AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Vassal (Préfacier, etc.)Philippe Roux (Illustrateur)Anne Sylvestre (Producteur) Edition production marketing (Éditeur commercial) Castor astral (Éditeur commercial) Edition production marketing (Producteur) SW productions (Producteur)
EAN : 9782859205423
538 pages
Éditeur : Epm (18/11/2003)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Depuis ses débuts, les plus grands ont interprété ses chansons Cora Vaucaire, Serge Reggiani, Pauline Julien, Boby Lapointe, Barbara... Plusieurs fois primée par l'Académie Charles Cros, Anne Sylvestre est aussi célèbre pour ses interprétations que pour son écriture, et ce autant pour les " grands " que pour le jeune public, avec les célèbres " Fabulettes ". Pour fêter ses 45 ans dé carri&#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Marti94
  29 juin 2015
Après avoir lu « Coquelicot et autres mots que j'aime » d'Anne Sylvestre, recueil de textes courts autobiographiques, je me suis empressée de lire « Sur mon chemin de mots » de l'auteure, livre plus ancien datant de 1998 et publié pour fêter ses 40 ans de chansons.
Il s'agit d'un recueil des textes de ses chansons dites « pour adultes » avec une préface de Jacques Vassal, des repères bibliographiques, sa discographie et des photos en noir et blanc.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Anne Sylvestre, je précise qu'il ne s'agit pas de chansons paillardes ou cochonnes ! L'annonce en quatrième de couverture de chansons « pour adultes » n'est pas réservée à un « public averti » mais bien à tous !
A la fin des années 50, Anne Sylvestre a débuté dans les cabarets de la rive gauche, à peu près au même moment que Guy Béart, Boby Lapointe ou Barbara. Auteure, compositeur, interprète, elle a créé, à la fin des années 60, les « fabulettes », véritable renouveau de la chanson pour enfants. Sa notoriété a été confortée à cette époque. Et bien ce ne sont pas ces chansons là mais les autres, qui sont présentées ici : 350 textes qui sont de véritables poèmes pour tous.
A lire, relire et surtout à écouter !
Lu en juin 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
crapette
  24 octobre 2017
Un regard poétique plein de lucidité et de tendresse avec un humour à toutes épreuves sur le monde des femmes, des amours, des rapports humains. TOUTES les chansons D'Anne Sylvestre depuis "La Chanson de toute seule"en 1959 jusqu'à "La Java des assédiques"en 1998 ( hormis Les Fabulettes, destinées aux enfants. )
Commenter  J’apprécie          80
Marti94
  26 juin 2015
En 2003, 5 ans après l'édition d'un recueil des textes de chansons d'Anne sylvestre « Sur mon chemin de mots. 40 ans de chansons », voici une version complétée de 50 chansons et d‘un DVD de son récital à l'Olympia.
C'est un bel hommage à cette grande chanteuse et à sa carrière d'auteur-compositeur-interprète.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
VerdorieVerdorie   24 février 2015
[sur les relations femmes-homme et...en souvenir des bons moments passés avec une copine... quand nous chantions a tue-tête :]

Le mari de Maryvonne
Etait mon amant
Quelquefois je m'en étonne
Encore maintenant
Au début, tout feu tout braise
Il était gentil
Quand il se mettait à l'aise
Il refaisait le lit
Il me disait "Tu es belle"
Après comme avant
Il descendait la poubelle
En repartant

La la la petit bonhomme
Comme on est bien élevé
C'était grâce à Maryvonne
Il me l'avait caché
La la la petit bonhomme
Comme on avait bien menti
"Ma femme est une matrone"
Il m'avait dit

Le mari de Maryvonne
Etait mon amant
Mais il m'appela "bobonne"
Au bout de pas longtemps
Puis je rencontrai sa femme
Qui me dit: "merci...
Depuis qu'il vous a dans l'âme
Il ne vient plus ici."
Il m'avait dit "Maryvonne
est un vrai boudin
Toujours elle me cramponne
Et ça me dit rien".

La la la petit bonhomme
Comme on est mal élevé
Maryvonne est très mignonne
Il me l'avait caché
La la la petit bonhomme
Comme on avait bien menti
"Ma maîtresse est une conne"
Il lui avait dit.

Le mari de Maryvonne

N'est plus mon amant
Comme il n'a trouvé personne
Il est chez sa maman
Maryvonne et moi on pense
Qu'on pourra bientôt
Se prendre un peu de vacances
Un peu de repos
Mais voilà que Maryvonne m'apprend ce midi
Sa belle-mère lui téléphone
Elle vient aussi

La la la petit bonhomme
Ça commence à se gâter
Il la prenait pour sa bonne
Elle en a eu assez
La la la petit bonhomme
Comme on avait bien menti
Ma mère est une gorgone
Il avait dit

Le mari de Maryvonne
A pu se recaser
C'est Sophie qui lui redonne
Un peu de volupté
Au début tout feu tout braise
Il sera gentil
Quand il se mettra à l'aise
Il refera le lit
Il lui dira "Tu es belle"
Après comme avant
Il descendra la poubelle
En repartant

La la la petit bonhomme
Mais ça ne va pas durer
Quand il lui dira bobonne
Elle va se tirer
Moi sa mère et Maryvonne
On l'a bien dit à Sophie
"On t'attend ma toute bonne
Dans le midi"

Si longtemps ça recommence
On va se retrouver
Toute une colonie de vacances
On va bien s'amuser
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MacabeaMacabea   26 mars 2017
Sûr qu'on ne s'est jamais quittées
Depuis ce jour fleuri de roses
Où sans y comprendre grand chose
Toi et moi, on a débarqué
On a grandi sans y penser
Je t'ai fait prendre quelques bûches
Tu m'as évité les embûches
Des lunettes et des bras cassés
La fièvre, moi, je l'aimais bien
Quand tu me collais des angines
Je voyais des dragons de Chine
S'agiter sur mon papier peint

Carcasse
Sait-on bien comment ça se passe ?
On occupait la même place
On ne s'est jamais rien demandé
Sans blague
Mes souvenirs sont dans le vague
Comme les branches qu'on élague


À l'arbre où on s'est balancées

J'ai commencé par deviner
En arrivant vers quinze, seize
À sentir un certain malaise
Qu'on n'était plus bien accordées
Toujours on se contrariait
Tu dévorais, j'étais frugale
Et je nourrissais tes fringales
En rêvant que je m'envolais
Un mauvais jour, j'ai découvert
Ton grand nez, j'ai trouvé ça moche
Mais tu m'as dit "Pauvre caboche
Regarde un peu, tu as les yeux verts"

Carcasse
On s'épiait devant la glace
J'avais les peurs, toi les audaces
On ne pouvait rien décider
En somme
C'est moi qui me méfiais des hommes
Et toi qui les désirais comme
Une grand-voile à ton voilier
J'espère qu'à notre chemin
Il n'y a qu'une moitié de faite
Je nous vivrais bien d'autres fêtes
Je te ferais marcher plus loin
J'espère encore te changer
J'essaie toujours mais tu renâcles
Et tu me bâtis des obstacles
Où je ne peux que trébucher
Mais même sans viser trop haut
Je veux que tu sois, vieille bête,
Au moins aussi bien dans ma tête
Que moi, je suis bien dans ta peau

Carcasse
Faut que tu marches ou que tu casses
Mais si je te regarde en face
Il n'y a pas de quoi prendre peur
T'existes
Et puis t'es pas tellement triste
Surtout depuis que tu résistes
Au vent qui malmène les fleurs

On a beau savoir qu'il faudra
Que toi et moi, on se sépare
Vois-tu, j'ai de la peine à croire
Qu'un jour ça nous arrivera
On peut essayer si tu veux
De repousser plus loin la cible
Moi, je ferai tout mon possible
Mais faudra que tu m' aides un peu
Et quand tu arriveras au bout
Pourvu que ça soit moi qui veille
On s'arrangera bien, ma vieille
Pour résister encore un coup

Carcasse
On n'y peut rien, les années passent
Sur toi le temps laisse des traces
Et je sens que je change aussi
Avance
Ton arme à toi c'est l'espérance
À chaque jour qui recommence
On recommence notre vie

Carcasse
Depuis longtemps quoi qu'on y fasse
Et jusqu'à ce qu'on se défasse
Tu restes ma meilleure amie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MacabeaMacabea   26 mars 2017
T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu comm' ça me revient,
me revient la rengaine
de quand on avait rien,
de quand on avait pour tous bagages
tes deux quais pour m'y promener,
tes deux quais pour y mieux rêver ?
Tu étais, tu étais mes voyages
et la mer, tu étais mes voiliers,
tu étais pour moi les paysages ignorés.

Je te disais, la Seine
qu'on avait les yeux d' la mêm' couleur.
Quand j'avais de la peine,
quand j'égarais mon cœur,
quand je trouvais la ville trop noire,
tu dorais des plages pour moi,
tu mettais ton manteau de soie,
et pour moi, qui ne voulais plus croire,
et pour moi, pour pas que je me noie,


tu faisais d'un chagrin un' histoire, une joie.

Ils te diront, la Seine,
que je n'ai plus de cœur à promener
ou que, si je me promène,
c'est loin de ton quartier.
Ils te diront que je te délaisse
et pourtant je n'ai pas changé.
Non, je ne t'ai pas oubliée,
mon amie de toutes les tendresses.
J'ai gardé dans mes yeux tes reflets,
j'ai gardé tes couleurs, tes caresses pour rêver.

T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu comm' ça me revient,
me revient la rengaine
de quand on était bien?
Et si j'ai vu d'autres paysages,
tes deux quais m'ont tant fait rêver.
Attends-moi: j'y retournerai,
tu seras mon premier grand voyage.
et le port où je viens relâcher,
fatiguée de tant d'autres rivages oubliés.

T'en souviens-tu, la Seine,
t'en souviens-tu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
crapettecrapette   24 octobre 2017
Quand t’es parti j’ai mal partout
Plus décatie qu’un vieux matou
Quand t’es parti j’ai mal partout
La, la….
Dans les orties je me tatoue
Ça fait des plis ça fait des trous
De partout je me sens blettie
Je multiplie les coups de mou
J’ai des glou glou dans mes circuits
Tous mes gri-gri deviennent flous
Comme un frichti sans son faitout
Quand t’es parti j’ai mal partout
Commenter  J’apprécie          82
Marti94Marti94   26 juin 2015
Que vous soyez critique ou plein de bienveillance
Je ne recherche pas toujours ce qui vous plaît
Quand je soigne mes mots c’est à moi que je pense
Je veux me regarder sans honte et sans regrets
(Ecrire pour ne pas mourir)
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Anne Sylvestre (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Sylvestre
Anne Sylvestre. "Langue de pute" en concert à la Cigale.
autres livres classés : chanson françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre