AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253049890
380 pages
Le Livre de Poche (01/05/1989)
3.82/5   107 notes
Résumé :
Adrien, jeune photographe, est fasciné par les lieux de commencement, ceux où, à ses yeux, l'histoire de l'humanité a basculé : le lac Turkana au Kenya, où s'est redressé celui qui, cessant d'appartenir au monde animal, allait inaugurer le règne de l'homme. Hiroshima, où celui-ci a découvert qu'il pouvait s'autodétruire et annihiler l'univers. Cap Kennedy, enfin, d'où sont partis, en juillet 1969, trois Terriens qui allaient marcher, pour la première fois, sur un ob... >Voir plus
Que lire après Le voyageur magnifiqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Je n'etais pas vierge d'a priori avnat de commencer ce livre. Un chanteur-parolier peut-il aussi etre un excellent ecrivain ? le fait est que j'avais comme « peur d'etre decu » … mon plaisir en aura en fait ete grandi car loin d'etre decu, j'ai beaucoup apprecie ce roman, construit en tres court chapitres de quelques pages, et qui nous conte l'histoire d'Adrien, photo-journaliste en quete du « commencement », et sa rencontre avec Milena, jeune actrice tcheque qui rentre dans sa vie incidemment, a la fin d'un film de Woody Allen. Voila pour « le commencement ». Par la suite, l'histoire nous ballade entre Paris, les Etats-Unis, le Kenya, et le Japon (long expose de la culture japonaise et des reflexions sur ca reussite) et nous invite a suivre la relation qui se construit (et se deconstruit) entre Adrien et Milena, nous propose leurs reflexions intimes sur les relations humaines, sur les relations amoureuses, sur la culture japonaise, sur l'arrivee d'un enfant dans le couple et d'autres choses encore. Un roman foisonnant, tres agreable a lire et qui offre a reflechir. Souvent je suis sorti du tram (qui etait mon lieu de lecture pour cet opus) avec une emprunte dans les pensees comme un pas dans le sable. Les mots qui continuent de courir. le sentiment que peut-etre ces courts chapitres etaient un peu comment autant de chanson. Des mots bien chosis, des phrases travaillee et 1 message. Un roman qui en plus d'offrir des reflexions sociologiques, artistiques n'hesite pas a parler un peu de science. Une bonne surprise dans le sens ou d'une certaine facon il reconnait la science comme une part de la culture et pas comme une chose bizarre reservee a des specialistes. Encore quelques mots pour remarquer que malgre le grand plaisir que j'ai eu a lire ce texte, j'ai eu quelques soucis avec les personnages non fictionnels repris dans le roman comme par exemple Neil Amstrong ou Yves Coppens. La rencontre par exemple avec Neil Amstrong ne m'a absolument pas convaincu et a un peu gache mon plaisir de par son « incoherence ». de meme les perigrinations d'Adrien et ses « rencontres » chanceuses qui laissaient trop bien voir l'ecrivain. Cette remarque peut paraitre bizarre, mais j'entends par la qu'on sentait trop bien qu'Adrien ne vivait pas par lui-meme et que ca vie etait guidee par la plume d'Yves Simon: j'aime quand l'auteur se laisse oublier …
Si je devais garder une image du livre, ce serait une image qu'Yves Simon a apprement empruntee a Tchekov, celle des oiseaux migrateurs. En les voyant, on pense qu'ils ont pris leur envol pour partir vers d'autres terres, qu'ils savent ou ils vont. Mais en fait, ils n'ont qu'un seul plaisir c'est etre la et voler. Voila une metaphore du couple et de la vie qui raisonne en moi avec (naive) justesse.
Commenter  J’apprécie          140
L'auteur relate l'amour (autobiographique au vu de la dédicace) d'un photographe et d'une comédienne.
Cette belle histoire s'effondre en partie lorsqu'ils s'aperçoivent qu'ils n'ont pas la même vision de leur enfant à naître.
J'ai trouvé (mais ce n'est que mon avis) ce livre légèrement suranné, un peu artificiel et surtout autocentré : le narcissisme est présent chez tous les personnages et en particulier celui du futur père.
Cependant il est bien écrit et j'ai apprécié la quête de l'auteur sur les origines du monde et les descriptions de paysages de même que la rencontre avec un des héros de ma jeunesse.
Commenter  J’apprécie          220
Quel beau livre ! Je l'ai lu il y a plus de 20 ans et pourtant cette quête d'un amour et d'un enfant rêvé - et donc impossible - à travers les rues de Tokyo m'avait bouleversé et j'y pense souvent...
A découvrir en se laissant porter par la musique des mots et des sentiments de ce grand poéte qu'est Yves Simon
Commenter  J’apprécie          110
Roman sentimental, plus que métaphysique, même si la thématique des "commencements" est omniprésente; en gros, un homme qui n'est pas très partant pour avoir un enfant VS sa compagne qui, elle, ne pense qu'à l'enfantement. Evidemment, cela ne se termine pas très bien.
C'est la France des années 1980, entre celle du passé et celle de notre époque. Internet n'existe pas encore, ni les réseaux sociaux; c'est agréable pour ceux qui comme moi ont connu cette époque dans leur jeunesse. Mais c'est aussi la grande mélancolie des années 80.
Point très positif : le chanteur-écrivain Yves Simon fait sans doute partie des derniers écrivains francophones qui savent encore écrire et qui ont de la culture (quand on lit ce qu'on lit parfois aujourd'hui !).
J'ai relevé une citation très intéressante, qui témoigne du passage de la modernité à la postmodernité :
"Ne vous moquez pas, vous êtes scientifique... et je vous porte en haute estime, c'est vrai que depuis trois siècles, c'est la science qui a produit notre puissance d'aujourd'hui, et nous éprouvons, à juste titre, de l'orgueil de ses succès... Mais c'est devenu une drogue. Hors d'elle point de salut. Or ce pouvoir, vous savez bien qu'il a dû être extorqué à des prêtres qui, bons princes et lucides, après avoir longtemps résisté, se sont mis finalement à voir d'un bon oeil que vous vous accordiez le profane à condition de ne pas toucher au sacré, qui pouvait ainsi rester leur domaine réservé. Mais aujourd'hui que Dieu et ses prêtres sont absents, que vous avez pris leurs places vacantes, laissez-moi imaginer que votre position est aussi précaire que la leur et que pourquoi pas elle disparaitra un jour elle aussi."
Commenter  J’apprécie          20
Un homme, un voyageur ayant un but, une femme, une actrice. Jolie histoire, écriture simple, mais prenante, et puis voilà l'enfant, et Yves Simon part dans un délire, délire qui me gène et qui gâche un peu l'histoire, ce n'est pas un happy end, et j'ai été frustré
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
C'est bien ça le mystère... Ce temps qui passe et qu'on dépense sans compter. On dilapide tant de nos secondes... Souvent, je m'en veux de n'être pas vigilante avec lui, de ne pas faire plus, de ne pas mettre en place des projets, observer, apprendre, écouter les gens, mieux ... On reste accrochés à tant de choses qui nous envahissent et volent nos énergies. [...] Mon Dieu, s'il y avait des répétitions aussi dans la vie pour apprendre à vivre, apprendre à aimer, apprendre à ne pas faire mal, apprendre à attendre, à comprendre, apprendre à se garder ...
Commenter  J’apprécie          240
Pourtant, ils savaient qu'ils avaient changé. Mais ce n'était pas encore un reniement, ni une accommodation. ils vieillissaient lentement, sans s'en rendre compte, imaginant que le monde vieillissait à la même vitesse qu'eux. C'est seulement un peu plus tard, dans six mois, dans un an, que des forces qu'ils n'auraient pas remarquées s'opposeraient à eux, à ce qu'ils appelleraient leur liberté ou la réalisation de leur vie, et qu'ils découvriraient l'énergie qu'il faut déployer pour résister à ces enfermements leur annonçant qu'ils venaient de perdre une partie d'un pouvoir, celui d’être jeunes et de dire merde au monde entier.
Commenter  J’apprécie          40
ma petite, mon amour de fille, il faut savoir pourquoi il y a tant de forces qui nous empêchent de vivre la vie que l'on rêve de vivre et il faut apprendre à en rire, vraiment apprendre à rire, pour sortir vivant de tout cela.
Il n'y a que le rire et l'ironie qui peuvent sauver ce qui peut être sauvé ... p 367
Commenter  J’apprécie          90
Ma belle âme.
C'est parce qu'il y a cette distance entre nous que j'ose te dire les mots les plus amoureux, avouer mes élans, comme si un invisible gardien des secrets m'empêchait d'en parler quand tu es auprès de moi. [...]
J'aimerais te dire vous, ma belle, mon adorée, mon aimée, ma câline, vous êtes si exclusive, entière que je vous admire sans vous le dire. Vous êtes tellement belle à regarder vivre, que je sens ma honte d'être si frileux, alors qu'il suffirait de tout donner et d'être ouvert à tout, pour tout recevoir. C'est bien cela l'amour, n'est-ce pas ? J'aime l'amour avec vous, votre nuque et le duvet de vos cheveux naissants que j'embrasse et effleure comme s'il fallait se retenir pour ne pas y planter les dents.
Je t'aime du bout du monde comme un navigateur désespéré qui saurait qu'il n'y a plus de côte, plus de terre où accoster, mais qui cherche encore et encore l'étoile du Nord... Tu es cette étoile, une étoile tombée du ciel pour me séduire et rendre brillant tout ce qui se voile d'ombre et d'opacité. Je t'aime de cette manière désordonnée car je sais que le monde est fait de morales de circonstance, alors, autant les oublier et redéfinir pour soi et pour l'autre les codes du bien et du mal, laisser monter en nous la force d'aimer et la force de mal aimer, comme si elles étaient des lois écrites pour nous seuls, innocents et purs, choisis par un dieu n'aimant pas les relations publiques, pour que nous n'ayons pas à répandre la nouvelle de cela...
J'ai tellement espéré une femme qui ait la force d'une femme et la naïveté d'une jeune fille, que... c'est cela que je voulais te dire : cette espérance à trouver un visage et une âme, et ils te ressemblent.
Plein d'abîmes s'ouvrent autour de nous, pareils à des gueules de dragons qui enflammeraient chacune de nos incartades... et pourtant, nous sommes là, tendus, patients, émerveillés par ce monde qui nous a fait rencontrer.
Quelle heure, quelle année est-il donc pour que la nuit soit si vite tombée sur cet univers où tout s'achète, se vend... [...] Je t'aime ardemment parce que tu ne ressembles à rien de tout cela. Tu ne me ressembles pas, tu ne ressembles à aucune fiction, tu es l'archange blond, un épi sur le côté, venu sauver en moi la fraîcheur, l'élégante innocence de mon enfance, quand j'attendais l'instant, le corps embrasé, de te rencontrer, toi qui sais accepter mes rêves et ces silences indignes.
[...]
De si loin, mon coeur bat pour vous.
Commenter  J’apprécie          00
Mais les débuts ...
Ceux des rencontres entre les personnes, ce qui les relie entre elles, les débuts d'histoires d'hommes et de femmes sont mystérieux parce qu'invisibles et imprécis, et ceux qui les vivent n'en perçoivent rien.
Partis, oubliés dans nos mémoires les premiers mots prononcés, la première compassion, le premier mot griffonné...
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Yves Simon (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Simon
07 janvier 1989 Le chanteur Yves SIMON parle de son livre "Né en France", livre qui raconte des souvenirs anecdotiques dignes de passer à la postérité. Il se livre au jeu de l'anti-portrait chinois : que voudrais-tu être... Quelle serait pour toi la pire injure, etc. Images d'archive INA Institut National de l'Audiovisuel.
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (253) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3657 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}