AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020245463
268 pages
Seuil (02/01/1996)
3.57/5   47 notes
Résumé :
La belle Hortense est un roman.
En effet, on y trouve une héroïne, Hortense, qui est belle. Un criminel, la Terreur des Quincailliers. Un détective de génie, l'inspecteur Blognard. Un jeune homme amoureux de l'héroïne. Un épicier philosophe, Eusèbe, et le père Sinouls, organiste. Et surtout, surtout il y a un chat, Alexandre Vladimirovitch. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que des aventures se mettent à arriver, où un pays mystérieux, la Poldévie, j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
marlene50
  13 avril 2020
Abandonné à la page 70.
Un début prometteur et puis pour moi cela est devenu un peu embrouillé et tout m'a semblé calculé !
Forcément je viens de m'apercevoir que Jacques Roubaud est mathématicien ; certes il est l'auteur de poèmes, romans et pièces de théâtre.
Je n'ai pas accroché dommage.
Mais, poursuivons ; j'ai tant d'autres lectures à découvrir !
Commenter  J’apprécie          90
chapochapi
  30 décembre 2012
Quel étrange petit ouvrage que voilà ! Qui m'a d'emblée emballée, avant de me lasser, vraiment.
Et pourtant, les romans absurdes, j'aime ça, les jeux sur la construction du récit, j'aime ça, déstabiliser le lecteur, j'aime ça. Mais étrangement je me suis ennuyée.
C'est que tout est à la fois suffisamment développé pour faire sens et dans le même temps un peu longuet, un peu répétitif. Par exemple, le père Eusèbe qui reluque les femmes (ou plutôt leurs attributs, puisqu'il ne se souvient jamais des visages, à peine regardés) établit un système de classification, assez sophistiqué en apparence, qui ne manque pas de piquant. Et en début de roman, on a l'endurance pour savourer cette classification ahurissante tant elle se déploie autour d'un grand vide ! Au début aussi, on s'amuse des "entre-deux-chapitres" et de la "question spéciale" suivie de sa très longue réponse, qui se poursuit tout au long du roman, en des moments improbables. Oui, mais c'est amusant au début. ensuite, on aimerait que cela se termine, pas nécessairement pour retrouver un roman conventionnel (sinon, cela ne sert à rien d'ouvrir cet ouvrage) mais pour avoir le sentiment qu'on ne s'est pas trompé, que le roman de Roubaud n'est pas seulement un grand jeu qui ne repose sur rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
VALENTYNE
  26 août 2014
Dans ce premier tome, Jacques Roubaud nous fait découvrir le quartier de Sainte Gudule dans la Ville. Arpenter ce quartier et connaître ses habitants est un vrai plaisir: Il y a Eusèbe l'épicier qui épie les touristes, la boulangère, tendre comme une brioche, Hortense et ses amours, un antiquaire au nom prédestiné (Mr Nanderthal), un policier (car il y a dans ce livre une simili-enquête), un journaliste pour aider l'inspecteur (amoureux d'Hortense – le journaliste pas l'inspecteur), un mystérieux prince Poldève (amoureux d'Hortense), une petite fille observatrice, un chat Alexandre Vladimirovitch (peut être lui-même l'incarnation d'un prince poldève), l'aide de l'inspecteur, Mr Arapède (j'adore ce nom : je savais déjà par ma grand mère ce qu'était un arapède et vous ?) …
La Poldévie est au centre de roman (un pays imaginaire mais avec une longue histoire cf notre ami wikip*dia)
En bref, Jacques Roubaud convoque une foule de personnages qui prennent tour à tour la parole pour parler de tout et de rien ou aussi du fameux criminel "la Terreur des quincailleries" (je rassure les éventuels lecteurs de ce billet, pas de crime sanglant). Jacques Roubaud balade ses lecteurs et lectrices à grands coup de digressions, de parenthèses, de listes, d'entre-chapitres et j'en passe. La séduction d'Hortense par ….(je ne vous dirais pas qui) est un pur bonheur….
J'ai adoré la forme plus que l'histoire en elle-même puisque même le Lecteur apparaît et apostrophe l'Auteur qui le renvoie dans ses buts (ainsi que l'Editeur, le Commercial, le Correcteur….).
Jacques Roubaud fait partie de l'Oulipo (avec Queneau, Pérec…) et c'est en soi toute une aventure, même si je pense n'avoir pas vu tous les jeux de mots, clins d'oeil….Un rapide tour sur le net m'a appris que je n'avais pas vu que le nom du journaliste Mornacier était l'anagramme de Romancier….Les références à Queneau et "Pierrot mon ami" sont nombreuses (et m'ont donné envie de lire ce livre)
En conclusion : un premier tome plus qu'intrigant, je file lire la suite où d'après la quatrième de couv un poney poldève ferait son apparition en Guest star…
Lien : http://lajumentverte.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
legot
  18 octobre 2011
Un livre plein d'humour, didactique et un véritable jeu pour illustrer les codes littéraires. Merci à l'auteur pour ce moment de plaisir. Toutes les promesses de la quatrième sont tenues.
Commenter  J’apprécie          30
JLM56
  21 juin 2013
Jubilatoire, drôle
Quenesque, Perecquien
mais les codes utilisés pour la construction de ce livre restent inaccessibles au lecteur
même si ce n'est pas indispensable c'est dommage, et le lecteur reste un peu sur sa faim
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   26 août 2014
Les six princes Poldèves, bien que partisans résolus de la modernisation de la Poldévie, n’en oublièrent pas pour autant le passé. Les abondantes royalties qu’ils percevaient leur permirent de financer aisément le transport, pierre par pierre et salade à salade simultanément, de la chapelle dédiée au malheureux prince Luigi Voudzoï et du potager y afférent dont l’entretien fut confié à un maraîcher de Saint Mouëzy-sur-Eon.
Le soleil émergeait lentement des brumes matinales et éclairait le carré de sombres, prospères et tendres à la fois laitues, marquant l’emplacement symbolique de la fatale chute de cheval qui avait autrefois abrégé la vie de l’infortuné Luigi. Une délicieuse et passéiste odeur de crottin de cheval montait de l’humus fraîchement retourné, légèrement exotique toutefois, les salades du potager, en effet, étaient nourries du crottin de petits poneys montagnards poldèves, amenés à grands frais hebdomadairement et par avion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chapochapichapochapi   30 décembre 2012
On remarquera, je pense, combien il est difficile à un roman de progresser dans le temps, non de la narration, mais des choses narrées, au-delà de son instant initial. C'est la troisième fois que nous nous y efforçons, en ce matin du 6 septembre 19.., et nous n'avons guère dépassé, avec la rencontre de l'inspecteur Blognard, le milieu de la matinée. Il y a tant de choses à expliquer, qui se situent dans l'avant-roman, que c'est miracle si on peut avancer même d'une minute. Nous aurions beaucoup aimé pouvoir poser quelques questions à nos collègues à ce sujet ; particulièrement à Alexandre Dumas ; sauter d'un seul coup vingt ans après, quel tour de force ! (chapitre 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zityzity   30 octobre 2015
La stratégie défensive de la Bibliothèque, en effet, obligée par la loi et la coutume de permettre aux lecteurs autorisés par la possession d'une carte (obtenue, non sans mal, après une longue enquête de sécurité et le remplissement d'un insidieux questionnaire qui permettait d'en exclure plus d'un) la consultation des ouvrages qui lui appartiennent en propre, qui sont sa gloire, son douaire et son trésor, et qu'elle ne cesse de caresser, de contempler et d'adorer dans le silence sombre de ses magasins, consistait à retarder le plus possible le moment où elle aurait à les sortir et à les soumettre au regard salissant de ces ignares, dont elle soupçonnait d'ailleurs que l'intention secrète était de les barbouiller, de les lacérer, de les griffonner, de les détériorer, ou tout simplement, de les voler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fbalestasfbalestas   07 juin 2020
- Le chiendent, Louise, dit l'inspecteur Brognard à sa femme, c'est pas quand il y a pas de suspect, c'est quand il y a pas de mobile !
- Tu as raison, Anselme, répondit-elle. mais pourquoi ?
C'était dimanche. Il faisait chaud. Il n'arrêtait pas faire chaud depuis le début de l'été. L'inspecteur était en bras de chemise dans son salon, et sa femme Luise, revenue de la messe, passait l'aspirateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jacques Roubaud (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Roubaud
TROUBADOURS — Grand entretien de Jacques Roubaud sur le trobar (France Musique, 1994) L'émission "Les Imaginaires", par Jean-Michel Damian, diffusée le 1er octobre 1994 sur France Musique.
autres livres classés : oulipoVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17865 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre