AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791096772285
Éditeur : Auto édition (03/05/2019)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 41 notes)
Résumé :
1935, dans le marais poitevin.

Au milieu des roses, ivre d’amour, un homme chérit follement les femmes qui traversent sa vie.

Mais quand les cœurs ne battent plus à l’unisson, quand les braises des amours déchues cessent de se consumer, des secrets profondément enfouis ressurgissent ; des secrets qu’il eût mieux valu ne jamais déterrer…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Valmyvoyou_lit
  31 mai 2019
Nous sommes en 1935. Les parents d'Agathe, vingt et un ans, veulent la marier. Elle, elle ne rêve que de quitter la Bourgogne. Son père lui a choisi un bon parti : Achille Boisseleau. Or, le monsieur a quarante-deux ans. Mais, lorsque Agathe écoute aux portes et entend ses parents parler de Venise, Achille devient intéressant à ses yeux.

Après le mariage, Agathe emménage … dans le marais poitevin. Avec son mari, elle découvre les plaisirs de l'amour. Cependant, elle regrette qu'Achille ne soit pas plus disponible. Il y a du bovarysme en elle.

Ce roman, qui relate plusieurs décennies de la vie d'Achille, est divisé en quatre parties. Chacune est racontée par une voix différente et correspond au personnage qui s'exprime. Ainsi, lorsque c'est Agathe, le niveau de langue est soutenu, alors que quand c'est Angus, un vagabond, le langage est plus familier. le vocabulaire est, lui aussi, adapté à l'époque.

A travers la vision des quatre protagonistes, Luca Tahtieazym décrit la période entre deux guerres, puis celle de l'occupation et enfin, celle d'après-guerre. C'est autant un roman noir, qu'un de terroir, avec des éléments historiques. J'ai, par exemple, découvert qu'il y avait eu des attentats en France, le 11 septembre 1937. La date m'a tellement interpellée que j'ai fait des recherches à ce sujet. Dans cette histoire, il y a de la passion, de la noirceur, des drames, de l'humour, mais aussi de beaux actes. J'ai ressenti une attraction-répulsion envers tous les personnages, excepté pour le chien Monhjette, que j'ai aimé sans conditions.

Chaque partie se clôt par une surprise, voire un choc. Il est donc impossible de stopper la lecture. Volontairement, je ne vous dis rien sur l'intrigue, car l'auteur sait ménager ses effets. Je peux simplement indiquer que la couverture et le titre sont en totale adéquation avec l'histoire.

Conclusion

J'ai adoré Les roses du marais. Je ne savais pas quel genre de livre, j'allais lire et j'ai été agréablement surprise. C'est encore une superbe réussite De Luca « Tatiemachin », comme il aime se faire appeler.

Je remercie sincèrement Luca Tahtieazym pour ce service presse.
Lien : http://www.valmyvoyoulit.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
edco6974
  08 mai 2019
Pour commencer, j'adore la couverture. Elle est directe, franche et sans détour. Une main tenant une rose... et le titre colle à la couverture et l'inverse est possible aussi.
Ce livre est légèrement différent de ceux que j'ai déjà découvert du même auteur, ce que j'apprécie car il a l'art et la manière de sortir des sentiers battus en ce qui concerne beaucoup de points que j'expliquerais plus tard. Mais est ce que je vais pour autant l'aimer, vous le recommander? Suivez moi dans mes "écrits" pour le découvrir.

Il y a une phrase qui m'a marqué et que je tiens à partager avec vous : " Il n'y a pas plus noir que le gris".... Une phrase qui prend tout son sens avec ce livre. Et pour mieux comprendre ce qu'elle évoque, il vous faudra lire le roman.

L'époque choisi par notre auteur au nom imprononçable est déjà explicite et surtout très réel: l'entre 2 guerres. Mais c'est le moment de l'invasion et tout ce que cela implique comme ambiance. Je pense que je ne dois pas vous décrire ce qu'il s'est passé à ce moment-là, tout le monde le sait c'est de notoriété publique. Il y a ceux qui sont pour (malheureusement) et ceux qui sont contre. Heureusement, Luca (pour faire court et si je ne veux pas estropier son nom) a fait le choix ne de ne pas entrer dans les détails de cette époque et c'est très bien comme ça.

Il y a 2 personnages très marquants et marqués dans ce récit: Achille et Angus. Achille est un noble (pour faire simple), il a un domaine où travaillent des petites gens mais pas à la façon barbare non plus, mais à la dure. Il dirige le domaine du nom " le Grand Mazureau". Domaine vaste avec énormément de terre à entretenir et une belle et grande maison. Achille est un homme bien de sa personne mais avec un coeur tendre qui tombe amoureux non pas des femmes comme beaucoup pourrait le croire mais plutôt de l'amour. Ce sentiment qui vous donne des ailes, pour lequel beaucoup donnerait leur vie. Achille a besoin d'être amoureux, de vivre pleinement ce sentiment et il doit être réciproque et la première qui va lui ravir son coeur d'artichaut, c'est Agathe. Une jeune femme qui aime lire et rêve de voyage et épouser Achille est comme une promesse d'évasion à sa condition de fille d'ouvrier. Mais cela va t il se passer comme elle le pense? Hummm, moi je sais et je n'ai pas l'intention de vous donner trop d'explications. La vie ne se déroule pas toujours comme on le pense ou comme on le rêve. Achille a des qualités certes mais il a aussi des défauts que vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture. Concernant Angus, il arrive comme un sdf au domaine car il n'a nul endroit où dormir. Achille voit en lui un homme de confiance car ils sont à l'opposé l'un de l'autre. Il n'a aucune manière et va devenir "l'homme de confiance" d'Achille. C'est un peu comme un mariage, une alliance. On sait que 2 opposés s'attirent et c'est valable aussi bien en amour qu'en amitié. Vous découvrirez une évolution étonnante entre ces 2 hommes. Mais il faut tenir compte de certains paramètres tout au long de ce roman: la relation Achille et femmes, Achille et Angus ainsi que Angus et les femmes d'Achille car vous vous en doutez il y a plusieurs femmes dans l'histoire, et ça c'est le fondement-même de l'histoire. Si si, je vous assure.
Ce qui donne la particularité à ce livre mais qui est une marque de fabrique De Luca: c'est son vocabulaire. Il utilise les termes usités durant ces temps difficiles comme la bigouille, fredaine, trimardeur et bien d'autres. Franchement j'ai dû aller voir au dictionnaire pour en connaître la définition. Ce qui démontre une grande richesse en vocabulaire de cet auteur peu commun. Il respecte les us et coutumes de cette époque et il a su les retranscrire de façon à ce que les lecteurs s'immergent dans son monde et suivent ses héros en gardant le même rythme mais sans laisser de la place à l'ennui. Que du contraire. A chaque fois qu'on pense avoir tout compris et qu'on se dit ça y est c'est fini et bien que nenni mes amis, il y a des rebondissements parfois subtils mais qui vous sauterons aux yeux pour votre plus grand plaisir.
Hormis ces 2 énormes personnages haut en couleur, vous ferez la connaissance d'Agathe, Marthe, Marie et d'un personnage dont le nom est marquant et insolite: Monjhette. Si vous croyez vraiment que je vais vous dire qui s'est, vous vous mettez le doigt dans l'oeil. Il est ultra important et je vous laisse le bonheur de faire sa connaissance durant votre lecture.
L'auteur vous entraîne dans une ronde successive d'histoires d'amour, d'amitié à divers degré mais aussi dans le psychisme d'un homme qui aime l'amour et parfois qui l'aime et oublie que l'amour demande qu'on l'entretienne tous les jours.

"Roses écarlates qui étincelaient même dans les ténèbres": une phrase énigmatique et pourtant pas tant que ça à bien y réfléchir.

En ce qui concerne le titre et la couverture: je n'ai rien à dire sauf qu'ils sont absolument géniaux comme l'auteur et son imagination.

Alors, oui je vous recommande ce roman hors standard à l'image de Luca Tatiemachin comme il aime à l'écrire 😉. J'ai vraiment aimé de bout en bout ce roman et je vous le recommande vivement. Vous n'aurez pas l'occasion de vous reposer sur vos rosiers. Mais disons que l'auteur a trouvé un moyen écologique, totalement bio de faire pousser de beaux rosiers rouge mais je ne vous le recommanderais pas.

Allez y foncez sans vous retourner et bonne découverte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie-Nel
  05 juin 2019
C'est toujours un grand plaisir de lire Luca Tahtieazym ou Tahtiemachin comme il dit. Pour l'instant je n'ai jamais été déçue par un de ses romans. Il sait à chaque fois se renouveler et innover dans l'originalité de l'histoire ou de l'écriture. Bon, j'avoue, je n'ai pas lu ses dix romans, j'ai lu seulement les quatre derniers. S'il fallait en choisir un, je ne saurais lequel tellement chacun a une spécificité qui fait qu'on l'aime.
Celui-ci, par exemple, est un récit à quatre voix. L'auteur a su se mettre dans la peau de quatre personnages totalement différents, que ce soit homme femme ou… Je ne vais pas en dire plus. Ce n'est pas l'histoire vue par quatre personnes, c'est la continuité de la vie d'Achille mais raconté par quelqu'un de différent à chaque fois. Les trois premières parties sont écrites à la première personne du singulier. J'aime l'emploi de ce « je » qui permet d'être au plus près du héros, à l'intérieur de sa tête et de ses pensées permettant ainsi de vivre au plus près les émotions de chacun. La quatrième et dernière partie est, quant à elle, à la troisième personne. Ce changement est plutôt bien vu, il permet de prendre de la hauteur par rapport aux événements.
Je ne vais pas vous parler de l'histoire à proprement parler, ce serait dommage que vous ne découvriez pas l'histoire au fur et à mesure de votre lecture. Il faut juste savoir qu'on est dans le marais poitevin, au milieu du vingtième siècle, une période s'étirant de l'entre deux guerres à juste après la seconde. On est dans un milieu rural avec un négociant et producteur de haricots mogettes. On a à la fois des paysans, des ouvriers, des patrons, des exploitants. Toute une micro-société qui évolue dans les conditions de travail, dans les pensées et les évolutions du changement dans la société. L'ambiance est bien retranscrite, les premières voitures qui remplacent les déplacements à cheval et en carriole. Les émotions des différents personnages sont également bien dépeintes. J'ai beaucoup aimé cette façon de procéder.
Et bien entendu, toujours le talent d'écrivain de Luca Tahtieazym. Il a un vocabulaire riche, j'ai encore appris des mots… et cette façon de dépeindre les situations de manière très poétique. Même les scènes les plus atroces sont amenées d'une belle façon et passent toutes seules, alors que certaines sont quand même assez dires quand on y pense après. Il a l'art pour planter le lecteur avec une révélation ou un événement à la fin d'un chapitre, au moment où on s'y attend pas et en une phrase, il nous pose là l'info et on doit faire avec. Il déclenche une mini-tornade quand on s'y attend le moins.
Je me demandais, lorsque j'ai vu la couverture, quelle était sa signification. Elle prend tout son sens au fur et à mesure de l'histoire, et pas d'une manière aussi horrifique que je le pensais. Mais pareil, je n'en dis pas plus. En tout cas, j'aimerais beaucoup être une petite mouche pour me poser sur l'épaule de l'auteur et regarder comment il trouve ses idées, comment il les assemble. Il m'épate à chaque fois de savoir aussi bien se renouveler et produire un écrit de qualité, qui a du sens et qui touche dans les émotions humaines. Il arrive à véhiculer à travers ses mots de beaux messages sur l'amour mais aussi sur l'amitié, la fidélité dans ces deux sentiments forts. Jusqu'où peut-elle aller d'ailleurs cette fidélité, quels sont les actes qu'on peut accepter de faire sous prétexte de cette amitié… l'air de rien, ça fait pas mal réfléchir…
Vous l'aurez compris, j'ai passé un très bon moment de lecture. Je me suis très vite immergée dans l'histoire, tournant les pages sans trop m'en rendre compte. Je suis allée de surprise en surprise que ce soit au niveau de l'écriture ou des faits. Je me suis vite attachée aux personnages, certains plus que d'autres, mais je pense que c'est un peu fait exprès… Luca Tahtieazym est un auteur auto-édité et franchement, je me demande pourquoi il n'est pas encore édité dans une maison d'édition. J'ai lu des romans bien pires alors qu'ils étaient édités. Comme quoi, il me prouve bien ce que je pense depuis un petit moment, il y a de véritables pépites parmi les auto-édités, Luca Tahtieazym et ses romans en font partie. Et je ne dis pas ça par complaisance. L'auteur n'a pas besoin de mon petit blog pour réussir et être lu. Je pense sincèrement ce que j'écris.
Je ne peux que vous conseiller ce roman, et les autres aussi de l'auteur pendant qu'on y est. Pour ma part, j'attends déjà le suivant avec impatience et en attendant j'ai toujours mon retard à rattraper sur ses écrits antérieurs. Faut juste que je trouve le temps…mais c'est une autre histoire !
Un grand merci à Luca Tahtieazym pour cette lecture de qualité, je pense que je ne vais plus regarder une rose de la même façon….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszs
  09 juillet 2019
Je remercie l'auteur Luca pour cette lecture par le biais du site simplement. La couverture est attirante et le résumé aussi, par contre il ne cache qu'un infime soupçon de ce qu'il y a dans le livre. La couverture est très belle et je ne sais toujours pas pourquoi j'étais parti sur une histoire totalement différente, donc j'ai eu une bonne surprise.
Une jeune femme de bonne famille apprend qu'elle va être obligée de se marier avec un homme, Achille de son prénom, qui est un peu plus vieux qu'elle. Agathe ne veut pas, elle veut découvrir le monde, vivre sa vie et avoir un amant au lieu d'un mari qui pourrait être gnangnan. Un soir, alors qu'elle se demande comment faire pour éviter cette alliance, elle entend ses parents discuter de son sort et le mot Venise vient entre deux autres. C'est décidé, Agathe partira avec cet homme, car Venise est la plus belle ville romantique d'Italie. le voyage de ses rêves, le moment où elle va enfin commencer à découvrir le monde... Lorsque Achille l'emmène après le mariage à Venise, ce n'est plus le même chemin. Il s'agissait de la petite Venise, en plein marais poitevin, une déception pour cette jeune femme qui se voit gardée sur une terre qu'elle n'avait pas pensé. Elle va tenter de faire contre mauvaise fortune bon coeur, mais les jours passent, les mois avancent et elle s'ennuie. Allant jusqu'à prendre un amant, elle décide de partir. Mais les choses ne vont pas forcément aller dans son sens. Ce n'est que le début d'une histoire qui risque de prendre plusieurs virages.
Maintenant que j'ai refermé le livre, je suis bien contente de l'avoir découvert. le récit est à plusieurs voix. D'abord Agathe, qui nous donne son ressenti de ce qu'elle vit, puis Angus un homme de main de son mari, ensuite Monjhette le chien du couple et enfin Achille, le fameux mari. Quatre parties où nous découvrons la vision de chacun d'un morceau de terre qui attire autant qu'il repousse ceux de la ville. Avec Agathe nous avons des yeux neufs sur ce pays, la culture des mogettes, la façon de vivre, le manque d'amusement pour elle, le travail de la terre. Au début, je me suis demandé ce que c'était que la mogette et puis un petit tour sur mon meilleur ami et je comprends l'engouement au temps de cette seconde guerre mondiale. Il s'agit de haricot de type lingot, la Mogette est un gros grain blanc, très brillant, de forme rectangulaire qui de développe très bien sous le climat océanique de la Vendée. Oui, parce que l'histoire se passe proche de la Seconde Guerre et continue après. Nous avons peu de détails, juste un moment où il leur faut que les propriétaires vendent leur produit moitié moins cher aux Allemands, sous peine de se voir retirer la totalité de la marchandise. Avec Angus c'est un homme qui a passé sa vie au travail et qui vénère presque cette terre.
Agathe est devenue la femme d'Achille. Elle fait partie de ces femmes qui ne sont pas faites pour la campagne. La ville est son domaine, voyager, laisser son corps parler dans les bras d'un homme. Elle est quelque peu obsédée par le sexe et croit en des rêves un peu trop gros pour elle. Pourtant ce n'est pas une mauvaise fille, elle fait ce qu'elle peut pour s'acclimater à son nouveau mode de vie. Même en faisant des efforts, elle s'ennuie de plus en plus, son mari la délaisse pour le travail, toujours le travail et encore le travail. La vie de couple n'est pas celle qu'elle pensait et cela la ronge. Achille ne voit rien. Il vient d'engager Angus qui deviendra le contremaître. Achille est un homme qui a déjà perdu sa femme à cause de son travail. En tant que patron il se doit d'être au four et au moulin et il ne veut pas qu'elle le quitte. Il fera ce qu'il faut pour qu'elle reste. Quant à Angus, il devient l'ami du patron, celui qui use de ses gros bras pour récupérer le bien de son patron. Il n'a pas d'éducation, mais c'est un homme bien qui aime son travail. Monhjette est un bon chien. J'ai beaucoup aimé sa partie. La truffe collée au sol, ce chien a des aspirations bien différentes des hommes et femmes qui l'entourent. c'est un témoin vivant de la vie humaine, sans oublier la fameuse soupe !
