AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1533105200
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (05/05/2016)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Il neige.
Mais, sans que personne n'ait put l'anticiper, les flocons ne cessent plus de tomber et, au fil des semaines et des mois qui passent, recouvrent peu à peu les vestiges du monde tel que nous le connaissions.
Les survivants tentent de s'organiser. Parmi eux, une femme. Seule et livrée à elle-même.
Dans un déchaînement de violence et de désespoir, elle cherche un homme pour le tuer et ni les loups ni les tempêtes ne pourront l'empêcher de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Colette
  23 février 2018
Brrrr!! Ce livre est totalement glaçant dans tous les sens du terme!
C'est avec mon amie Siabelle que j'ai traversé ce périlleux et sombre voyage à travers une lecture commune.
Luca Tahtieazym nous plonge dans un univers post-apocalyptique où le monde entier semble être enseveli sous des mètres de neige.
Que reste-t-il ? Un paysage blanc... du blanc partout. De la neige qui ne cesse de tomber, un froid intense qui vous glace jusqu'aux os, des meutes de loups prêtes à vous dévorer, quelques survivants la plupart du temps malintentionnés...
Qui peut continuer à vivre alors que le monde est fini?
Dans cet univers hostile, nous suivons une femme seule qui se bat corps et âme pour retrouver son groupe qu'elle a perdu. Elle n'a qu'une chose en tête : les rattraper en allant vers le sud et survivre pour se venger d'une personne.
La première partie du roman nous immerge avec elle dans ce monde sans pitié depuis que Le Blanc a tout recouvert.
On vit avec elle sa solitude, ses nombreuses peurs, ses rencontres effrayantes... j'ai beaucoup aimé ce personnage.
Les maigres biens qu'elle possède sont la convoitise de tous. Chaque objet devient indispensable, voir vital.
L'auteur décrit parfaitement bien le paradoxe concernant le contexte de l'histoire : l'horizon infini d'un paysage totalement dégagé où les contraintes quotidiennes sont absentes... on pense de suite à une grande liberté. Pourtant, dans ce même paysage on se sent oppressé, piégé et emprisonné.
Dans la deuxième partie, nous faisons connaissance avec le fameux groupe. Une trentaine d'adultes, une quinzaine d'enfants et des chiens.
Tous marchent désespérément dans un seul but : trouver une terre où le climat serait plus doux.
Certains personnages sont attachants comme Archie et Nagib. D'autres sont plus impressionnants comme Varech et Mikolaj.
Cette seconde partie nous montre cette fois la vie en communauté avec les quelques règles qui subsistent et où le rôle attribué à chaque personne à son importance. le caractère des personnages est bien développé. On vit avec eux leurs affinités et leurs désaccords.
Certains sont prêts à tout pour survivre.
Le climat de violence est quasi permanent. La faim ronge les estomacs, la nourriture se raréfie car quelques animaux seulement sont présents, mais encore faut-il réussir à chasser! La santé des survivants décline, la fatigue pèse, les psychologies basculent.
On fait face à la loi du plus fort où l'on découvre aussi le côté sombre de l'être humain.
Luca Tahtieazym nous montre bien que lorsqu'il s'agit de survie, certains instincts peuvent se réveiller. Mais rester sur ses gardes parfois ne suffit pas.
J'ai aimé le fait que l'auteur évoque certaines conséquences climatiques dues aux dérèglements et perturbations des écosystèmes. Il nous laisse réfléchir sur certains points.
Une belle transition est faite entre les deux parties du livre. Je ne m'y attendais pas! Malgré la lenteur de ce dur périple, le suspense est toujours présent. L'écriture est légère et agréable.
J'ai lu ce livre alors qu'il neigeait dernièrement à Paris et je peux dire que c'était encore plus fort avec cette ambiance!
M. Tahtieazym, je prie pour qu'un Chaos 2 voit le jour! .
La fin nous fait réfléchir et nous laisse imaginer des tas d'autres choses!
Vous l'avez compris chers amis lecteurs, ce livre est un beau coup de coeur et j'en redemande!
Je vous invite à lire la belle critique de ma chère amie Siabelle, qui complétera probablement ce que j'ai dit sur cet excellent roman.
Merci à toi Isabelle pour nos beaux échanges au cours de cette lecture et merci également de m'avoir fait découvrir cet auteur talentueux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6121
Cricri124
  13 mai 2018
Vous ne regarderez plus les vastes espaces d'une blancheur immaculée de la même manière…
Onze mois que la neige tombe sans discontinuité partout sur la terre, ensevelissant à jamais l'ancien monde. Dans ce climat de fin du monde, une femme est livrée à elle-même, aux prises avec ses pensées, ses doutes, sa solitude, sa souffrance, la faim, les blessures, les prédateurs, tout son être tendu vers la recherche du groupe, ou devrais-je dire de la horde avec qui elle vivait, là où se trouve aussi l'Autre…
J'ai trouvé qu'il y avait de faux airs à ‘la route' de Cormac McCarthy dans la première partie, excepté que ce n'est pas la cendre qui recouvre le monde, mais la neige, Le Blanc, un Blanc qui fait tache dans cet univers d'une noirceur absolue, un univers où s'arrêter équivaut à mourir, où se retourner sur le passé, c'est prendre le risque de renoncer à lutter. Notre héroïne trébuche souvent, mais elle continue d'avancer. Parviendra-t-elle à rattraper cette diable de horde? Dans ce monde, il faut s'adapter, quitte à y perdre son âme…ou mourir.
Mais tandis que l'humanité se délite sous nos yeux, on ne peut s'empêcher de tourner les pages, tenaillé par le besoin de comprendre ce qui s'est passé, entre elle, l'Autre et cette horde. Des hordes d'hommes dont l'organisation hiérarchique ressemblent à s'y méprendre à celle des loups d'ailleurs. du loup alpha au loup oméga, chacun doit tenir son rôle. Nous plissons les yeux pour ne pas perdre de vue la petite lueur d'humanité qu'on a cru entrapercevoir. Est-ce un leurre ? Malgré quelques redondances, et quelques petits détails un peu invraisemblables, l'écriture alerte tantôt introspective, tantôt explosive met surtout en scène l'homme, ce dont il est capable quand il est soumis à des conditions extrêmes, et cet instinct de survie qui le conduit à tous les extrêmes… Ou trouver la volonté de survivre quand on a perdu ce qui nous était le plus cher, et tout ce à quoi nous croyons ? Et jusqu'où est-on prêt à aller pour survivre ? Pas toujours joli, joli…mais comment en serait-il autrement quand dans des conditions dites « normales », ou tout au moins pas encore post apocalyptiques, il est déjà capable du pire ? La construction du récit réserve aussi quelques surprises. L'auteur joue avec les parties comme une course de relai.
Un récit oppressant mais captivant, comme un étau aux mâchoires rutilantes qui se resserrent lentement... Oui mais jusqu'où ? Brrr…. Chaos est le premier roman de Luca Tahtieazym mais il en a écrit d'autres depuis. Assurément un auteur découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Valdimir
  07 juin 2018
Les mondes post-apocalyptiques nous sont devenus familiers par les films. de l'action, des survivants qui traversent de terribles épreuves, peu de place pour la réflexion, normal… c'est du cinéma. En ouvrant ce livre, publié en autoédition sous le pseudonyme de Luca Tahtieazym, je n'espérais pas seulement découvrir une dystopie avec paysages de toundra, tempêtes de neige, glaciers qui s'avancent ou villes fossilisées par le givre, j'attendais plus encore du romancier : de la sensibilité, de l'introspection, que son imagination me montre ce qui arrive à des êtres ayant vu s'écrouler tout ce qui faisait leur raison d'être et qui doivent accepter une existence dévaluée, réduite à la lutte pour la survie.
On apprend pour commencer que la neige a recouvert les terres émergées et qu'elle ne cesse de tomber. Un univers blanc, presque plat, à perte de vue. Pour les paysages, on repassera ; inutile de renâcler, on a embarqué et c'est l'auteur qui conduit le traineau. Que croise-t-on dans ce monde à part la faim ou le froid ? Eh bien, des humains et des loups qui s'entre-dévorent, à quoi s'ajoutent quelques lapins et autres rongeurs qui jouent les utilités. J'ai tenté de m'intéresser aux caractères des personnages, mais force est de constater que leur psychologie n'est guère plus épaisse qu'une pellicule de glace. Une pensée importante qui anime le personnage principal, c'est la loi de Murphy, "le pire finit toujours par arriver". Quand les protagonistes regrettent le passé, c'est surtout le confort matériel qui est mentionné. Et à l'instant où un loup menace d'attaquer, est-il opportun d'évoquer la pensée de Nietzsche ? Cela étant, une fois admis qu'il s'agit d'un roman d'aventures, les considérations psychologiques deviennent secondaires, et même si je reste sur ma faim, je peux survivre.
Les événements s'enchaînent : fuite des rescapés vers le sud, tentative de viol, meurtres, batailles et autres carnages, émaillés de scènes de cannibalisme. J'aurais mauvaise grâce à m'en plaindre. Pénurie de ressources + loi du plus fort = tout le monde s'étripe joyeusement, c'est la recette du post-apocalyptique, âmes sensibles s'abstenir. Oserais-je tout de même une petite protestation auprès de l'auteur ? Ce cycle perpétuel d'intimidation, domination, soumission, vengeance, ça n'est pas un peu répétitif ? D'autant qu'entre les scènes d'action viennent s'intercaler des dialogues où les personnages s'interrogent lourdement sur les causes divines ou thermiques du dérèglement climatique, ce qui peut se résumer ainsi : "Ben, on sait pas". Une réponse aussi brève n'est pas vraiment satisfaisante, j'en conviens, mais imaginez la version longue... Risquerais-je une seconde remarque ? Je n'ai pu faire autrement que de relever nombre d'incohérences dans le récit. Juste un exemple : les êtres humains se nourrissent en piégeant les lapins ; or, la terre est recouverte par des centaines de mètres de neige, diable ! pas de chaîne alimentaire, mais que les lapins mangent-ils donc ? L'auteur lui-même pose la question à plusieurs reprises, mais le procédé est un peu facile. A chaque invraisemblance, le lecteur dérape, c'est comme patiner sur une rivière gelée dont la surface serait parsemée de branches et débris divers pris dans la glace, forcément on bute régulièrement.
J'aurais encore une critique à propos du style qui me paraît pour le moins hétéroclite. J'en tremble d'avance car j'entends déjà l'exclamation agacée de l'auteur, "Mais c'est un thriller, vous n'espériez pas du Chateaubriand tout de même !". Non, non, pas quand même, je m'en voudrais d'une telle exigence, j'aurais seulement préféré que le style se fasse un peu oublier. Je comprends que n'ayant bénéficié d'aucune révision éditoriale, l'écriture puisse contenir quelques incorrections*, mais pourquoi charrier d'autres moraines sous forme de ces métaphores hasardeuses** qui sont légion ou de ces termes rares et précieux*** qui détonnent dans le texte, sans parler de ces "j'eusse été", "j'eusse pu" ou "j'eusse voulu" qui reviennent si fréquemment. On a l'impression chaque fois de recevoir dans la figure une boule de neige pleine de gravier, je vous assure, c'est violent.
Des gens qui se perdent dans une nuit hivernale, une lecture pesante comme une longue marche dans une neige épaisse, soudain je me demande quel serait le plus horrible, périr de froid ou d'ennui à travers les bourrasques d'un blizzard littéraire trop vite rédigé ? Mais je m'égare... Je m'étais juré de ne jamais écrire de critique négative, et voilà, c'est raté. Je m'empresse de préciser que sur les onze commentaires de ce roman déjà présents sur Babelio, tous sont favorables et même enthousiastes pour la plupart. Je suis le douzième, ouf, j'ai évité la place de Juda. Je sens bien que je dois faire un effort, aussi finirai-je sur une note positive en soulignant le fort potentiel de cette fiction barbare. Il est hors de doute qu'elle fournirait un scénario d'excellente facture à une mauvaise série B dont les péripéties surgelées raviraient les connaisseurs.
*Léthargie anesthésiante, volonté inexpugnable, une fournaise attisait la surface, des explications avaient été arguées. **La nuit tombait à coups de rayons noirs et le froid qui l'accompagnait invariablement déposerait sur les muscles ses caresses paralysantes d'ici peu de temps. Les flocons de neige voltigeaient. Ils étaient emportés avec une telle frénésie qu'ils devenaient aussi puissants que des projectiles catapultés par un lance-pierre. ***Alacrité, inane, tædium vitæ, etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Siabelle
  23 février 2018

Après ma lecture, avec le livre d'Élise, je ne veux pas trop attendre, pour découvrir, mon nouvel auteur, que j'affectionne beaucoup. Avec mon amie Colette, je poursuis ma découverte, avec le roman «Chaos». Je ne sais pas pourquoi, il m'attire, surtout que la saison y est pour quelque chose aussi. Il fait partie de ses premiers écrits et vraiment Luca Taetheazym est une véritable révélation, à mes yeux. Je considère qu'il est vraiment un auteur talentueux et il est très audacieux. Je remarque qu'il ne recule devant rien, pour ses lecteurs.
Passionnant, Saisissant, Éprouvant
Le livre «Chaos» est une lecture très addictive, quand tu ouvres ton livre, tu ne peux plus le lâcher. Lorsque tu entres dans cet univers enneigé, tu perds vite la notion du temps et tu y embarques toi aussi, à coup sûr. le roman «Chaos» est découpé en deux parties. Dans la première partie, on fait la connaissance, du personnage Blanche-Neige, elle tente à tout prix, de retrouver un groupe, qui se dirige vers le sud. On découvre que son but, c'est de se venger d'un homme, qui fait partie du groupe. Dans la deuxième partie, on suit donc le groupe, qui s'oriente lui aussi vers le sud, en espérant trouver un climat moins sauvage.

Au fil des pages, tu suis vraiment avec attention la progression des personnages, ils essaient de survivre, dans ce milieu glacial. Je me rends compte, que rien n'est plus comme avant et les lois n'existent plus. C'est vraiment trop flippant leur nouvel environnement et on se demande comment on agirait, si ça nous arrive. L'auteur Luca Taetheazym aborde des sujets, qui nous font réfléchir et la question existentielle : est-ce qu'on ferait vraiment TOUT, pour survivre, vraiment TOUT ?
Quand tu lis cela : «la neige hypnotisait et elle n'était que fatalité», je pense que tu ne sais même pas à quoi tu t'affrontes… Luca Taethieazym dépeint très bien le tableau et au fur et à mesure, que tu avances, tu ressens très fort, une notion, qui s'éveille et qui se révèle : «l'Âme humaine se révélait dans toute sa médiocrité».
Au cours de ma lecture, je suis vraiment subjuguée par la grande force, de l'écriture de Luca Taethieazym. Je suis vraiment happée par l'atmosphère malsaine, qui s'y dégage et on se croit vraiment être sur les lieux. Je perçois vraiment une minutie dans les détails et tu imagines très bien, grâce aux descriptions précises, qui sont vraiment bien décrites. Je considère aussi, que les personnages sont très bien construits, il les malmène très bien et il maîtrise très bien l'art, de son intrigue. Il sait aiguiser ta curiosité car tu te demandes toujours jusqu'où Luca Taethieazym veut t'amener. Je suis vraiment ensorcelée par mon livre et je suis envahie par toutes sortes d'émotions car vraiment Luca Taethiazym sait également te surprendre et jouer avec toi.


Pour terminer, je suis si triste de quitter cet univers dont je me suis très fortement imprégnée. Je me suis vraiment immergée dans ce décor, que je parcours aussi dans cette nature sauvage, avec ses grandes étendues. C'est vraiment un univers hostile, dangereux et farouche. Je n'oublierai surtout pas, des personnages, qui se démarquent au cours de leurs périples comme Blanche-Neige, Varech, Archi ainsi que Nagid et Lulu. Je suis curieuse aussi, de savoir, ce qui arrive, à nos personnages qu'on ne revoit pas. Je ne peux que confirmer, que c'est un monde très à part, qui te fait bousculer et que tu peux y perdre la raison.
Pour cela, Luca Taethieazym maîtrise très bien ses cordes à son arc car tu ne ressors pas delà indemne. C'est vraiment une lecture captivante, que je dévore page par page et que je ne peux que recommander.
L'auteur Luca Taethieazym se spécialise dans le domaine du thriller, il faut bien choisir son livre car incontestablement il sait venir toucher nos cordes sensibles. Son livre «Chaos» fait partie de mes livres préférés. C'est un excellent thriller avec une plume fluide, efficace et intense. Je le remercie pour sa disponibilité et nos échanges via Facebook messenger : https://www.facebook.com/luca.tahtieazym
C'est un gros coup de coeur et ce qui est aussi merveilleux, c'est de partager aussi ma lecture, avec mon amie Colette. Je déclare que nos analyses amènent une richesse, autour de ce livre. Je crois qu'aussi que nos impressions sont très bien partagées. Vous pouvez aller voir sa belle chronique car c'est son premier livre, qu'elle découvre de Luca Taethieazym.
"Lire, c'est aller à la rencontre d'une chose qui va exister" - Calvino
Avec Colette, c'est toute une excursion, dans laquelle, on fait toute une descente, est-ce que d'autres lecteurs veulent s'y risquer ? Pourquoi est-ce qu'il y aurait un débalancement climatique ? Qu'est-ce qu'on ferait s'il ne faisait que neiger ? Pour avoir des réponses, s'ils en résultent, il faut se plonger dans «Chaos», allez découvrez-le.
Siabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2520
Crazynath
  28 mars 2018
C'est sur les conseils avisés de ma chère amie Isabelle alias Siabelle que je me suis lancée, ou plutôt plongée dans cette lecture dont je ne suis pas sortie indemne.
Soyons franche jusqu'au bout : je ne connaissais absolument pas cet auteur, Luca Tahtieazym , ni d'ailleurs son oeuvre qui est déjà assez étoffée, puisque j'ai découvert en fouinant sur le net qu'il avait déjà écrit 8 livres. Diantre, s'ils ont tous la qualité de celui que je viens de lire, je sens que je vais me régaler dans les prochains temps !
Bon, passons un peu au livre. Alors que le printemps tarde à apparaitre, que je suis la reine des frileuses, je me suis retrouvée à lire un bouquin dont le décor est exclusivement composé de neige, de flocons, de congères, de neige et encore de neige !! C'est dire si l'ambiance est glaciale et je reconnais que plus d'une fois j'ai bu un thé brulant pour faire disparaitre cette impression de froid permanent.
On se retrouve dans une France dévastée par un changement climatique brutal : un jour, il a commencé à neiger partout, et cela ne s'est jamais arrêté….
Très vite, les hommes ont essayé de fuir ce climat et cet univers hostile en se dirigeant vers le sud en espérant y trouver un climat et une météo plus favorables. On découvre aussi que l'adage « l'homme est un loup pour l'homme « est plus que jamais d'actualité car ce sont les plus forts et les plus cruels qui survivent. A propos de loups, on va aussi en rencontrer pas mal dans cette histoire, mais ils rempliront juste leur rôle de prédateurs et de carnassiers qui mangent pour survivre… Je les préfère finalement aux hommes croisés dans cette histoire.
Au début de l'histoire, on va suivre une femme, Blanche-Neige, rescapée d'un drame qu'elle ne révèle pas vraiment, qui n'a qu'un objectif : retrouver un homme et se venger. Qui est ce ? Pourquoi ? Les réponses viendront bien tard dans l'histoire et j'avoue ne pas avoir eu la moindre idée des tenants et des aboutissants de cette histoire avant de les lire. Avec Blanche-Neige, on découvre aussi comment survivre dans un monde où il n'y a presque plus rien : que ce soit pour se nourrir, se vêtir, s'abriter, bref pour satisfaire ses besoins primaires et se sentir un tant soit peu en sécurité.
Le climat n'est pas seulement glacial, il est angoissant, voire oppressant. Je reconnais que certains aspects de cette histoire m'ont remuée, car l'homme peut vraiment se révéler sous son aspect le plus vil.
Cette ambiance glaciale et de fin du monde n'a pas été sans me rappeler deux livres très différents. J'ai rapidement pensé à « La route « de Cormac McCarthy. On y retrouve un peu la même ambiance pessimiste et sinistre de fin du monde. Une phrase lancée par un des protagonistes du livre de Luca Tahtieaym est « L'immobilité c'est la mort ». Cette phrase m'a renvoyée à « La Compagnie des glaces « de G.J.Arnaud. Là aussi, une nouvelle ère glaciaire est survenue et le seul moyen de ne pas mourir c'est de bouger en permanence d'où l'apparition des compagnies ferroviaires qui vont se partager le monde et le pouvoir.
Je tiens aussi à mettre en avant le talent de l'auteur. Il a indéniablement un très beau style, agréable à lire. Il sait restituer une ambiance- et quelle ambiance d'ailleurs – et cela rajoute de la crédibilité à son histoire. La preuve, j'ai eu froid tout le temps de ma lecture. J'ai l'intention de continuer à découvrir son oeuvre, le plus dur sera de trouver du temps pour, mais bon, j'y arriverai tôt ou tard…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
ColetteColette   15 février 2018
Comme à chaque fois que le moral des uns et des autres atteignait le fond du gouffre, on pensait davantage à sa propre survie et le meilleur ami d’hier pouvait se muer en adversaire redoutable. L’âme humaine se révélait dans toute sa médiocrité. Quand on constatait sa propre déchéance physique, voir l’autre souffrir davantage mettait un peu de baume au cœur. Lorsqu’il y avait un mort, l’esprit concevait les choses ainsi : un mort signifie une bouche de moins et plus de viande pour moi.
La solidarité était une vertu cyclique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ColetteColette   05 février 2018
Des séries américaines que j’a-do-rais ! Et qui racontaient la vie terne de familles moyennes. Elles étaient faites pour ça, ces séries, pour nous déculpabiliser et nous rassurer en montrant des gens comme nous qui vivaient des choses incroyables. Ainsi, on se disait qu’à nous aussi, ça pourrait arriver, cette idylle adolescente à trente ans révolus ou cette relation adultérine sans lendemain. Sans compter le niveau intellectuel des participants. Rassurant, si. Qu’il existât plus débile que moi me procurait une bouffée d’optimisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Cricri124Cricri124   08 mai 2018
Avant le Blanc, je n’avais fait que de rares séjours en altitude, mais à chaque fois, j’avais été émerveillée par l’aspect sauvage et naturel des décors. (....) Avant, les longues plaines de poudreuse immaculée m’émouvaient au plus haut point. À présent, elles me donnaient la nausée. Je ne pouvais pas admirer le panorama car je n’oubliais pas ce qu’il charriait dans ses bagages : la détresse, la cruauté, l’arbitraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Cricri124Cricri124   29 avril 2018
Comme à chaque fois que le moral des uns et des autres atteignait le fond du gouffre, on pensait davantage à sa propre survie et le meilleur ami d’hier pouvait se muer en adversaire redoutable. L’âme humaine se révélait dans toute sa médiocrité. Quand on constatait sa propre déchéance physique, voir l’autre souffrir davantage mettait un peu de baume au cœur. Lorsqu’il y avait un mort, l’esprit concevait les choses ainsi : un mort signifie une bouche de moins et plus de viande pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
ColetteColette   03 février 2018
Le plus effrayant la nuit, c’était les bruits. Des hurlements angoissants qui retentissaient à n’en plus finir. Une résonance démesurée. Les pires acouphènes que j’eusse pu imaginer étaient ceux que ma propre frayeur chuintait dans mes songes. Les sons portaient loin sur la morne étendue que la neige formait et reformait chaque nouveau jour. Jamais je n’avais pu m’habituer à ces cris macabres qui me prouvaient que je ne serais en sécurité nulle part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
autres livres classés : cannibalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1404 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .