AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
ISBN : 2221107438
Éditeur : Robert Laffont (11/09/2008)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 409 notes)
Résumé :
1845, Vétéran de l'exploration polaire, Sir John Franklin se déclare certain de percer le mystère du passage du Nord-Ouest. Mais l'équipée, mal préparée, tourne court ; le Grand Nord referme ses glaces sur Erebus et Terror, les deux navires de la Marine royale anglaise commandés par Sir John. Tenaillés par le froid et la faim, les cent vingt-neuf hommes de l'expédition se retrouvent pris au piège des ténèbres arctiques. L'équipage est, en outre, en butte aux assauts... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  22 mars 2014
Rien qu'en repensant aux heures passées à dévorer ce livre, j'en frissonne encore. Brrrrrr... Pour ceux qui n'ont pas peur de mourir de froid (même simplement en imagination) ce livre sera un pur régal. le seul reproche qui pourrait être fait à cette histoire est sa lenteur.
Cependant, bien que l'histoire avance au rythme ralenti des individus presque pétrifiés par le froid, les tensions et « terreurs » qui parsèment le récit n'en sont qu'amplifiées. Bref, ce récit à vous glacer le sang, régalera tous les fans de mystères mystiques qui ne seront pas effrayés par la taille de ce roman ainsi que par sa relative lenteur.
Commenter  J’apprécie          600
Arakasi
  05 décembre 2013
Longtemps source de fascination et d'ambition, la recherche du légendaire passage du Nord-Ouest – hypothétique passage maritime reliant l'océan Pacifique et l'océan Atlantique – fut l'objectif de nombreuses expéditions polaires pendant la majeure partie du XIXe siècle. L'expédition John Franklin, partie d'Angleterre en 1845, n'est donc qu'une de ces tentatives parmi d'autres mais elle restera longtemps dans les mémoires pour sa fin tragique et mystérieuse. En effet, des deux grands navires constituant l'expédition, le HMS Erebus et le HMS Terror, aucun n'a jamais revu les rives de l'Angleterre. Nulle nouvelle non plus des 128 marins, officiers et soldats de l'équipage, tous disparus au large de l'Alaska. Aucun des nombreux bateaux lancés à la recherche de l'Erebus et du Terror n'ayant apporté de véritable éclaircissement sur cette double disparition, l'expédition John Franklin a progressivement enflé dans la mémoire collective anglo-saxonne, jusqu'à accéder finalement au statut de véritable légende urbaine. C'est à cette fameuse légende que Dan Simmons a décidé de s'attaquer à bras-le-corps.
Nous sommes en 1848 à bord du Terror et de l'Erebus, prisonniers depuis maintenant une année et demie dans les glaces de l'Arctique. Incapables de se libérer de la banquise malgré l'éphémère réchauffement estival, les deux navires affrontent pour la deuxième fois consécutive l'hiver polaire. Dehors, règnent la nuit glacée et l'obscurité éternelle. Dedans, sont frileusement calfeutrés les hommes d'équipage, l'estomac rongé par la famine et le coeur frigorifié par l'angoisse. Depuis longtemps, ils ont renoncé au rêve de pouvoir voguer à nouveau, mais espèrent encore fiévreusement en l'arrivée de secours envoyés par l'Amirauté.
Ce qu'ils ignorent, c'est qu'ils ne sont encore qu'au début de leur calvaire... Car le froid s'intensifie. La nuit s'obscurcit. Et dehors, rôde une bête monstrueuse, une « Terreur blanche » bien trop gigantesque pour être un simple animal, qui fauche les uns après les autres les malheureux marins et entraîne leurs corps mutilés sous la glace pour les dévorer. Pourtant, les hommes s'obstinent à lutter, prêts à toutes les extrémités pour s'accrocher à la vie, y compris à marcher des milliers de kilomètres sur la terre gelée pour retrouver le monde civilisé. Mais parviendront-ils seulement à quitter les navires en perdition ? Parviendront-ils à regagner l'océan ? Qui se souviendra du Terror et de l'Erebus ? Qui se souviendra de sir John Franklin, du capitaine Francis Crozier, du chirurgien Goodsir, de l'enseigne Irving, du maître des hunes Harry Peglar et de tant d'autres quand la glace impitoyable aura brulé leurs âmes et broyé leurs cadavres ?
Davantage qu'un roman fantastique, c'est un splendide récit d'aventure que nous offre là Dan Simmons, une excursion tragique et haletante dans l'enfer glacé du Grand Nord ! Comme pour son roman plus récent « Drood », on ne peut que saluer l'impressionnant travail d'historien effectué par le romancier et le sens du détail avec lequel il retranscrit le contexte historique de son récit. Mais ce sens du détail et cette exactitude ne seraient rien sans le souffle qui parcourt le roman de fond en comble, un souffle glacial et coupant comme un rasoir qui réfrigère jusqu'à la moelle des os les pauvres lecteurs que nous sommes. Comme c'est généralement le cas chez Simmons, les personnages bénéficient d'une psychologie fouillée et sont traités avec beaucoup de réalisme, ce qui ne fait qu'accroître l'empathie et la pitié que l'on éprouve à leurs égards. L'aspect surnaturel, quant à lui, reste assez discret – si discret qu'il décevra peut-être certains amateurs du genre – y compris lors des apparitions de la « Terreur blanche », monstre terrifiant certes, mais surtout allégorie d'un pays hostile et meurtrier où l'homme blanc et sa civilisation ne peuvent que périr, faut de savoir s'y adapter.
Effrayant, palpitant et addictif, « Terreur » se dévore à toute vitesse malgré ces 1000 pages et quelques : je le recommande très chaleureusement aux amateurs de l'oeuvre de Simmons et à tout autre lecteur en mal de sensations fortes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
boudicca
  02 février 2017
Dan Simmons est un génie. Je le soupçonnais déjà après avoir enchaîné plusieurs de ses romans fantastiques (« Collines noires », « L'échiquier du mal » et surtout « Drood »), mais le doute n'est désormais plus permis. Il est vrai que le sujet avait de toute façon de quoi me plaire, moi qui suis passionnée par tout ce qui concerne les entreprises d'explorations lancées aux quatre coins du globe tout au long des XIXe et XXe siècles. Parmi la multitude d'histoires passionnantes rapportées par les explorateurs, aucune n'arrive cependant à la cheville de celle du désastre de l'expédition Franklin. Nous sommes en 1845 et deux navires équipés de ce qu'il se fait alors de mieux en terme d'innovations techniques (un moteur à vapeur, un chauffage interne...) quittent l'Angleterre pour se rendre au Pôle nord. Leur mission est simple mais délicate : trouver le célèbre « passage du Grand-Nord », cette route maritime pour l'heure inconnue censée relier les océans Pacifique et Atlantique et sinuant entre les différents territoires de l'Arctique. Aucun des cent vingt-neuf hommes partis à bord du Terror et de l'Erebus ne reviendront. Si le mystère de leur disparition s'est éclaircis au fil des années grâce aux vestiges retrouvés par d'autres explorateurs et aux progrès de la science, on ignore toujours avec certitude comment ont péri les membres de l'expédition. C'est sur ces rares indices récoltés tout au long du XXe siècle par différents chercheurs que se base Dan Simmons qui laisse ensuite le soin à son imagination de combler les pans de l'histoire qu'il nous manque encore.
Pendant près de sept cent pages, l'auteur retrace l'enfer vécu par les hommes de Franklin, pris dans la glace dès l'hiver 1846 au nord de l'île du roi Guillaume. Page après page, le récit nous plonge dans le terrible quotidien des membres de l'expédition et ce avec un tel luxe de détails que l'immersion du lecteur est non seulement immédiate mais aussi d'une intensité difficile à égaler. La faim, causée par un mauvais approvisionnement qui empoisonne les hommes plus qu'il ne les nourrit ; la maladie, qui affaiblit le corps et le moral des troupes ; la peur de cette chose horrible qui rode sur la banquise et menace de les emporter tous ; et surtout le froid, ce froid terrible qui provoque engelures et problèmes pulmonaires à la moindre inattentions (on atteint parfois les -50°C...) : autant de sensations que le lecteur en vient lui-même à éprouver tant les descriptions qu'en fait Dan Simmons vous prennent aux tripes. Il faut dire que l'auteur a effectué un sacré travail de documentation pour que la reconstitution soit la plus réaliste et la plus cohérente possible. Tous les indices patiemment réunis depuis des années sont ainsi réutilisés avec minutie : les dates et les mouvements de l'équipage correspondants ; les tombes des trois marins de Beechey ; le message retrouvé dans le cairn dans lequel les capitaines Crozier et Fitzjames font état de la tragédie en cours ; les traces retrouvées sur des cadavres et suggérant que certains des survivants se seraient livrés au cannibalisme ; la forte exposition au plomb révélée par les prélèvements effectués sur les corps retrouvés...
L'auteur connaît son sujet sur le bout des doigts et les lecteurs qui s'étaient déjà passionnés pour cette histoire seront ravis d'y retrouver tous les éléments qui ont contribué à forger la légende Franklin. L'expédition n'est d'ailleurs pas le seul sujet sur lequel Dan Simmons a du effectuer quantité de recherches, le roman fourmillant de références au mode de vie inuit sur la banquise ainsi qu'aux différentes textures de glace en fonction des sites explorés par l'équipage. le récit aurait d'ailleurs été suffisamment passionnant si l'auteur s'était contenté d'une « simple » reconstitution historique, mais l'ajout d'une touche de fantastique permet de souligner davantage l'aspect dramatique du roman, la tragédie vécue par ces hommes prenant une dimension presque mythique. le véritable tour de force de l'auteur réside pourtant avant tout dans sa capacité à donner vie à des personnages d'une telle humanité et d'une telle profondeur que la connexion qui se créée avec le lecteur est d'une force incroyable. Si le capitaine Crozier occupe en grande majorité le devant de la scène, le récit s'attarde également sur une dizaine d'autres membres de l'équipage que l'on suit dans leur lutte pour survivre à cet enfer blanc qui finira par tous les engloutir. Et c'est là que réside toute la force du roman : on connaît dès le départ le sort qui attend les membres de cette expédition, et pourtant on ne peut s'empêcher de s'y attacher ce qui rend la lecture encore plus poignante. le docteur Goodsir, l'enseigne de vaisseau John Irving, Harry Peglar, le pilote des glaces Blanky, le sage Bridgens.. : autant de personnages qui me hanteront sûrement longtemps et que je me suis résolue à quitter avec énormément d'émotion et de tristesse.
Dan Simmons signe avec « Terreur » un roman passionnant de bout en bout et tellement bouleversant qu'on a bien du mal à revenir sur Terre une fois la dernière page tournée. Un voyage éprouvant mais extraordinaire, que je vous invite tous à entreprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3910
alberthenri
  16 octobre 2016
Plus de 1000 pages !
Cela peut faire hésiter.
On aurait tort de se laisser décourager par un pavé quand il est de cette qualité.
Car TERREUR, n'est pas seulement un gros livre, c'est d'abord un grand livre.
Une preuve ? Je ne suis guère féru de récits maritimes, et pourtant, j'ai trouvé passionnant les détails techniques que l'auteur a réunis.
Mais, au fait, de quoi est il question ?
Nous sommes en 1845, deux bâtiments britanniques, L'Erebus et le Terreur, sont piégés dans les glaces.
Face à l'incompétence, l'injustice, le froid glacial, la faim, la situation va vite devenir dramatique.
Ajoutons à cela, que la menace d'une créature mystérieuse, sorte de croisement entre le yéti et un démon, aggrave encore la peur et les doutes qui assaillent les naufragés.
Là, je suppose que Simmons, habitué du fantastique, n'a pu s'empêcher de placer cet élément dans son récit, mais cela, loin d'être incongru, apporte un plus au roman.
Le roman n'est donc pas long, car le récit est véritablement passionnant, à tel point que j'ai eu du mal à le lâcher avant le fin, ce qui est assez rare, puisqu'il m'arrive souvent d' intercaler dans mes lectures d'autres lectures et de les faire durer.
Impossible avec un "page turner" (je n'aime pas trop les anglicismes, mais celui-ci est approprié) comme TERREUR.
Dîtes Babelio, on ne peut vraiment pas emmener 7 livres sur une île déserte, celui-ci ferait bien mon 7 ème choix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          495
finitysend
  27 février 2012
SOLIDE .. Une sacré atmosphère ...
Ce récit à tout le charme qui caractérise les récits de voyages du 18e et 19e siècle ...
L'auteur a su restituer cette ambiance très particulière des narrations ( journaux de voyages et compte rendue d'équipage qualifié ) de ces voyages d'explorations ..
Les personnages de terreur sont excessivement cohérents avec leur époque ( marine britannique du 19e siècle ) .. stratification sociale .. " indigènes " .. sacré et profane ... milieux socio-culturels ... etc. ...
Le plus gros de ce très long roman de plus de 1000 pages se passe sur deux navires coincés dans les glaces et campe par ailleurs des " courses " sur une banquise impitoyable .. une fuite éperdue dans le blizzard ..
Ce roman à le très solide mérite de nous immerger ( de façon soignée et nuancée ) dans le quotidien d'une autre époque ... en compagnie de personnages souvent attachants et toujours complexes ..
Le lecteur est transporté dans l'arctique maritime canadien ( étude et exploitation très fouillée des phénomènes climatiques et glaciologiques de ces régions ) ...
Cet environnement est abordé avec les moyens qui sont ceux du 19e siècle et cela n'a donc rien du " club Med " ( hum !! ) ..
Par ailleurs l'auteur n'a pas de tabous mal placés et il démontre qu'il a les idées larges et une grande liberté d'expression ..
Au-delà de l'aspect roman historique solidement documenté ... l'auteur pose un environnement angoissant teinté de surnaturel ..
Cet aspect surnaturel m'a séduit car il se prête plusieurs niveaux de lecture :
On peut prendre pour argent comptant ce que voit l'équipage ( ou croit voir ?? ) ... on peut tout à fait légitimement aussi penser à des épisodes chamaniques ou magiques et aux effets du scorbut sur le système nerveux ... ( à vous de choisir ) ..
Ce qui est également appréciable c'est l'absence de misérabilisme larmoyant alors que l'on enfile drame sur drame ...
J'adore cette complexité qui possède tous les aspects de la richesse narrative et rien de l'artillerie lourde de la simplification pathétique et maladroite ..
Enfin c'est un très long roman autant dire que si on possède une prédilection exclusive pour les textes brefs Terreur n'est peut-être pas à tenter ... ??
Personnellement j'ai adoré savourer cette longueur où l'effroi point toujours à l'horizon et ou l'auteur nous surprend régulièrement .. voire nous émerveilles ... mais au minimum nous impressionnes ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
benjetpascalbenjetpascal   17 février 2019
Lady Jane a sûrement réussi à faire bouger la Navy et le Parlement, deux institutions également léthargiques.
Commenter  J’apprécie          00
benjetpascalbenjetpascal   17 février 2019
La vie est solitaire, misérable, dangereuse, animale et brève.
Commenter  J’apprécie          00
WolandWoland   16 décembre 2010
[...] ... Dehors, il fait noir comme dans le ventre d'une anguille - pas de lune, ni d'étoiles, ni d'aurore boréale - et, surtout, il fait froid ; la température atteignait - 53° C six heures plus tôt, lorsque le jeune Irving est monté la mesurer, et un vent violent sur les moignons de mâts [les mâts ont été démontés en partie afin de donner une meilleure assise au bateau] et sur le pont gîtant et couvert de glace, chassant la neige devant lui. Comme il émerge de la bâche gelée tendue au-dessus de la grande écoutille, Crozier plaque sa main gantée sur son visage pour se protéger les yeux et aperçoit la lueur d'une lanterne à tribord.

Reuben Male est agenouillé près du soldat Heather, qui gît sur le dos, débarrassé de sa casquette et de sa perruque galloise, mais aussi d'une partie de sa boîte crânienne, ainsi que le constate Crozier. Aucune goutte de sang ne semble avoir coulé, mais il distingue des bribes de cervelle luisant à la lueur de la lanterne : une couche de cristaux de glace recouvre déjà cette matière grise.

- "Il est encore vivant, commandant", dit le chef du gaillard d'avant.

- Foutredieu !" s'exclame l'un des hommes qui se pressent derrière Crozier.

- "Suffit !" s'écrie le premier maître. "Cessez de blasphémer ! Et attendez, pour l'ouvrir, qu'on vous adresse la parole, Crispe."

Sa voix est à mi chemin du grondement de dogue et du reniflement de taureau.

- "Monsieur Hornby", dit Crozier. "Demandez à Mr Crispe de redescendre et de nous rapporter son hamac pour transporter le soldat Heather.

- A vos ordres, commandant," répondent à l'unisson le premier maître et le matelot.

On sent vibrer le pont sous les bottes de ce dernier, mais le vent assourdit le bruit de sa course.

Crozier se redresse et éclaire les alentours.

La lourde rambarde devant laquelle s'était posté le soldat Heather, sous les enfléchures prises dans la glace, est réduite en pièces. La brèche ainsi ouverte donne sur un toboggan de glace et de neige d'une dizaine de mètres de long, que la tempête de neige dissimule en partie. On n'aperçoit aucune empreinte dans le petit disque de neige éclairé par la lanterne du capitaine. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
WolandWoland   16 décembre 2010
[...] ... Crozier voulait savoir s'il était possible de voyager sur la banquise à marche forcée, en tractant un bateau et un traîneau en pleine charge. Les onze hommes étaient partis le 23 mars, à sept heures du matin, par une température de - 39° C, salués par les hourras de tous leurs camarades en état de se lever.

Des Voeux et son équipe étaient revenus au bout de trois semaines. Si on ne déplorait aucune perte dans leurs rangs, ils étaient tous harassés et quatre d'entre eux souffraient d'engelures. Magnus Manson était le seule membre de cet équipage d'élite à ne pas sembler sur le point de mourir d'épuisement.

En trois semaines, ils n'avaient pu parcourir que quarante-cinq kilomètres en ligne droite. Par la suite, Des Voeux estima que la distance réelle qu'ils avaient couverte s'élevait en fait à deux-cent-quarante kilomètres, car il était impossible d'éviter les détours sur une banquise aussi accidentée. En mettant le cap au nord-est, ils avaient affronté des conditions climatiques encore plus dures que celles du Neuvième Cercle de l'Enfer, où ils étaient bloqués depuis deux ans. Les crêtes de pression étaient légion. Certaines s'élevaient à plus de vingt-cinq mètres. Il était malaisé de garder le cap lorsque les nuages occultaient le soleil et les étoiles elles-mêmes disparaissaient durant les nuits de dix-huit heures. Quant à la boussole, elle ne servait à rien si près du pôle Nord magnétique.

Ils avaient pris la précaution d'emporter cinq tentes, bien qu'ils n'aient compter en utiliser que deux. Mais les températures nocturnes étaient si basses qu'ils avaient passé les neuf dernières nuits entassés dans une seule tente, y dormant d'un sommeil au mieux agité. En fait, ils n'avaient guère eu le choix, les quatre autres ayant été emportées ou détruites par le vent.

Des Voeux avait réussi à maintenir le cap au nord-est mais, à mesure que le temps s'aggravait et que les crêtes se faisaient plus denses, les détours auxquels ils étaient contraints étaient de plus en plus fréquents, de plus en plus pénibles, et le traîneau avait souffert à force d'être hissé encore et encore sur des hauteurs de plus en plus escarpées. Ils avaient perdu deux jours à le réparer, bloqués dans un maelström de neige et de bise. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CaracallaCaracalla   10 octobre 2012
Alors le capitaine a déclaré : « C’est le scorbut, les gars. » C’était la première fois qu’un officier — capitaine, chirurgien, premier ou second maître — prononçait ce mot en trois ans. « Nous sommes victimes du scorbut, les gars, a-t-il poursuivi. et vous en connaissez tous les symptômes. Mais si vous ne les connaissez pas ... ou si vous n’avez pas assez de couilles pour y penser ... nous devons éclairer votre lanterne. » Alors, il a demandé au Dr Goodsir de le rejoindre et d’énumérer les symptômes du scorbut.
Ils approchaient à présent de l’Erebus. Peglar reprit :

— « Des ulcères, a dit Goodsir. Des ulcères et des hémorragies, sur toutes les parties du corps. Comme des petites poches de sang sous la peau. Qui coulent de tous les orifices de votre corps tant que dure la maladie : de votre bouche, de vos oreilles, de vos yeux, de votre cul. Vient ensuite une contraction des membres ; vos bras puis vos jambes se raidissent et refusent de bouger. Vous devenez aussi maladroit qu’un bœuf frappé de cécité. Ensuite, vos dents se mettent à tomber. » Goodsir a marqué une pause. Le silence était si épais qu’on n’entendait même pas respirer ces cinquante hommes. On n’entendait que le navire grogner et grincer dans son étau de glace. « Et pendant que vos dents tombent, a repris le chirurgien, vos lèvres virent au noir et se racornissent, exposant au jour ce qu’il vous reste de dents. Vous ressemblez à un mort. Puis vos gencives se mettent à enfler. Et à empester. Car telle est la source de la puanteur qui accompagne le scorbut : vos gencives en train de pourrir de l’intérieur. »
Peglar reprit son souffle.

— « Mais ce n’est pas tout, a-t-il poursuivi. Votre vision et votre ouïe sont affectées ... ainsi d’ailleurs que votre jugement. Soudain, il vous paraît tout naturel d’aller faire un tour dehors sans avoir enfilé ni vos moufles ni votre tenue de froid. Vous perdez le nord, vous ne savez même plus planter un clou. Et non contents de vous trahir, vos sens se retournent contre vous. Si l’on propose une orange bien fraîche à un malade du scorbut, l’odeur qui s’en dégage lui donne la nausée, le rend littéralement fou. Le bruit d’un traîneau glissant sur la neige lui est insupportable ; celui d’un coup de feu peut lui être fatal. »
« L’un des complices de Hickey a lancé une objection. “Mais on boit pourtant notre jus de citron !”
« Goodsir a secoué la tête avec tristesse. “Il ne nous en reste plus beaucoup en réserve, et ce qu’il nous reste ne vaut plus grand chose. Pour une raison qui nous est inconnue, les antiscorbutiques comme le jus de citron perdent leur puissance au bout de quelques mois. Notre jus de citron est vieux de trois ans et on n’en a quasiment plus.” »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Dan Simmons (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
Interview de Dan Simmons.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2617 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..