AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070371387
Éditeur : Gallimard (11/09/1979)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Dans cette autobiographie intellectuelle, l'auteur de Vendredi ou les limbes du Pacifique, du Roi des Aulnes, des Météores, du Coq de bruyère, s'explique sur ses livres.
Passant de l'anecdote à la métaphysique, et de la chronique à l'esthétique littéraire, il cherche à approcher le secret de la création. L'ouvrage qu'il faut avoir lu pour mieux comprendre l'écrivain et son oeuvre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lecassin
  11 mars 2012
Michel Tournier aime à se raconter. Dans ce premier essai en partie autobiographique, il nous entraîne dans son enfance profondément marquée par la culture allemande ; en même temps qu'il nous convoque dans l'antichambre de la création de ses premières grandes oeuvres, « Vendredi… », « le roi des aulnes » et « Les météores »…
Ici, il nous introduit dans la pensée de Leibniz, de Spinoza, ou de Descartes à travers « le Discours de la Méthode »,
Là, il revient sur la fascination qu'exerce sur lui l'Allemagne,
Là encore, il aborde la question des grands mythes de l'humanité et de la nécessité de les sublimer,
Enfin, il nous livre le résultat de son questionnement sur la société contemporaine, celle des années 70 bien sur, mais tellement actuelle …
Publié en 1974, voilà un essai qui nous ouvre beaucoup de portes pour la compréhension de trois des oeuvres majeures de la littérature du XXème siècle : « Vendredi ou les limbes du Pacifique », « le roi des aulnes » et « Les météores ».
Le vent paraclet , c'est le souffle divin qui entoura les apôtres à la Pentecôte (cinquante jours après la résurrection du Christ) et qui leur permit de s'entendre et de se comprendre quelle que soit leur langue. On voit bien la symbolique que Michel Tournier a voulu développer dans son titre «Le vent paraclet » dans la mesure où l'ouvrage nous offre les clés de compréhension de sa langue, si riche et si belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
BVIALLET
  03 mai 2012
Le sujet de cet essai n'est autre que Michel Tournier lui-même, sa vie, son oeuvre et sa pensée philosophique. Né à Paris de parents qui se rencontrèrent à la Sorbonne alors qu'ils étaient étudiants, il passa sa jeunesse à Saint-Germain-en-Laye et à Neuilly-sur-Seine. Son éducation fut marquée par la culture allemande. Plus tard, il découvrit la pensée de Novalis et de Gaston Bachelard. Il poursuivit des études de philosophie à la Sorbonne et à l'université de Tübingen juste après la guerre. Il souhaitait enseigner la philosophie, mais ayant échoué à l'agrégation, il entra à Radio France puis il travailla dans la publicité pour Europe 1. Il collabora également à des journaux comme le Monde et Le Figaro. de 1956 à 1968, il travailla chez Plon à des traductions de l'allemand avant de publier son premier roman « Vendredi ou les limbes du Pacifique ».
C'est ce qu'il nous raconte dans trois des six parties de ce texte, les trois autres étant plutôt consacrées à ses choix et intérêts philosophiques. Tournier se veut à la fois philosophe matérialiste et théoricien littéraire. « Mon propos n'est pas d'innover dans la forme, mais de faire passer dans une forme aussi traditionnelle, préservée et rassurante que possible une matière ne possédant aucune de ces qualités » dit-il. Couvert de gloire et d'honneurs (Prix du Roman de l'Académie Française, Prix Goncourt pour le « Roi des Aulnes », puis membre de l'Académie Goncourt), Tournier écrivit plus d'essais que de romans. Celui-ci, publié en 1974, se lit encore avec intérêt surtout si l'on s'intéresse au parcours particulier de cet écrivain.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LionelB
  21 février 2013
Loin d'être mon Tournier préféré, cette autobiographie philosophique présente de réelles longueur. J'ai aimé son rapport à l'Allemagne et son jour là bas, et les chapitres sur ses oeuvres principales m'ont donné envie de les relire. Cela reste à mon sens un ouvrage dont on peut se passer en attaquant directement la "Goutte d'or", "le roi des Aulnes" ou "Vendredi ou les limbes du Pacifique".
Commenter  J’apprécie          30
MarcelP
  10 juin 2018
Jeu de construction (de type Meccano), le Vent Paraclet éclaire de biais la vie littéraire de Michel Tournier. Assemblage disparate de souvenirs d'enfance, de réflexions au long court et de discours philosophiques (mythes, sagesse...), l'ouvrage laisse cependant dans l'opacité l'homme derrière l'écrivain.
Passionnant quand il évoque sa prime jeunesse, sa germanophilie ou encore quelques voyages à travers le monde, Michel Tournier, gros matou sibyllin, finit toujours par ronronner les idées qui l'ont charpenté.
Ce qu'il cache, ce qu'il tait, c'est finalement ce que le lecteur, loin d'être abusé, cherche à déceler entre les lignes : qui était Tournier ? Un Robinson libre, dansant sous la lune ? Un ogre clandestin se repaissant de chair fraîche ? Un aventurier érotomane planqué sous la bonhommie d'une vieil ermite ? Un vampire, prédateur nocturne ? Juste l'homme simple qu'il donnait à voir ?
Les deux premiers chapitres ("L'enfant coiffé" et "Le roi des aulnes") sont enthousiasmants : l'écriture précise, pleine d'humour et souvent provocatrice constitue un régal pour l'admirateur de Tournier. La suite, moins aimable, souvent fastidieuse, est, de fait, plus attendue de la part de ce discret (pudique ou prudent).
La première pierre d'un journal presqu'extime.
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
lapsins
  20 novembre 2018
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   15 octobre 2019
Dès qu’on parle jardin, il convient de dépasser la géométrie plane et d’intégrer la troisième dimension à notre méditation. Car l’homme-jardin par vocation creuse la terre et interroge le ciel. (…) Mais il y a encore pour l’homme-jardin une quatrième dimension, je veux dire métaphysique.
Commenter  J’apprécie          60
PatchaoPatchao   17 septembre 2015
L'un des aspects les plus paradoxaux de l'enfance c'est le curieux mélange de fragilité et de solidité dont il fait preuve. Oui, il se révèle à la fois infiniment vulnérable et tout à fait increvable. L'un et l'autre sont sans doute nécessaires, car s'il importe que tout s’imprime et marque sur cette chair tendre, encore ne faut-il pas qu'il meurt de ses blessures.
Commenter  J’apprécie          20
DidishaDidisha   30 avril 2015
Je me figurais qu'on peut faire œuvre philosophique seul, en dehors du cadre universitaire, sans l'entourage des confrères et des étudiants. Ayant claqué derrière moi la porte de l'université, je crus que je pourrais poursuivre solitairement dans la voie où j'avançais depuis sept ans, comme un moine défroqué qui s'imaginerait pouvoir observer la règle de son ancien ordre comme ouvrier ou comme commerçant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   11 mars 2012
Mon propos n'est pas d'innover dans la forme, mais de faire passer dans une forme aussi traditionnelle, préservée et rassurante que possible une matière ne possédant aucune de ces qualités.

Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   11 mars 2012
La Rochefoucauld se demandait combien d'hommes auraient songé à tomber amoureux s'ils n'avaient jamais entendu parler d'amour. Il faut radicaliser cette boutade et répondre: pas un seul.


Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Tournier (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tournier
Enseignante à l'Institut Universitaire Tous Âge d'Amiens, Micheline Foré avait invité Michel Tournier à présenter une conférence dans ce lieu. En raison de problèmes de santé, celui-ci lui proposa plutôt une rencontre chez lui au Presbytère de Choisel. S'en suivirent des échanges amicaux entre l'écrivain et l'enseignante. Leur rencontre eut lieu en mai 2008 en compagnie de sa fille Blandine et de deux amis, Françoise et Jean-Claude Leleux qui filma l?entretien. La librairie du Labyrinthe les remercie tous de lui avoir confié ces images afin de les monter et de les diffuser pour le plaisir de tous.
+ Lire la suite
autres livres classés : CommentairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

vendredi ou la vie sauvage

qui est le personnage principal

vendredi
robinsson
dimanche
samedi

4 questions
294 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur ce livre