AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070124664
208 pages
Éditeur : Gallimard (12/03/2009)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 453 notes)
Résumé :
« En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l’Égée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l’homme de trop s’agiter dans la toile de l’existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu’une fin insignifiante. » Sy... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
karmax211
  03 janvier 2021
Première présentation de ma première lecture de 2021...
Je suis un admirateur de Tesson, mais un admirateur qui n'est pas béat devant l'incontestable talent de l'intellectuel, artiste, baroudeur, d'un des derniers écrivains "libres".
J'adore les nouvelles ( j'en ai lu beaucoup et, à mon très modeste niveau, écrit un certain nombre ) et le recueil de ce prodige du verbe et de la pensée laissait augurer le meilleur.
Et quel meilleur !
Les trois premières short stories de l'ouvrage ( - L'asphalte -, - Les porcs -, - La statuette - ) sont trois claques littéraires époustouflantes, trois uppercuts qui vous cueillent sous le péricarde et vous laisse groggy.
Du très, très grand Tesson, et l'on s'en vient alors à rêver que les douze qui vous restent à découvrir ont le même souffle et se sont installées dans une inspiration sommitale que justifie l'obtention de ce Goncourt.
Là, c'est faire preuve de crédulité, c'est oublier que ce qui différencie essentiellement la nouvelle du roman, c'est que si le second est constant dans ce que l'on pourrait appeler son "niveau" ( qu'il soit bon ou pas ), la première, elle, est par nature, dans un recueil, vouée à "l'inégalité".
Comparaison absurde... si quinze nouvelles équivalaient à quinze romans, quel que soit l'auteur, vous auriez de l'excellent, du moyen et du "bof"...
Et c'est exactement ce que démontre - Une vie à coucher dehors -.
Trois nouvelles extra-ordinaires ( je les ai citées ), deux nouvelles de très bonne facture - le lac - et - L'île -, puis quelques nouvelles "honorables" parmi lesquelles - La crique - et - le phare -, et enfin de gros nanars dont - La fille - et - La particule - se disputent le pompon...
Ce qui rachète l'ensemble, c'est que l'on sent derrière le style très original de Tesson, derrière l'érudit lettré, géographe, historien dont se nourrit sa richesse lexicale, le voyageur-guide ( au sens noble du mot ), la saveur des choses vécues, l'authentique goût, j'allais dire amour, pour la vie... la vraie, celle des origines où l'homme "n'est qu'une étape de la couleur sur le dos tourmenté de la terre ", on sent ou l'on entrevoit une "panthère des neiges" qui partage avec nous son goût de l'affût qui consiste à guetter les mots essentiels, les vrais, ceux qui comptent, ceux qui nous amènent à la contemplation active et à l'émerveillement révolté.
Pour toutes ces raisons et pour celles que je n'ai pas formulées, lisez Tesson ! Et une belle année de lectures aux amoureux des livres !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Wyoming
  17 juillet 2020
Avoir attendu plus de dix années pour lire et savourer ce recueil de nouvelles d'un de mes auteurs préférés, c'est presque une faute impardonnable, immensément rachetée par le plaisir intense d'une telle lecture.
Je ne suis jamais déçu par Sylvain et n'engage plus de débat avec ses détracteurs. Dans ses textes, je trouve tout : le voyage, l'histoire, l'humain, la réflexion, la nature, la mer, la montagne, l'exaltation, tout ce qui fait de chacun de ses livres une pure merveille.
J'ai sans doute tardé à lire celui-ci en raison d'une attirance réduite par les nouvelles, peut-être en raison de leur consommation excessive il y a des années et, peut-être, par le fait que, sur une quinzaine, il y a obligatoirement du très bon et du moins bon. Même pas. Bien sûr, certaines émergent d'un océan si riche : l'asphalte, la statuette, le lac, la crique, mais toutes recèlent et transmettent la magie de l'écriture de Sylvain qui oblige à consulter quelquefois le dictionnaire pour préciser tel ou tel nom d'oiseau, mais la précision de son écriture ciselée est toujours au rendez-vous.
J'aime l'empreinte hellénistique de son style et ses références géographiques et historiques, la marque indélébile de son addiction à la Russie, à la solitude, au désert, à la littérature. Je n'ai jamais eu le sentiment qu'il étale sa culture, au contraire il peut enrichir celle de ses lecteurs.
Alors, ces quinze nouvelles, de très bons moments dont je remercie Sylvain en attendant tranquillement le plaisir de plonger dans un autre de ses livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
LesPetitesAnalyses
  24 novembre 2019
En novembre, le vent ne doit pas forcer son talent pour déshabiller les arbres et fournir, aux entrées des librairies, une offrande de feuilles brunes. le propriétaire peut s'évertuer à refuser ce cadeau de saison, ses quelques coups de brosse ne font pas le poids contre la technique du « Je t'apporte un nouvel arrivage de feuilles mortes dès que tu auras le dos tourné ». C'est seulement au bout de quelques jours que l'homme s'avouera vaincu par la nature et admettra que ce nouveau tapis de sol va de pair avec l'automne.
En poussant la porte de la librairie, le client se retrouve à shooter dans les feuilles de l'entrée tout en posant son regard sur d'autres objets de saison: Les bandeaux écarlates des prix littéraires fraîchement décernés. Mis bien en évidence sur les étagères, ils sont là pour nous rappeler que l'on ne parle plus que d'eux dans le milieu littéraire. Leurs auteurs sont de tous les médias. Radio, télévision, internet, presse écrite, il faut être sourd et aveugle pour ne pas savoir que Sylvain Tesson est le dernier prix Renaudot.
Depuis son ascension médiatique il catalyse des réactions opposées, les uns saluant sa plume littéraire et les autres trouvant son aura surestimée. Les références qu'il égrène dans certains de ses ouvrages peuvent en rebuter plus d'un, tout comme son style élégant peut vous emporter dans des contrées lointaines en l'espace d'un aphorisme. Au delà de ces considérations subjectives, Sylvain est le fils d'un homme influent en la personne de Philippe Tesson (journaliste, chroniqueur, propriétaire d'un théâtre et d'une maison d'édition). Il est donc raisonnable de penser que le phénomène Sylvain Tesson est autant dû à un indéniable talent qu'à une excellente situation. Tout ce battage médiatique autour de l'auteur français aura finalement produit, pour ma part, un effet de bord: Détourner mon attention de son dernier ouvrage — La panthère des neiges — et remonter dans sa bibliographie pour tomber sur ce recueil de nouvelles: Une vie à coucher dehors. Analyse.
Dès les premières page, on se rend compte que l'on ne va pas voyager dans des paysages de cartes postales mais dans quelques contrées rugueuses où l'Homme est remis à sa juste place, c'est à dire un infime détail égocentré dans l'immensité du monde. L'auteur français, géographe de formation nous emporte dans son sac à dos sur l'immense territoire de l'ex-URSS, dans l'Écosse traditionnelle, au bord des Cyclades ou encore au coeur du Moyen-Orient, pour nous conter des histoires où nos travers d'humains et nos croyances tournent au ridicule quand on prend un peu de hauteur:
“Ce chantier fut montré en exemple dans le pays comme un modèle de sécurité. Pour cent kilomètres d'asphaltage, on ne déplora que trois incidents. Un ouvrier à court de vodka s'était perforé l'intestin en avalant de l'antigel pour fêter le premier kilomètre. Un autre avait parié qu'il garderait son pied le plus longtemps possible sur la chaussée au passage du compresseur et gagna son pari. Enfin on retrouva le cadavre d'un contremaître à bord d'une pelleteuse retournée dans la rivière: il l'avait empruntée une nuit de cuite “pour chercher des provisions”. Il y a toujours sur la route de Tsalka un petit monument votif construit en sa mémoire".
Les quinze nouvelles touchent à des sujets aussi divers que sont le féminisme, l'animalisme, l'écologie et l'Histoire. Il n'est pas rare que le propos soit appuyé avec vigueur, comme dans la nouvelle le bug où l'on suit la soudaine apparition d'un soulèvement féministe aux quatre coins de la planète. Les femmes prennent leur revanche sur les hommes à coup de meurtres symboliques. Dans cet exemple précis, Sylvain Tesson use de grandiloquence et pare les situations de ridicule pour mieux souligner la bêtise humaine — celles des hommes en l'occurrence.
Au niveau stylistique, l'écrivain, qui a reçu le prix Goncourt de la nouvelle en 2009 pour ce recueil, diversifie ses structures narratives. On y retrouve tantôt un genre épistolaire (Les porcs), tantôt purement descriptif, sans oublier des constructions hybrides qui mêlent plusieurs genres (le courrier). Au delà du style, les quinze nouvelles partagent un même effet de surprise. L'épilogue de chaque texte est un coup de théâtre moral qui nous invite à questionner le monde dans lequel nous vivons.
Quant aux critiques, on pourrait reprocher à Sylvain Tesson d'utiliser sa connaissance de l'Histoire pour afficher ses références sans que cela ne s'insère avec une nécessaire lisibilité. Je pense notamment à la première partie de la nouvelle le naufrage qui nous plonge au coeur d'une bataille dans la Grèce antique et qui semble s'adresser à des spécialistes de cette période particulière de l'Histoire. On pourrait aussi noter, toujours pour cette nouvelle, quelques relents de la fiction de Tarass Boulba mais est-ce critiquable que de faire des emprunts à un auteur tel que Nicolas Gogol pour donner du corps à un écrit?
En conclusion, ce recueil de nouvelles a véritablement lancé la carrière d'écrivain de Sylvain Tesson. Il n'a pas volé son prix littéraire tant il arrive à installer un souffle différent dans chacune de ses quinze nouvelles. Son amour du vivant y côtoie une certaine misanthropie mais je pense qu'il s'agit là d'une manière de mettre en relief notre travers d'être humain souvent trop centré sur lui-même. Et le moins que l'on puisse dire c'est que cela fonctionne puisque j'ai avalé d'une traite les deux cent pages d'Une vie à coucher dehors.
Lien : https://lespetitesanalyses.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
meyeleb
  31 mai 2012
Avant d'entrer Dans les forêts de Sibérie, j'ai voulu emprunter les sentiers détournés des nouvelles de Sylvain Tesson, un très bon moyen de tâter le style de l'auteur.
Le moins qu'on puisse dire, c'est que les paysages y sont rugueux et sauvages! Phare offert à l'assaut des tempêtes, îlot de survie au milieu du Pacifique, cabane au coeur de la Sibérie hivernale, autant de lieux de solitude qui placent l'homme face à lui-même.
Car la question que pose Tesson dans ses nouvelles est bien celle du bonheur des hommes dans la société moderne. J'ai beaucoup aimé la distance qu'il adopte à cet égard. Cette distance met en lumière les tréfonds d'une âme asservie par le matérialisme (voir à ce propos la nouvelle "le sapin", explicite), Ainsi de cet éleveur de porc en batterie qui ne supporte plus de voir souffrir ses bêtes, de ces marins qui s'entretuent pour un trésor, de ces lettres d'insultes ou de rupture échouées lors d'un naufrage ; autant d'exemples de cette dépendance qui rend fou, haineux, fragile...
Et puis au coeur de ces nouvelles, souveraine, généreuse ou indifférente, c'est selon, dame Nature, qui subit, endure, juge et lave les maux des hommes. L'esprit de l'arpenteur des grands espaces nous parle, le wanderer que nul lien n'attache.
Au final, cette vision assez pessimiste de l'homme donne à réfléchir. Vite, un grand bol d'air frais, la Sibérie m'attend!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
folivier
  06 décembre 2012
Quinze nouvelles nous contant le tragique de l'homme. Sylvain Tesson nous fait voyager dans le temps et dans l'espace avec un fil conducteur au-travers de ses textes : la fatalité, le destin, la nature au-dessus des hommes. Il nous propose une vision assez pessimiste et tragique de la vie et de nos sociétés. Des textes très bien écrits, avec de magnifiques passages pour décrire l'hiver sibérien notamment.
J'ai particulièrement apprécié la très courte nouvelle intitulée "La particule" qui nous décrit la vie éternelle d'un atome, illustrant d'une manière très original le précepte de Lavoisier "rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme", ainsi que "Le bug", nouvelle futuriste imaginant la révolte des femmes mettant fin à une période dite de l'âge sombre ayant débutée "le jour où quelques prophètes étourdis de soleil avaient décrété que la femme était un os surnuméraire sorti du flanc de l'homme", ainsi que la discussion sur les bienfaits de la société de consommation par deux déportés soviétiques en pleine hiver sibérien.
Un très bon et beau recueuil de nouvelles qui se dévore d'une traite
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (151) Voir plus Ajouter une citation
hypnos88hypnos88   06 mars 2021
L’image des dieux homériques transhumaient ainsi dans le cliquetis des bataillons jusqu’aux parapets des mondes connus, où des soleils tardifs éclaboussaient les holocaustes. (nouvelle: La statuette).
Commenter  J’apprécie          00
NadaelNadael   04 janvier 2014
«  Une lettre, c'est un petit peu de compagnie, la preuve qu'on a pensé à vous. Cette attention, née du passé, écrite au présent et destinée à l'avenir survit, voyage, s'achemine lentement vers vous, triomphe des kilomètres et soudain, lorsqu'on ouvre l'enveloppe, vous saute au cou, vous salue et vous fête comme un petit chien heureux. »
Commenter  J’apprécie          300
karmax211karmax211   03 janvier 2021
L'immobilité avait une autre conséquence. Les membres s'atrophiaient. Les muscles des pattes fondaient. Certaines truies, gonflées à craquer de lait et de viande se soutenaient à peine sur leurs membres débiles. Parfois, lors des inspections, je me demandais si nous n'étions pas en train de fabriquer une nouvelle race. J'avais lu dans le Daily Observer que l'homme moderne n'avait pas terminé son évolution. Assis devant ses ordinateurs dans des pièces surchauffées, il continue à grandir. Ses bras s'allongent, ses os s'affinent et son cerveau grossit. Qui sait si nos descendants ne ressembleront pas à des êtres aux corps mous avec des cortex surdéveloppés, des yeux énormes et une main unique tapant sur des claviers ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
patatarte2001patatarte2001   24 mai 2017
Ils sont venus nous convaincre que l'avenir était dans la production en batterie. Ils disaient qu'aujourd'hui un éleveur doit nourrir des centaines, des milliers de gens entassés dans les villes...Nos usines étaient des asiles. Certains porcs devenaient dangereux, ils attaquaient leurs congénères. Je ne peux plus dormir. Les cris me réveillent...Il y a cinq mois j'ai cessé l'exploitation. Et je viens juste de vendre la ferme.....Quand on lira ces lignes, je me serai pendu depuis un moment. et il faudra encore du temps pour me retrouver. Je souhaite exposer mon corps à la lumière du soleil, à la caresse du vent, au frôlement des branches et au murmure du Fiddle. A tout ce dont j'ai privé mes bêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
patatarte2001patatarte2001   27 mai 2017
Lorsque nous dînions, à table, l'idée ne me quittait pas que là, à trois cent mètres dans mon dos, se tenaient des bêtes encagées, embourbées dans les immondices, enfiévrées de terreur et rendues folles d'inaction. J'ai perdu l'appétit......Mes complices ? Mes congénères. Le samedi, j'allais au mall et je les observais jeter nonchalamment la viande sous plastique dans les Caddie. Le plastique protège la conscience. S'ils avaient su, c'eût été notre faillite.L'édifice ne repose pas sur le mensonge mais sur l'ignorance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Sylvain Tesson (93) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Tesson
Extrait de "Éloge de l'énergie vagabonde" de Sylvain Tesson lu par Léo Dussollier. Parution numérique le 17 décembre 2021.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/eloge-de-lenergie-vagabonde
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sylvain Tesson

Quelle formation a suivi Sylvain Tesson ?

histoire
géographie
russe
urbanisme

10 questions
176 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvain TessonCréer un quiz sur ce livre

.. ..