AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021045604
331 pages
Éditeur : Seuil (10/05/2012)

Note moyenne : 2.74/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Divorcée de son cinquième mari, complètement ruinée, Olivia songe que la mort est de loin préférable à la misère. Mais pas n’importe quelle mort. Son plan est minutieusement préparé. Sur un yacht luxueux, sous prétexte de fêter son divorce, elle réunit huit invités très spéciaux: pour d'obscures raisons liées au passé, tous seraient prêts à lui asséner un coup mortel. Horrifiés, ils s'en défendent et croient qu'Olivia n'a plus toute sa tête. Aussi, lorsqu’elle est r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
ADAMSY
  14 mai 2017
Olivia et Agata sont soeurs. La première a toujours été la plus belle et s'est mariée plusieurs fois avec des hommes aisés. Beauté et richesse lui ont permis de dominer le monde et d'être la plus odieuse des femmes. Puis vient un jour où son mari ruiné l'abandonne. Elle apprend aussi qu'elle est atteinte d'une maladie incurable. Elle sait que certaines personnes, pour des raisons différentes, souhaitent sa mort. Elle n'hésite pas à les convier sur le yacht de son ex-mari pour une virée un peu particulière. Pendant la soirée, chacun est mis à nu par Olivia qui n'hésite pas à dévoiler leurs secrets les plus profonds et dont ils ne sont pas les plus fiers. le lendemain, elles est retrouvée morte. Accident, suicide ou meurtre ? C'est là qu'Agata intervient. Elle n'a rien à voir avec sa soeur : professeur sans richesse et un peu boulotte. Elle se met à enquêter.
La psychologie de chacun des éventuels meurtriers prend une grande place dans ce roman. Assez original aussi la comparaison de la narratrice avec d'autres romans, notamment ceux d'Agata Christie mais aussi avec Rebecca ou le troisième homme.
Une intrigue originale mais j'ignore si c'est l'écriture ou la traduction qui m'ont gênée ; dans tous les cas, je butais parfois sur les phrases et étais obligée de relire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ptitmousse
  10 avril 2019
Non ! Non ! Non ! C'est interdit ça !!! Ce livre est un énorme spoiler de plusieurs Agatha Christie (Némésis, le meurtre de Roger Ackroyd) et de Rébecca de Daphné du Maurier. Si vous ne les avez pas lus, et que vous projetez de le faire un jour, NE LISEZ PAS ce livre ! Je suis tellement dégoutée ! Peut-on retirer de son cerveau ce que l'on a lu ? L'auteure nous dit carrément qui est l'auteur du crime de Roger Ackroyd et nous dévoile toute l'intrigue de Rebecca, l'analyse des personnages etc. Ça n'est pas possible de faire cela, sincèrement quel manque de respect pour le lecteur, et pour les romancières des oeuvres !
Ensuite, non, on n'essaie pas de se mesurer à la reine Agatha, en présumant que son héroïne joue les Miss Marple !
C'est dommage parce que, sinon, le thème est original : organisation de son propre assassinat. Olivia, l'héroïne, dit s'inspirer d'Agatha Christie. Il est vrai que le début du roman fonctionne de la même façon qu'un roman de la reine du crime : inventaire des personnages / suspects à venir. Tout cela n'est pas sans rappeler "Dix petits nègres", évidemment, avec un huis-clos sur un bateau. Mais c'est un peu long à démarrer tout de même. Parlons un peu du personnage principal : elle est détestable cette Olivia ! D'ailleurs, même dans son plan, elle est infecte ;
On est loin d'Agatha Christie, mais c'était distrayant. Objectivement, cela aurait mérité un 3,5 mais je ne peux pas du tout valider les spoilers… donc 2,5 !
Edit du 10/02/20 : un an après, je reste tellement fâchée et il ne reste plus grand chose de ma lecture... "rétrogradage" à 2/5.
~ Challenge multidéfis 19 : titre sans lettre "e"
~ Plumes fém. 2019 : auteure hispanophone
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sandycab
  18 mars 2015
Olivia est typiquement la personne que tout le monde déteste : calculatrice, à la recherche du futur mari avec pour principal critère le compte en banque bien rempli et elle a le don pour développer la défiance chez les autres. Un telle personne devrait facilement trouver un ennemi prêt à l'aider à l'assassiner me diriez-vous …Justement, ce livre nous pousse à réfléchir sur chaque personne qu'elle a décidé d'inviter sur son luxueux voilier sous l'invitation officielle « venez fêter mon divorce ».
Quand elle est retrouvée morte, lequel ou laquelle des huit invités est passé à l'acte sachant qu'ils ont tous un mobile qui a été révélé publiquement la veille au soir par Olivia en personne?
Sa soeur, Agata, décide de mener l'enquête en suivant les indices laissés par Olivia et en interrogeant respectivement chaque invité.
J'avoue que la quatrième de couverture m'a poussé à l'achat et la lecture impulsifs ! Ce qui m'a embêté c'est la longueur de la première partie du livre avec la description de chaque invité : d'accord cela nous permet de rentrer dans le décor mais il faut passer un bon tiers du livre pour enfin que les invités se rencontrent (page 141 sur 369) puis pour attendre la raison officieuse de l'invitation d'Olivia (page 149). Au-delà de ce point, c'est un livre qui se lit sans trop réfléchir, assez simple et qui détend.

Tout lecteur 1 semaine 2,5 / 5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Vermicelia
  09 juin 2012
J'ai découvert, avec ce roman, un nouvel auteur que je ne connaissais pas et je dois dire tout de suite que ce ne fût pas vraiment une réussite.
Certes, ce roman est écrit de manière simple et se lit très facilement mais la construction du récit tue le mystère et l'intérêt d'un polar.
L'auteur a choisi de diviser son roman en trois parties de longueur inégale : la première nous présente, longuement, tous les personnages et les raisons pour lesquelles ils détestent Olivia, l'héroïne de ce roman ; la deuxième partie est, rapidement, consacrée à la mort d'Olivia et enfin la troisième partie représente "l'enquête", assez longue, d'Agata, sa soeur, pour découvir la vérité sur la mort d'Olivia.
Ce choix rédactionnel est hautement contestable car il rend le récit décousu et toute l'intrigue qui aurait pu passionner le lecteur se trouve gâchée. le mystère et le suspense qui doivent normalement être les éléments principaux d'un roman policier font ici défaut. On sait dès le départ qui aurait une bonne raison de tuer Olivia et pourquoi. Et "l'enquête" d'Agata pour découvrir ce qui s'est passé, se révèle bien ennuyeuse et plate puisqu'elle consiste à rendre visite à chacun des protagonistes pour leur faire raconter le fameux weekend sur le bateau. Et le dénouement est tout aussi plat et peu surprenant.
Pourtant l'idée de départ était intéressante. A mon sens, ce même roman construit de manière différente aurait pu être un excellent polar. En effet, si l'auteur avait choisi de ne révéler les "mobiles" des protagonistes qu'au fil de l'enquête, l'intrigue aurait gagné en dynamisme et en suspense et la révélation finale aurait pu être beaucoup plus surprenante.
Bref, c'est un roman qui se lit facilement mais qui se révèle bien décevant.
Lien : http://www.tigrou4145chroniq..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hanyrhauz
  10 août 2013
Déçue par ce roman pourtant prometteur. La 4e de couverture présentée un roman léger mais avec une véritable intrigue policière à l'intérieure. En vérité, il faut attendre un moment avant qu'il se passe quelque chose, la première partie étant réservée à la présentation des différents protagonistes. Et après, il ne se passe pas grand-chose... Jusqu'à la conclusion de l'affaire qui ne prend que quelques paragraphes des plus convenus.
Entre provoc facile et personnages peu crédibles, on entrevoit une tentative de réécrire Les Dix petits nègres, et c'est raté, je me dis de plus en plus qu'Agatha Christie n'est pas prête d'être détrônée. Un roman qui se lit vite mais même sur la plage il y a surement plus passionnant à lire...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   29 décembre 2012
La lettre était là, à côté d’autres plis que lui avait remis son
logeur en lui rappelant (sans ménagement) qu’elle lui devait
deux mois de loyer. Aucun examen prolongé n’était nécessaire
pour deviner qu’il ne s’agissait pas d’un relevé de banque ou
d’une publicité de vente par catalogue, de propagande électorale
ou de toute autre forme de correspondance non désirée.
C’était plutôt le genre d’enveloppe qu’on soupèse et qu’on
prend le temps d’admirer avant de l’ouvrir parce qu’elle est
écrite à la main, fait remonter des souvenirs d’une époque lointaine
où les lettres étaient personnelles, intéressantes et même
parfois, aïe, d’amour.
Ágata ne fit pourtant rien de tout cela. Elle n’en avait pas
besoin. Ces courbes appuyées et pleines de sous- entendus ; ces
voyelles ouvertes unies à des consonnes indécises en apparence,
mais qu’un graphologue aurait qualifiées de trompeuses ; ces
« i » exhibitionnistes avec des ronds à la place des points… bref,
ces informations sur la personnalité de l’expéditeur étaient on
ne peut plus claires pour qui savait les décrypter. Le problème,
c’est qu’Ágata était la seule à y être jamais parvenue.
Olivia Uriarte, avait- on écrit au dos. Depuis quand sa soeur
avait- elle renoncé à son exaspérante manie d’utiliser le nom de
son mari ? Qui sait ? Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait
pas eu de ses nouvelles…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   29 décembre 2012
Tiré des pages d’un livre célèbre
d’Agatha Christie, il a pour Olivia une signification secrète.
L’idée de s’inspirer de l’oeuvre d’un de ses auteurs favoris pour
orchestrer sa mort serait plus propre à sa soeur, l’intellectuelle
qui porte d’ailleurs (quel curieux hasard) le même prénom
que la reine du roman policier anglais. Drôle de coïncidence.
Mais Ágata aurait probablement choisi un texte plus ambitieux.
De Virginia Woolf, par exemple. « Ma chère soeur. Que
deviens- tu ? Ça fait si longtemps que je suis sans nouvelles de
toi », songe Olivia. Il est vrai qu’il s’est passé beaucoup de choses
dernièrement et que la vie ne lui a pas assez souri pour qu’elle
pense à Ágata. Olivia fouille dans son bureau, à la recherche
des invitations qu’elle finit par trouver là où elle les a laissées
la veille, dans le tiroir de droite. Elle prend la première, s’immobilise
quelques secondes pour répéter une fois encore ce
nom, Sparkling Cyanide, « Cyanure mousseux ».
Que la vie imite l’art ou la littérature n’est pas nouveau,
c’est même très fréquent. Pour que le plagiat soit bon, il faut
cependant le coup de pouce d’un habile directeur artistique.
« Autrement dit, tout dépend entièrement de moi », se dit Olivia,
un grand sourire aux lèvres.
Elle ouvre une enveloppe pour en extraire le carton et lit :
Olivia Uriarte a le plaisir de vous inviter… Elle s’interrompt. Sur
les pointillés qui suivent, elle n’a bien évidemment pas l’intention
d’écrire à sa mort et encore moins à son assassinat. Ce
serait absurde. Il est préférable d’avancer une autre raison.
Son divorce récent, par exemple. Oui, pourquoi pas ? De nos
jours, on fête presque autant les séparations que les mariages,
on convie ses amis à une grande fête ou à un week- end. C’est
le prétexte rêvé. Et qui sera invité ? Qui invite- t-on à un assassinat,
sinon précisément ceux qui ont le plus envie d’en commettre
un ? Sa soeur Ágata sera bien sûr de la partie et lèvera
sans doute les bras au ciel en recevant ce pli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   29 décembre 2012
Elle doit en revanche se préoccuper de ce qui hante les hommes
lorsqu’ils sentent leur mort proche. Chacun réagit à sa manière.
D’aucuns consacrent le temps qui leur reste à faire la paix avec
Dieu et leurs êtres chers. D’autres préfèrent la mise en scène et
planifient leur départ dans les moindres détails, allant jusqu’à
choisir la musique de leurs obsèques (Mendelssohn pour l’introït,
Beethoven pour la fin…). Les non- croyants sélectionnent
les vers (de Benedetti ou de Lorca et, presque toujours,
de Jorge Manrique) qu’ils souhaitent qu’on récite devant leur
tombe couverte de fleurs. Certains se découvrent une vocation
de médium et laissent des lettres qui ne seront ouvertes que
lorsqu’ils seront passés de l’autre côté. Pour sa part, Olivia ne
compte rien faire de tout cela, car son projet concerne moins
l’au- delà que l’ici- bas et verra le jour avant sa mort et non après.
Comment organiser une mort ? Comment planifie- t-on son
assassinat ?
Elle a l’intention de s’y prendre comme elle l’a toujours fait,
en tirant des ficelles et en manipulant les êtres à la manière
d’un bon marionnettiste. « Et pour ça, je dois d’abord inviter
mes meurtriers potentiels à passer quelques jours avec moi,
envoyer cinq ou six cartons en prévision de ce sabbat particulier.
Il en reste quelques- uns je n’ai pas encore fini d’écrire.
Où les ai- je mis ? »
Elle gagne son bureau placé devant la fenêtre, de sorte qu’en
écrivant elle peut voir le jardin qui descend jusqu’à la mer bordée
de pins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   29 décembre 2012
– Olivia, pour l’amour de Dieu ! Programmer ton propre
meurtre, mais quelle drôle d’idée ! Et puis, qui voudrait te
tuer ? Tout le monde t’aime. Je sais que tu adores te donner
des airs de tireuse de cartes et de prophétesse, mais là, malgré
tous tes efforts, tu feras chou blanc parce que personne ne
sait quand il va mourir. C’est une des rares consolations que
nous ayons dans cette vallée de larmes. « Veillez donc, car nul
ne connaît ni le jour ni l’heure. »
Si elle avait été présente, sa soeur Ágata aurait sans doute prononcé
ces mots (les mains jointes comme pour prier). Pauvre
petite Ágata, de deux ans sa cadette, mais qui en faisait quatre
ou cinq de plus. « Veillez donc, etc. » Érudite de la famille et
professeur de langue, Ágata se débrouillait aussi bien en littérature
qu’en philosophie, excellait à parler d’art et même d’histoire
sainte, ce qu’elle n’aurait pas manqué de faire dans ce cas
précis. Mais elle avait beau être savante, elle n’était ni observatrice
ni nuancée dans ses propos. Cette lacune avait été son
principal souci dans la vie, d’où sa situation. Si la gentille Ágata
avait été là, à essayer de lui démontrer que personne ne sait
quand il va mourir, Olivia lui aurait rétorqué qu’elle se trompait
et que le verset de la Bible qu’elle venait de citer lui donnait
raison. Il suffisait de l’analyser pour se rendre à l’évidence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   29 décembre 2012
« Je trouve vraiment curieux, se dit Olivia en souriant, qu’à
une époque où tout le monde consacre son imagination et des
sommes astronomiques à l’organisation des moments importants
de sa vie – anniversaire idiot, mariage, baptême ou toute
autre date commémorative –, personne à part moi n’ait songé
à préparer avec le même soin la mise en scène d’un événement
crucial, à savoir sa mort. »
– Ou plutôt mon assassinat, ajouta- t-elle à voix haute.
Elle sourit de nouveau, puis songea que l’un de ses plus
grands mérites dans cette vie ayant consisté à tout agencer
comme dans une pièce de théâtre (ses cinq mariages, ses amitiés
et plus d’un amour clandestin), elle allait aussi planifier
sa sortie sans omettre aucun détail.
« Qui a dit que l’assassinat est l’un des Beaux- Arts ? »
Dans son cas, ce serait vérifié. À coup sûr.
– Santa Madonna, Oli ! C’est fou ce que tu aimes faire ton
intéressante. Personne ne fête sa mort et encore moins son
assassinat. Ce petit discours provocateur est bien de toi ; à ce
que je vois, tu es encore prête à tout pour choquer l’assistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Carmen Posadas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carmen Posadas
Le témoin invisible de Carmen Posadas - Isabelle Gugnon aux éditions Points
Alors que la mort approche, Léonid Sednev décide de révéler le secret de sa vie. Embauché en 1912 comme ramoneur au palais impérial de Russie, il a été jusqu'en 1918 le «témoin invisible» de l'intimité des Romanov. Mais c'est en rejoignant la famille royale dans son exil que Léonid, secrètement amoureux de la grande-duchesse Tatiana, livrera à l'Histoire le plus déchirant des témoignages?
http://www.lagriffenoire.com/le-temoin-invisible.html
Prédatrice de Alissa Nutting aux éditions le Livre de Poche
Celeste Price, 26 ans, est professeur dans un lycée de la banlieue de Tampa, en Floride. Elle est mariée à Ford, un flic séduisant, dont les parents sont pleins aux as. Ils forment un couple parfait, du moins en apparence. Car Celeste a un secret : elle n?aime que les adolescents. Poussée par cette passion, elle décide de séduire un de ses élèves et entre ainsi dans un engrenage infernal aux conséquences terribles. Avec ce portrait à la première personne d'une femme qui entend rester libre de ses désirs, même les plus pervers, l'auteur prend le lecteur au piège entre l'empathie naturelle qu'il éprouve pour la narratrice et les actes irrépressibles de celle-ci. Alissa Nutting nous offre un roman dérangeant qui a déclenché une véritable polémique lors de sa sortie aux États-Unis.
http://www.lagriffenoire.com/predatrice-210858.html
Dernier désir de Olivier Bordaçarre aux éditions le Livre de Poche
Mina et Jonathan Martin ont fui la ville et sa fureur consumériste pour une vie plus simple sur les bords du canal du Berry. Un jour, leur nouveau voisin frappe à la porte. Élégant, riche, spirituel, il se prénomme Vladimir et porte le même patronyme qu?eux. Une coïncidence qui amuse le couple. Seulement, Vladimir Martin a un comportement étrange : il copie le mode de vie des Martin, couvre leur fils et Mina de cadeaux, adopte l?allure de Jonathan, s?achète la même voiture, décore sa maison à l?identique? Jonathan se méfie, sa femme n'y voit que du feu. le nouveau venu ne leur veut-il que du bien ? Avec un art maîtrisé du suspense, Dernier désir interroge nos aspirations secrètes dans une société de bonheurs factices.
http://www.lagriffenoire.com/dernier-desir.html
L'Héritière de Hanne-Vibeke Holst et Caroline Berg aux éditions Pocket
Ce n'est pas la nouvelle vie que Charlotte Damgaard s'imaginait. Elle s'apprêtait à partir pour l'Afrique, à suivre son mari avec leurs jumeaux. Jusqu'à l'appel du Premier ministre danois qui lui propose un ministère. Une opportunité qu'elle ne peut refuser, mais un choix lourd de conséquences. Au c?ur du gouvernement, Charlotte connaît une ascension fulgurante qui l'expose aux intrigues et aux scandales médiatiques. Jusqu'où est-elle prête à aller ? Tiraillée entre sa carrière et sa vie de famille, parviendra-t-elle à préserver son intégrité et sa vie privée ? " Roman passionnant par son intrigue et par les personnages qu'il met en scène, ce texte plonge au c?ur de la politique et des questions environnementales. Un livre qui nous ouvre les yeux ! " LiRE " Un thriller documenté, impossible à lâcher. " Madame Figaro
http://www.lagriffenoire.com/l-heritiere-269272.html
+ Lire la suite
autres livres classés : méchancetéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre

.. ..