans en prison, c'est un peu anxiogène parfois, on est là quand elle sort, on la penserait très expansive mais ce n'est pas le cas. On tente d'apprivoiser cette liberté retrouvée avec elle, même si on sait que, quelque part, dans sa tête, Madeline est toujours emprisonnée. La jeune femme est remarquable, hésitante parfois mais qui ne le serait pas, elle ne veut pas tricher, elle ne veut dépendre de personne et quand elle fait la rencontre d'Ezra qui va beaucoup l'aider, elle sait qu'elle devra tout lui dire sur son passé. Elle a aussi des comptes à régler avec sa mère si elle veut avancer. Elle va surtout devoir accepter que l'on puisse l'aimer, qu'elle est là, qu'elle existe et ne gêne pas, qu'elle a le droit au bonheur.
Doucement mais sûrement, maladroitement au début, Madeline prend son destin en mains, Estrella ne reviendra jamais mais elle a payé sa dette, elle vivra avec son souvenir et avec le poids de l'acte qu'elle a commis.
Tout au long du livre on s'interroge sur le pourquoi et comment, on se fait des scénarios mais l'auteure ne laisse absolument rien filtrer et c'est dans les dernières pages que l'on découvre ce qu'il s'est réellement passé dans cette salle de bains et cette toute petite minute qui a fait basculer les destins.
Laurence Peyrin nous décrit aussi les quartiers New-Yorkais, c'est tellement beau et fort, elle maîtrise parfaitement le sujet et on sent l'amour qu'elle porte à cette ville. Les Hamptons, Montauk, de magnifiques paysages que l'on imagine parfaitement, j'entendrais presque le bruit de la mer, je peux sentir l'odeur du sandwisch à l'espadon du petit restaurant d'Ezra et voir la lumière du phare….. J'ai drôlement envie d'y aller là tout de suite…..
Un merveilleux livre comme tous ceux de l'auteure que j'affectionne particulièrement, il bouleverse mais livre aussi une belle leçon de vie et d'espoir. Lisez-le !
Lien : https://jaimelivresblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
audelagandre
  03 mai 2021
Il aura suffi d'« Une toute petite minute » pour qu'un destin soit changé à tout jamais. « Une toute petite minute », pour disparaître ensuite 20 ans en prison. Soixante secondes passées dans une salle de bain, porte fermée, en compagnie de sa meilleure amie. Mauvais endroit au mauvais moment ? Piètre karma ? Destin cruel ? C'est l'histoire de Madeline, 17 ans. Elle se trouve avec sa meilleure amie Estrella, « qui voulait dire étoile » un soir de réveillon en 1995. Ensemble, elles rejoignent la salle de bains. « Le temps prenait toute sa mesure. Une minute, ce n'est rien, pas même le temps d'une chanson. Que peut-on faire, en une minute ? se brosser les dents avant de sortir, ou faire chauffer de l'eau pour un thé ? de toutes petites choses de la vie. Mais, à la fin, lorsque cette toute petite minute était la dernière, ça devait être très très long. » Clap de fin. Vingt plus tard, Madeline sort de prison après avoir effectué la totalité de sa peine, malgré les multiples tentatives de libération anticipées de son avocat qu'elle a toutes refusées. Elle a 38 ans et n'a jamais rien vécu de la vie. Elle est restée une adolescente de 17 ans ayant migré dans un corps de femme, « Avec vingt ans de plus au compteur. »
Récit en deux temps, 2016 et fin 1995, Laurence Peyrin fige le passé et le concentre pleinement autour de cette toute petite minute qui bouleverse une vie entière. Cette minute est précisément celle à l'origine d'un drame, mais quel drame ? Dans les chapitres consacrés à 2016, l'auteur s'applique à conter l'entrée de Madeline dans la vie réelle qui est finalement le début de sa vie de femme, le retour près de sa mère, le premier emploi, les tentatives d'échanges avec les autres, les émois du corps et de l'âme. Figée dans sa vie d'adolescente laissée à la porte de la prison, elle doit désormais trouver un sens à sa vie, mais « La mémoire est parfois un monstre qui vous roue des coups. »
Laurence Peyrin dresse un portrait troublant de la vie carcérale à travers le personnage de Madeline. La volonté de justice de cette jeune femme force le respect, ses convictions profondes sont mises en lumière. Pour une adolescente de 17 ans, Madeline brille par sa ténacité, son obstination et son endurance. « Que crois-tu, qu'il devrait y avoir une justice de classe ? Cela existe déjà, tu sais. À quoi aurait-il fallu qu'on me condamne ? Une tape sur la main et un million de dollars de dommages et intérêts ? » L'auteur réussit à partager l'exacerbation des émotions liées à l'adolescence, le tout ou rien, le noir ou le blanc, les positions embrasées, sans demi-teintes. J'ai ressenti une certaine nostalgie de cette époque où je ne transigeais jamais devant rien, forte de mes certitudes, convaincue par mes décisions.
Une idée sourde, tortueuse naît à travers les méditations de Madeline sur sa propre condition et la portée de ses actes passés : le poids de l'enfance. Inutile de dire à quel point cela m'a touchée… « (…) ce qu'elle avait fait à Estrella trouvait-il sa source dans son enfance ? Avait-elle été une petite fille prise en considération ? Et si non, est-ce que ça avait quelque chose à voir ? » Que faire de toutes ces émotions que l'on n'a pas pu exprimer ? Quel poids cela met-il sur nos réactions futures ? Est-ce propice à un « pétage de plomb » ?
Pour finir, Laurence Peyrin réalise un magnifique portrait de New York. La ville devient un personnage à part entière, et c'est avec une joie immense que j'ai déambulé dans ses rues et ses endroits emblématiques. Que cette ville me manque !!! le choix de 2016 n'est pas anodin… Nous étions alors en pleine campagne présidentielle. J'avais déjà vécu la victoire d'Obama et la liesse qui l'a accompagnée, en 2016, j'étais alors en Californie où nous assistions, estomaqués, à des coups bas, des scandales, des débats flirtant avec l'irréel… suivi d'états de sidération. « Trump ne passera pas. C'est une baudruche. Les gens de ce pays ont élu Barack Obama, ils ne peuvent pas tomber si bas ensuite. » Si seulement… J'ai beaucoup aimé cette introduction du réel dans le roman, il lui a donné un vrai supplément d'âme.

Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mon_monde_d_evasions
  04 mai 2021
Et voilà, j'ai attendu cette sortie pendant un an. Je l'ai eu entre les mains un peu moins de 48 heures. Et maintenant, c'est fini. C'est comme si, petite fille, j'avais eu un énorme cadeau à Noël, joué 2 jours avec, avant qu'on ne me le reprenne en me disant : “ça y est, le temps imparti est écoulé, rend-le maintenant!”.
Cette histoire n'a pas de fin, au contraire, la dernière page est un commencement. le début d'une autre vie qui pourrait être belle, réussie, heureuse. D'ailleurs, Laurence Peyrin, vous voulez bien nous la raconter? Vous avez tellement bien raconté celle-ci! Je vais demander à qui de droit de bien vouloir poursuivre le confinement, pour vous remettre dans la même ambiance et faire vivre Madeline encore un peu!
Trêve de plaisanterie… J'ai adoré tous les romans de l'auteure sans arriver à en mettre un en tête. Ils m'ont tous touchée pour plein de raisons différentes. Mais aujourd'hui je suis capable d'en mettre un tout en haut du podium : c'est celui-ci. Il est d'une finesse, d'une précision ; c'est fabuleux! La psychologie des personnages est tellement bien retranscrite qu'on croirait vraiment que l'auteure a passé 20 ans à Bedford Hills entourée de toutes ces prisonnières! L'analyse des émotions est d'une clarté admirable! J'en reste pantoise et j'en redemande bien entendu!
Je vais maintenant devoir m'armer de patience en attendant ma prochaine lecture de Laurence Peyrin, ça va être dur…
Quoi? Je ne vous ai pas parlé de l'histoire? C'est normal, elle ne se raconte pas, seule la romancière en est capable. Pour nous, simple lecteurs, elle se lit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
patriciabiron
  06 mai 2021
Le 31 décembre 1995, Madeline, 17 ans, passe la soirée chez des amis avec sa meilleure amie Estrella. Cette dernière décède tragiquement sans autre témoin que l'adolescente qui plaide coupable pour la mort de son amie. En 2016, après 20 ans passés derrière les barreaux, Madeline retrouve la liberté et cherche à recoller les morceaux de sa vie. Elle a alors 38 ans.
Il aura suffi d'une seule petite minute pour qu'un destin bascule. Une seule petite minute, seule avec son amie dans une salle de bain... Mais que peut-il bien se passer en une seule petite minute ? Madeline ne le dira à personne, pas même à son avocat. Un silence qui lui vaudra 20 ans d'emprisonnement, une peine qu'elle estime avoir méritée.
Autant le dire immédiatement, j'ai été embarqué dès les premières pages dans cette histoire. Une histoire sur deux temporalités, qui nous permettent de suivre l'évolution de Madeline, de l'univers carcéral où elle entre à 17 ans, à son retour à la vie à l'âge de 38 ans.
Mais est il possible devenir femme dans l'univers fermé d'une prison ?
Comment reprendre sa vie quand elle a été interrompue durant 20 longues années.
Sur un fond d'événements qui ont réellement eu lieu, l'histoire d'un cheminement vers la résilience et la rédemption.
Avec des profils psychologiques fouillés et merveilleusement restitués, Laurence Peyrin possède une élégance rare pour nous mener sans brusquerie à la rencontre de chacun de ses personnages.
J'ai bcp aimé me balader dans les rues et les quartiers de New York, une ville animée que j'aime particulièrement, et décor de Miss Cyclone, un des précédents romans de l'auteure, que j'avais adoré.
Encore de belles retrouvailles avec une auteure dont je ne me lasse pas et qui me touche et m'emporte dans chacun de ses romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
YsaMYsaM   12 mai 2021
Elle reprit son souffle. C'était mieux comme ça.Le sermon qui allait suivre serait réconfortant, elle avait besoin de cadre, elle ne savait pas vivre sans. Il fallait qu'on la contienne, comme les murs de Bedford Hills. A la longue la liberté l'éparpillait....
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Laurence Peyrin (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Peyrin
Message des autrices et auteurs Calmann-Lévy pour la réouverture des librairies. Avec Plantu, Roxane Dambre, Guillaume Musso, Laurent Gounelle, Niko Tackian, Marlène Charine, Serge Hefez, Emmanuelle de Boysson, Julien Sandrel, Patrick Breuzé, Laurence Peyrin, Cécile Pivot, Olivier Weber, Agathe Portail, Eddy Moine, Jean-Marie Périer, Jean-Francois Chabas, Sylvie Baron, Francois Grandcollot, Helene Legrais, Georges-Patrick Gleize, Iman Bassalah, Elisabeth Segard, Jacques Expert, Philippe Dana, Corinne Javelaud, René Manzor, Marie-Bernadette Dupuy, Jérome Loubry, Yann Queffélec.
autres livres classés : résilienceVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Stephen King, presque...

L'histoire d'une jeune fille aux pouvoirs de télékinésie ?

Carrie
Mary
Jessie
Mathy

5 questions
520 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre

.. ..