AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290337110
95 pages
Éditeur : J'ai Lu (30/11/2003)
  Existe en édition audio
4.22/5   244 notes
Résumé :
"A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu..." Ça sonne comme une comptine et c'est magique. Une fugue... Éclair de beauté et de malice que ce voleur de feu lance au ciel de la poésie ! Ivre de sensations, Rimbaud est comme ce bateau qui connaît l'éblouissement de "nuits sans fond" mais aussi la désillusion " d'aubes navrantes ". Voyant, il crée un monde où la Grande Ourse est une auberge, où les poteaux télégraphiques sont une lyre aux chants de fer... Révolté, il v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,22

sur 244 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

LydiaB
  06 mai 2017
Lorsqu'on pense à Rimbaud, on pense à cet adolescent suggéré dans « On n'est pas sérieux quand on a 17 ans » ou au poète sérieux du « Dormeur du val ». La poésie n'est pas vraiment le genre que je préfère mais je dois bien avouer que celle de Rimbaud me touche particulièrement par sa diversité, sa finesse, sa violence parfois. Je retrouve ces trois caractéristiques dans ce long poème, « le Bateau ivre », qui est d'une pure beauté. Son originalité, dans un premier temps, réside dans cette image du bateau, représentation métaphorique du poète. On sent toute la rébellion du jeune Rimbaud qui n'en fait qu'à sa tête jusqu'à faire naufrage… naufrage bienfaisant d'ailleurs car il va découvrir ainsi d'autres contrées poétiques, se perdre dans les mots pour mieux rebondir.
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          789
ladesiderienne
  11 mai 2017
J'aime bien de temps en temps ouvrir un recueil de poésies. Mon choix avec "Le bateau ivre et autres poèmes" de Rimbaud n'a peut-être pas été très judicieux. Bien sûr, certains textes sont de véritables incontournables. Je pense à "Première soirée", "Roman", "Le dormeur du val", "Ma bohème" notamment. Ils parlent à ma mémoire en me rappelant mes études de textes des années collège et lycée. Je dois avouer malheureusement que beaucoup d'autres me font l'effet de sortir tout droit de l'esprit d'un poète beaucoup trop tourmenté à mon goût. Je reste donc fidèle à Victor Hugo...
10/20
Commenter  J’apprécie          180
sarahdu91
  11 août 2018
62 poèmes dans ce petit recueil que j'ai du ouvrir pour valider un challenge et plus particulièrement pour valider le mot "bateau" dans le titre.
Ce n'est pas une véritable découverte car on a tous plus ou moins appris ou tout au moins lu au cours de notre cursus scolaire un poème de ce cher Rimbaud.
Je me garderai bien de critiquer ses poèmes car j'en suis bien incapable et de plus, cela ne me parle absolument pas d'où une totale incompréhension de toutes ces phrases accumulées.
J'en cité quelques uns pour lesquels j'ai retenu des titres:
Le dormeur du Val
Les effarés
Ma bohème
Les réparties de Nina
Sensations
Un plaisir pour les yeux pour les amoureux de ce registre de la poésie du XIXE
Commenter  J’apprécie          164
Marti94
  03 juin 2021
C'est plus fort que moi, j'entends chanter les mots d'Arthur Rimbaud malgré une version audio qui laisse à désirer.
Ce recueil de poésie "Le Bateau ivre et autres poèmes" regroupe des textes écrits entre 1869 et 1873. le jeune poète de Charleville-Mézières était adolescent et allait bientôt rencontrer Paul Verlaine à Paris.
Il y a de quoi être séduit et je suis impressionnée par sa précocité. On y retrouve des poèmes qui comptent parmi les plus célèbres de la poésie française comme "Le Bateau Ivre" mais aussi "Voyelles" ou "Le dormeur du val" que j'aime particulièrement et qui m'avait beaucoup marquée lorsque je l'avais appris à l'école.
Je comprends Patti Smith, la chanteuse et poétesse américaine qui voue un culte particulier à Rimbaud jusqu'à avoir acheté sa maison dans les Ardennes, justement celle dans laquelle il a écrit "Le bateau ivre".
Ces poèmes me procurent beaucoup d'émotions (clin d'oeil à Léo Ferré !) et la version audio aurait dû être tout à fait adaptée. Pourtant, Je n'ai pas du tout aimé la lecture de Lorànt Deutsch qui a un timbre de voix assez crispant et surtout qui ne sait pas donner le ton à des textes aussi beaux. C'est assez catastrophique mais heureusement il y a aussi trois bons lecteurs, Xavier Gallais, Denis Podalydès et Cédric Zimmerlin, qui permettent de célébrer comme il faut ce grand poète du 19ème siècle.

Challenge Riquiqui 2021
Challenge XIXème siècle 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
araucaria
  09 février 2013
Un grand recueil de la poésie classique du 19 ème siècle. A connaître absolument.
Lien : http://araucaria.20six.fr
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   06 mai 2017
Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J’étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais.
Commenter  J’apprécie          410
AmakirAmakir   28 octobre 2019
...Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
ladesiderienneladesiderienne   10 mai 2017
Les effarés

Noirs dans la neige et dans la brume,
Au grand soupirail qui s'allume,
Leurs culs en rond,

A genoux, cinq petits, - misère ! -
Regardent le Boulanger faire
Le lourd pain blond.

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise et qui l'enfourne
Dans un trou clair.

Ils écoutent le bon pain cuire.
Le Boulanger au gras sourire
Grogne un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge,
Au souffle du soupirail rouge
Chaud comme un sein.

Quand pour quelque médianoche,
Façonné comme une brioche
On sort le pain,

Quand, sous les poutres enfumées,
Chantent les croûtes parfumées
Et les grillons,

Que ce trou chaud souffle la vie,
Ils ont leur âme si ravie
Sous leurs haillons,

Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres Jésus pleins de givre,
Qu'ils sont là tous,

Collant leurs petits museaux roses
Au treillage, grognant des choses
Entre les trous,

Tout bêtes, faisant leurs prières
Et repliés vers ces lumières
Du ciel rouvert,

Si fort qu'ils crèvent leur culotte
Et que leur chemise tremblote
Au vent d'hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   11 mai 2017
Le buffet

C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;

- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

- O buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AmastacioAmastacio   24 juin 2016
C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Arthur Rimbaud (145) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Rimbaud
Henri Guillemin : Le drame de Paul Verlaine (1956) et 100e anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud (1955) [France Culture]. Le drame de Paul Verlaine : conférence diffusée sur France Culture (la Chaîne nationale) le 23 juillet 1956. 100ème anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud : conférence diffusée sur France Culture (la Chaîne nationale) le 7 mars 1955. Illustration : Rimbaud et Verlaine dans une rue de Londres par Félix Régamey, 1873. Il est difficile de situer précisément le début de la relation épistolaire avec Paul Verlaine. Verlaine prétend avoir reçu très peu de courriers de Rimbaud et ne parle que de l'envoi de deux poèmes (« Les Premières communions » et « Les Effarés »). Finalement, rentré à Paris de son exil après la Commune, il invite Rimbaud : « Venez chère grande âme, on vous appelle, on vous attend ! » Rimbaud arrive dans la capitale fin septembre 1871. Il est présenté et très bien accueilli par ses pairs plus âgés, au dîner des « Vilains Bonshommes » le 30 septembre. Il y rencontre quelques-uns des grands poètes de son temps. Il est successivement logé par les beaux-parents de Verlaine, rue Nicolet, non sans heurts avec sa femme Mathilde, puis chez Charles Cros, André Gill, Ernest Cabaner, et même quelques jours chez Théodore de Banville. Le 20 octobre 1871, Rimbaud a tout juste dix-sept ans. Au dîner des Vilains Bonshommes il lit ses œuvres récentes : « Les Premières communions » et surtout « Le Bateau ivre », lequel déroute son auditoire par ses audaces formelles. Début novembre, Rimbaud participe au Cercle des poètes zutiques qui vient d'ouvrir à l'hôtel des Étrangers. Il collabore, seul ou avec Verlaine, à l'"Album zutique", produisant des pastiches d'auteurs en vogue, notamment des pièces au contenu scandaleux comme le « Sonnet du trou du cul ». En février ou en mars 1872, Rimbaud est peint par Henri Fantin-Latour, aux côtés de Verlaine, dans le tableau "Un coin de table". Au fil des mois, les provocations de Rimbaud excèdent le milieu parisien. L'incident avec Étienne Carjat au dîner des Vilains Bonshommes du 2 mars 1872 le fait définitivement tomber en disgrâce : Rimbaud, complètement saoul, a blessé le célèbre photographe d'un coup de canne-épée. Pour sauver son mariage et rassurer ses amis, Verlaine se résigne à éloigner Rimbaud de Paris. Rimbaud se fait oublier quelque temps en retournant à Charleville. Verlaine lui écrit en secret et Rimbaud revient dans la capitale en mai 1872 ; le 7 juillet tous deux quittent Paris pour la Belgique, Verlaine ayant délaissé sa femme et son enfant. Mathilde rompt alors avec lui et effectue une demande de séparation de corps et de biens. Commence pour Rimbaud et son aîné une liaison amoureuse agitée de juillet 1872 à juin 1873 ; ils vivent un temps à Londres. Rimbaud revient occasionnellement en France en décembre 1872 et en avril 1873. Cette liaison tumultueuse se termine par ce que la chronique littéraire désigne sous le nom de « drame de Bruxelles ». En juin 1873, les deux amants sont à Londres et proposent des cours de français pour vivre. Verlaine quitte brusquement Rimbaud le 3 juillet, affirmant vouloir rejoindre sa femme, décidé à se tirer une balle dans la tête si elle ne l'accepte pas. Il retourne alors à Bruxelles et réside dans un hôtel. Rimbaud le rejoint le 8 juillet. Persuadé que Verlaine n'aura pas le courage de mettre fin à ses jours, Rimbaud annonce qu'il repart seul pour Paris. Le 10 juillet 1873, Verlaine, ivre, tire sur Rimbaud à deux reprises avec un revolver, le blessant légèrement au poignet. Rimbaud se fait soigner et, craignant pour sa vie, demande la protection d'un agent de police de la ville. Verlaine est incarcéré à la prison de Bruxelles puis transféré à Mons. Même si Rimbaud a retiré sa plainte, l'enquête révèle l'homosexualité « active et passive »de l'accusé, circonstance jugée aggravante, et Verlaine est condamné en août 1873 à deux ans de prison pour blessure avec arme à feu.
0:00 : Le drame de Paul Verlaine 27:09 : 100e anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Rimbaud

Quel est son prénom ?

Charles
Arthur
Paul
Alphonse

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur RimbaudCréer un quiz sur ce livre

.. ..