AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081452596
Éditeur : Flammarion (09/01/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 24 notes)
Résumé :
« Je n’ai plus grand-chose à voir avec la jeune fille que j’étais. Elle m’est devenue presque opaque, comme inaccessible. C’est sans doute pour cette raison que j’ai tant besoin de gratter sous la poussière du temps pour la retrouver intacte. »

Août 1993, Coralie quitte le modeste pavillon de banlieue de sa mère pour la splendide maison de famille de Soline, peuplée d’amis, de parents et d’enfants dont l’aisance et la culture l’émerveillent. Mais derr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  09 avril 2019
Au mois d'août 1993, Coralie âgée de dix-huit ans quitte la modeste maison de banlieue de sa mère pour passer les vacances dans la luxueuse villa familiale de son amie Soline. Au contact des personnes qui peuplent cette maison, Coralie va quitter définitivement le monde de l'enfance. Elle a soif d'apprentissages, de découvertes et d'expériences. Elle admire les parents et les enfants qui l'entourent dont l'aisance et la culture la fascinent. Mais derrière les apparences et sa découverte de l'amour, elle va se rendre compte que le monde des adultes est aussi compos é de secrets inavouables.
Avec beaucoup d'élégance Karine Reysset restitue les émois de Coralie et sa soif de vivre. Elle décrit avec une grande justesse ses états d'âme, le coeur partagé entre Soline et Thomas.
Il s'agit aussi d'un roman social où deux réalités s'opposent, celle modeste de sa mère par rapport à l'opulence des parents de Soline. Dans une atmosphère étouffante nous assistons à une succession d'épreuves initiatiques, une sorte de rite de passage à l'âge adulte.
Ce roman m'a rappelé à plusieurs reprises « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan, j'y ai retrouvé la même ambiguïté dans les sentiments de la jeune héroïne.
L'écriture particulièrement soignée de Karine Reysset font de ce livre un réel plaisir de lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
Elodieuniverse
  09 janvier 2019
Coralie est la narratrice de ce court roman. Sans filtre, elle nous raconte ce qu'elle a vécu pendant ce fameux été 1993, nous livre ce constat saisissant des adultes qui l'entouraient par rapport à ses propres parents. Mais, elle nous livre surtout sa deuxième naissance. C'est un livre sur l'apprentissage de la vie, ce basculement qui se fait parfois brutalement chez certaines personnes ou parfois en douceur chez d'autres. Coralie est un papillon qui sort de sa chrysalide, en pleine métamorphose avec tout ce que cela implique. Elle va assez loin dans son besoin d'être quelqu'un d'autre goûtant les interdits, la liberté, le sexe, ses sentiments en ébullition et exacerbés. Tout cela m'a laissé une certaine gêne qu'il a été difficile de me défaire même si j'ai aimé l'histoire et l'écriture. (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          400
Nat_85
  15 décembre 2018
» L'étincelle « de Karine Reysset sera publié en cette rentrée 2019 aux éditions Flammarion. de cette lecture, j'en ressors toute aussi charmée par l'écriture sensible mais audacieuse de l'auteure, que par l'histoire envoûtante !
p. 180 : » Depuis que j'ai reçu son invitation à ses noces, elle réapparaît dans mes rêves. J'avais mis tant de temps à l'en chasser. »
Aujourd'hui mariée et mère de famille, Coralie se revoit encore cet été 1993, l'été où tout a basculé. Et recevoir le faire-part de mariage de Soline la projette vingt-cinq ans en arrière, au coeur du village de Muguet, dans la maison familiale de son amie.
Coralie est fille unique. Ses parents viennent de se séparer, comme s'ils avaient attendu l'aube de ses dix-huit ans pour se soulager de la présence de l'autre. Alors lorsque sa copine de fac lui propose de la rejoindre en Dordogne, dans la maison familiale, pour y passer l'été, Coralie y voit une échappatoire !
p. 16 : » Elle était pétillante, meneuse, tout mon contraire. J'ignore pourquoi elle avait jeté son dévolu sur moi. C'était elle qui était venue à ma rencontre, elle qui m'avait choisie. «
Bien que Coralie ne comprenne pas ce que Soline lui trouve, elle doit néanmoins admettre que leur amitié fonctionne bien.
p. 13 : » Nous nous complétions. «
Mais cette maison familiale est le point de concentration d'une toute autre société. A l'opposé de tout ce que Coralie connaissait du monde des adultes, quasiment restreint à ses deux parents.
p. 41 : » Jamais je n'avais entendu d'adultes aussi potaches. Leur liberté de ton, leur jeunesse d'esprit me déconcertèrent un peu au début, puis je m'y habituai. J'aimais leur sens de la répartie et parfois de l'absurde, leurs esprits vifs et éclairés. «
C'est au milieu d'adultes libérés des responsabilités parentales et professionnelles, désinhibés, libertins et secrets que Coralie va faire son entrée dans le monde adulte. Arrivée innocente et naïve, elle va elle aussi s'extraire de ses chaînes.
p. 165 : » Cet été-là, je quittai définitivement le monde de l'enfance pour celui des adultes, je sortis enfin de ma chrysalide. «
A la fois émerveillée et complexée par ce microcosme culturel et aisé, elle y entraperçoit les failles au fur et à mesure de son séjour. Confidente d'un jour des infidélités des uns, et témoin involontaire des excès des autres, Coralie va faire l'apprentissage de la vie.
p. 56 : » Cette jeune fille de dix-huit ans et des poussières, aussi étrange que cela me paraisse aujourd'hui, c'est moi, moi différente et semblable, je tente d'en saisir l'essence à ce tournant de sa jeunesse, ce pivot que constituèrent ces vacances au bord de la rivière. A mon humble échelle, ce séjour provoqua un cataclysme. »
Libérés de la surveillance des parents, les adolescents s'aventurent sur la rive opposée. Mais la magie n'opère plus le jour où la gendarmerie vient interrogée les occupants de la maison suite à la disparition d'une petite fille dans le camping. Une tragédie qui hantera ces nuits d'adulte.
p. 90 : » Il s'est passé quelque chose cette nuit. Une fillette en vacances au camping a disparu. «
Longtemps considérée comme invisible aux yeux des autres, la jeune femme va s'enorgueillir des attentions et des flirts.
p. 83 : » J'avais soif d'amour, de tendresse, une soif inextinguible. «
Se rapprochant de plus en plus de Soline et de Thomas, son ami d'enfance, Coralie va profiter de chaque instant, usant tout comme les adultes des mensonges et des secrets.
p. 129 : » Je sentais que tout cela était éphémère, ayant l'intuition que je ne revivrais jamais de tels moments, je n'en savourais que davantage chaque minute. Je n'étais pas dupe, ma chance était effroyable. Je devrais en payer le prix tôt ou tard. C'était un miracle de n'avoir pas encore été démasquée. Je jouais avec le feu. «
Un été qui restera gravé, et influencera sa vie d'adulte. Et aujourd'hui, vingt-cinq ans plus tard, en recevant ce faire-part de mariage, elle s'interroge sur les choix qu'elle a fait.
Un roman d'apprentissage, où se mêlent les passions et les mensonges. Karine Reysset décortique ce passage du monde innocent de l'enfance à celui de désillusion de l'adulte. Difficile d'expliquer pourquoi cette écriture m'a touchée… Après tout, est-ce que tout doit se justifier ? Mais une chose est sûre, j'ai entrouvert une porte, et je souhaite aujourd'hui poursuivre en me plongeant dans les autres romans de Karine Reysset
Lien : https://missbook85.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
montmartin
  25 mars 2019
Coralie est une jeune fille effacée, tourmentée, souffrant d'un manque de tendresse, d'amour.
« J'avais toujours été celle dont on ne remarquait pas l'absence. »
La séparation de ses parents l'a ébranlée. Et cependant, au fond d'elle-même, elle le sent, couve un grand feu. Elle sait qu'un jour il va éclater. À l'intérieur, sous des couches d'ennui et de timidité, une tornade s'apprête à tout emporter avec elle. L'invitation de son amie Soline à passer quatre semaines en Dordogne va être l'étincelle qui va tout embraser.
Vingt-cinq ans plus tard, mariée, mère de famille Coralie se souvient de cet été où elle a entamé sa mue, où elle est enfin sortie de sa chrysalide.
Karine Reysset sait parfaitement nous raconter le cataclysme subit par une jeune fille lors d'un été brûlant où tous les interdits sautent. Une pause estivale où amis et famille se croisent où les arrivées succèdent au départ, amusez-vous tel est le mot d'ordre, alors tout le monder se lâche, l'alcool coule à flots, les joints circulent de main en main, chacun couche avec qui bon lui semble. le sujet de ce roman n'est pas original et bon nombre de films ont repris ce thème des vacances entre amis où sexe, alcool et substances illicites sont le quotidien.
Rien de bien nouveau donc, l'auteur essaye bien de relancer son récit par la disparition d'une fillette dans le camping voisin, pas de quoi passionner le lecteur. Alors on essaye le coup du chassé-croisé amoureux sous forme de trio sexuel un garçon, deux filles, mais là aussi rien de bien passionnant. Vous l'aurez compris ce roman ne m'a pas passionné, même si la qualité de l'écriture n'est pas en cause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Litteraflure
  12 janvier 2019
Étincelle ou baptême du feu ? Je ne sais que penser. Ai-je passé un mauvais moment de lecture ? Bien au contraire. Mais ai-je été enthousiasmé parce que j'ai lu ? Non plus. Je m'explique. L'intrigue n'a rien d'original : une jeune femme de dix-huit ans qui perd sa virginité pendant les vacances. Les amours d'été, un thème d'une grande banalité même si le dépucelage de « Coco » associe des expériences hétérosexuelles et homosexuelles. À la rigueur, si tout ça avait fini en triolisme, l'étincelle serait venue avec l'odeur du souffre. Mais non. Pendant tout le roman, je me suis demandé quand viendrait cette étincelle. Car même les premiers émois n'ont rien d'incandescents. La relation ambigüe avec la mère était électrique, prometteuse (en début de roman), mais elle tourne au règlement de compte attendu. le désir renaissant des pères, une initiation par le vieux mâle, eut été plus convenu mais pas dénué d'intérêt. Or, il n'est pas exploré. La mort de la petite hollandaise du camping pouvait déchaîner des cataclysmes émotionnels, qui ne se produisent pas. Quant à l'attirance pour le vagabond, elle n'est qu'un faire-valoir. Alors quelle étincelle ? « Éteint celle » qu'elle était avant les vacances, une petite bourgeoise de banlieue ? Ce récit, dont l'atmosphère rappelle parfois, à des degrés divers, des films comme « diabolo menthe », « la boum », « hôtel de la plage », « l'année des méduses » et plus récemment « swimming pool » ou « les petits mouchoirs », est assez conventionnel. Pour en mesurer la relative fadeur, il suffit de relire « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan. Autre chose, le style : une avalanche de parenthèses en début de livre qui réapparaît subitement page 137. Quel était l'effet recherché ? Pour finir sur une note positive, je ne peux nier la douceur et la tendresse qui émanent de ce texte (autobiographique ?) La transformation de cette jeune fille à fleur de peau muée est remarquablement exprimée. Les retrouvailles avec sa mère, également, sont émouvantes, presqu'involontairement. Peut-être que ce titre était sur-prometteur, en laissant imaginer de grands incendies, alors qu'il s'agit d'un baptême du feu.
Lien : https://www.instagram.com/li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
montmartinmontmartin   23 mars 2019
Le père de mes enfants me dit souvent " je te connais comme si je t'avais faite". Et dans une certaine mesure, il a raison. je suis née une nouvelle fois à ses côtés, me régénérant comme si j'avais subi une transfusion sanguine, me débarrassant de ma part de mauvais sang.
Commenter  J’apprécie          60
Nat_85Nat_85   15 décembre 2018
Au fond de nous l'étincelle,
Dans le calme orageux
Cet éclair dangereux
Des héros silencieux.
Commenter  J’apprécie          180
antigoneCHantigoneCH   17 février 2019
Il est paradoxal de se souvenir de soi comme d’une autre, étrangère à soi-même le temps d’une parenthèse. Je ne me reconnais guère dans ce portrait d’une jeune-fille en feu, ou plutôt de jeune femme. J’avais traversé le fleuve, j’étais passée de l’autre côté, nul retour en arrière possible. J’avais vécu ce rite de passage à l’âge adulte comme une succession d’épreuves initiatiques. J’en ressortis grandie dans tous les sens du terme. Aguerrie. Comme si je m’étais livrée à un corps à corps, un combat contre moi-même sans merci que j’avais gagné haut la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nat_85Nat_85   16 décembre 2018
Depuis que j'ai reçu son invitation à ses noces, elle réapparaît dans mes rêves. J'avais mis tant de temps à l'en chasser.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2019
Certains visages sont devenus flous au fil des années, voire interchangeables. Notamment ceux des enfants, avec qui pourtant nous passions l'essentiel de nos journées. Je n'ai presque rien noté à leur sujet et les ai donc plongés involontairement dans l'oubli, frêles silhouettes sautillant dans le contre-jour. Je vais toutefois tâcher de brosser un portrait de tout ce petit monde.
En plus des parents de Soline et de leurs trois filles, la famille de Thomas occupait, elle aussi, une place prépondérante dans la maisonnée. Outre Thomas, elle comprenait son petit frère Jérémy, âgé de sept ans, et leur père, Benoît, designer de profession et chasseur de scorpions à ses heures. La mère, Gabrielle, américaine et professeur de sciences politiques, nous rejoindrait brièvement au cours du séjour.
Clarisse, la jeune sœur de Mme Weyers, était d'une beauté hypnotique, presque irréelle. Je ne sais si elle avait conscience de ce qu'elle dégageait. Elle aimait se baigner nue dans la piscine aux aurores, le summum de la liberté selon elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Karine Reysset (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Reysset
Karine Reysset - "L'étincelle"
Quand Coralie reçoit le faire-part d?une amie perdue de vue depuis vingt-cinq ans, les souvenirs longtemps refoulés refont surface. Août 1993, elle quitte son pavillon de banlieue pour la splendide maison de Soline en Dordogne, peuplée d?amis dont la culture l?émerveille. Très vite, les amours virent à la passion, les secrets se révèlent, alors qu?au camping voisin une enfant disparaît? Karine Reysset livre le roman de cet été brûlant, où une jeune fille en apprendra sur la vie bien plus qu?elle ne l?aurait voulu.
En librairie le 9 janvier 2019 https://bit.ly/2GuWX1o
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..