Le fait de mettre en scène les personnages les uns après les autres fait avancer le récit avec un changement de tonalité, de langage et de vision (bien entendu) qui donne pas mal d'accélération au texte. J'avoue que la partie avec Agathe est assez longue, surtout qu'elle ne cesse de penser au sexe et à ce qu'elle pourrait faire. Arrivée au final de cette étape, waouh ! Je m'attendais à tout sauf à ça ! Ensuite, c'est quelque peu angoissant, on se demande à quelle sauce nous allons être mangés. Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est la façon dont l'auteur amène LE sujet. Tranquillement, sans se presser, une vie tranquille, un peu d'ennui et paf ! En plein dans les dents.C'est astucieux, le stress monte au fur et à mesure. Nous nous demandons bien ce qui va se passer, car l'histoire d'Achille reste complexe. le récit débute simplement, comme si l'auteur allait nous faire passer un moment romantique. La vie normale d'un homme qui est devenu veuf. La guerre éclate, des ennuis qui ne cessent d'arriver et puis Angus est le personnage que j'ai beaucoup aimé. Avec lui, nous avons le vrai terroir. Il est pris pour un simplet, il a de très bons côtés et n'est pas un mauvais bougre.
Il y a beaucoup d'événements qui se s'enchaînent. L'amour avec un grand A semble apporter autant de bons comme de mauvais. Comment faire pour garder l'être aimé auprès de soi ? Il y a tellement de solutions et une qui revient régulièrement. Il faut un être qui aime cette petite Venise, qui ne se languit pas de son époux qui travaille, qui aime autant travailler la terre que de planter des rosiers dans son jardin et ainsi respirer leur parfum de jour comme de nuit. Les temps peuvent être durs, les mois défiler il y a toujours un grain de sable dans l'engrenage.
Le contexte est très sympa, les roses sont magnifiques et la roseraie est vraiment parfaite. Il faut savoir régler ses problèmes et chacun d'entre eux à sa façon de le faire. Il faut également de la patience pour arriver à ses fins. J'en reviens à Achille, même si nous avons une partie avec lui, il ne montre pas beaucoup ses émotions. Elles sont vraiment fluctuantes. J'adore ce style de personnage, car il garde pour lui ce qu'il pense et lorsque cela explose c'est tout bonnement catastrophique. Il est "propre" sur lui et change de comportement en une seconde. Je ne peux en dire plus, car il y a pas mal de rebondissements et de surprises plus ou moins bonnes pour les personnages. La fin est l'une des fins que j'avais imaginé, après je suis plus sadique que l'auteur, je pense car j'avais vu bien plus que cela.
En conclusion, une histoire qui devient de plus en plus angoissante au fil des pages. Des personnages qui se révèlent à chacune des lignes lues. Une écriture fluide, attirante donnant à ce thriller ce qu'il faut pour passer un bon moment de lecture !
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-roses-du-marais-luca-tahtieazym-a166222138
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yumiko
  25 juillet 2019
Voilà un roman qui a su me surprendre dès le départ. L'auteur cache plus que bien son jeu et nous offre un début d'histoire qui semble doux et classique en nous plongeant dans le quotidien d'Agathe et d'Achille, un couple qui s'est récemment marié. Agathe va découvrir alors des plaisirs qu'elle ne soupçonnait pas et se plaire au départ dans cette nouvelle vie qui s'offre à elle, même si son mari est plus vieux qu'elle et que ce n'est finalement pas exactement la vie à laquelle elle s'attendait.
Mais l'ennui va s'installer petit à petit et un engrenage infernal et inéluctable va se mettre en marche... le lecteur va alors découvrir de sombres secrets bien enfouis en ces lieux si paisibles et si loin de tout. Les personnages vont dévoiler des facettes de leur personnalité assez inattendues pour nous emmener vers une histoire plus sombre et plus frissonnante, de quoi nous faire craindre le pire pour la suite du récit.
L'auteur a pris le parti de changer de point de vue à chaque partie, ce qui permet de suivre les pensées des différents personnages, y compris du chien ce que j'ai tout particulièrement adoré. Cela amène un autre rythme à cette histoire et une belle originalité dans le schéma narratif, de quoi attiser notre intérêt du début à la fin.
En parlant de la fin, je l'ai vraiment adorée! L'histoire nous conduit vers des rebondissements inattendus et un final en apothéose, de quoi amener le récit à son paroxysme. Tant le style de l'auteur que ses idées rendent ce roman passionnant à découvrir et il vous conduira au coeur d'une intrigue palpitante et bien mouvementée.
En bref, ce roman aura su me surprendre de bout en bout et je ne peux que vous conseiller de le découvrir rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   08 mai 2019
(...)
Je ne savais pas, alors, que le temps viendrait où mon vague à l’âme entraînerait l’adultère. Et que cela me conduirait à ma perte.
Je ne savais pas, non plus, que je ne vivais pas dans un paradis, mais au cœur même de l’enfer, et que dans tout enfer trône un Asmodée.
Je ne savais pas qu’il y aurait du sang qui coule et des respirations qui s’éteignent.
Finalement, je ne savais pas grand-chose...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ange77ange77   30 avril 2019
- Il n’y a pas plus noir que le gris, Agathe.

- C’est bizarre, mon oncle, ce que vous dites. C’est noir OU gris.

- Réfléchis. Il y a le blanc, où tout est beau, et le noir, où tout va mal. Mais le gris est pire que le noir. Gris, c’est quand on espère plus rien. T’es entre deux. Tu peux être dans le noir et te battre pour atteindre le blanc, Agathe. Mais quand t’es dans le gris, en général, tu t’en contentes. Tu fais avec. Tu ne te remues pas pour remettre les pendules à l’heure puisque tout n’est pas si sombre. Tu comprends ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
LectureChronique2_0LectureChronique2_0   25 avril 2019
Ca a été plus compliqué pour remettre les trois pieds de rosiers. C'est qu'ils étaient costauds, les bestiaux. Achille a refait trois petits trous. Il m'a demandé d'aller chercher un peu de crottin de cheval avec la pelle et il en a mis au fond. Ensuite, il a planté les rosiers et il a bouché ce qui restait.
Finalement, la roseraie, de là où on était, on ne voyait pas du tout que certains pieds avaient été bougés. Ca faisait une sorte d'énorme buisson. C'était comme un petit champ planté sur plusieurs monticules. Je me suis dit que le crottin, c'était pas nécessaire. De l'engrais, il y en aurait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszsgabrielleviszs   09 juillet 2019
Venise était verte. Et si elle flottait sur l’eau, elle sentait davantage le limon que les senteurs poivrées de la reine de l’Adriatique.
Le marais poitevin ; la Venise Verte.
Nous mîmes deux semaines pour rejoindre la commune du Mazeau, à quelques encablures de Niort, en plein cœur du marais poitevin. Nos étapes furent nombreuses et organisées de main de maître par Achille qui en profita pour signer de nombreux contrats. Il était un négociateur avisé, perspicace, sachant amadouer les plus rétifs et imposer ses visions aux clients les plus velléitaires. À Bourges, lors d’une simple escale, nous fûmes accueillis par un aubergiste immigré, originaire du Piémont et spécialisé dans les plats italiens, qui acheta plusieurs charrettes de légumes que l’entreprise d’Achille lui livrerait régulièrement au cours des prochains mois.
L’aubergiste n’était pas un Vénitien.
Les premiers jours, je fus frustrée par ma méprise. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même, mais mes rêves de soleil et les accents chantants méridionaux se dissipèrent au fil du trajet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Entre2LivresEntre2Livres   03 mai 2019
Finalement, la lecture était le seul passeport que j'avais à ma disposition pour découvrir les promesses d'un univers dans lequel je ne pouvais me projeter sans autorisation. Mes parents avaient l'ambition de faire de moi une institutrice, et jamais ils ne m'avaient empêché de me plonger dans un ouvrage, quel que fût son genre. Les romans et essais étaient même la seule issue, la seule lumière, mon unique perspective.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : auto-éditionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre