AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gisèle Bernier (Traducteur)Jacques Robert (Éditeur scientifique)
EAN : 9782234060678
281 pages
Éditeur : Stock (19/09/2007)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Yasha Mazur est magicien :

il avale des épées ou du feu, sait marcher sur une corde raide, forcer des serrures compliquées.

Il passe donc la majorité de son temps sur les routes pour gagner sa vie, délaissant Esther, sa fidèle épouse depuis plus de vingt ans.

Yasha se fait remarquer dans son village, Lublin, mais non grâce à ses talents.

Il ne s'inquiète guère de sa barbe longue ou de suivre les rites e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ODP31
  21 mars 2020
Yasha Mazur tient plus de David Copperfield que de Garcimore.
Le magicien de Lublin illusionne son monde et séduit toutes les femmes pendant ses tournées à travers la Pologne de la fin du 19ème siècle.
Accompagné de son assistante Magda, d'un perroquet et d'un singe, il se produit dans les salles de province, hypnotise, avale des épées, crache du feu et rêve de gloire dans les capitales européennes.
Entre deux tours de passe-passe, l'artiste passe partout et se permet quelques détours pour s'offrir quelques passes. Epris de liberté, aucune serrure ne lui résiste et il est obsédé par l'idée de trouver le moyen de voler comme un oiseau. Un sacré numéro.
Pris en étau entre son épouse fidèle et docile, sa jeune assistante fougueuse et jalouse, la femme d'un prisonnier et surtout par Emilia, jeune veuve avec laquelle il imagine partir pour l'Italie, il étouffe et fuit sans cesse ses responsabilités, peu avare de promesses qu'il honore moins que celles qui veulent bien les croire.
Juif polonais, Yasha fuit également les synagogues. Mais son athéisme de façade ne l'absout pas de cas de conscience sur le prix à payer sur le chemin de la fortune et de révélations mystiques. Il va peu à peu perdre la magie de sa baguette.
Cette histoire, écrite avec des mots simples, pourrait passer aujourd'hui pour un conte folklorique un peu désuet, mais l'auteur, Isaac Bashevis Singer est le véritable prestidigitateur de Lublin. Dans son chapeau, ne sort pas une colombe mais une quête identitaire qui révèle que personne n'échappe vraiment à ses racines.
Prix Nobel en 1978, Isaac Bashevis Singer a toujours écrit en Yiddish malgré son exil aux Etats Unis en 1935 pour fuir l'antisémitisme et il répéta souvent qu'il ne parlait que de lui dans ses livres, car, pour résumé, c'était le sujet qu'il connaissait le mieux. Comme son personnage, l'auteur était parait-il trigame et collectionnait les garçonnières.
Si par son indécision chronique, l'envie de découper à la scie Yasha Mazur dans un numéro raté m'a traversé l'esprit, cette histoire divertissante se singularise à mes yeux par une morale non binaire qui touille tentation et pénitence.
En ses temps difficiles, un peu de magie ne fait pas de mal et il est bon de se souvenir du rire célèbre, communicatif et enfantin de Garcimore. Il marche encore. Mieux que ses tours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          655
Ambages
  29 mai 2019
Que d'interrogations pendant cette lecture, de difficultés avec les idées religieuses qui tiraillent le protagoniste principal Yasha... et puis l'idée toute simple est apparue : « Quel nom donner à cette puissance, sinon celui de Dieu ? Et quelle différence si on l'appelle la Nature ? » et oui, c'est ça ! C'est Yasha qui m'a apporté la solution et c'est tout bête.
Ça permettrait à tout le monde de se parler si chacun comprenait et acceptait qu'un même concept puisse porter différents noms selon sa culture. On pourrait communiquer. Mon Dieu est Nature, Homme, mais pour autant je me pose les mêmes questions que Yasha : pourquoi les flocons de neige sont si beaux, si harmonieux et ont cette forme et pas une autre ? Finalement je m'aperçois que j'ai beaucoup de points communs avec Yasha. Mon Dieu est Nature. Si un jour on m'avait dit que j'écrirais ça !
J'aime j'aimerai.
Un leitmotiv pour cet homme. Comment ne pas résister à l'envie de voir, de tester, de comprendre, de se comprendre aussi. Et pourtant « ses passions l'écorchaient comme des fouets » car elles l'angoissaient, tant de questions irrésolues lui nouaient le coeur.
C'est peut-être aussi pour cela qu'il veut tant plaire et séduire car dans la démarche de séduction, seul le présent compte, et ces femmes le rassurent, lui permettent d'oublier un instant sa grande question : pourquoi existe-t-il.
Et c'est aussi pour cette raison qu'il est magicien, qu'il marche sur un fil... dans tous les sens. Il repousse les limites en ouvrant toutes les serrures. On ne sait jamais ce qu'il peut se cacher derrière une porte...
Et les femmes dans tout ça ? me direz-vous... Une réponse : j'aime j'aimerai. Pour toujours. Yasha.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          378
SZRAMOWO
  30 novembre 2014
Le magicien de Lublin, habile en tours et passe-passes de toutes sortes, capable de faire céder les serrures les plus coriaces, bel homme et ardent séducteur, a cru que la vie était aussi simple que l'un de ses spectacles.
Tiraillé entre son épouse fidèle, Esther la juive religieuse, Magda une gentille de rencontre, Amelia la veuve de Varsovie pour laquelle il doit renier sa religion, il s'apercevra vite que ces femmes ne sont pas aussi facile à manier que ses cartes, faites à sa main, son sabre qu'il avale volontiers ou aussi dociles que son singe Yoktan, son perroquet ou Kara et Shiva, ses deux juments lui obéissant au doigt et à l'oeil.
Certes Esther le reçoit, le nourrit le sert après chaque tournée, lorsqu'il rentre s'affaler pour un jour ou deux dans le lit conjugal ; soigne les juments et cultive le jardin, mais elle ne peut lui donner d'enfants.
Yasha est libre comme le vent, son métier de magicien le conduit de ville en ville et aussi de femme en femme, Esther le sait mais ne lui en veut pas, mais lui éternel insatisfait en proie aux critiques de la communauté, (il boit, ne fréquente guère la synagogue ou la maison d'études) et depuis quelque temps, il ne cesse de penser à la belle Emilia qui lui demande de partir avec elle, de changer de vie.
Un jour après shavouot (la pentecôte des hébreux) il prend la route pour de bon, il avertit sa femme, à sa façon :
"Qu'éprouverais-tu si je ne revenais pas ? Que ferai-tu si je mourais sur la route ?"
Il part, fait une première escale chez la veuve du forgeron Elzbieta Zbarski, une de ses maîtresse, dont la fille Magda est son assistante magicienne.
Ils partent vers Varsovie, via Piask, peine à se dépatouiller des bras de Zefetl, une autre femme de rencontre, et reprend sa route, la tête pleine d'Emilia et de leurs projets de fuite en Italie.
Yasha cherche des réponses, il enrage de ne pas maîtriser sa vie comme il le fait de son métier de magicien. Il y a là une parabole entre l'homme social, sûr de lui, à l'aise dans sa fonction, et l'homme profond, celui qui doute, qui cherche dans la religion, les femmes, l'alcool ou tout autre passion, des réponses que son rôle social ne lui donne pas, ou lui donne de façon épisodique et jamais assez longtemps pour chasser ses doutes.
la force de Singer est de montrer que le religion peut ou ne peut pas nous apporter de réponses, mais qu'elle ne saurait être réduite à une prothèse extérieure à l'humain ; une pratique religieuse qui se contente de l'observance aveugle de règles, de cérémonies, de rites.

.



Le film germano-israelien, de 1979, signé Menahem Golan, avec Shelley Winters dans le rôle de Elzbieta, Louise Fletcher en Amelia, Alan Arkin dans le rôle de Yasha le magicien, n'a pas connu le succès attendu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JeanPierreV
  14 février 2017
Yasha Mazur est magicien ou plutôt artiste de spectacle, il court les villes et villages de cette Pologne du 19ème siècle pour se produire. Il sait aussi marcher sur un câble, et aucune serrure ne lui résiste. Aucune femme non plus. Toutes tombent son charme, son coté hâbleur. Pour lui "les femmes sont comme les fleurs pour l'abeille. Il en faut toujours une nouvelle."
Marie avec Esther, qui ne peut avoir d'enfant, il la quitte régulièrement pour plusieurs mois afin d'aller de salle en salle, accompagné par Magda son assistante et maîtresse et des trois animaux partenaires de son spectacle : le singe, la corneille, le perroquet .
A quelques jours d'un nouveau spectacle Emilia, jeune veuve mère d'Halima lui fait tourner la tête et lui demande de se convertir à la religion catholique, s'il veut l'aimer charnellement et l'épouser. Avec elle il envisage de fuir en Italie, où le climat est meilleur pour la jeune Halima...Elle veut porter l'enfant qu'il n'a pu avoir avec son épouse. En quittant la Pologne il ne serait plus un " artiste de troisième ordre"
Mais pour fuir, il faut de l'argent, beaucoup d'argent. Ses cachets d'artistes sont insuffisants ...seule possibilité forcer des coffres forts en utilisant ses dons...Pour lui, "Une serrure c'est comme une femme, tôt ou tard il faut qu'elle cède ."
Isaac Bashevis Singer nous décrit un homme cédant à toutes ses pulsions, instable menant une vie dissolue, tourmenté parfois par le doute. Il est le seul personnage masculin du roman, mené par les femmes qu'il rencontre. Des portraits tous différents
Cet homme enfant affronte la vie sans prendre aucune responsabilité. Pour lui, tout n'est qu'artifice et jeu. Entre la scène et la vie, pas de différence. Un homme finalement fragile et plein de contradictions
Une blessure bouleversera complètement sa vie, le transformera en mystique et l'amènera à se poser des questions sur la vie, la religion...
En décrivant la vie et les aventures de Yasha l'auteur s'interroge et nous interroge: Pouvons-nous suivre nos pulsions,avec insouciance, sans se soucier des conséquences sur notre vie, sur la vie des autres ?
Je ne connaissais pas Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature.
J'avoue que j'ai été un peu déstabilisé par ce roman profond, par ces portraits mystiques, par ces descriptions des bas-fonds, par ces interrogations religieuses sur le bien, le mal. Les réflexions sur le judaïsme sont cependant instructives
Je suis certain qu'une deuxième lecture m'apporterait un éclairage nouveau. Mais auparavant je poursuivrai la découverte de cet auteur par la lecture de quelques autres de ses ouvrages.

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Passemoilelivre
  29 avril 2020
L'histoire se passe en Pologne, à Lublin puis à Varsovie dans les années 1860. Yasha Mazur, « le magicien de Lublin » est marié à Esther qu'il voit de temps à autre entre deux tournées de ses spectacles. Femme modeste et compréhensive, elle supporte tant bien que mal les longues absences et les incartades à la vie conjugale de son mari en tenant un petit atelier de confection. Yasha a des talents exceptionnels qui ne lui semblent pas reconnus à leur juste valeur dans son pays, mais il doit se contenter des offres qui lui sont faites. Sa vie itinérante, insouciante et volage le rapproche de trois femmes, Magda, son assistante des spectacles, Zeftel et surtout Emilia qui compte beaucoup pour lui. Enferré dans des contradictions existentielles, il souhaite partir en Italie avec Emilia et sa fille en abandonnant sa vie actuelle. Tout bascule alors, Yasha, rêveur patenté devient Monsieur catastrophe dès qu'il côtoie les réalités de la vie. de Juif non pratiquant qu'il était, il se réfugie dans sa religion pour reconquérir une identité perdue. Ce récit simple s'apparentant à un conte décrit très bien les difficultés de la quête de sens à sa vie que recherche yasha et sa qualité d'écriture ne peut que m'inciter à en conseiller la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   05 février 2018
À la taverne, Yasha faisait profession d'athéisme ; mais en réalité il croyait en Dieu. La main de Dieu était évidente partout. Chaque bouton de fleur, chaque caillou, chaque grain de sable proclamait sa présence. Les feuilles de pommiers, humides de rosée, étincelaient comme de minuscules cierges dans la lumière du matin. La maison se trouvait à la sortie de la ville et Yasha pouvait apercevoir d'immenses champs de blé, encore verts ; dans six semaines, ils seraient jaune d'or, prêts pour la moisson. Qui créait tout ceci? Sasha s'interrogeait. Était-ce le soleil? Dans ce cas, peut-être le soleil était-il Dieu. Sasha avait lu dans un livre sacré qu'Abraham avait idolâtré le soleil avant de reconnaitre l'existence de Jéhovah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ODP31ODP31   22 mars 2020
Mais en quoi consistait le Mal ? Cela faisait trois ans que Yasha avait étudié, avec ses maîtres, les livres de la kabbale : il était conscient que le Mal n'était rien d'autre que le consentement de Dieu à se diminuer Lui-même, afin de créer le monde, de sorte qu'Il pût être appelé le Créateur et avoir pitié de Ses créatures. De même qu'un roi doit avoir ses sujets, un créateur doit avoir ses créatures, et un bienfaiteur ses obligés.
(page 304)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
SachenkaSachenka   07 février 2018
Ici, à Piask, les habitants vivaient accroupis comme des crapauds sur une souche d'arbre ; mais au-dehors dans le monde, les choses allaient vite. La Prusse était devenue une puissante nation. Les Francais avaient annexés en Afrique des territoires peuplés de Noirs. En Angleterre, on construisait des navires capables de traverser l'océan en dix jours. En Amérique, des trains passaient juste au-dessus des toits ; on avait édifié un immeuble haut de trente étages. Même Varsovie s'étendait et embellissait d'année en année.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
AmbagesAmbages   27 mai 2019
Il était à moitié juif, à moitié gentil - ni juif ni gentil. Il s'était forgé sa propre religion. Il existait un Créateur, mais qui ne se révélait à personne, ne donnait pas d'indications sur ce qui était permis ou défendu. Ceux qui parlaient en son nom étaient des menteurs.
Commenter  J’apprécie          141
AmbagesAmbages   28 mai 2019
Chaque être était semblable à une serrure, - munie de sa propre clé. Seul quelqu'un comme lui, Yasha, savait ouvrir toutes les âmes.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Isaac Bashevis Singer (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Bashevis Singer
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont
+ Lire la suite
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre