AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222643514X
Éditeur : Albin Michel (31/10/2018)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Fraa Erasmas est un jeune chercheur vivant dans la congrégation de Saunt Edhar, un sanctuaire pour les mathématiciens et les philosophes. Depuis des siècles, autour du Sanctuaire, les gouvernements et les cités n'ont eu de cesse de se développer et de s'effondrer. Par le passé, la congrégation a été ravagée trois fois par la violence de conflits armés. Méfiant vis à vis du monde extérieur, la communauté de Fraa Erasmas ne s'ouvre au monde qu'une fois tous les dix a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Lutin82
  07 janvier 2019
Donc Frère Erasmas vit dans la concentre Saunt Edhar, un des lieux retiré du monde où les érudits prennent le temps d'étudier leur matière de prédilection (maths, astronomie, philosophie,…).
Du moment qu'une personne manifeste un intérêt pour la connaissance, les portes des maths sont ouvertes. Ainsi, est-il possible de se retirer du monde « séculaire » pour un an, afin de parfaire ses savoirs ou un apprentissage, ou plus longtemps. En effet, il y a plusieurs communautés au sein de la congrégation : les annuelles, les décanales (10 ans), les centenariens (les avôts qui souhaitent rester 100 ans…) et même les énigmatiques millénariens (oui…).
Ces personnes, ou avôts, rompent tout contact avec le monde extérieur – et surtout la technologie numérique – pour se consacrer à l'étude, jusqu'à l'ouverture des portes de leur communauté propre. Tous les ans, les dix ans, chaque siècle, ou au début de chaque millénaire, si vous avez bien suivi.
Ce n'est pas franchement religieux même si nous pourrions comparer Anatèm avec le Nom de la Rose d'Umberto Eco.
Cependant, cette vie n'est pas un long fleuve tranquille dédiée à la connaissance. Chaque communauté a ses factions qui se sont façonnées en fonction de leur perception des sciences, des maths, et même de leur considération des personnes et du mode de vie extérieur. Nous devinons relativement vite qu'il existe des luttes internes pour représenter le groupe d'influence qui régit l'ensemble des maths (en bref, du pouvoir). Lors d'une visite, des inquisiteurs interrogent nos avôts sur leur point de vue sur tel ou tel sujet, notamment sur le courant de pensée majoritaire à Saunt Edhar… Ainsi, les réponses apportées sont-elles cruciales.
Les choses seraient assez simple s'il ne s'agissait que de guerre intestines ou de complots de palais. Hélas, c'est loin d'être le cas, et tout commence à déraper quand un des avôts est appelé par le monde séculaire. Une étrange anomalie a été détectée dans le ciel…
Aussi, sciences et idées ont-elles une place de choix dans le roman, et il est bien possible qu'elles soient au coeur d'une bataille pas simplement fratricide….
D'ailleurs si le premier chapitre (80 pages) fait immanquablement penser au Nom de la Rose, quelques éléments se démarquent pour donner une ambiance plutôt « moyenâgeuse futuriste ». Toutefois, il faut bien patienter une centaine de pages pour que l'histoire s'emballe.
Pour un large public, même les plus exigeants
Le tour de force de Stephenson réside dans sa faculté à prendre en compte un vaste panel de lecteurs, du forçat du space-opera au vétéran de la Sf spéculative. Ce dernier trouvera matière à satisfaire sa soif littéraire.
Là aussi, l'auteur communique tout son humour (et une forme de dérision). Nous ne sommes pas sur Terre, mais sur Arbre qui est une « Terre » plus avancée technologiquement. Pythagore a été troqué par Adrakhonès qui a eu la révélation de CNOUS avec le fameux triangle. Il a deux filles, Déat et Hyléa. La première donne naissance au courant de pensée des déôlatres, méprisés par nos avôts (c'est de l'hérésie) car il favorise une quête transcendantale individuelle. de la seconde découle le monde Hylaéen suivi fidèlement par les frères et soors, basé sur un jugement scientifique reconnu comme (le seul) vrai. Bref, il y a du Kant (et la Vérité, même si l'on peut aller piocher du côté des concepts bouddhistes également) la-dessous, et de quoi satisfaire les plus exigeant en matière d'idées.
Ceci n'est qu'un exemple de comment il est possible de décortiquer le roman si le lecteur souhaite le lire avec ce niveau de lecture, sachant qu'autrement c'est plus simple. Nous comprenons que les déôlatres ne sont pas les bienvenus au sein des maths, qui favorisent largement la pensée s'appuyant sur la rigueur scientifique. La tension est grande et une scission est possible, et surtout malheur à l‘abbé l'avôt qui afficherait un penchant pour le mauvais courant.
Les idées exposées sont indissociables de l'histoire et parfaitement exposées pour notre plus grand bonheur. le rythme s'avère posé, alors ceux qui attendent un roman qui pétarde dans tous les sens risquent d'être déçus. L'intrigue n'est pas si complexe en soi, il y a un mystère à résoudre potentiellement dangereux. Cependant, les protagonistes doivent également faire face au regard des « civils » pas forcément bienveillants, ainsi qu'aux conflits internes de leur communauté, et cela a tendance à chauffer sévère. (La situation se complique également du fait des voeux exprimés).
Anatèm de Neal Stephenson n'est pas un texte SF de référence en raison de son travail d'orfèvre (et ludique) sur le vocabulaire, ni de l'exposition judicieuse de concepts philosophiques propices à la réflexion ou encore de son histoire avec des trames à tiroir. Il possède tout cela, c'est un grand roman surtout parce ce qu'il s'adresse à tous les lecteurs curieux, offrant à chacun la possibilité de s'éclater au niveau de lecture choisi. Certes, le récit s'acquiert avec une certaine patience, mais quelle récompense finale!
Lien : https://albdoblog.com/2018/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
celindanae
  29 novembre 2018
Anatèm est un roman américain de Neal Stephenson publié en 2008 et qui a obtenu le prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2009. Il a longtemps été réputé intraduisible et les éditions Bragelonne avaient abandonné l'idée de le publier. Albin Michel Imaginaire a réussi à relever le défi avec Jacques Collin à la traduction et a scindé le roman en 2 tomes. Ayant lu les deux romans avec peu d'intervalle, j'ai préféré faire une seule chronique sur les 2 qu'une par tome.
Gilles Dumay décrit Anatèm comme « le nom de la rose 4000 ans après une apocalypse nucléaire » et cette définition correspond très bien au roman, comme le reflète également les couvertures très réussies des deux romans français. L'univers d'Anatèm est d'une richesse incroyable, l'auteur fait preuve d'un imagination foisonnante tant au niveau du style, du vocabulaire employé, que du monde développé. le revers de la médaille est que le roman est une lecture très exigeante, que ce soit pour le premier comme pour le second tome. Ce n'est pas seulement le vocabulaire employé, spécifique à l'univers avec de nombreux termes inventés, qui rend la lecture difficile, mais aussi les concepts utilisés proches de la philosophie par moments. Il faut clairement se dire avant de s'engager dans le roman qu'il y a des passages qui nous seront obscurs, où il faudra s'accrocher, qu'il faudra peut-être relire plusieurs fois pour les assimiler. Cependant, une fois cette réticence passée, le roman vaut le coup et passionne. Disons qu'il vaut mieux le savoir avant de se lancer dans la lecture de ce roman hors norme mais de très grande qualité.
Le début du roman présente l'univers dans lequel vit fraa Erasmas, le personnage principal et narrateur du récit. Celui-ci vit au sein d'une concente qui est un sanctuaire pour les mathématiciens et les philosophes, et il ne connait presque rien de sa planète qui s'appelle Arbre. le début du roman est assez difficile à s'approprier du fait du vocabulaire nouveau qu'il faut emmagasiner. À ce sujet, à la fin du second tome, on trouve en annexe un glossaire qui aurait mérité d'être présenté dès le premier livre.
Fraa Erasmas est le disciple de fraa Orolo avec qui il entretient une grande amitié et pour qui il a le plus grand respect. La vie dans la concente est soumise à des règles précises, à une grande discipline et au travail intellectuel. Les crimes considérés comme les plus graves sont punis d'anathème c'est-à-dire une expulsion définitive de la concente, vers le monde en définitive, en terrain étranger et hostile pour les fraas et soors. Orolo va subir l'anathème pour avoir observer dans le ciel un phénomène inexplicable alors que les tenants de la Discipline l'avaient interdit. Fraa Erasmas décide alors de partir à la recherche de son mentor. Il ne part pas seul et va être amené à connaitre un monde jusque là inconnu pour lui, à en affronter les potentiels dangers. Tout cela, pendant que le phénomène observé par Orolo dans le ciel prend de l'ampleur.
Le début du roman laisserait presque penser que l'on se situe dans de la fantasy avec une technologie proche du moyen-âge. Puis en découvrant la planète Arbre, en même temps que Erasmas, on s'aperçoit que le monde a une très longue histoire et a connu un grand cataclysme. le lecteur découvre cet univers si particulier presque en même temps que son personnage principal. Cependant, les découvertes ne se font pas de manière linéaire, bien au contraire. le monde imaginé par Neal Stephenson fait un peu penser au notre par certains aspects mais il est également très différent par le langage, les codes de la société, les paysages, les courants religieux. le tout est cohérent, brillant, dépaysant et d'une très grande richesse et complexité. Les personnages sont également très soignés, ils sont humains et très intéressants. Erasmas et Orolo se révèlent les plus attachants, apportant même un peu d'humour au récit.
Afin d'aider tout de même un peu le lecteur dans sa compréhension du langage et de l'univers, l'auteur parsème son récit d'extraits du Dictionnaire qui reviennent sur l'histoire de certains termes. le travail sur le langage effectué par Neal Stephenson est ainsi à souligner, tout comme celui du traducteur Jacques Collin qui est arrivé à s'approprier ce vocabulaire inhabituel.
Un des autres aspects importants du roman est sa richesse en thématiques abordées qui suscitent la réflexion pour le lecteur. le roman aborde un important questionnement sur l'homme, l'univers qui l'entoure, sa manière de vivre, de se comporter, la religion, la philosophie. Là aussi, c'est très riche et complexe, surtout dans le second tome, avec des passages franchement pas simples.
Anatèm est donc une oeuvre qui allie grande richesse et complexité à tous les niveaux: univers, intrigue, langage, thématiques. le voyage au sein des concentes et de Arbre est tortueux, compliqué, long, majestueux, intense. Il offre des moments de doutes et de joies, un peu à l'image de la vie. Certains passages restent obscurs mais une fois le voyage accompli, il reste de très belles images, des souvenirs brillants et un soupçon de réflexion.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Apophis
  25 octobre 2018
Si le tome 1 laissait clairement entrevoir un grand roman, le 2 prouve sans conteste possible que nous avons en fait affaire à un des chefs-d'oeuvre du genre, rien de moins. Je conclurai en disant qu'Anatèm dans son ensemble n'est certes pas une lecture facile ou destinée à tous les profils de lecteurs (c'est clairement un ouvrage pour vétérans ou esthètes de la SF), mais que c'est aussi, à mon sens, un des livres qu'il faut avoir lu si on a l'ambition de connaître les oeuvres les plus fondamentales, les plus ambitieuses, vertigineuses, intelligentes, que peut offrir ce genre littéraire. C'est le type même de roman qui donne ses lettres de noblesse à la Science-Fiction, et prouve que, loin d'une sous-littérature, elle n'a en fait strictement rien à envier à la littérature blanche en terme de valeur et d'intérêt.
Ce qui précède n'est qu'un résumé et une conclusion : retrouvez l'argu... enfin disons plutôt cette fois-ci l'absence d'argumentaire sur mon blog !
Lien : https://lecultedapophis.com/..
Commenter  J’apprécie          170
BlackWolf
  02 décembre 2018
En Résumé : J'ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui vient confirmer tout le bien que je pensais du premier tome. J'attendais de découvrir ce récit depuis des années et je dois bien admettre qu'il a fait plus que répondre à mes attentes se révélant ainsi une de mes meilleures lectures de l'année. Alors je maintiens ce que j'ai déjà dit, Anatèm est un roman exigeant, qui ne plaira sûrement pas à tout le monde tant il se révèle dense et rempli de réflexions et de passages philosophiques, de théorèmes qui, pour ma part, me stimule toujours, mais pourrait en laisser certains de côté. Pour autant cette seconde partie ne manque pas non plus d'action, de tension et d'aventures. L'univers est toujours aussi intéressant à découvrir et gagner franchement en densité principalement dans le parallèle entre les Géomètres et Arbre. Comme je l'ai dit le gros point fort vient des questionnements et des idées que soulève ce roman, mais j'ai aussi trouvé très intéressant la façon dont l'auteur reprendre certaines thématiques classiques de la SF et les utilise dans son roman de façon originale. Concernant les personnages j'ai trouvé l'évolution des personnages de la première partie intéressante et les nouveaux personnages ne manquent pas de se révéler solides et efficaces. Concernant la conclusion elle m'a paru percutante et d'une certaine façon étourdissante. Après, je regretterai peut-être une ou deux facilités dans le passage un peu « spatial » ainsi qu'à un moment un passage qui fait très jeu-vidéo et m'a peu accroché. Franchement des broutilles devant les qualités de ce livre bien porté par une plume soignée, riche et efficace.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
yogo
  06 novembre 2018
Il va être difficile de chroniquer ce tome II, puisqu'il s'agit en fait de la seconde moitié du roman. En effet dans sa version originale Anathem est un pavé de plus de 900 pages. Pour sa publication française, les éditions Albin Michel Imaginaire ont fait le choix de scinder en deux parties ce monstre littéraire de Neal Stephenson.
Si je n'ai qu'un conseil à donner, ce serait de lire ce deuxième opus dans la foulée du premier. L'univers étant bien intégré et le vocabulaire encore bien présent, on ne rencontre plus les difficultés du début. Mais d'autres arrivent... ce second tome est peut-être plus exigeant en matière de réflexion philosophique. En particulier dans la dixième partie où de longs dialogues parfois abscons frisent le génie. Il faut s'accrocher, parfois laisser couler sans essayer de tout comprendre... la trame générale se dessine doucement et l'on découvre toute l'ironie de la situation.
Et je ne vous en dirai pas plus. Si vous avez aimé les aventures de Fraa Erasmas dans le premier tome, vous serez emballé par les épisodes suivants. Si par contre vous avez eu du mal à entrer dans cet univers, je ne suis pas sûr que cela s'arrange en lisant cette seconde partie.
A noter qu'à la fin de ce second tome se trouvent en annexe, trois Calca, c'est-à-dire trois démonstrations, trois explications scientifiques de problèmes plus ou moins simples. Cela cadre parfaitement avec le corps du texte, apporte un plus indéniable et montre bien les difficultés que nous avons de percevoir la réalité.
Un glossaire assez exhaustif est également disponible à la fin de ce second tome. le choix éditorial peut paraître osé mais pour ma part, je suis bien content de ne pas l'avoir eu dans les mains avec le premier tome. Cela m'a permis de savourer pleinement le jeu de la langue et de prendre du plaisir à chercher la signification de tel ou tel terme. La découverte d'Arbre est plus savoureuse sans cette petite aide...
Pour conclure, Anatèm est un livre rare, exceptionnel qui aborde de nombreuses thématiques sociétales, philosophiques, scientifiques. Un livre complexe mais époustouflant qui marque son temps, un livre comme on en croise peu sur sa route. Alors non, je ne suis pas sûr d'avoir tout compris ou plutôt je suis sûr de ne pas avoir tout compris mais cela n'empêche nullement la compréhension globale, ni la lecture. Anatèm est un roman scientifique qui ne laisse pas la place à la croyance ou aux superstitions, un roman qui fait la part belle aux sciences, à la philosophie et à la réflexion. Une bouffée d'air frais dans le monde d'aujourd'hui.

Lien : https://les-lectures-du-maki..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JustAWordJustAWord   08 novembre 2018
Le temps n’importe que pour nous. Notre esprit s’inscrit dans le temps. Nous envisageons le temps à partir des impressions instantanées qui baignent nos organes sensoriels à chaque instant. Elles disparaissent ensuite dans le passé. Quelle est cette chose que nous appelons le passé ? C’est un système d’antécédents inscrit dans notre tissu nerveux — des antécédents qui racontent une histoire cohérente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JustAWordJustAWord   22 octobre 2018
Le temps n’importe que pour nous. Notre esprit s’inscrit dans le temps. Nous envisageons le temps à partir des impressions instantanées qui baignent nos organes sensoriels à chaque instant. Elles disparaissent ensuite dans le passé. Quelle est cette chose que nous appelons le passé ? C’est un système d’antécédents inscrit dans notre tissu nerveux — des antécédents qui racontent une histoire cohérente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Neal Stephenson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Neal Stephenson
Neal Stephenson au National Book Festival de 2011 (en anglais)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2814 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre