AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782823616804
272 pages
Editions de l'Olivier (04/03/2021)
3.59/5   38 notes
Résumé :
« Ce sont des mots que l’on a entendus derrière une porte et qui nous invitent dans l’intimité des autres. C’est la tête que l’on tourne vers un éclat de rire dans la rue. Le hoquet de tristesse d’une fille apprenant une mauvaise nouvelle au téléphone. C’est la phrase glissée dans une conversation, une phrase qui ne paie pas de mine, prononcée comme on dit ça comme ça et dont, pourtant, on se souviendra toute sa vie. C’est le bruit que font les autres sur le fil des... >Voir plus
Que lire après Seul entouré de chiens qui mordentVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Par pitié !
Voici un exemple de « littérature de confinement », un récit inabouti, pétri d'une horripilante nostalgie.
Vous l'aurez compris, il n'y a pas d'histoire dans ce bouquin mais une succession d'instantanés, de souvenirs, de réflexions décousues et de digressions intimistes. Un peu comme si vous cuviez votre gin en feuilletant un album de famille ; ou que vous étiez sur le quai du métro, regardiez les gens, imaginiez leurs vies. Sauf que les gens sont dans une rame qui s'en va, ne vous laissant pas le temps d'en savoir plus.
Je n'ai rien contre les nouvelles. Au contraire ! C'est tout un art d'attraper le lecteur en quelques lignes et de maintenir son attention. N'est pas Raymond Carver ou Margaret Atwood qui veut.
Quand on s'attaque à des situations du quotidien, qu'on décrit des évènements d'une apparente banalité, il faut, soit faire preuve d'un humour décapant, soit donner un point de vue si original qu'il force l'admiration.
David Thomas n'y parvient jamais. Certains sujets sont prometteurs (ex : p123, p225) mais tronqués, d'autres, potaches ou racoleurs (ex : p162, p169, p177).
Je fais ma chienne et je me permets d'aboyer parce que ce livre est…
… Aussi frustrant qu'une assiette d'Apéricubes.
Aussi ennuyeux qu'un diaporama de vacances.
Aussi pénible qu'un argumentaire d'ivrogne.
Aussi prétentieux qu'une saillie de Luchini.
Aussi vain qu'une annonce de Castex.
Le pédigrée de David Thomas prouve qu'il a du talent. Souhaitons qu'il l'utilise à meilleur escient.
Bilan : 🔪
Commenter  J’apprécie          219
Je suis une fan de David Tomas et particulièrement de ses nouvelles. Je ne suis pas déçue par ce nouveau recueil, bien au contraire. J'y retrouve son talent pour saisir un regard, un instantané, une ironie cruelle ou le tendre grotesque de personnages qu'il fait défiler en quelques lignes. David Thomas arrive à nous faire rire et nous émouvoir en même temps avec une écriture simple mais terriblement humaine, qui n'en jette pas plein la figure mais dont les phrases sont sacrément bien troussées. Je suis fan de David Thomas et j'espère lire encore et encore ses nouvelles.
Commenter  J’apprécie          70
Mon commentaire est plutôt critique : lecture agréable sur les deux ou trois premiers textes; mais ensuite on se confronte à une absence de surprise, car l'ensemble répond à un seul et même principe, on pourrait dire à une « recette », c'est-à-dire une sorte de naïveté qui s'avère à la fois répétitive et à la fois un peu facile; comme si s'était tarie aussitôt née, la source de l'inspiration. On constate par ailleurs une parenté avec les textes de l'humoriste Paul Mirabel. En réfléchissant bien, oui, c'est du Paul Mirabel, mais en bien moins drôle.
Commenter  J’apprécie          00
Ce livre est constitué de 114 nouvelles courtes voire très courtes.
Le style est ordinaire et les histoires n'ont pour la plupart que l'intérêt d'être courtes et donc de permettre de passer rapidement à la suivante.
J'ai enchaîné rapidement les lectures dans l'attente vaine d'une pépite.
Je ne me suis néanmoins pas ennuyé grâce à la variété des sujets, l'alternance des narrateurs féminins et masculins et des situations dans lesquelles il est parfois difficile de ne pas se retrouver.
Je suis peut-être déçu car je visais l'excellence pour l'auteur en pensant au livre de Thomas Bernhard, « der Stimmenimmitator » dont je conseille au passage la lecture (en allemand absolument).
Commenter  J’apprécie          10
Une centaine de nouvelles très courtes.
Bien que ce ne soit pas mon genre favori, j'ai pris beaucoup de plaisir à les lire et le fait qu'elles soient très brèves ne m'a pas dérangé.
En effet, elles s'enchaînent très bien.
Elles traitent de la société, de l'amour, du couple, du travail, du métier d'écrivain……….
De toutes les petites et grandes choses qui font une vie.
Le ton est léger, plaisant.
L'humour et la gravité se mêlent.
L'écriture est belle et donne envie de découvrir les autres livres de David Thomas.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Chaque fois que je démarre la voiture, je me dis dans ma tête des trucs comme C'est parti mon kiki, Roule ma poule ou En voiture Simone, des choses idiotes qui témoignent de ma joie. (...) Souvent, je glisse la main entre les deux sièges pour attraper une cheville d'une de mes filles. Je roule comme ça, doucement, une main agrippée à mes enfants.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de David Thomas (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Thomas
La communauté du prix Orange du livre a récompensé "Un silence de clairière", de David Thomas (Albin Michel), roman choisi parmi une sélection de 6 ouvrages découlant d'une pré-sélection de 35 livres.
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (93) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3578 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..