AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Etrangers sur la terre tome 1 sur 2
EAN : 9782290053317
379 pages
J'ai Lu (29/11/2007)
3.84/5   91 notes
Résumé :
" Il avait conscience d'un partage douloureux dont sa personne faisait les frais. Sollicité parle passé et le présent, par la Russie et la France, il flottait sans se décider entre ces deux tentations contraires. "Je ne suis ni d'ici, ni de là. Français en Russie, Russe en France je resterai toute ma vie un étranger." " Fuyant une Russie à feu et à sang, Tania, Michel et leurs enfants se sont réfugiés à Paris. Ils sont les survivants hagards d'un passé disparu, les ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  07 octobre 2019
Quel plaisir de retrouver Tania, Michel, Akim, Nina et même ce vieux fou de Kisiakoff !
Les membres des familles Danoff et Arapoff ont dû quitter la Russie suite à la Révolution russe. Les voilà en France avec leur statut d'émigrés et peu de ressources financières. La vie n'est pas rose et la Russie leur manque...
Elle manque un peu moins sans doute aux deux garçons de Tania et Michel qui ont peu de souvenirs de leur pays natal. Ce tome ci leur donne la part belle. On fait la découverte de deux personnages que tout oppose.
L'aîné, Serge, vit comme un artiste et recherche le plaisir bien plus que le travail. Il ressemble tant à Volodia !
Quant à Boris, il est beaucoup plus posé et travailleur..tout comme Michel, son père !
Même si j'ai un peu une impression de déjà vu, j'ai tout de même trouvé beaucoup de plaisir à retrouver la plume d'Henri Troyat.
J'entame déjà le dernier tome de cette belle saga, redoutant le moment où il faudra définitivement quitter ces personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher malgré leurs nombreux défauts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
TheWind
  20 octobre 2019
Et voilà le dernier tome de cette grande saga relatant la vie d'une famille russe prise dans les affres de la révolution russe et obligée d'émigrer en France.
L'histoire se termine au début de la seconde guerre mondiale. Elle pourrait tout aussi bien se poursuivre car on a bien sûr envie de savoir ce que vont devenir Boris et Serge.
En ce qui concerne leurs parents, Tania et Michel, les principaux acteurs de cette série, on peut considérer que cette fin leur va bien. Il est l'heure pour eux de tirer leur révérence avec la satisfaction d'une vie bien remplie, faite de joies et de tourments. Ils ne retourneront sans doute jamais en Russie mais au plus profond d'eux-mêmes ils ne l'auront jamais vraiment quittée.

C'est déjà la fin et j'avoue avoir tourné les dernières pages avec tristesse. La plume d'Henri Troyat m'a emportée et exaltée. J'ai vraiment beaucoup aimé cette saga qui date un peu, j'en conviens, mais qui à mon sens, n'a pas pris une seule ride.
Il est fort à parier que je me laisserai tenter dans les mois qui viennent par "Les semailles et les moissons" , autre saga de Troyat que j'avais déjà lue étant plus jeune. Ce sera à nouveau un plaisir de me laisser aller au gré d' une autre histoire de famille romanesque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
litolff
  07 décembre 2012
Tant que la terre durera est un monument colossal qui plonge le lecteur dans une atmosphère de fin du monde, celle de l'effondrement d'un Empire gigantesque.
Dans la grande Russie, de sanglants événements se trament ; à Moscou, le peuple gronde et prépare la révolution.
Et avec l'attentat de Sarajevo, un autre conflit imminent menace l'Europe tout entière... Pris dans la tourmente de l'Histoire, chacun tente de conjurer le sort.
Au fil des pages, trois familles enjambent le cours de la révolution de 1888 aux années 1930, celle des Danoff du Caucase, celle de Volodia d'Ekaterinodar et celle de Tania et ses frères, Nicolas et Akim. Les étapes de la vie se succèdent, alors que naissent l'amour, les vocations et les convictions des protagonistes, au tournant de l'histoire russe.
J'ai adoré cette saga qui est à mon avis une réussite romanesque et historique magistrale.
Suite romanesque : Tant que la terre durera en 7 tomes
Tant que la terre durera : 3 tomes (1947)
Le Sac et la Cendre : 2 tomes (1948)
Étrangers sur la terre : 2 tomes (1950)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
bfauriaux
  24 novembre 2022
Un superbe ouvrage sur l'exil et la difficulte a reconstruire sa vie loin de ses racines.Ici pas de bla bla inutiles ni de mots en trop,juste un recueil de faits qui semblent plus vrais les uns que les autres.J'ai cru lire ici un reportage sur la russie du debut du vingtième siecle tant l'auteur nous offre des descriptions precises.Un ouvrage a ne pas rater !
Commenter  J’apprécie          30
dadotiste
  23 février 2016
Ce tome est bien différent des précédents.
En effet, l'histoire ne se déroule plus en Russie mais dans les rues de Paris.
Après la richesse, le confort et l'opulence, la famille Danoff se retrouve exilée, sans repères et sans le sou.
Serge et Boris, presque adultes, se retrouvent au centre de l'histoire et de ce qui anime cette troisième partie :
Russes en France mais également Français en Russie, ils sont étrangers avant tout, étrangers sur la Terre. Comment trouver leur place ? Comment trouver leur voie ?
Entre famille et souvenirs, amis et études, leur coeur balance.
J'ai eu du mal à entrer dans le roman au début, le trouvant beaucoup moins intéressant que les précédents. Toutefois, ce n'était que le temps de la mise en place de la trame, le temps que se dessine le lourd destin des Russes émigrés en France. Ici, je me suis beaucoup attachée aux jeunes Danoff et j'ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures.
Comme à son habitude, Troyat mêle avec une grande subtilité des faits historiques et réels à son histoire.
Connaissant très bien les quartiers dépeints par l'auteur, j'ai également beaucoup apprécié de les redécouvrir à une autre époque.
Enfin, je n'ai pu m'empêcher de voir une similitude entre la partie de tennis jouée par Boris et celle jouée par Viou dans « À demain Sylvie ».
En conclusion, même s'il met du temps à démarrer, je vous recommande grandement ce roman.
Je pense d'ailleurs qu'il est possible de le lire sans avoir lu les cinq premiers, même si cela reste préférable pour en comprendre toute la puissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   06 octobre 2019
Nous ne savons rien des êtres. Ceux qui nous sont les plus chers, les plus proches, dissimulent un mystère sous leur fallacieuse simplicité. Chacun vit pour soi. Les communications d'un coeur à l'autre sont rompues à la naissance.
Commenter  J’apprécie          170
ricouricou   11 septembre 2012
" - Ou veux-tu aller, Ton destin est ici. Il y a de bons et de mauvais Russes, comme de bons et de mauvais français. Les soldats bolcheviks qui voyageaient avec nous dans le wagon à bestiaux avaient ils de meilleurs têtes que ces marchands ? Tout le drame vient du fait qu'on élève des inventions administratives, telles que les cartes d'entité, les passeports, les visas, au niveau des réalités éternelles, telles que la vie et la mort. Dépouillé de son état civil , le Français cesse d'être Française et moi je cesse d'être Russe. Il n'y a plus, face a face, que des hommes nus, égaux, identiques ..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
genougenou   26 mai 2013
Assis dans son fiacre, Akim croyait participer aux délices d'un songe. Cet univers civilisé, qui, pour le cocher, pour les passants, n'offrait rien de remarquable, lui paraissait, dans ses moindres détails, digne d'admiration. Il n'osait ni bouger la tête ni élever la voix, par crainte d'assister à l'émiettement d'un miracle. Son esprit travaillait rapidement : « Pourvu que je les trouve chez eux ! S'ils sont absents, s'ils ont déménagé, où logerai-je ? À l'hôtel ? Trop cher pour moi. Michel et Tania mis à part, je ne connais personne dans cette ville
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ricouricou   20 août 2012
nouvel Personne ne parlait, car le vent de la course séchait les lèvres au point de les rendre douloureuses. Les oreilles devenaient des glaçons sonores où tintait le métal guilleret des grelots. Les narines, brûlées et dures, accueillaient le parfum vide, vaste et propre de l’hiver. Sûrement, le cocher était mort de froid, et les chevaux galopaient, livrés à leur seule fantaisie. Depuis combien de temps le traîneau avait-il pris la route ? Dix minutes, vingt minutes ? Une lumière. Deux lumières. Michel tourna vers Tania sa figure aux sourcils et aux moustaches poudrés de neige
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   26 mai 2013
Plongé soudain dans l'agitation et le bruit de Paris, Akim tremblait sous le choc et clignait nerveusement des paupières. Les accents de la langue française, chantante, rapide, le baignaient de toutes parts. Les voyelles « a » et « i » heurtaient agréablement ses oreilles. Un sentiment de légèreté, d'alacrité(1) lui traversa l'esprit.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Henri Troyat (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-course-parfaite-53094.html
Depuis vingt ans, Theresa Révay s'est imposé comme un auteur majeur fédérant autour d'elle un public fidèle et enthousiaste, friand de ces romans historiques dans lesquels elle raconte les 50 premières années du XXème siècle. Depuis « Valentine ou le temps des adieux » à « La nuit du premier jour », ce ne sont pas moins de huit titres qui font de Theresa Révay une digne héritière d'Henri Troyat ou de Maurice Druon. Emportés par le vent de l'Histoire, les personnages qu'elle invente nous entrainent aux quatre coins du monde et nous font vivre leur passion, dans des décors et des ambiances parfaitement reconstitués, avec un souffle romanesque qui ne trahit en rien une belle qualité d'écriture. Quant à la précision historique, fruit de recherches de longue haleine qui caractérise le travail de Theresa Révay, elle est reconnue par les spécialistes des périodes dans lesquelles elle place ses intrigues. On ne s'étonnera pas ainsi que la romancière ait reçu le prix Historia en 2014 pour son livre « L'autre rive du Bosphore ». Romancière jusqu'au bout des ongles, Theresa Révay ne s'était jamais aventuré dans la biographie, même si l'envie n'était pas loin. Mais le hasard fait parfois bien les choses. Pour l'écriture de son précédent roman, Theresa Révay côtoie dans ses recherches Nathalie Mathet dont le beau-père n'est autre que François Mathet, le célèbre entraineur hippique. A écouter la jeune femme lui confier des secrets de famille, la romancière se dit qu'il y a là matière à un nouveau livre. Voilà comment nait « La course parfaite » publié chez Tallandier. Né en 1908, engagé dans l'armée française en 1939 en tant qu'officier de cavalerie, assistant impuissant à la débâcle, François Mathet se fait un nom dans le monde des courses. Il a un don particulier pour comprendre les chevaux, les entrainer et leur faire gagner les plus grands prix. Veillant sur les chevaux de l'Aga Kahn ou de la famille Rotschild, il fut aussi celui qui entraina Yves Saint Martin sur la plus haute marche du podium, faisant de lui le plus célèbre jockey français. C'est l'histoire de cet homme discret, taiseux mais passionné et généreux que raconte Theresa Révay, l'histoire d'un homme qui se calque sur celle de son époque et que traversent les grandes personnalités d'alors. Une biographie passionnante qui ravira les passionnés de chevaux et de sports équestres mais aussi tout ceux qui s'intéressent aux destins exceptionnels liés à la grande Histoire. « La course parfaite, François Mathet, portrait du maitre entraineur » de Theresa Révay est publié chez Tallandier.
+ Lire la suite
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre