AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330008062
144 pages
Éditeur : Actes Sud (06/06/2012)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 225 notes)
Résumé :
Lors de la fête qui souligne le treizième anniversaire de sa fille Mitsuba, Yûko découvre une boîte d'allumettes décorée d'une image de tsukushi. Cette figure symbolique, qu'elle trouve “artistique et érotique”, sera le déclencheur d'une série de révélations qui pourraient compromettre l'existence de Yûko et la sérénité de son sentiment familial. Est-il possible que, derrière le rideau de son mariage, “l'apparence d'être un couple importe plus que l'amour” ? Trahiso... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
latina
  18 décembre 2019
Quand Yuko découvre une boite d'allumettes ô combien décorée de façon artistique dans le bureau de son mari, elle ne sait pas encore qu'elle est au seuil d'une surprise de taille.
« Surprise », c'est bien la signification de ce qui y est dessiné : un « tsukushi », une plante à l'allure sensuelle…
Encore une fois, j'ai adoré lire le texte limpide de Aki Shimazaki.
Limpide ? Dépouillé, en tout cas. Car mine de rien, elle nous emmène par des chemins tortueux où l'on n'aimerait pas se perdre dans la réalité.
Roman sombre, donc, qui concerne le couple et ses secrets, passés et présents.
Ce qui m'a toujours étonnée, c'est le fameux système de mariage arrangé, auquel se prêtent de nombreux Japonais. Ici, Yuko m'a étonnée encore plus, par ses revirements successifs à propos de ses prétendants. Ah les confusions du coeur !
Je ne sais plus de quel tome il s'agit, ni de quel cycle ce roman fait partie, mais à vrai dire, je m'en moque, car chaque tome se lit de façon tout à fait indépendante, et forme un monde clos autour de quelques personnes. C'est ce que j'aime.
Je sors donc de ce roman à pas feutrés, un peu meurtrie par le destin de cette famille, mais calme car c'est impossible de s'emporter en lisant Aki Shimazaki.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
fanfanouche24
  24 mai 2019
Je retrouve Yukô, la sympathique hôtesse de la société Goshima, qui a abandonné son amoureux "caché", Takashi Aoki, pour se résoudre à épouser le fils du prédisent de la banque Sumida, partenaire principal de la compagnie Goshima! [ voir "Mitsuba"]; Cette fois-ci , nous avons l'histoire racontée par Yukô, qui nous offre le vécu de ce 1er amour contrarié, après que nous ayons appréhendé la même histoire par la bouche de Takashi...
L'histoire débute avec l'anniversaire (13 ans) de la fille unique de Yûko (qui on l'apprend très vite, est l'enfant du 1er fiancé, Takashi), que le riche mari officiel a accepté d'élever comme son propre enfant, et cela dans le secret le plus absolu...
A l'anniversaire de sa fille, elle sympathise avec la mère d'une amie de sa fille, Mitsuba...Yûko est ravie car elle a peu d'amies, dans sa vie pourtant dorée... dans une famille riche et puissante . Toutefois, elle se sent aimée et respectée par son mari et des beaux-parents...
Cette nouvelle amie, Yoshiko... lui propose une journée de balade dans une autre ville... ce qui sera une très belle journée pleine de complicité, de découvertes culturelles, et aussi d'émotions... provenant d' une petite boite d'allumettes décorée par le mari de Yoshiko ..."artistique et érotique"...
Ce petit objet va être l'élément du suspens... de celui -ci adviendront des révélations assez saisissantes... qui bouleverseront, entre autres, l'existence conjugale de Yûko...
Autre récit qui soulève des réalités privées dérangeantes pour les convenances et les codes sociaux japonais: l'homosexualité, l'identité sexuelle, la bisexualité... et suprême tabou: la stérilité masculine...
"Ce que je supporte pas, c'est que je ne suis pas l'amoureuse de mon mari. Je l'aime, mais il aime quelqu'un d'autre. le pire, ce n'est pas la femme mais l'homme qu'il aime, l'homme que je ne peux pas devenir. Son mariage avec moi n'était-il qu'un camouflage ? Une douleur aiguë transperce mon coeur. (...)
C'est une question de priorité . L'amour ou les convenances. Pour eux, l'apparence d'être un couple importe plus que l'amour." (p.104- 106)...

En dépit des sujets délicats traités par l'auteure, la plume reste fluide, pudique,et poétique....Ce petit roman se trouve , cette fois, sous le symbole du Tsubuki [tige à sporanges de la prêle- Plante mystérieuse, très ancienne; Certaines espèces ressemblent à des bambous]
Un autre personnage célèbre...apparaît en filigrane continu du récit: Mishima, son talent d'écrivain, sa maison luxueuse (décorée abondamment mais sans aucun élément rappelant ou évoquant de quoique ce soit du Japon !], son homosexualité, son mariage
pour sauver sans doute les apparences ?!, un texte -"Une soif d'amour" qui divise Yûko et sa nouvelle amie, Yoshiko, dans leur appréciation de lecture...
Lecture qui parle , parmi d'autres sujets, de sexualité...et du poids des origines sociales... ainsi que des conflits dramatiques qui s'ensuivent !...
Des thèmes récurrents, qui se répètent aussi dans les destinées des personnages d'Aki Shimazaki...
Un autre excellent moment de lecture...qui aborde la société japonaise dans toutes ses sphères...sociales et privées !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Annette55
  07 janvier 2019
Ce quatrième tome me laisse un sentiment troublant .
L'idée dérangeante que la lecture lisse du début de l'ouvrage cachait quelque chose de tragique ou déstabilisant !
Yûko a épousé en avril 1981 Takashi Sumida, le fils du président de la banque du même nom.
Sereine et comblée, elle découvre une boîte d'allumettes décorée de Tsukushi, figure symbolique qu'elle trouve " artistique et érotique " lors de l'anniversaire de sa fìlle Mitsuda.
Treize ans après son mariage elle s'aperçoit brutalement qu'elle ne connait pas son époux.....
Est- il possible que les apparences et les convenances, le poids des origines sociales et la maîtrise continuelle de soi, comme un rituel dans cette société japonaise si opaque cachent secrets et mensonges, non- dits et dissimulations ?
Afin de préserver conventions et statut au sein d'une grande famille ?
On sent confusément que quelque chose nous échappe au cours de cette lecture mais Quoi ?
Bien sûr, les apparences sont à sauver à tout prix , coûte que coûte dans une société froide, où les doubles vies sont enfouies au coeur d'un silence impénétrable, oú tradition et modernité se heurtent de plein fouet.
La famille idéale japonaise ne serait- elle qu' hypocrisie et sauvetage des apparences, renonciations et secrets , frustrations ?
Une fois de plus, l'auteur nous surprend par sa finesse.
Simplicité , profondeur et sensibilité se mêlent .
Poésie et beauté, élégance et pudeur donnent à ce récit intimiste , bouleversant teinté de mystère jusque dans les dernières pages un charme envoûtant .
Douleur et Lumiére ! Un ravissement !
Quel bonheur les romans japonais ! J'ai lu et chroniqué le tome 5 il y a quelque temps sur ce site.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
michfred
  11 septembre 2019
Yûko -la jolie "veste orange" de Mitsuba- a préféré à Takashi , employé zélé de la compagnie Goshima , son amoureux, le confort d'un mariage doré et quelque peu contraint avec le fils de la puissante banque Sumida, dont la compagnie Goshima dépend entièrement. 
La vie s'écoule,  oisive et raffinée,  pour Yûko,  épouse comblée, entre ses cours d'ikebana et les cours de violon de Mitsuba, sa fille. (Tiens, tiens, comme le petit  café de ses rendez-vous d'autrefois avec son amoureux,  Takashi)....une vie douillette, protégée, comme le salon de musique insonorisé de sa grande et belle maison.
Alors pourquoi le doute, l'angoisse , les rêves et d'étranges obsessions viennent-elles troubler cette paix conjugale , ce confort douillet?
Un petit dessin suggestif et discrètement érotique sur l'étiquette d'une boîte d'allumettes, l'histoire tragique de Mishima, de ses passions, de son mariage de convenance et de sa mort dramatique,  une convevrsation un peu trop intime avec une nouvelle amie, un concours de circonstances malencontreux, et voilà que la menace sourde  qu'on sentait poindre derrière les robes de soie, les fleurs fraîches et les repas de famille chaleureux, fait une irruption soudaine dans la vie harmonieuse et légère de Yûko. 
Et avec elle le chagrin, le doute, le dépit.
Comme un tremblement de terre.
Un quatrième livre plus resserré,  plus centré que les précédents.
Où le parfait bonheur se révèle soudain une façade pathétique.
Où les affections, les liens sont tout à  coup suspects d'être les pièces d'un jeu d'échecs où il n'y aura ni gagnant, ni gagnante: rien que deux époux malheureux, victimes de l'hypocrisie sociale. 
Où l'auteure analyse finement la condition de la femme japonaise moderne,   dupe d'une émancipation superficielle, qui apprend un métier mais ne l'exerce pas,  puisqu'elle va investir dans le rôle d'épouse et de maitresse de maison  toutes les qualités et connaissances qu'elle a acquises,  en  victime consentante de ce miaï , ou mariage arrangé,  qui la livre à un mari qu'elle n'a pas choisi et qu'elle ne connaît pas.
 Comme ces prêles qui dressent soudain leurs tiges  flexibles surmontées de spores orangées, créant une "surprise" discrètement phallique dans le sous-bois, la découverte d'un mari qu'on voyait comme un être charmant, attentionné et prévenant peut être,  elle aussi,  une "surprise"...
Un récit amer, plein de pudeur et de retenue, malgré le ravage du chagrin et la corrosion du doute, et qui se clôt sur le départ  de Yûko pour la ville de son enfance, Kobe.
 Le 13 janvier 1995. Trois jours avant le séisme.
Ultime "surprise" -et discret non-dit -que le premier livre éclaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
tynn
  19 avril 2017
Dans le premier livre de la série Au coeur du Yamato, le jeune Takoshi Aoki était contraint à renoncer au projet de mariage avec une jolie hôtesse d'accueil de son entreprise.
Une triste histoire d'amour contrarié, une séparation imposée par la pression sociale, avec une mutation au Canada pour permettre au fils d'un riche banquier de la société de lui dérober sa belle.
Plus d'une décennie plus tard, quand Yûko donne sa version des faits, son propre choix entre les deux hommes est plus empreint de culpabilité que de regrets. Son quotidien est confortable, son mari est exemplaire, son mariage arrangé est harmonieux à défaut d'être passionné. de cette époque d'émois amoureux lui reste une fille parfaitement acceptée par son conjoint. Ce n'est pas ce secret bien gardé au sein du couple qui va en briser la sérénité, mais une révélation traumatisante donnant un autre éclairage à cette vie matrimoniale trop bien rangée.
Toujours une extrême pudeur et délicatesse dans l'écriture d' Aki Shimazaki pour évoquer des problématiques personnelles dans une culture où la maîtrise de soi et les apparences constituent un art de vivre. On aborde ici douloureusement le statut de la femme japonaise, dans les études, dans le mariage, confronté au poids des origines sociales et aux convenances.
À travers ce triste portrait d'une épouse, la société japonaise se dessine en contrechamp, par une certaine brutalité psychologique, faites de dissimulations et de compromis. Et le talent de la romancière fait encore une fois merveille pour en peindre les subtilités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2019
Yoshiko me parle d'un roman de Mishima : - Une soif d'amour- C'est un roman que j'avais abandonné à cause d'un passage que je trouvais répugnant. J'étais lycéenne. Je ne connais donc pas l'histoire en entier. Cependant, le titre me séduit toujours. J'écoute Yoshiko m'en faire un résumé. (...)

Quelle histoire ! On peut inventer n'importe quoi. J'ai eu raison d'abandonner ce roman.
Yoshiko proteste :
-Non ! Pour moi, il s'agit de la jalousie et du poids des origines sociales. Mishima les décrit très bien. (p. 68)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
michfredmichfred   17 septembre 2019
-Connais-tu le symbole du tsukushi ?
Elle me regarde comme si la question était incongrue. Elle répond en réfléchissant :
-Non... mais ça doit être "fraternité", car ce nom est écrit là, sur l'autre côté de la boîte.
- Je le pensais aussi, dis-je. Mais c'est "surprise". Je l'ai appris d'une réceptionniste à la banque de mon mari.
- Surprise ? En effet. Ces tiges à sporanges poussent d'un coup, surtout après la pluie. Une croissance aussi rapide est surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2019
Ce que je supporte pas, c'est que je ne suis pas l'amoureuse de mon mari. Je l'aime, mais il aime quelqu'un d'autre. Le pire, ce n'est pas la femme mais l'homme qu'il aime, l'homme que je ne peux pas devenir. Son mariage avec moi n'était-il qu'un camouflage ?Une douleur aiguë transperce mon coeur. (...)

C'est une question de priorité . L'amour ou les convenances. Pour eux, l'apparence d'être un couple importe plus que l'amour. (p.104- 106)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   24 mai 2019
"La maison de Mishima ?" Je réfléchis un moment. Moi aussi, j'ai vu des photos de sa maison luxueuse dans une revue littéraire. (...)
Sa maison ignore totalement l'existence des objets japonais, comme si son propriétaire japonais s'imaginait vivre ailleurs qu'au Japon. (p. 38)
Commenter  J’apprécie          90
arcade_darcade_d   07 mai 2018
" Que dois-je faire ?" Je savais que refuser la demande de la famille Sumida pourrait causer des soucis à beaucoup de gens autour de moi. Surtout à mon père et à T. aoki. Je me sentais comme si la famille impériale me proposait le mariage avec son héritier.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Aki Shimazaki (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aki Shimazaki
Payot - Marque Page - Aki Shimazaki - fuki-no-tô
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1140 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre